Médecine interne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La médecine interne est une spécialité médicale. Elle s'intéresse au diagnostic et à la prise en charge globale des maladies de l'adulte avec une prédilection pour les maladies systémiques (par exemple le lupus érythémateux disséminé) et les maladies auto-immunes en général. Un médecin qui pratique la médecine interne s'appelle un interniste.

À travers le monde[modifier | modifier le code]

En France, la médecine interne est la spécialité des démarches diagnostiques difficiles et de la prise en charge des adultes souffrant de polypathologies ou de maladies générales. Au carrefour des spécialités d’organe, l’interniste possède les aptitudes nécessaires pour établir une synthèse dans les situations complexes et pour mettre en place des stratégies diagnostiques ou thérapeutiques hiérarchisées. Il prend en charge le malade vu comme un tout. Le fractionnement de certaines spécialités en « sur-spécialités » de plus en plus étroites, fruit du progrès médical et technique et indispensable au soin de certains patients, nécessite un recours de plus en plus important à des médecins formés à la synthèse comme le sont les internistes. Les services de médecine interne tiennent un rôle central à l’hôpital. Ils ont pour mission de recevoir des patients sans diagnostic ou polypathologiques, souvent hospitalisés en aval des services d’urgence et dans un état grave. Le fréquent contexte d’urgence et de complexité médicale nécessite la mobilisation et la coordination des moyens humains autour du patient, ainsi que la mise en œuvre de moyens techniques ou de procédures diagnostiques et thérapeutiques sophistiqués. Cette activité implique un travail en équipe, multidisciplinaire et multiprofessionnel, caractéristique de la médecine interne. Les internistes ont également une fonction de consultant pour les médecins de ville ou hospitaliers, leur apportant une aide en toutes situations.

En Belgique, la situation est assez semblable. En théorie, la cardiologie, la gastro-entérologie, l'endocrinologie, l'allergologie, etc. sont des spécialisations à part entière, mais à côté de cela il existe bel et bien des internistes qui s'intéressent à l'ensemble de ces domaines.

En Algérie, la médecine interne est aussi au carrefour des autres spécialités : l’approche globale du malade peut parfois éviter à celui-ci un circuit contraignant lié à l’approche par organe. La médecine interne a cette ambition.

Définition complémentaire précise[modifier | modifier le code]

Cette discipline très récente reste assez souvent méconnue. Les médecins internistes ont décidé de pallier ce manque par la proposition de leur propre définition. Voici celle des internistes nantais :

La Médecine Interne est une spécialité à part entière. Elle s’intéresse aux pathologies frontières et de chevauchement entre les spécialités, a une compétence pour des dossiers complexes, les maladies rares, les symptômes généraux comme les bilans de fièvre prolongées ou les amaigrissements inexpliqués.

L’interniste fait un travail d’analyse et de synthèse à la demande d’autres confrères (médecin consultant).

L’exercice de la spécialité se fait :

  • en consultation, à la demande de confrères, le plus souvent généralistes. Le patient étant vu en consultation avec son dossier et une lettre du médecin demandeur d’un avis. Une réponse par courrier lui est faite avec des propositions pour résoudre le problème posé.
  • en hospitalisation, dans un service de médecine. Les pathologies les plus souvent rencontrées comme les maladies infectieuses, vasculaires, hématologiques, cardiovasculaires et pulmonaires. Les internistes coordonnent les avis des spécialistes d’organe et organisent les soins et les traitements.
  • dans les unités d’hospitalisation de spécialités chirurgicales et médicales, pour donner un avis à la demande des confrères spécialistes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Maladies systémiques