Philippe Val

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Philippe Wahl.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Val.
Philippe Val à France Inter, en février 2013.

Philippe Val, né le 14 septembre 1952 à Neuilly-sur-Seine[1],[2], est un journaliste, animateur de radio, humoriste, écrivain, auteur-compositeur-interprète et chansonnier français. Directeur de la rédaction du journal Charlie Hebdo de 1992 à mai 2009, il a ensuite dirigé France Inter jusqu'en 2014[3],[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Philippe Val naît à Neuilly-sur-Seine d'un père boucher et d'une mère coiffeuse ; il est le dernier d'une fratrie de quatre enfants.

Il arrête ses études à 17 ans et se lance dans la chanson, pour vivre de ses prestations lors de soirées dans les cabarets puis les cafés théâtre. Il est inspiré par Georges Brassens, Léo Ferré ou Jacques Brel qu'il écoutait petit à la radio et allait voir à Bobino. En 1973, il collabore avec la chanteuse Anne Vanderlove pour son disque Non, ouvertement engagé et antimilitariste. Il fait ensuite la rencontre de Patrick Font et forme le duo de chansonniers Font et Val qui fait carrière entre 1970 et 1996. Ensemble, ils obtiennent un relatif succès en produisant leurs spectacles à la Pizza du Marais[N 1], au Théâtre de Dix heures, ainsi qu'au Vrai Chic Parisien, et lors de nombreuses tournées en France. Ils sont accompagnés par Paul Castanier[N 2] (jusqu'en 1989) et Emmanuel Binet (basse). Toutefois, au début des années 1980, il arrive que Philippe Val se produise aussi, en particulier à Paris et à l'Espace Gaîté, sans Patrick Font mais en compagnie de son épagneul Jeff, « le seul chien au monde à chanter du Charles Trenet »[5].

En 1992, il devient chroniqueur à France Inter, d’abord chez Jean-Luc Hees, dans l’émission Synergie, puis aux côtés de son successeur, Albert Algoud (dans l'émission La partie continue) et de Frédéric Bonnaud (dans l'émission Charivari).

Affichant une sensibilité politique de gauche, Val participe aux galas de financement du journal Libération, puis collabore au journal pour quelques reportages. C'est ainsi qu'il rencontre Cabu. En 1992, il refonde avec lui, après la brève aventure de La Grosse Bertha, le nouveau Charlie Hebdo[6], héritier du mythique journal des années 1970, et en devient le rédacteur en chef avant d'y exercer, à la mort de Gébé, en avril 2004, les fonctions de directeur de la rédaction et de directeur de la publication. Il y publie chaque semaine un éditorial dans lequel il pousse des « coups de gueule ». En octobre 1995, Philippe Val se fait casser la mâchoire et plusieurs dents par deux militants anti-IVG qui l’attendaient devant la Maison de la radio, au sortir de l’émission de Christophe Dechavanne intitulée « Trop de débauche ou trop de morale »[7].

En 1996, l'inculpation de Patrick Font, « poursuivi devant le tribunal correctionnel d'Annecy pour attouchements sexuels sur douze élèves de l'école du spectacle qu'il dirigeait[8] » (et contre lequel « une peine de huit ans de prison[8] » sera requise en 1998) — agissements dont il affirme n’avoir pas eu connaissance, ce qui sera confirmé par l’intéressé lui-même[9], puis par la justice —, amène Val à rompre tout lien avec son ami de vingt-cinq ans et à mettre ainsi fin aux activités du duo. Les deux hommes resteront brouillés.

Il est régulièrement invité dans Le Premier Pouvoir, émission de critique des médias sur France Culture[10].

Philippe Val continue parallèlement son activité de musicien. Dans les années 1990, il sort deux albums : Paris-Vincennes en 1996, et Hôtel de l’univers en 1999. Il se produit dans les années 2000 dans de multiples salles en France accompagné par le bassiste Emmanuel Binet pour son spectacle Ouvert la nuit. En 2000, il sort un album intitulé Philippe Val.

En 2006-2007, il participe tous les vendredis à l'émission hebdomadaire de José Artur et David Glaser Inoxydable sur France Inter. Depuis septembre 2007, il donne une chronique hebdomadaire dans Le Sept dix de France Inter.

Le , il rejoint son ami Jean-Luc Hees à Radio France et quitte alors ses fonctions à la tête de Charlie Hebdo[3]. Sa décision de quitter ce journal aurait « déjà été prise à l'issue du procès » des caricatures de Mahomet[11]. Hees le nomme directeur de France Inter en remplacement de Frédéric Schlesinger[12] le 17 juin 2009[3],[13],[14].

Le 20 décembre 2013, il épouse à Joinville-le-Pont (94) Bérénice Ravache, secrétaire générale de Radio France.

Le 22 mai 2014, le nouveau PDG de Radio France, Mathieu Gallet, annonce le remplacement immédiat de Philippe Val par son adjointe, Laurence Bloch[4].

En janvier 2015, après l'attentat contre Charlie-Hebdo, il propose de revenir au journal, mais la nouvelle rédaction décline son offre[15].

Prises de positions publiques[modifier | modifier le code]

Philippe Val est un partisan du maintien de la loi Gayssot, qui « tend à réprimer tout propos raciste, antisémite ou xénophobe » et donc l'expression de théories négationnistes.

Après s'être attaqué presque exclusivement à l’extrême droite et à l’intégrisme chrétien dans ses éditoriaux, Philippe Val dénonce aujourd’hui également les rapprochements entre une partie de la gauche et les mouvements islamistes, ce qui lui vaut des critiques virulentes de la part de l'extrême gauche, qui l'accuse d'être devenu réactionnaire. Il coorganise, signe et publie dans Charlie Hebdo le Manifeste des douze : un appel à la lutte contre l’islam intégriste, défini comme un totalitarisme religieux mettant en danger la démocratie.

Il a publié dans le n° 714 de Charlie Hebdo une pétition pour le droit au blasphème, signée entre autres par Bernard-Henri Lévy, Salman Rushdie et Taslima Nasreen.

Dans le n° 715 du 1er mars 2006, il a rapporté la rencontre organisée par l'association le « Manifeste pour les libertés », animée par des intellectuels libéraux de culture musulmane et en lutte contre l'islamisme, où des intellectuels et militants musulmans sont venus défendre le droit au blasphème et leur désaccord avec la notion d'islamophobie et l'usage qui en est fait (en particulier le remplacement par l'islamophobie de la notion classique de racisme). Charlie Hebdo rapporte les propos de Ghaleb Bencheik, pour qui la notion d'islamophobie serait dangereuse parce qu'elle conditionnerait un aveuglement sur les pires abus de pouvoir effectivement commis au nom de l'islam. Bencheik pense que les gens de gauche « sont trop souvent bernés par le discours des islamistes qui utilise les passages du Coran sur les damnés de la terre ». Val dit partager ces critiques au sujet de la « naïveté » de l'extrême gauche.

Il a eu l'occasion d'écrire qu'il existe un poujadisme de gauche[16] et que l'extrême gauche « n'est pas parvenue à exorciser » son démon que fut son positionnement « antidreyfusard »[17] et qu'elle n'est pas toujours très lucide face à l'antisémitisme. Il a eu l'occasion de se faire l'écho des critiques relatives au MRAP sur ces questions (Charlie Hebdo n° 715).

Pour avoir pris plusieurs fois ses distances avec le mouvement altermondialiste et une partie du mouvement antiraciste (notamment lors de la conférence de Durban en 2001, où il déplore que ce mouvement ait qualifié le sionisme de « racisme »), mais aussi pour avoir été sévère avec des mouvements de gauche trop portés, selon lui, à critiquer les médias et les avoir accusés de céder à la théorie du complot[réf. nécessaire], il a suscité de nombreuses inimitiés. Voici par exemple ce qu'il écrivait en 2003 au sujet d'Acrimed : « Quand on s’explique tellement mal avec son public, comme le fait Acrimed, et que la conclusion qui en est tirée, c’est que les journalistes et le monde de la presse sont les tentacules du pouvoir central, ça relève de la théorie du complot. Et pour moi, jusqu’à une époque extrêmement récente, c’était fondamentalement un thème d’extrême droite. J’ai horreur de ce qui entretient la paranoïa des gens et de ce qui l’encourage. J’accepte toutes sortes de critiques, mais rendre les gens dépendants de leur paranoïa, s’en servir, être suffisamment pervers pour l’alimenter, je trouve ça ignoble. Ils sont dangereux, mais heureusement ils sont minoritaires. »[18]

Cette citation est extraite d'un article où il critique également l’Observatoire français des médias, auquel il reproche de fonctionner selon les mêmes principes, et le Réseau Voltaire qui, selon lui, représente « la quintessence de l'art de recourir à l'explication par le complot »[19].

Lors du référendum français du sur le Traité constitutionnel européen, il a signé des éditoriaux en faveur de la ratification, tout en laissant les différents points de vue s'exprimer dans Charlie Hebdo. Ces éditoriaux ont été publiés dans un recueil intitulé Le Référendum des lâches. Il se prononce en faveur du fédéralisme européen. Selon lui, l'enjeu du débat était « d'abandonner la Nation comme entité politique souveraine en Europe ». Il développe l'idée que les nations ne sont plus tout à fait capables de répondre aux besoins des personnes et que les ONG prennent de plus en plus de place dans la gouvernance.

Critiques professionnelles[modifier | modifier le code]

Philippe Val est présenté par divers médias, dont l'association proche de la gauche antilibérale Acrimed et les publications associées PLPL et Le Plan B[20], comme un patron de presse dirigiste et autoritaire. Ses détracteurs relèvent notamment ses méthodes contestées au sein de la rédaction de Charlie Hebdo, lesquelles ont donné lieu à des démissions (cas de Philippe Corcuff, d'Olivier Cyran, de Lefred Thouron, etc.), voire à des licenciements (cas de l'actuelle collaboratrice du Monde diplomatique Mona Chollet)[21].

Il a également été plusieurs fois accusé d'écrire des contre-vérités, notamment par le journaliste Sébastien Fontenelle[22] ou le Canard Enchaîné. Dans son livre Malaise dans l'inculture, Philippe Val avait accusé le journal satirique d'avoir publié un article diffamatoire à son égard basé sur un tract syndical. N'ayant pas trouvé la trace de cet article dans ses archives, Le Canard Enchaîné affirme qu'il « n'a jamais existé ailleurs que dans l'imagination de Philippe Val ». Reconnaissant son erreur, Val a assuré qu'elle serait corrigée au prochain tirage du livre[23],[24].

Affaire Siné[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Affaire Siné.

Le 15 juillet 2008, Val licencie de l'hebdomadaire le caricaturiste Siné avec l'approbation du directeur adjoint de la rédaction Bernard Maris, du rédacteur en chef Gérard Biard et du rédacteur en chef adjoint Charb[25]. Siné est accusé d'avoir tenu des propos antisémites sur Jean Sarkozy dans les pages mêmes du journal deux semaines plus tôt. Le 2 juillet, commentant, avec son habituel ton satirique, une déclaration de Patrick Gaubert, président de la Licra, parue dans Libération, Siné avait écrit, dans sa chronique Sème la zone, à propos du fils Sarkozy[26] : « Jean Sarkozy vient de déclarer vouloir se convertir au judaïsme avant d’épouser sa fiancée juive et héritière des fondateurs Darty. […] Il fera du chemin dans la vie, ce petit ! » (Charlie Hebdo n° 837). Pour justifier sa décision, Val évoque la menace d'un procès intenté par la famille Darty, écrivant qu'il aurait refusé, si le procès avait bien lieu, d'assurer la défense de Siné[27] et qu'il avait, avant tout, cherché à éviter une éventuelle[28] condamnation du journal pour antisémitisme[29]. L'avocate Gisèle Halimi, pour sa part, dénonce ce dernier argument, estimant qu'un procès de ce genre aurait facilement été gagné par l'hebdomadaire. Charb ajoute : « Une phrase — la phrase, désormais — dans une chronique pouvait être mal interprétée par des gens de bonne foi (quelques-uns) et instrumentalisée par des gens de mauvaise foi (plus nombreux) »[30].

Ce licenciement intervient trois semaines après une polémique entre Siné, Polac et Val au sujet de l'affaire Clearstream et du journaliste Denis Robert (ce dernier avait reproché à Charlie Hebdo son traitement de l'affaire Clearstream, cf. plus bas). Il suscite les protestations de nombreuses personnalités d'horizons variés, notamment des dessinateurs Plantu[31], Philippe Geluck, Jihel, Willem, Vuillemin ou Tignous, qui mettent Val en cause au-delà de sa décision. Dans une interview au Nouvelobs.com[32], Siné accuse Val de l'avoir licencié non pas pour cette chronique, qui ne serait, selon lui, qu'un prétexte, mais en raison de leur désaccord [N 3] au sujet de l'affaire Clearstream et du journaliste Denis Robert, une thèse réfutée par Val, mais aussi par Charb et Cavanna[33]. Des personnalités historiques du journal, anciens collaborateurs ou qui avaient pris part à sa refondation en 1992, telles Gisèle Halimi ou Delfeil de Ton, parlent de « procès en sorcellerie »[34] ou de « calomnie »[35]. Val reçoit, de son côté, le soutien d'éditorialistes tant du Figaro[36] que de Libération[37], de Bernard-Henri Lévy[38] ou de la ministre Christine Albanel, ainsi que celui de différentes associations comme la Licra, le Crif ou l'UEJF[39]. En revanche Willem, Delfeil de Ton (autre fondateur du journal), Carali, Barbe, Geluck, Malingrey, Pichon, Pétillon, Got, Faujour, Picha, Tignous, Lefred Thouron, Tardi, Wiaz ou encore Michel Polac défendent Siné[40]. Cavanna, autre membre historique de Charlie Hebdo, estime que « ni l’un ni l’autre n’a démérité », parlant d'une « erreur d’appréciation de Val » au sujet d'une « plaisanterie, certes dangereuse mais occasionnelle » de Siné ; à son avis, c'est « une gaminerie, une bouffée de panique. Pas de quoi fouetter un chat »[41].

En décembre 2012, la société éditrice de Charlie Hebdo est condamnée par la cour d'appel de Paris à verser 90 000 euros de dommages et intérêts à Siné pour licenciement abusif[42].

Censure[modifier | modifier le code]

Philippe Val a été accusé plusieurs fois d'actes de censure, par exemple lorsqu'il a refusé un dessin de Lefred Thouron sur Patrick Font, impliqué dans une affaire de pédophilie (le dessin sera finalement publié la semaine suivante)[43]. En 2000, Val retouche un article d’Olivier Cyran qui relatait un dialogue entre le réalisateur Pierre Carles et le groupe Zebda (un passage critiquant le journal est supprimé).

Le journaliste d’investigation Denis Robert a reproché à Val d’interdire dans Charlie Hebdo la parution de tout article mettant en cause la multinationale Clearstream, dont l’un des avocats, Richard Malka, est également celui de l’hebdomadaire. Dans son éditorial du 25 juin 2008, Val a vigoureusement démenti cette affirmation, déclarant que ni lui ni a fortiori Richard Malka n’avaient jamais exercé de pression dans ce sens, et il a attaqué à son tour Denis Robert, l'accusant de mener contre Clearstream une enquête à charge dépourvue de preuves. Cette contre-attaque contre Robert conduit la semaine suivante Michel Polac et Siné à se désolidariser de Val dans les colonnes du journal. Michel Polac rappelle deux semaines plus tard que sa chronique avait « fait part de son trouble[44], sans embarrasser le moins du monde Philippe Val ». « Dans le cas contraire, je serais parti », ajoute-t-il, avant de conclure : « Charlie Hebdo est peut-être le dernier journal où on puisse s'exprimer sans censure ou autocensure. »

Deux heures après sa nomination à France Inter, Philippe Val renvoie Frédéric Pommier, qui faisait chaque matin la revue de presse. La raison officielle serait une mauvaise hiérarchisation de l'information. Mais, d'après Télérama, Arrêt sur images et d'autres médias, dont Libération, qui tiennent leurs sources de l'intersyndicale des journalistes de France Inter, Val n'aurait pas apprécié que Pommier cite Siné Hebdo dans sa revue de presse[45],[46],[47],[48].

Les reproches contre lui deviennent plus virulents lorsque, le , il fait licencier de France Inter Stéphane Guillon et Didier Porte. En se séparant de deux humoristes vedettes qui assuraient le pic d'audience de la station, il se voit reprocher une collusion avec la présidence de la République[49],[50],[51],[52]. En 2011, le conseil des prud'hommes de Paris qualifiera l'éviction de Stéphane Guillon d'irrégulière et condamnera Radio France à lui verser 212 000 euros de dommages et intérêts, montant qui sera augmenté de 23 000 euros par la cour d'appel de Paris au titre du préjudice moral[53]. En 2012, Radio France sera également condamnée par le même conseil des prud'hommes à verser quelque 252 000 euros à Didier Porte pour « licenciement sans cause réelle et sérieuse »[54].

Les critiques envers Val reprennent en , lorsque c'est l'humoriste Gérald Dahan qui est écarté à son tour après une chronique hostile à la garde des sceaux Michèle Alliot-Marie[55].

Critiques de ses prises de position publiques[modifier | modifier le code]

Ses nombreux détracteurs font grief à Philippe Val de l'évolution, au fil des années, de ses opinions politiques, les jugeant en contradiction avec les idéaux qu'il affichait par le passé, et lui reprochent son passage d'un anarchisme frondeur et irrévérencieux à une position nettement « recentrée » et beaucoup plus conservatrice. On réprouve entre autres son soutien à l'intervention de l'OTAN au Kosovo et en Irak, son appui à la candidature « libéral-libertaire » de Daniel Cohn-Bendit lors des élections européennes de 1999, sa position en faveur du projet de traité constitutionnel européen en 2005, ses critiques récurrentes envers l'extrême gauche (dans laquelle on le classait autrefois), son attitude systématiquement hostile à l'islam, son soutien aux États-Unis et à Israël[56].

La notoriété médiatique de Philippe Val s'est accrue ces dernières années, en même temps que la critique de ses positions. Sa présence à deux colloques a particulièrement retenu l’attention à l’été 2007 : il s’est d’abord exprimé à l’université d’été des Gracques, un regroupement d’anciens hauts fonctionnaires socialistes prônant l’alliance du PS avec le centre autour de valeurs « sociales-libérales », puis à celle du MEDEF (le patronat français)[57]. Ces deux interventions ont été analysées par certains à l’extrême gauche comme un dévoiement et comme le signe de ralliement de Philippe Val à la « pensée unique » néolibérale. Val s’est défendu en répondant que sa présence à ces deux universités d’été ne valait pas approbation des politiques défendues par leurs organisateurs (il a d’ailleurs refusé de signer le manifeste des Gracques), que « dialoguer ou débattre, ce n’est en aucun cas être complice », et que l’essence même du dialogue était de réunir deux interlocuteurs de points de vue différents. Ses interventions se situaient au demeurant toutes deux à contre-courant du cadre dans lequel elles ont eu lieu : chez les Gracques, Val a attaqué Ségolène Royal (l’accusant notamment d’être « le degré zéro de la politique »), alors que ses hôtes se situaient clairement à la droite du PS ; chez les patrons, il a dénoncé la menace que représentent selon lui les grands groupes industriels, tels Dassault (propriétaire du Figaro), Bouygues (propriétaire de TF1), Lagardère ou Bolloré pour la liberté de la presse et des médias, reprochant à ses hôtes de manquer d’intérêt pour cette question et soulignant qu’ils « aim[ai]ent bien, en général, ce qui s’exprime en faveur de leurs intérêts ».

Ses multiples apparitions médiatiques, sa fréquentation de ce qu'il est convenu de nommer « les élites » lui valent des critiques et des railleries de la part de confrères comme Bernard Langlois, Olivier Cyran, Daniel Mermet ou Serge Halimi, et, plus généralement, des journalistes qui se livrent à la critique des médias et dénoncent la collusion des journalistes avec le pouvoir politique[58],[59].

Direction de France Inter[modifier | modifier le code]

Comme on l'a vu plus haut, le licenciement de Stéphane Guillon et de Didier Porte, dont les chroniques n'auraient pas été du goût du pouvoir en place, a donné lieu à de vives polémiques.

Par ailleurs de nombreuses émissions, dont Rue des Entrepreneurs, Allô la planète ou Système disque, ont été supprimées entre avril et juin 2010.

Le , les journalistes de France Inter votent à la majorité une motion contre Philippe Val. Ils expriment leur « colère face aux choix et aux méthodes de Philippe Val »[60]. Ils s'inquiètent notamment de « l'ampleur des changements projetés et considèrent qu'à ce jour le lien de confiance indispensable entre la rédaction et la direction a été rompu. »[61].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Vingt ans de finesse (Font & Val), Le Cherche midi, 1992
  • Allez-y, vous n'en reviendrez pas, Le Cherche midi, 1994
  • Allez-y, vous n'en reviendrez pas, la suite, Le Cherche midi, 1996
  • Fin de siècle en solde, Le Cherche midi, 1999
  • No Problem !, Le Cherche midi, 2000
  • Bonjour l'ambiance, Le Cherche midi, 2001
  • Bons baisers de Ben Laden, Le Cherche midi, 2004
  • Le référendum des lâches : les arguments tabous du oui et du non à l'Europe, Le Cherche midi, 2005
  • Traité de savoir survivre par temps obscurs, Grasset, 2007
  • Les traîtres et les crétins : chroniques politiques, Le Cherche midi, 2007
  • Reviens, Voltaire, ils sont devenus fous, Grasset, 2008
  • Si ça continue, ça va pas durer, chroniques radiophoniques de France Inter, illustrées par Catherine Meurisse, Les Échappés, France Inter, 2009
  • Malaise dans l’inculture, Grasset, 2015

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums solo[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Aujourd’hui Théâtre des Blancs Manteaux.
  2. L'ancien pianiste de Léo Ferré.
  3. précédemment évoqué

Références[modifier | modifier le code]

  1. deuxième paragraphe, sur le site du Parisien
  2. Assignation en justice, sur le site storage.canalblog.com
  3. a, b et c Philippe Val quitte Charlie Hebdo et rejoint Jean-Luc Hees à Radio France, Libération.fr
  4. a et b France Inter : Philippe Val part, Laurence Bloch lui succède, Nouvelobs.com
  5. « Un Val très en grâce », Jean-Pierre Thiollet, Le Quotidien de Paris, 17 juillet 1981.
  6. Biographie sur le site evenement.fr
  7. Biographie sur bernard-henri-levy.com.
  8. a et b « Huit ans de prison requis contre Patrick Font », article journal L'Humanité du 04/03/1998, consulté le 7 novembre 2014.
  9. «Les frangins de la banque», Le Mague, février 2003.
  10. sur le site galileo-concept.
  11. « Philippe Val quitte "Charlie" », Charlie Hebdo,‎
  12. Schlesinger : Val peut réussir à France Inter", TéléObs
  13. «Philippe Val comme trophée gouvernemental» de Véronique Brocard pour Télérama le 26 octobre 2009
  14. «Luc Chatel: Philippe Val est une prise de guerre sarkozyste» de Régis Soubrouillard pour Marianne le 29 octobre 2009
  15. L'Après-Charlie
  16. Lire Charlie Hebdo du 22 juin 2005 (extraits)
  17. Soirée Théma sur Arte, le mardi 13 avril 2004, « De quoi j’me mêle : tous manipulés ? ». Lire un compte-rendu sur le site de CQFD
  18. Charlie Hebdo n° 601 du 24 décembre 2003.
  19. Éditorial de Philippe Val titré « La presse a besoin de flics », Charlie Hebdo daté du 24 décembre 2003
  20. Voir le site d'Acrimed, qui rassemble des articles sur Philippe Val
  21. L’opinion du Patron, La liberté d’expression selon Charlie Hebdo : article d'Olivier Cyran, tiré du site lmsi.net, mars 2006
  22. Sébastien Fontenelle, Même pas drôle, Editions Libertalia, 2010.
  23. «Val a des hallucinations dans le Canard», Le Canard Enchaîné, 15 avril 2015.
  24. Quand Philippe Val invente un article diffamatoire dans «le Canard Enchaîné», Libération, 15 avril 2015.
  25. Siné viré : un moment pénible pour Philippe Val Sur le site bakchich
  26. Sans l'ombre d'un doute, ce texte est antisémite Sur le site de Libération
  27. Charlie Hebdo, 30 juillet 2008, p. 3 Article disponible sur le site de Charlie Hebdo
  28. article en ligne
  29. Anna Borrel, « Charlie hebdo zappe Siné », dans Marianne2.fr, 15/07/2008, article en ligne
  30. « Gens de mauvaise foi » comme le journaliste Claude Askolovitch, qui avait déclenché l'affaire sur les ondes de RTL début juillet.
  31. Dessin en ligne Sur le site blogs.lexpress.fr
  32. Siné : Filoche répond aux vingt politiques et intellectuels qui soutiennent Val
  33. Charlie Hebdo n° 841 du 30 juillet 2008
  34. Gisèle Halimi, « Le "procès en sorcellerie" fait à Siné par Val », dans Rue89, 18/07/2008 article en ligne
  35. Delfeil de Ton, « Comment fonctionne la calomnie », Propos recueillis par Sarah Halifa-Legrand dans Le nouvel obs.com, 28/07/2008
  36. Alexandre Adler, « L'antisémitisme, ciment du vertige identitaire », dans Le Figaro, 25/07/2008, article en ligne
  37. Laurent Joffrin, « Charlie Hebdo : sanctionner l’antisémitisme », in Libération, 25/07/2008, article en ligne
  38. Bernard-Henri Lévy, « De quoi Siné est-il le nom ? », in Le Monde, 21/07/2008, article en ligne
  39. « Ils ont choisi leur camp dans l'affaire Siné », dans L'Express, 28/07/2008, article en ligne
  40. Siné : Filoche répond aux vingt politiques et intellectuels qui soutiennent Val de Gérard Filoche sur Nouvelobs.com
  41. « Affaire Siné : les points de vue de Charb et Cavanna, historiques de Charlie Hebdo », dans le Nouvelobs.com, 29/07/2008, article en ligne Sur le site /tempsreel.nouvelobs.com
  42. «Charlie Hebdo» doit verser 90 000 euros à Siné, Libération, 17 décembre 2012.
  43. « Font et Val : les copains, ça mord »
  44. né de la défense de Clearstream par Richard Malka
  45. France Inter: Philippe Val vire Frédéric Pommier de la revue de presse, Libération
  46. France Inter : Philippe Val démet Frédéric Pommier, Le Figaro,
  47. Philippe Val secoue le Pommier à France-Inter, Marianne,
  48. Philippe Val prive Frédéric Pommier de la revue de presse de France Inter, L'Express,
  49. « Humoristes : les pieds dans le débat » par Arrêt sur images
  50. « Guillon et Porte virés de France Inter, mais largement soutenus », Libération, 23 juin 2010.
  51. Christophe Nobili écrit dans Le Canard enchaîné du 30 juin 2010 (« Bal tragique à France Inter : deux morts », p. 1) : « Treize mois à peine après avoir été nommés par Sarko à la tête de Radio France et de France Inter, Jean-Luc Hees et Philippe Val ont viré les deux humoristes qui cognaient le plus sur le pouvoir sarkozyste et faisaient grimper l'audience, le tout à deux ans de la présidentielle. Il fallait le faire. »
  52. « Nicolas Sarkozy en rêvait, Jean-Luc Hees et Philippe Val l'ont fait » souligne Michel Abescat dans Télérama, no 3155, 30 juin 2010, p. 96.
  53. « Stéphane Guillon gagne son procès en appel contre Radio France », L'Express, 16 janvier 2013.
  54. « Didier Porte licencié : France Inter condamné à payer 252 000 euros », Le Parisien, 11 avril 2012.
  55. « Gérald Dahan débarqué de France Inter », Libération
  56. Alain Gresh, « Philippe Val et les conflits du Proche-Orient », sur le site du Monde diplomatique.
  57. Interview de Philippe Val sur DailyMotion
  58. Critique des propos de Val sur Ben Laden et autres sujets : « Philippe Val sur France Inter : un récital de mensonges et de calomnies contre Chomsky »
  59. Pierre Rimbert, Philippe Val et les Précieuses ridicules, le despotisme des éclairés, Le Monde Diplomatique, juin 2009, page 28, texte en ligne.
  60. « Les journalistes de France Inter expriment leur colère contre Philippe Val », Télé Obs, 21 juin 2010.
  61. « Val masqué à France Inter », Libération, 18 juin 2010.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sébastien Fontenelle, Même pas drôle. Philippe Val, de Charlie Hebdo à Sarkozy, éditions Libertalia, 2010
  • Augustin Scalbert, La Voix de son maître ? France Inter et le pouvoir politique : 1963-2012, Nova éditions, 2012

Liens externes[modifier | modifier le code]