Aéronautique nationale républicaine italienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir ANR.
Emblème de l'unité (1944-1945)
Cocarde sur le fuselage de 1943 à .

La Force aérienne républicaine nationale (italien : Aeronautica Nazionale Repubblicana, ou ANR) était la force aérienne de la République sociale italienne pendant la Seconde Guerre mondiale, étroitement liée à laLuftwaffe en Italie du Nord.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette armée de l'air était chargée de défendre les zones industrielles de l'Italie du Nord, intercepter des bombardiers alliés dans les territoires occupés par l'Axe Rome-Berlin et en soutien aux forces terrestres allemandes et italiennes. Par la suite, diverses unités ont servi avec les forces allemandes basées à Spilve, près de Riga, dans l'Ostland, sur le Front de l'Est, notamment dans la zone centrale et du Sud (Crimée).

Après l'armistice de Cassibile de 1943, l'ANR a récupéré un grand nombre d'avions italiens. Leur nombre a augmenté grâce à la production locale de la zone sous domination fasciste et aux livraisons provenant d'Allemagne.

Cette force s'oppose à l'Aeronautica Militare (Aeronautica Cobelligerante Italiana, ou ACI ou Aeronautica Cobelligerante del Sud), «  Pro-alliée air force », bien qu'elles ne se soient jamais affrontés au combat. Les opérations de combat ont commencé en , conduisant, en , à l'attaque effectuée par le 1re Squadriglia « Asso di Bastoni », contre une formation américaine de P-38 Lightnings, dont trois ont été abattus.

À partir de , l'ANR a commencé à recevoir des Messerschmitt Bf 109 G-6 s pour sa force de combat.

D' à , l'escadrille « Asso di Bastoni » est affectée au front en Allemagne et le 2e groupe de chasse « Gigi Tre Osei » reste la seule unité de combat ANR active dans la défense du territoire du Nord Italie.

Depuis mi-1944, les pertes prédominent sur les victoires et les missions d'interception s'achèvent le .

Les unités comprennent des bombardiers comme le Gruppo Aerosiluranti « Buscaglia Faggioni », dirigé par Carlo Faggioni (it) et Carlo Emanuele Buscaglia (it) qui rejoindra les rangs de l'Aeronautica Cobelligerante.

L'unité, à l'aide de vieux Savoia-Marchetti SM.79 a effectué plusieurs raids contre la tête de pont alliée d'Anzio (Opération Shingle).

Ses deux seules victoires significatives ont été le naufrage d'un navire de transport britannique au nord de Benghazi, à l'époque où le groupe était basé en Grèce, et un cargo ennemi au large de Rimini, le .

Unités[modifier | modifier le code]

  • 1er Gruppo Caccia Asso di Bastoni
    • 1ª Squadriglia « Asso di bastoni »
    • 2ª Squadriglia « Vespa incacchiata »
    • 3ª Squadriglia « Arciere »
  • 2e Gruppo Caccia « Gigi Tre Osei »
    • 1ª Squadriglia « Gigi Tre Osei »
    • 2ª Squadriglia « Diavoli Rossi »
    • 3ª Squadriglia « Gamba di Ferro » , puis « Diavoli »
  • 3° Gruppo Caccia « Francesco Baracca » (non operationnel)
  • Squadriglia complementare d’allarme « Montefusco-Bonet ».
  • Gruppo Aerosiluranti Buscaglia Faggioni
  • 1° Gruppo Aerotrasporti « Trabucchi ». Sous commandement de la Luftwaffe sur le front de l'Est dissout en 1944 .
  • 2° Gruppo Aerotrasporti « Terraciano » (Unité de formation) .

Avions[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • D'Amico, F. et G. Valentini. Regia Aeronautica Vol. 2: Pictorial History of the Aeronautica Nazionale Repubblicana and the Italian Co-Belligerent Air Frce, 1943-1945. Carrollton, Texas: Squadron/Signal Publications, Inc., 1986. (ISBN 0-89747-185-7).
  • Sgarlato, Nico. Italian Aircraft of World War II. Warren, Michigan: Squadron/Signal Publications, Inc., 1979. (ISBN 0-89747-086-9).