Force aérienne de la République polonaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Siły Powietrzne
Image illustrative de l’article Force aérienne de la République polonaise

Création 1918
Pays Drapeau de la Pologne Pologne
Allégeance Troisième République de Pologne
Branche Force aérienne
Type Armée
Effectif 16 000
Fait partie de Forces armées polonaises
Ancienne dénomination Wojska Lotnicze i Obrony Powietrznej
Couleurs Roundel of Poland.svg
Équipement 355 aéronefs
Commandant Lieutenant-général Lech Majewski

La force aérienne polonaise (polonais : Siły Powietrzne Rzeczypospolitej Polskiej) est une des composantes des forces armées polonaises. Jusqu'en juillet 2004, elle était officiellement connue sous le nom de Wojska Lotnicze i Obrony Powietrznej. En 2013, elle emploie environ 16 000 militaires et dispose de 355 aéronefs, répartis sur douze bases en Pologne.

Historique[modifier | modifier le code]

L'origine de la force aérienne polonaise remonte aux mois suivant la fin de la Première Guerre mondiale en 1918. Au début de l'année 1919, les représentants de l'armée polonaise en France demande aux autorités françaises de l'aide pour la formation de la nouvelle aviation polonaise qui va être créée. Après la signature d'un accord entre les deux armées, une école de pilotage, sous les ordres du Cdt Mauger de Varenne, est envoyée à Varsovie et déployée sur l'aérodrome de Mokotow. Cette unité de formation était équipée de 50 avions : 5 Morane (pingouin) - 20 Caudron G.3 - 20 Nieuport 23 - 5 Nieuport 18. Au départ, les cadres sont tous français mais tous les postes sont dédoublés entre les Français et les Polonais. Les premières formations commencent le 1er juin 1919. Sont concernés, les pilotes, mécaniciens, techniciens et agents administratifs. En juin 1920, l'école fait mouvement sur le terrain de Bydgoszcz. A la fin de juillet 1920, le contrat d'un an avec les autorités militaires françaises prenant fin, les polonais prennent la direction de l'école. Le Cdt de Chivré reste en Pologne comme conseiller technique. A l'automne 1920, l'école de Cracow déménage sur Bydgoszcz. Le 1er décembre 1920, les deux écoles fusionnent et donnent naissance à une nouvelle unité de pilotage élémentaire à Bydgoszcz. L'école est placée sous le commandement du lieutenant-colonel Kieżun[1].

En avril 1919, avec la nécessité de déployer des unités aériennes françaises en Pologne, trois escadrilles françaises sont formées. Il s'agit des escadrilles SAL 580, 581 et 582. Lors de la création des régiments d'aviation, le 1er janvier 1920, la SAL 581 devient la 2e escadrille du 6e régiment d'aviation d'observation. Les trois escadrilles sont transférées à l'aviation polonaise naissante le 1re août 1920. La 2e escadrille du 6e régiment d'aviation devient l'école d'aviation polonaise[2].

À la suite de l'invasion de la Pologne par les nazis en 1939, la majeure partie de la force aérienne polonaise est détruite, mais nombre de ses pilotes sont capables de poursuivre la Seconde Guerre mondiale au sein des flottes aériennes britanniques et soviétiques. Avec la chute de l'Union soviétique en 1991, la Pologne s'est progressivement détournée des avions de conception russe et dispose courant 2012 de trois escadrons d'avions F-16 américains.

Aéronefs[modifier | modifier le code]

Un F-16C Fighting Falcon polonais
Un MiG-29 polonais dont les flammes des réacteurs forment un diamant de choc.
Un C-130E Hercules polonais
Un PZL SW-4 en vol.

Les appareils en service en 2018 sont les suivants[3] :

Aéronefs Origine Type En service Versions Notes
Avion de chasse
General Dynamics F-16 Fighting Falcon Drapeau des États-Unis États-Unis Avion multirôle 36
12
F-16C Block 52+
F-16D Block 52+
Mikoyan-Gourevitch MiG-29 Drapeau de l'URSS Union soviétique chasseur de défense aérienne et de supériorité aérienne 25
7
MiG-29A
MiG-29UB
12 neufs livrés par l'URSS à partir de juin 1989, 10 de seconde main par la République tchèque en décembre 1995 puis 22 MiG-29 ex-Est Allemands donné par l'Allemagne en septembre 2003. Ces dernières machines étant fortement exploitées, seules 14 étaient aptes au service. 3 MiG-29 ont étaient détruits accidentellement en date de novembre 2018[4].
Sukhoi Su-22 Drapeau de l'URSS Union soviétique avion d’attaque au sol et d’appui rapproché 12
6
Su-22M4
Su-22UM3K
Avion de transport
Lockheed C-130 Hercules Drapeau des États-Unis États-Unis Avion de transport 5 C-130E
Airbus C-295 Drapeau de l’Union européenne Union européenne avion de transport tactique 16 C-295M
PZL M-28 Skytruck Drapeau de la Pologne Pologne avion de transport léger et de liaisons 23 M-28B
Gulfstream G500 Drapeau des États-Unis États-Unis avion de transport de hautes personnalités 1 G550
Avion d'entraînement
Aermacchi M-346 Drapeau de l'Italie Italie avion d’entraînement avancé 2 (+6)
PZL-130 Orlik Drapeau de la Pologne Pologne avion d’entraînement primaire et intermédiaire 28 Turbo Orlik
PZL TS-11 Iskra Drapeau de la Pologne Pologne avion d’entraînement intermédiaire et avancé 32 TS-11 Bis D
Hélicoptère
Mil Mi-2 Drapeau de l'URSS Union soviétique Hélicoptère de transport 16 Mi-2A
Mil Mi-8 Drapeau de l'URSS Union soviétique Hélicoptère de transport 9
Mil Mi-17 Drapeau de l'URSS Union soviétique Hélicoptère de transport 8 Mi-17H
PZL W-3 Sokól Drapeau de la Pologne Pologne Hélicoptère de transport 20 W-3/W-3A
PZL SW-4 Drapeau de la Pologne Pologne Hélicoptère de liaisons et d’entraînement intermédiaire 24 SW-4A
Guimbal Cabri G2 Drapeau de la France France Hélicoptère d’entraînement primaire 4 G2T

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les aviateurs polonaise engagés dans l'aéronautique militaire française : Cdt Robert Marie Louis de Chivré », sur http://albindenis.free.fr/ (consulté le 30 janvier 2018).
  2. « Escadrille N 581 - SAL 581 », sur http://albindenis.free.fr/ (consulté le 30 janvier 2018).
  3. International Institute for Strategic Studies; Hackett, James (ed.). The Military Balance 2018. London: Routledge. (ISBN 1857439554).
  4. (pl) Edyta Żemła et Marcin Wyrwał, « Fotel śmierci. Dlaczego zginął kapitan Sobański? », sur https://wiadomosci.onet.pl/, (consulté le 11 novembre 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]