Antiscience

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'anti-science, ou antiscience en anglais, est une position qui rejette la science comme l'ensemble des connaissances et de découvertes de la nature, et la méthode scientifique, dont font partie les principes intangibles de réfutabilité, de non-contradiction et de reproductibilité[1].

Les personnes qui ont des opinions antiscientifiques n'acceptent pas que la science soit une méthode objective, ou que celle-ci génère la connaissance universelle. Elles soutiennent aussi que le réductionnisme scientifique, en particulier, est un moyen intrinsèquement limité pour atteindre la compréhension du monde complexe dans lequel nous vivons. Les partisans des anti-sciences critiquent également ce qu'ils perçoivent comme le privilège incontestable, la puissance et l'influence, la science semble exercer dans la société, l'industrie et la politique ; ils s'opposent alors à ce qu'ils considèrent comme une attitude arrogante ou un esprit fermé parmi les scientifiques[2].

L'antiscience politique[modifier | modifier le code]

L'antiscience « de gauche »[modifier | modifier le code]

Une expression de l'anti-science est le "déni de l'universalité et de légitimation des alternatives", et que les résultats des découvertes scientifiques ne représentent pas toujours une réalité sous-jacente, mais peut simplement refléter l'idéologie des groupes dominants de la société[3]. Dans cette perspective, la science est associée à la droite politique et est considéré comme un système de croyances qui est conservatrice et conformiste, qui supprime l'innovation, qui résiste au changement et qui agit de façon dictatoriale. Cela comprend le point de vue, par exemple, que la science a une vision "bourgeoise et/ou occidentale et/ou masculiniste»[4].

Le mouvement anti-nucléaire, souvent associée à la gauche[5],[6],[7], a été critiqué pour exagérer les effets négatifs de l'énergie nucléaire[8],[9], et sous-estimer les coûts environnementaux des sources non nucléaires peuvent être évités grâce à l'énergie nucléaire[10],[11].

Mouvement anti-OGM[modifier | modifier le code]

Mouvement anti-chimie[modifier | modifier le code]

L'antiscience « de droite »[modifier | modifier le code]

L'origine de la pensée anti-science peut être retracée à la réaction du romantisme au siècle des Lumières, à la Révolution française et à la révolution industrielle. Ce mouvement est souvent désigné comme les « contre-Lumières » ou encore « anti-Lumières ». Le romantisme souligne que l'intuition, la passion et des liens organiques de la nature sont des valeurs primordiales et que la pensée rationnelle est secondaire à la vie humaine. Il existe de nombreux exemples modernes de polémiques anti-science conservatrices. Les premières parmi ces dernières, sont les polémiques sur la théorie de l'évolution[12], l'enseignement de la cosmologie moderne dans les écoles secondaires, et les questions environnementales liées au réchauffement climatique[13],[14] et de la crise énergétique.

Caractéristiques des anti-sciences associée à la droite comprennent l'appel à des théories du complot pour expliquer pourquoi les scientifiques croient ce qu'ils croient[15], dans une tentative de saper la confiance ou de pouvoir habituellement associés à la science (par exemple dans les théories du réchauffement de la conspiration). Une autre caractéristique du discours "anti-science de conservateurs" est l'utilisation généralisée des sophismes informels, en particulier le faux dilemme, appel à des conséquences, appel à la peur, et l'appel à des erreurs de probabilité.

Mouvement climatosceptique[modifier | modifier le code]

Mouvements anti-environnementalistes[modifier | modifier le code]

Une facette de l'antiscience de droite est la croyance que la protection de l'environnement ou d'espèces menacées n'améliore pas le bien être humain, et est donc secondaire à l'exploitation des ressources naturelles.

L'antiscience religieuse[modifier | modifier le code]

Voir Relation entre science et religion.

Un exemple proéminent d’anti-science religieuse est la négation de l'évolution très répandue dans certains états conservateurs des États-Unis et dans les Etats musulmans. Dans ce contexte, l'anti-science peut être considérée comme dépendante sur des arguments religieux, moraux et culturels. Pour ce genre de philosophie anti-science religieuse, la science est une force anti-spirituelle et matérialiste qui sape les valeurs traditionnelles, l'identité ethnique et de la sagesse historique accumulée en faveur de la raison et du cosmopolitisme. En particulier, les valeurs traditionnelles et ethniques soulignés sont semblables à ceux de la suprématie blanche identité chrétienne théologie, mais des vues similaires de droite ont été développés par les sectes radicalement conservatrices de l'islam, le judaïsme, l'hindouisme et le bouddhisme. Les nouveaux mouvements religieux comme la pensée New Age critiquent également la vision du monde scientifique comme favorisant une philosophie réductionniste, athée, ou matérialiste.

Une base fréquente du sentiment anti-scientifique est le théisme religieux avec des interprétations littérales de texte sacré. Ici, les théories scientifiques, qui sont en conflit avec ce qui est considéré comme la connaissance d'inspiration divine, sont alors considérées comme défectueuses. Au cours des siècles les institutions religieuses ont hésité à embrasser des idées telles que l'héliocentrisme et le mouvement des planètes, car ils contredisent l'interprétation dominante de divers passages des Saintes Écritures. Plus récemment, le corps des théologies de la création connues collectivement comme le créationnisme, y compris la théorie téléologique d'une conception intelligente, ont été promus par les théistes religieux en réponse au processus de l'évolution par la sélection naturelle[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Gerald Holton, Science and Anti-science, Harvard University Press,‎ 1993 (ISBN 9780674792982)
  2. Brian Martin, The arrogance of scientists
  3. Andrew C. Wicks and R. Edward Freeman, Organization Studies and the New Pragmatism: Positivism, Anti-Positivism, and the Search for Ethics, Organization Science, 9.2, Mar-Apr. 1998, pp.123-140
  4. Alan D Sokal, What the Social Text Affair Does and Does not Prove, Critical Quarterly, 40.2, July 1998, pp.3–18
  5. Victoria Daubert, Sue Ellen Moran, Origins, goals, and tactics of the U.S. anti-nuclear protest movement, Rand, 1985, p.16
  6. Jeffrey Broadbent, Vicky Brockman, East Asian Social Movements: Power Protest and Change in a Dynamic, Springer, 2009, p.69
  7. Anti-nuclear Campaigners and the Qwerty Keyboard, Marbury, 31 March 2011
  8. James Lovelock, « Nuclear power is the only green solution », The Independent,‎ 2004-05-24 (lire en ligne)
  9. Patrick Moore, « Going Nuclear », The Washington Post,‎ 2006-04-16 (lire en ligne)
  10. Samuel MacCracken, The War Against the Atom, 1982, Basic Books, pp. 60-61
  11. Pushker A. Kharecha, and James E. Hansen, Prevented mortality and greenhouse gas emissions from historical and projected nuclear power, Environ. Sci. Technol., 15 mars 2013
  12. William D. Anderson Jr., « Denying Evolution: Creationism, Scientism, and the Nature of Science », Copeia, vol. 2003, no 3,‎ septembre 2003, p. 675–677 (DOI 10.1643/ot-03-047)
  13. Joseph Romm, "Anti-science conservatives must be stopped", Salon.com, June 30, 2008
  14. (en) Chris Mooney, The Republican War on Science, Basic Books,‎ 2005
  15. Pascal Diethelm et Martin McKee, « Denialism: what is it and how should scientists respond? », European Journal of Public Health, vol. 19, no 1,‎ 2009, p. 2–4 (PMID 19158101, DOI 10.1093/eurpub/ckn139)
  16. Jon D. Miller, Eugenie C. Scott, Shinji Okamoto Public Acceptance of Evolution Science 11 August 2006: Vol. 313. no. 5788, pp. 765 - 766

Annexes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A Bullock & S Trombley [Eds.], The New Fontana Dictionary of Modern Thought, 3e édition, Londres Harper Collins, 1999
  • Burger, P et Luckman, T, The Social Construction of Reality: A Treatise in the Sociology of Knowledge. Garden City, NY: Doubleday, 1966
  • Collins, Harry et Pinch, Trevor, The Golem. What everyone should know about science, Cambridge: Cambridge University Press, 1993
  • Gross, Paul R et Norman Levitt, Higher Superstition: The Academic Left and Its Quarrels with Science, Baltimore: Johns Hopkins University Press, 1994
  • Gerald Holton, Science and anti-science, Harvard University Press, 1993 ISBN 0674792998
  • Knorr-Cetina, Karin D, & Mulkay, Michael, Science Observed: Perspectives on the Social Study of Science, Sage Publications Ltd, 1983
  • Knorr-Cetina, Karin D, Epistemic Cultures: How the Sciences Make Knowledge, Harvard University Press, 1999
  • Levins, R. "Ten propositions on science and antiscience" in Social Text, 46/47:101–111, 1996.
  • Levins, R. "Touch Red, " in Judy Kaplan an Linn Shapiro, eds., Red Diapers: Growing up in the Communist Left, U. of Illinois, 1998, pp. 257–266.
  • Levins, R. Dialectics and systems theory in Science and Society 62(3):373-399, 1998.
  • Levins, R. "The internal and external in explanatory theories", Science as Culture, 7(4):557–582, 1998.
  • Levins, R. et Lopez C. "Toward an ecosocial view of health", International Journal of Health Services 29(2):261-293, 1999.
  • Nye, Andrea, Words of Power: A Feminist Reading of the History of Logic, Londres, Routledge, 1990
  • Pepper, David, The Roots of Modern Environmentalism, Londres, Routledge, 1989
  • Ullica Segerstrale (Ed), "Beyond the Science Wars: the missing discourse about science and society, " Albany: State University of New York Press, 2000, ISBN 0791446182
  • Vining, Joseph, On the Future of Total Theory: Science, Antiscience, and Human Candor, Erasmus Institute papers, 1999


  • Leviathan and the Air Pump Schapin and Shaffer (covers the conflict between Hobbes and Boyle).
  • The Scientific Outlook by Bertrand Russell (sets out the limits of science from the perspective of a vehement campaigner against anti-science).
  • An Enquiry Concerning Human Understanding by David Hume (The first major work to point out the limits of inductive reasoning, the 'new tool of science').
  • Against Method by Paul Feyerabend (probably the individual most accused of reinvigorating anti-science, although some claim that he is in fact strengthening the scientific debate).

Liens externes[modifier | modifier le code]