Réduction des risques sanitaires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
800px-Caernarfon womens toilets.jpg

La réduction des risques (RDR) désigne l'ensemble des stratégies visant à limiter les risques et les dommages sanitaires ou sociaux lié à un domaine spécifique.

La RDR peut s'appliquer à tous les domaines : militaire, scientifique, social, économique, financier, architectural, agriculture, programmation informatique, toxicomanie, sexualité, écologie, etc.

Réduction des risques liés à la sexualité[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sécuri-sexe.

Elle vise essentiellement à l'information sur le sexe sans risques en avertissant sur les risques d'infections sexuellement transmissibles et sur les risques de grossesse. Cette méthode particulière de prévention se démarque par le rapport différent qu'elle crée avec le public visé, celui-ci tient plus de la responsabilisation et de l'échange de savoir que de l'imposition d'une norme de prévention n'étant souvent pas adapté à de nombreux publics.

Elle diffère des méthodes de prévention précédentes par la volonté d'informer les personnes sur les risques encourus et par la présentation de méthodes de prévention n'étant pas garanties à 100 % (méthodes barrières tel que la cape cervicale, le diaphragme...). Le but est de cesser d'imposer un moyen unique de prévention qui serait fiable théoriquement à 100 % mais souvent mal adapté aux conditions de vie des personnes, ce qui entraînerait une mauvaise utilisation, qui rendrait le moyen très peu fiable en réalité. De ce constat, la démarche de réduction des risques vise à promouvoir de multiples moyens de prévention (même si ceux-ci ne sont pas fiables théoriquement à 100 %) pour permettre aux personnes de choisir les moyens les plus adaptés à leur mode de vie en toute connaissance de cause. Un moyen de prévention moins fiable théoriquement mais en pratique bien utilisé est plus efficace qu'un moyen fiable à 100 % en théorie mais qui en pratique ne peut être utilisé correctement. Il s'agit donc de ne pas faire disparaitre tout risque théorique (comme les précédentes méthodes de prévention), mais de permettre aux personnes de réduire les risques de grossesses ou de transmission de MST, par exemple, en mesurant les risques pris. Elle part du principe qu'il n'y a pas de vie sans risques.

Réduction des risques liés à l'usage de produits psycho-actifs[modifier | modifier le code]

L'essor des politiques de réduction des risques liés à la toxicomanie est principalement dû à l'apparition du SIDA dans les années 1980. Son but initial était de limiter la transmission d'infections type hépatites ou VIH chez les usagers-injecteurs de drogues. Elle s'est ensuite élargie à la prise en charge globale de la santé des usagers, prenant en compte les différents risques sanitaires en fonction des produits, des personnes et de leur environnement.

Réduction des risques d'épidémie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Vaccination.

Recommandations de référents internationaux[modifier | modifier le code]

Le 6 août 2010 lors de la soixante-cinquième session de l'Assemblée générale des Nations unies, monsieur Anand Grover, agissant en qualité de rapporteur spécial, soumet son rapport sur Le droit qu’a toute personne de jouir du meilleur état de santé physique et mentale possible[1], conformément à la résolution 6/29 du Conseil des droits de l’homme.

Ses recommandations, en conclusion, vont dans le sens d'une libéralisation des usages et d'un retrait de la répression des États membres allant jusqu'à préconiser d'« abroger ou réformer profondément les lois et politiques interdisant l’accès aux services de santé essentiels aux usagers de drogues, et examiner les initiatives de répression relatives au contrôle des drogues afin de garantir leur conformité aux obligations en matière de droits de l’homme. »

Les mesures sanitaires de réduction des risques sont encouragées, et, d'autre part, détaillées dans la liste ONUSIDA. Il considère que les États membres devraient veiller à leur accessibilité. Cette politique se propose en alternative au programme passé de l'ONUDC.

Ces considérations ont aussi été soutenues par l'expertise réunie des organismes de spécialistes des domaines scientifiques, médicaux et sanitaires agissant en matière de politiques communautaires qui ont une portée mondiale ou internationale. Leur contenu est énoncé dans la Déclaration de Vienne[2] alors que se tenait la XVIIIe Conférence internationale sur le sida (SIDA 2010) du 18 au 23 juillet 2010, à Vienne. La pétition qu'elle inclut compte parmi ses premiers signataires madame Françoise Barré-Sinoussi, corécipiendaire du Prix Nobel de médecine pour la découverte du virus de l'immunodéficience humaine (VIH).

Note[modifier | modifier le code]

  1. Droit de toute personne au meilleur état de santé physique et mentale possible
  2. La Déclaration de Vienne

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Réduction des risques industriels[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

gestion des risques professionnels[modifier | modifier le code]

  • Prévenir les risques. Agir en organisation responsable par Andrée Charles et Farid Baddache, Éditions AFNOR. 2006. ISBN 2-12-475519-6.