Jean-Yves Camus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Camus.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec l'écrivain et homme politique Renaud Camus.

Jean-Yves Camus

Naissance 1958
Châtenay-Malabry (France)
Nationalité Française
Champs Sociologie
Institutions Institut de relations internationales et stratégiques
Diplôme
Renommé pour Sociologie de l'extrême droite

Jean-Yves Camus est un chercheur, essayiste et politologue français, né en 1958. Il est spécialiste de l'extrême droite.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d’une famille catholique pratiquante et gaulliste[1], il est diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, d'études supérieures d'histoire contemporaine (EHESS)[réf. nécessaire] et de science politique (Université Paris I). Il est un spécialiste reconnu de l'extrême droite française et expert des groupes radicaux islamistes[2].

Il est chercheur associé à l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) depuis 2006. Il a dirigé et collaboré à plusieurs ouvrages collectifs dans le cadre du Centre européen de recherche et d'action sur le racisme et l'antisémitisme.

Intervenant dans les médias, il publie des articles dans Le Monde diplomatique ou Charlie Hebdo dans les années 2000 et a collaboré au journal en ligne Proche-Orient.info[Quand ?]. Il participe désormais au site d'information Rue89.

Jean-Yves Camus, qui s'est par ailleurs converti au judaïsme[3], collabore également à l'hebdomadaire Actualité juive. Il a participé à plusieurs conventions du Conseil représentatif des institutions juives de France[4],[5].

Prises de position[modifier | modifier le code]

Le 4 mars 2005, Jean-Yves Camus signe un article sur le site Proche-orient.info prônant l'interdiction de la « La Ligue de défense juive : une milice d'auto-défense et d'extrême droite »[réf. nécessaire]. Il avance également que se répandrait « au sein d'une partie de la communauté juive un sentiment radicalement antiarabe »[6].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • avec René Monzat, Les droites nationales et radicales en France, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1992. (ISBN 2-7297-0416-7)
  • Le Front national, histoire et analyse, Paris, Éditions Olivier Laurens, 1996. (ISBN 2-911838-01-7)
  • L'extrême droite aujourd'hui, Toulouse, Éditions Milan, « Les essentiels », 1997. (ISBN 2-84113-496-2)
  • Le Front national, Toulouse, Éditions Milan, « Les essentiels », 1998. (ISBN 2-84113-608-6)
  • Front National. Eine Gefahr für die französische Demokratie?, Bonn, Bouvier Verlag. (ISBN 3-416-02716-7)
  • Les extrémismes en Europe (ed.). La Tour d'Aigues, éditions de l'Aube. 1998. (ISBN 978-2876784413)
  • avec Annie-Paule Derczansky, Le monde juif, Toulouse, Éditions Milan, « Les essentiels », 2001. (ISBN 2-7459-0226-1)
  • Extrémismes en France : faut-il en avoir peur ?, Toulouse, Éditions Milan, « Milan actu », 2006. (ISBN 2-7459-2357-9)
  • « Svet Zidu » (avec Annie-Paule Derczansky), Brno, Mala Moderni Encyklopedie, éditions Levné Knihy, (ISBN 978-80-7309-501-7)

Articles[modifier | modifier le code]

  • Jean-Yves Camus, « Extrêmes droites mutantes en Europe : Des partis dopés par la faillite des formations traditionnelles », Le Monde diplomatique,‎ mars 2014 (lire en ligne)
  • Le Front national : état des forces en perspective, dans Études du CRIF, no 5, 2004.

Collaboration à des collectifs[modifier | modifier le code]

Coordination d'ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Les extrémistes, de l'Atlantique à l'Oural, Éditions de l'Aube, 1996 et 1998. coordonination

Rapports pour des institutions françaises ou internationales[modifier | modifier le code]

  • L’utilisation d’arguments racistes, antisémites et xénophobes dans les discours politiques, ECRI : Commission européenne contre le racisme et l'intolérance, 2005
  • Menace des partis et mouvements extrémistes pour la démocratie en Europe, Conseil de l’Europe, Commission des Questions

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La blague facho du polémiste Jean Robin, StreetPress, Johan Weisz, 18 juin 2011
  2. Cf. par exemple Le Monde, Interview de Jean-Yves Camus par Caroline Monnot, 12 juin 2013.
  3. « Sur la question de la conversion, mon attitude est simple : je suis un juif pratiquant, point. D’où je viens n’a plus d’importance depuis longtemps et personne ne me le renvoie jamais à la figure. J’ai eu la chance d’être “pris en mains” et soutenu, au Consistoire de Paris, par des rabbins d’une orthodoxie sans faille, qui m’ont appris qu’il ne fallait pas transiger sur les principes, quitte à en payer le prix. », Repli communautaire juif : 3 questions à Jean-Yves Camus, entretien, prochoix.org, 25 juin 2008
  4. Convention nationale du CRIF, 20 novembre 2011, Paris.
  5. Convention régionale du CRIF Marseille Provence 2012.
  6. La communaute juive récuse ses extrémistes, liberation.fr, 13 avril 2002

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]