Saint-Eugène (Aisne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Eugène.
Saint-Eugène
Église Saint-Eugène, la place, la fontaine aux enchères.
Église Saint-Eugène, la place, la fontaine aux enchères.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Aisne
Arrondissement Château-Thierry
Canton Condé-en-Brie
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Condé-en-Brie
Maire
Mandat
Jean-Marie Houdant
2014-2020
Code postal 02330
Code commune 02677
Démographie
Population
municipale
244 hab. (2011)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 01′ 20″ N 3° 31′ 54″ E / 49.0222222222, 3.5316666666749° 01′ 20″ Nord 3° 31′ 54″ Est / 49.0222222222, 3.53166666667  
Altitude Min. 70 m – Max. 231 m
Superficie 6,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Saint-Eugène

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Saint-Eugène

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Eugène

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Eugène

Saint-Eugène est une commune française, située dans le département de l'Aisne en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village du sud du département de l'Aisne, en région Picardie, située dans le Canton de Condé-en-Brie, entre Crézancy et le chef-lieu de canton, Condé-en-Brie, dans le sud du département de l'Aisne. Elle est baignée par le Surmelin.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

D'après le "Matot-Braine" de 1899, à la fin du XVIIe siècle, le village actuel de Saint-Eugène se substitue à la métairie romaine située à Montberchy (lieu-dit).

Situé à quelques kilomètres de Condé-en-Brie, dans la vallée du Surmelin, ce petit village est très ancien. Il s'est substitué à la commune de Montberchy, bâtie sur le penchant de la colline, vers l'occident... Après la destruction de leur ville, une partie des habitants qui ne pouvaient se résigner à abandonner le sol natal seraient descendus dans la vallée où ils auraient construit de nouvelles habitations et formé un nouveau groupe.

Dans les actes latins les plus anciens, l'église qui était desservie par le curé de Condé est désignée par le nom de Sancta Eugénia ad Condatum in Bria. Ce nom a été, selon les époques, diversement traduit. Cette église a donné son nom au village où elle est honorée depuis un temps immémorial et dont les habitants s'étendent à l'ombre de son sanctuaire.

Le territoire a une superficie de 692 hectares, dont 183 de bois.

La ferme de Saint-Eugène a été une maison seigneuriale ; ses murs sont très épais. Les droits seigneuriaux étaient de gréver la terre et son produit annuel. Elle appartenait en 1785 à la comtesse de La Tour du Pin. La famille de Faverolles est mentionnée "seigneurs de Sant-Eugène" à la fin du XVe siècle.

Une autre seigneurie rattachée à la commune est celle des Grèves dont les bâtiments sont situés à 800 mètres de la route reliant Château-Thierry à Montmirail. Les terres dont la superficie est de l'ordre de 205 hectares sont sillonnées par de nombreuses allées dont la plupart vont aux villages voisins et qui aboutissent toutes à l'entrée de la ferme. Le vieux château remonte à l'époque féodale et constitue le plus important, dit-on, qui sont en partie ruraux et en partie militaire. Le premier acte de propriété connu de cette seigneurie remonte à 1524.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Bertrand Pipeau[1] DVG  
2014[2] en cours
(au 12 mai 2014)
Jean-Marie Houdant    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 244 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
240 218 248 240 256 223 262 249 263
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
260 251 253 228 240 232 245 224 223
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
230 204 174 193 186 186 173 155 182
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
191 176 148 191 191 203 234 251 238
2011 - - - - - - - -
244 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La fontaine aux enchères.

L'église Saint-Eugène (XIIe et XIIIe siècle)

Sur la place, la fontaine aux enchères doit son nom à la vente des fruits dans le passé.

  • Arboretum.
  • Lavoir et four à pain communal dans la cour de la mairie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  2. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne,‎ 12 mai 2014 (consulté le 12 août 2014)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :