Épidémiologie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'épidémiologie est l'étude des facteurs influant sur la santé et les maladies de populations. Il s'agit d'une discipline qui se rapporte à la répartition, à la fréquence et à la gravité des états pathologiques.

Tableaux statistiques (archives américaines) présentant les symptômes de l'épidémie de la grippe de 1918 tels que décrits par les médecins de différents camps de l'armée alliée en France.
Epidémiologie de la rage ; Cartographie de distribution des cas, par États (en 1949) ; Archives médicales militaires américaines.
Epidémiologie de la rougeole ; cartographie pour les États-Unis de l'importance d'une épidémie de rougeole, sur la base des taux d'admission pour 1000 personnes/an d'hommes blancs enrôlés dans l'armée d'avril à décembre 1917 ; Archives médicales militaires américaines

L'étude de la répartition et des déterminants des évènements de santé sert de fondement à la logique des interventions faites dans l'intérêt de la santé publique et de la médecine préventive.
La reconnaissance de l'épidémiologie comme champ d'étude est relativement récente, puisque la première étude significative remonte à 1854[1] mais elle est l'un des piliers de la santé publique et de la médecine à travers l'histoire.

Les approches des épidémiologistes sont variées : elles vont de l'« étude de terrain » (au cœur de la communauté, souvent dans un service de santé publique) au front de la recherche et de la lutte contre l'émergence des maladies en passant par la modélisation et la veille sanitaire.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot « épidémiologie » provient du grec epi = « au-dessus », « parmi » ; et demos = « peuple », « district » ; logos = « mot », « discours » (qui peut suggérer qu'elle s'applique seulement aux populations humaines, mais le terme est largement utilisé dans des études sur des populations animales ; « épidémiologie animale »).

Vocabulaire[modifier | modifier le code]

Bien que le terme « épizootiologie » soit disponible, et a toujours été appliqué à des études sur des populations végétales (« épidémiologie botanique »), le terme épiphytologie n'est pas employé en français.
On parle aussi d'éco-épidémiologie à propos des pathogènes ou facteurs affectant à la fois l'environnement, la faune et l'Homme.

Principes[modifier | modifier le code]

L'épidémiologiste compare la fréquence d’une maladie au sein d'un groupe de personnes exposées à un agent suspect à celle d’un groupe de personnes non exposées.

Les études épidémiologiques sont en général réparties en trois catégories, ou contiennent trois parties :

  • descriptive : recueillir des informations sur le nombre de cas et les caractéristiques d'une pathologie.
  • analytique : recherche les déterminants de cette pathologie (vise habituellement à proposer et/ou vérifier des hypothèses de liens de cause à effet susceptibles de déboucher sur des propositions de solution).
  • évaluative : mesurer l'impact d'une politique de santé publique.

Ces dernières peuvent être menées directement au sein des populations (elles sont dites d'observation), ou dans un cadre contrôlé, elles sont alors dites expérimentales (un terme souvent synonyme d'essais cliniques ou communautaires de traitements et autres interventions).

Les études épidémiologiques analytiques qui évaluent le risque relatif sont de trois types[2] :

Histoire[modifier | modifier le code]

Hippocrate peut être considéré comme le premier épidémiologiste[3],[4]. Il pensait que les maladies résultent d’un déséquilibre des 4 humeurs liées aux quatre éléments : soigner un malade consiste donc à rééquilibrer le corps en supprimant ou en rajoutant l’humeur en cause. Cette analyse l'a conduit à l’invention de la saignée et des régimes alimentaires en médecine[4]. Il créa les termes endémiques pour les maladies liées à certaines régions et épidémiques pour les maladies liée à certaines périodes[5].

Le Dr John Snow est célèbre pour avoir publié un compte rendu détaillé de l'épidémie de 1854 une épidémie de choléra dans le district de Soho à Londres. Il aurait identifié une pompe à eau publique de Broad Street comme étant la cause de l'épidémie, et en supprima le manche, ce qui mit fin à l'épidémie. En réalité, plusieurs études approfondies[réf. nécessaire] on démontré l'absence d'association entre le retrait de la pompe et la fin de l'épidémie. Néanmoins cela constitue un événement majeur de l'histoire de la santé publique, et peut être considéré comme l'acte fondateur de la science de l'épidémiologie.

Un des premiers médecins à avoir utilisé les statistiques en médecine pour tester une hypothèse sur une étiologie d'une maladie, à savoir la fièvre puerpérale, fut Ignace Philippe Semmelweis.

Il proposa à ses contemporains de se laver leurs mains dans une solution d'hypochlorite (de l'eau de Javel) et stérilisait ses instruments de chirurgie. Il présenta son travail dans un livre, Die Aetiologie, der Begriff und die Prophylaxis des Kindbettfiebers, publié en 1861. Malheureusement, l'opposition parmi ses contemporains ne permit pas de faire avancer ses idées. Il avait envoyé à ses frais son livre à tous les chefs de clinique de gynéco-obstétrique de son époque[6],[7],[8]...

Au début du XXe siècle, des méthodes mathématiques furent introduites en épidémiologie par Ronald Ross, W.O Kermarck et A.G. McKendrick[9],[10],[11]. Peu après, d'autres auteurs ont publié des modèles mathématiques en épidémiologie (Bailey, Muench, Anderson, Gray...).

Une des premières études cas-témoins fut réalisée par Janet Lane-Claypon en 1912[12]. Les cas de cancers du sein, publiés en 1926[13], y étaient comparés statistiquement à un groupe témoin en bonne santé.

La grippe espagnole a tué plus de gens que toute la première guerre mondiale ; Avec l'apparition de maladies nosocomiales, et d'une antibiorésistance préoccupantes, conjointement à une capacité accrue des microbes à circuler de plus en plus rapidement autour de la planète, la veille écoépidémiologique et l'accès rapide à des informations transparentes et valides devient enjeu majeur. Et l'information doit être scientifique, et non déformée ni orientée par des entités défendant des intérêts politiques ou économiques, comme le montrent les médecins britanniques Doll et Bradford Hill avec une publication de 1956 fournissant enfin un support statistique à la suspicion d'un lien entre tabagisme et cancer du poumon.

Le développement de vagues successives de maladies émergentes susceptibles de devenir pandémiques puis des liens de plus en plus évidents entre santé et environnement ont généré de nouveaux besoins en termes d'épidémiologie environnementale[14] et d'écoépidémiologie (dans le cadre de l'étude des maladies zoonotiques notamment ; Un des enjeux pour le XXIe siècle est d'améliorer l'« épidémiologie d'intervention »[15] et l'interdisciplinarité, notamment via une collaboration accrue du monde médical avec du monde vétérinaire en matière d'épidémiologie et d'écoépidémiologie, car la plupart des maladies émergentes préoccupantes sont liées à l'environnement et souvent à des réservoirs issus du monde animal. Parfois ce sont les microbes de l'homme qui peuvent aussi infecter les animaux d'élevage et sauvages. Ainsi, via l'OMS ou des instances plus régionales et locales, et grâce aux nouveaux outils informatiques (NTIC), des réseaux d'échanges d'information ou de veille spécialisée (dont sur la grippe aviaire) se construisent.

Dans le contexte de la mondialisation et d'une information mieux partagée, l'épidémiologie prend une dimension planétaire et plus écoépidémiologique, en intégrant aussi un risque de bioterrorisme, et alors que le risque évolue dans l'espace et dans le temps se dessine une « Géographie de la transition épidémiologique » [16].

Limites[modifier | modifier le code]

Outre les difficultés inhérentes à l'observation de la santé à l'échelle d'une population[17], la protection des droits du patient, comme le secret protégeant les données de laboratoires et d'installations à risque ou de certains états sont à la fois des garanties de liberté individuelle et des freins à une gestion optimale des crises.

Deux exemples peuvent illustrer le caractère éthiquement délicat des grandes approches épidémiologiques

  • Un nouveau système d’information médicale « MédISys[18] » a été lancé par la Commission européenne en août 2007, pour analyser presque en temps réel, et pour 3 thèmes (« maladies », « bioterrorisme » et « autres menaces »), les données collectées en 32 langues sur plus de 1 000 sites internet d’actualités, et de 120 sites de santé publique. Il devrait permettre aux autorités sanitaires de donner des réponses plus rapides et efficientes aux crises existantes et à venir, y compris dans les domaines des accidents du travail, et du bioterrorisme, mais permet d'éventuelles erreurs susceptibles d'affecter les droits individuels.
  • Aux États-Unis, la plus vaste des études épidémiologiques sur la santé des enfants (SSC, qui signifie National Childrens's Study) a été lancée, sur 25 ans, après avoir été autorisée en 2004. Cette étude est supportée par le National Institute of Child Health and Human Development, qui espère en tirer d'importants enseignements sur l'asthme, le diabète, l'obésité, mais aussi les troubles du comportement, sujet dont les implications éthiques sont plus délicates en termes de suivi et exploitation des données accumulées.

Vecteurs principaux[modifier | modifier le code]

Organisation mondiale[modifier | modifier le code]

À la suite de la pandémie de grippe espagnole en 1918, l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE), l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) sous l'égide de l'Organisation des Nations unies (ONU) jouent un rôle de veille permanente et d'organisation de la veille épidémiologique. Les centers for disease control and prevention (CDC) en sont les relais territoriaux aux États-Unis.

En Europe, après avoir constaté en 2003 que l'Union européenne (UE) n'était pas prête à réagir correctement à une épidémie de type pneumonie (syndrome respiratoire aigu sévère, SRAS), un Centre européen pour la prévention et le contrôle des maladies (ECDC) a été créé par le parlement européen, basé à Stockholm en 2005, pour notamment réagir au risque de pandémie lié au H5N1. Un centre de crise y a été créé le 4 mars 2008, officialisant une cellule de veille activée dès mai 2007. (200 personnes y travaillaient début 2008, 300 étant prévue fin 2008, s'appuyant sur un budget de 40 millions d'€ pour 2008, soit + 48 % par rapport à 2007). Le centre qui fonctionne avec trois niveaux d'alerte (0 = « normal », 1 à 2 ; ressources extérieures requises), examine chaque jour les menaces pour l'Europe sur la base des données qu'il récolte directement ou à partir de blogs, listes de distribution, médias, rapports d'hôpitaux, tout en assurant une veille sur les maladies infectieuses se déclarant hors-Europe.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Snow SJ, John Snow: the making of a hero?, Lancet, 2008;372:22-23
  2. Françoise Jauzein et Nathalie Cros, Différentes types d'études épidémiologiques, INRP, octobre 2005.
  3. (en)Alfredo Morabia, Historical Developments in Epidemiology, Birkhäuser Verlag, (ISBN 3-7643-6818-7).
  4. a et b (en) Ray M. Merrill, Introduction to Epidemiology, Historical Developments in Epidemiology, Chap. 2, Jones & Bartlett Learning LLC ed., 2010. [PDF]
  5. (en)Changing Concepts: Background to Epidemiology, Duncan & Associates publishers.
  6. Slaughter, Semmelweiss, cet inconnu, éd. Presses de la cité (1953)
  7. Morton Thompson, Tu enfanteras dans la souffrance, éd. Presses de la cité (1954)
  8. Thuillier, Le paria du Danube, éd. Balland (1983)
  9. (en) W.O. Kermack and A.G. McKendrick, A contribution to the Mathematics theory of epidemics I, Proc R. Soc, 1927, A115, 700-721
  10. (en) W.O. Kermarck and A.G. McKendrick, A contribution to the Mathematics theory of epidemics II, Proc R. Soc, 1932, 138, 55-83
  11. (en) W.O. Kermack and A.G. McKendrick, A contribution to the Mathematics theory of epidemics III, Proc R. Soc, 1933, 141, 94-121
  12. (en) Janet E Lane-Claypon, Report to the Local Government Board upon the available data in regard to the value of boiled milk as a food for infants and young animals, London, H.M.S.O., coll. « Reports to the Local Government Board on public health and medical subjects, new ser., no. 63 »,‎ 1912, 60 p. (OCLC 38958115, lire en ligne)
  13. (en) Janet Elizabeth Lane-Claypon, A further report on cancer of the breast, with special reference to its associated antecedent conditions, London, H.M.S.O., coll. « Reports on public health and medical subjects, 32. »,‎ 1926 (OCLC 14713036)
  14. Boutaric F, Lascoumes P. L’épidémiologie environnementale entre science et politique. Les enjeux de la pollution atmosphérique en France. Sciences Sociales et Santé. 2008;26(4):5-38
  15. Quénel P. L’épidémiologie d’intervention : une pratique professionnelle entre science et politique revendiquée et assumée. Le cas de la pollution atmosphérique. Sciences Sociales et Santé. 2008;26(4):39-50.
  16. Picheral, H. (1989) Géographie de la transition épidémiologique. In Annales de géographie (p. 129-151), mars 1989. Armand Colin
  17. GIS IRESP, Comment observer la santé des individus à l'échelle d'une population ?, décembre 2011.
  18. Accès au site Internet européen MédISys en français, consulté le 24 avril 2012.


Bibliographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie générale
  • R. Beaglehole, R. Bonita, T. Kjellström, Éléments d'épidémiologie, éd. OMS 1994.
  • Bouyer J, Hémon D, Cordier S, Derriennic F, Stücker I, Stengel B, Clavel J, Épidémiologie - Principes et méthodes quantitatives, éd. INSERM, 1993.
  • Collectif, QCM de biostatistiques et épidémiologie - réponses commentées, éd. Ellipses, 1998.
  • Goldberg M., L’épidémiologie sans peine, éd. Frison-Roche, 1990.
  • (en) Charles H. Hennekens, Julie E. Buring, Epidemiology, éd. Lippincot-Raven, 1987.
  • M. Jenicek et R. Cleroux, Épidémiologie, principes, techniques, application, éd. Maloine, 1987.
  • Leclerc A., Papoz L., Bréart G., Lellouch J., Dictionnaire d'épidémiologie, éd. Frison-Roche, 1990.
  • Morton R.F, J.R. Hebel, Epidémiologie et biostatistique, une introduction programmée, éd. Doin, 1990
  • Rothman K.J., Greenland S., Modern epidemiology, éd. Lippincott-Raven, 1998
  • Morabia A. L'épidémiologie clinique, éd. Presses universitaires de France, 1996 (Que sais-je no 3158)
  • Rumeau-Rouquette C., Blondel B., Kaminski M., Bréart G., Épidémiologie. Méthodes et pratique, éd. Flammarion, Paris 1993.
  • (en) Porta M, editor. Greenland S, Hernán M, dos Santos Silva I, Last JM, associate editors (2014). "A dictionary of epidemiology", 6th. edition. New York: Oxford University Press. [1] ISBN 9780199976737
  • (en) Nutter FW Jr, Understanding the Interrelationships Between Botanical, Human, and Veterinary Epidemiology : The Ys and Rs of It All. Ecosystem Health 1999, 5 (3): 131-140.
  • Bezzaoucha A. : Épidémiologie et biostatistique à l'usage des étudiants en sciences médicales. éd. Office des Publications Universitaires, Alger 1996, réimpression 2005.
  • Bezzaoucha A. : Compléments en techniques épidémiologiques de base, éd Office des Publications Universitaires, Alger 2003.
  • Bezzaoucha A. : 168 exercices corrigés d'épidémiologie et de biostatistique à l'usage des étudiants en sciences médicales, éd.Office des Publications Universitaires, 2e édition, Alger 2007.
Bibliographie sur les modèles mathématiques appliqués aux épidémies
  • R.M. Anderson et Robert M. May, Infectious disease of humans - dynamics and control, éd. Oxford University press, 1991 (ISBN 0198545991)
  • Norman T.J. Bailey, The mathematical theory of epidemics, éd. Charles Griffin & Co, 1957
  • Norman T.J. Bailey, The mathematical theory of infectious diseases, éd. Charles Griffin & Co, 1975
  • Nicholas F. Britton, Essential mathematical biology, éd. Springer, 2003
  • D.J. Daley et J. Gany, Epidemic modelling, éd. Cambrigde University Press, 1999
  • Diekmann, J.A.P Heesterbeek, Mathematical epidemiology of infectious diseases - model building, analysis and interpretation, éd. Wiley, 2000
  • Hugo Muench, Catalytic models in epidemiology, éd. Harvard University Press, éd. 1959
  • James D. Murray, Mathematical biology, éd. Springer, 1993 - 2e édition

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]