Mathieu Madénian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mathieu Madénian

Description de cette image, également commentée ci-après

Mathieu Madénian en avril 2013.

Naissance (38 ans)
Perpignan (Pyrénées-Orientales)
Nationalité Drapeau : France Française
Profession Humoriste
Acteur
Chroniqueur
Site internet Site officiel

Mathieu Madénian, né le à Perpignan est un humoriste, comédien et chroniqueur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'origine arménienne par son père et d'origine allemande par sa mère, Mathieu Madénian a grandi à Saleilles, un village de la banlieue de Perpignan, où il obtient son bac scientifique mention très bien, puis un diplôme universitaire (DU) en criminologie avec les félicitations du jury. À 25 ans, après être devenu avocat, il quitte son métier pour se tourner vers la comédie[1],[2].

Il démarre une carrière de comédien dans la série Un gars, une fille. Entre 2000 et 2003, il y joue diverses voix off[1]. Il incarne différents personnages (passant, automobiliste, professeur, client, pilote, vacancier, etc.) en étant physiquement présent mais très souvent filmé de dos. Ensuite, il écrit plusieurs one-man-shows mis en scène par Kader Aoun, où il se produit notamment au théâtre du Point-Virgule[3], puis au Théâtre Trévise jusqu'en mars 2012 et en tournée jusqu'en décembre 2014.

De 2010 à 2011, il intervient dans Le Grand Direct des Médias de Jean-Marc Morandini sur Europe 1[4]. À partir de septembre 2010 jusqu'en mai 2014, Mathieu Madénian participe également à l'émission de divertissement Vivement dimanche prochain présentée par Michel Drucker et diffusée sur France 2. Il y tient une chronique humoristique en alternance avec Anne Roumanoff, Nicolas Canteloup ou Éric Antoine[5],[2]. Il devient à la rentrée 2011 jusqu'en mai 2013 chroniqueur dans l'émission Faites entrer l'invité de Michel Drucker sur Europe 1[6].

En septembre 2011, lors d'une émission Morandini ! sur Direct 8, il traite les électeurs du Front National de « fils de pute ». N'ayant nullement soutenu que le propos litigieux aurait été humoristique, il a été condamné à verser 1 000 euros de dommages et intérêts au parti et 1 500 euros pour les frais de justice[7].

Depuis septembre 2014, il collabore à Charlie Hebdo où il y publie une chronique hebdomadaire . Il échappe de peu à l'attentat du de Charlie Hebdo, il devait se rendre à la rédaction ce jour là, mais n'est pas venu pour indisponibilité[8].

Télévision[modifier | modifier le code]

Comédien[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]