Force aérienne brésilienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Force aérienne brésilienne
Image illustrative de l'article Force aérienne brésilienne
Armoiries de la force aérienne brésilienne

Création
Pays Drapeau du Brésil Brésil
Allégeance Président du Brésil
Type Force aérienne
Effectif 50 000
Fait partie de Armée brésilienne
Couleurs Roundel of Brazil.svg Roundel of Brazil - Low Visibility.svg
Devise Ex mero motu
Marche Hino dos Aviadores
Anniversaire 22 mai
Équipement 743 aéronefs
Guerres Guerre du Contestado
Seconde Guerre mondiale
Guérilla de l'Araguaia
Commandant Général de Brigade Juniti Saito

La force aérienne brésilienne (Força Aérea Brasileira, FAB) est la composante aérienne des Forces armées brésiliennes. Avec 50 000 militaires et plus de 700 aéronefs, la FAB est la plus importante force aérienne d'Amérique latine[1]. Son rôle premier est d'assurer le contrôle et la défense de l'espace aérien brésilien. Le transport du président du Brésil est également assuré par les forces aériennes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Durant la seconde Guerre mondiale, une de ses escadrilles partie avec le force expéditionnaire brésilienne participa à la campagne d'Italie au sein de l'United States Army Air Forces.

Seconde guerre mondiale[modifier | modifier le code]

P-47D Thunderbolt du 1er GAVCA.

Les premières forces aériennes brésiliennes à partir en guerre est le 1er GAVCA qui appartient au 1st Fighter Group (en) américain. Il est formé le 18 décembre 1943. Il est constitué d'aviateurs expérimentés de l'armée de l'air brésilienne. Parmi les pilotes, il y avait Alberto Torres qui coula au large des côtes brésiliennes l'U-199 allemand. Le groupe (350 hommes dont 43 pilotes) subit une courte formation à Panama. C'est le 11 mai 1944 que les brésiliens sont déclarés comme unité active. Le 22 juin, le groupe est envoyé aux États-Unis où les pilotes reçoivent des P-47D Thunderbolt. Enfin, le 19 septembre, le 1er GAVCA part pour l'Italie où elle arrive le 6 octobre à proximité de Livourne. Il devint alors membre du 350e Fighter Group de l'USAAF. Cette unité étant subordonnée au XII Tactical Air Command lui-même membre de la 12th USAAF.

Après quelques vols, les brésiliens reçoivent leurs premières missions à partir du 11 novembre en partant de sa base de Tarquinia. Le groupe était divisé en quatre (Red, Green, Blue et Yellow). Chacune de ces unités comptait 12 avions. Elle commença alors des missions de reconnaissance, de bombardement et de soutien envers la 5e armée US auquel appartenait la force expéditionnaire brésilienne. Le 16 avril 1945, la 5e Armée lance une offensive dans la région du . À cette époque, le groupe ne contient plus que 25 pilotes, certains avaient été tués, d'autres abattus avaient été faits prisonniers. Certains mêmes furent retirés pour raison de santé. On supprima donc le groupe Yellow. À cette époque, chaque pilote effectuait deux missions par jour. Le 22 avril, l'ensemble de la force aérienne brésilienne prit part à une attaque sur San Benedetto où elle détruist des ponts, des barges et des véhicules motorisés. À 10h, des pilotes brésiliens sont envoyés en mission de reconnaissance à proximité de Mantoue où ils détruisirent près de 80 chars, camions et autres véhicules diverses. Le bilan à la fin de la journée et après 44 missions fut la destruction de plusieurs centaines de véhicules ennemis ainsi que des chalands. Ce fut le jour le plus fructueux pour l'Armée de l'Air brésilienne et il est commémoré chaque année comme la journée aérienne de l'Armée de l'Air brésilienne.

À la fin de la guerre, le GAVCA totalisait 445 missions et 5 465 heures de vol entre le 11 novembre 1944 et le 6 mai 1945. Le XII Tactical Air Command reconnut l'efficacité du groupe qui en effectuant seulement 5 % des missions de l'unité détruisit :

  • 85 % des dépôts de munitions ;
  • 36 % des dépôts de carburants ;
  • 28 % des ponts (plus 19 % endommagés);
  • 15 % des véhicules à moteur (plus 13 % endommagés);
  • 10 % des véhicules hippomobiles.

Après guerre[modifier | modifier le code]

Bombardier B-17 Flying Fortress de la force aérienne brésilienne survolant le Tartu durant le conflit de la langouste entre la France et le Brésil en 1963.

En , le Brésil commande 13 Mirage IIIEBR et 4 biplaces Mirage IIIDBR qui sont livrés entre et à la Force aérienne brésilienne. Ces avions sont complétés par une quinzaine d'exemplaires (rachetés d'occasion à l'Armée de l'Air française par petits lots entre 1980 et 1999) pour compenser les pertes. Au total, le Brésil recevra finalement 32 Mirage III, désignés localement F-103.

En 1989/1990, les Mirage brésiliens subissent un premier programme de modernisation consistant entre autres à installer des plans canards. En 1997, ils sont à nouveau modifiés par ajout de lance-leurres et de la capacité de tir du missile air-air israélien Python 3. Les Mirage III sont finalement retirés du service en décembre 2005, après 33 ans de carrière et plus de 67 000 heures de vol.

Pour les remplacer, 10 Mirage 2000C et 2 Mirage 2000B achetés d'occasion à la France sont livrés en 3 lots de 4 exemplaires en septembre 2006[2], 2007 et 2008 avec leur équipement pour un montant d'environ 80 millions d'euros [3]. Désignés localement F-2000 et affecté à la base aérienne d'Anápolis [4], ces avions sont au standard RDI-S4 et motorisés en M53-5. Ils sont retirés du service fin 2013[5]. Il restera à cette date comme avions de combat 57 Northrop F-5EM/FM Tiger II pour l’interception et une cinquantaine AMX A1 pour l’attaque au sol. L[6].

En 2008, la force aérienne dispose d'un effectif de 75 000 militaires, de 171 avions de combat et d'un budget de 2 milliards de réaux brésiliens[7].

Organisation[modifier | modifier le code]

Aéronefs[modifier | modifier le code]

AMX et Mirage 2000 en 2010.
Tucano de la patrouille acrobatique de la FAB, l'escadrille de la fumée.

Il est possible que les hélicoptères de transport soient en fait pris en compte par le commandement aérien de l'armée de terre brésilienne.

Les appareils en service en 2015 sont les suivants[8] :

Aéronefs Origine Type En service Versions
Avion de chasse
Northrop F-5 Tiger II Drapeau des États-Unis États-Unis avion de combat 46 43x F-5E & 3x F-5F
Embraer A-1 AMX Drapeau du Brésil Brésil avion d’attaque au sol 47 16x A-1A, 23x A-1M et 8x RA-1M.
Embraer A-29 Super Tucano Drapeau du Brésil Brésil Avion d'attaque au sol 30 A-29A
Avion de transport
Lockheed C-130 Hercules Drapeau des États-Unis États-Unis Avion de transport 16 C-130H
Airbus C-105 Amazonia Drapeau de l’Union européenne Union européenne Avion de transport 12 C-105A.
Embraer P-95 Bandeirulha Drapeau du Brésil Brésil avion de transport léger 51 11x C-95A, 9x C-95BM, & 31 xC-95CM.
Cessna C-98 Caravan Drapeau des États-Unis États-Unis avion de transport léger 32 29x C-98A & 3x C-98B.
Embraer C-99 Legacy Drapeau du Brésil Brésil avion de transport de personnels et d’évacuation sanitaire 5 C-99A.
Embraer C-97 Brasilia Drapeau du Brésil Brésil avion de transport léger et de transport de personnels 14 C-97A.
Bombardier U-35 Learjet Drapeau des États-Unis États-Unis avion de liaisons et d’évacuation sanitaire 4 U-35A.
British Aerospace U-93 Dominie Drapeau des États-Unis États-Unis avion de liaisons et de calibration radar 4 U-93A
Embraer VC-2 Primero Drapeau du Brésil Brésil avion de transport de hautes personnalités 2 VC-2A.
Airbus VC-1 Presidente Drapeau de l’Union européenne Union européenne avion de transport présidentiel 1 VC-1A., Airbus A319CJ
Avion de patrouille maritime
Embraer P-95 Bandeirulha Drapeau du Brésil Brésil Avion de surveillance & de patrouille maritime 19 11x P-95A & 8x P-95BM.
Lockheed P-3 Orion Drapeau des États-Unis États-Unis Avion de patrouille maritime 3 P-3AM.
Avion de surveillance
Embraer E-99 Vigilante Drapeau du Brésil Brésil Avion de surveillance radar 5 3x E-99A & 2x E-99M.
Embraer R-99 Legacy Drapeau du Brésil Brésil avion de reconnaissance stratégique et d’espionnage aérien 3 R-99B.
Bombardier U-35 Learjet Drapeau des États-Unis États-Unis avion de reconnaissance tactique et préstratégique 8 4x R-35A & 4x R-35AM.
Avion d'entraînement
Embraer TA-1 AMX Drapeau du Brésil Brésil avion d’entraînement avancé et de transformation opérationnelle 8 TA-1A.
Embraer A-29 Super Tucano Drapeau du Brésil Brésil Avion d'entraînement et d'attaque au sol 62 A-29B
Embraer T-27 Tucano Drapeau du Brésil Brésil Avion d'entraînement 105 T-27A.
Neiva T-25 Universal Drapeau du Brésil Brésil Avion d'entraînement 80 8x T-25A & 72x T-25C.
Hélicoptère
Mil AH-2 Sabre Drapeau de la Russie Russie Hélicoptère de combat 12 AH-2A.
Bell H-1 Huey Drapeau des États-Unis États-Unis Hélicoptère de transport léger 29 3x SH-1D & 26x UH-1H
Helibras H-50 Esquilo Drapeau de la France France Hélicoptère de transport léger 31 11x CH-50A & 20x UH-50A.
Sikorsky UH-60 Black Hawk Drapeau des États-Unis États-Unis Hélicoptère de transport 16 UH-60L.
Eurocopter H-34 Super Puma Drapeau de la France France Hélicoptère de transport 8 CH-34A.
Eurocopter H-36 Cougar Drapeau de la France France Hélicoptère de transport 16 12x CH-36A & 4 SH-36B.

Remplacement[modifier | modifier le code]

En 2001 est lancée la compétition F-X, visant à remplacer ses chasseurs F-5E Tiger II, laquelle est suspendue en 2003 et annulée en février 2004 pour des raisons politiques et de coût (estimés à 2,2 milliards de dollars). Rouverte en 2008 sous le nom F-X2, la compétition reprend et le 1er octobre 2008 sont retenus le Dassault Rafale, le McDonnell Douglas F-18E/F Super Hornet et le Saab JAS 39 Gripen (pour 12[9],[10] puis 36 appareils pour un montant estimé à 2,5 milliards de dollars). L'élimination de Soukhoi, qui a signé un important contrat d'armement avec le Venezuela, est une surprise, si bien que le ministère de la Défense brésilien s'est cru obligé de démentir des « supposées interventions politiques » dans la compétition F-X2 et d'affirmer que l'appareil choisi mars 2009 le sera « sur des critères uniquement techniques »[11]. Cependant, l'accord signé avec la Russie un accord sur le développement conjoint de chasseurs de 5e génération[12] ne s'est pas concrétisé. À terme, la FAB espérer passer commande de 120 à 150 appareils pour remplacer sa flotte qui comporte alors notamment 12 Mirage 2000 d'occasion et 45 F-5E Tiger II.

En 2014, le choix du Gripen NG est annoncé au détriment du Rafale. Le 25 août 2015, le Brésil et la Suède ont signé le contrat de financement de 28 Gripen E monoplaces et 8 Gripen F biplace. Le montant total s'élève à 5,4 milliards de dollars. Le partenaire industriel local principal est Embraer. Le contrat prévoit la fabrication locale de 15 appareils. Les livraisons s'étalonneront entre 2019 et 2024[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) La FAB sur GlobalSecurity.org
  2. (fr) Livraison des deux premiers Mirage 2000 brésiliens - 07/09/2006
  3. Le Brésil achète 12 Mirage d'occasion à la France, 15 juin 2005, Defesa@net
  4. Mirage 2000 brésiliens : entrée en vigueur des contrats de maintenance11 juillet 2008 - Communiqué Dassault Aviation - Snecma -Thales
  5. « Le Brésil va retirer ses Mirage 2000 ! », sur Avia News, (consulté le 13 août 2013).
  6. « Le Brésil va retirer ses Mirage 2000 ! », sur Avia News, (consulté le 13 août 2013)
  7. (pt) Uma nova agenda militar,Época 9 octobre 2008
  8. « Les aéronefs de la Força Aérea Brasileira en 2015 et en images » (consulté le 16 septembre 2016)
  9. (en) « Brazil Embarking Upon F-X2 Fighter Program », sur defenseindustrydaily.com, Defense Industry Daily, (consulté le 3 septembre 2008)
  10. (fr)« Brésil - Nouveau plan de défense : 3 Scorpène et 12 Rafale ? », Défense et Sécurité internationale, no 41,‎ (ISSN 1772-788X)
  11. (pt) « Nota do Ministério da Defesa à imprensa sobre Projeto F-X2 », sur fab.mil.br, Force aérienne brésilienne, (consulté le 19 octobre 2008)
  12. « Brésil - Brésil : Chasseurs de 5e génération : la Russie en pointe ; la France out ? », Défense et Sécurité internationale, no 38,‎ (ISSN 1772-788X)
  13. « Gripen au Brésil : le contrat de financement est signé », (consulté le 11 décembre 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :