Dormans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dormans
Le château de Dormans.
Le château de Dormans.
Blason de Dormans
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Marne
Arrondissement Épernay
Canton Dormans
(chef-lieu)
Intercommunalité CC des Coteaux de la Marne
Maire
Mandat
Christian Bruyen
2014-2020
Code postal 51700
Code commune 51217
Démographie
Gentilé Dormaniste
Population
municipale
2 900 hab. (2011)
Densité 128 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 04′ 38″ N 3° 38′ 25″ E / 49.0772222222, 3.6402777777849° 04′ 38″ Nord 3° 38′ 25″ Est / 49.0772222222, 3.64027777778  
Altitude Min. 62 m – Max. 250 m
Superficie 22,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de Marne
City locator 14.svg
Dormans

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de Marne
City locator 14.svg
Dormans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dormans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dormans

Dormans est une commune française, située dans le département de la Marne en région Champagne-Ardenne.

Ses habitants sont appelés les Dormanistes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Marne à Dormans. Dans le fond, les contreforts sud de la montagne de Reims sur lesquels s'étagent les vignobles de Champagne.

Dormans se situe dans la vallée de la Marne à la frontière entre la Marne et l'Aisne, à environ 40 km de Reims, 27 km d'Épernay et 25 km de Château-Thierry sur la RN3, à proximité de la sortie Dormans de l'autoroute A4. Dormans est desservie par une ligne SNCF (voir gare de Dormans).

Dormans est une commune viticole située en plein cœur de la Vallée de la Marne, l'une des grandes zones de production du champagne.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Dormans regroupe plusieurs hameaux : Chavenay, Soilly, Try, Vassieux, Vassy.

L’ancienne commune de Soilly est intégrée à la commune de Dormans en 1969[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Dormans
Trélou-sur-Marne Vincelles Verneuil
Courthiézy Dormans Troissy
La Chapelle-Monthodon Igny-Comblizy

Histoire[modifier | modifier le code]

Une gravure de la ville lorsqu'elle faisait partie du gouvernement de Champagne.

Au Xe siècle, la ville appartient aux comtes de Champagne et la châtellenie est apportée en dot par la fille de Thibaut V de Champagne, Jeanne de Champagne à Philippe le Bel.

Jean de Dormans, cardinal de Beauvais, y fonde un collège, où l'enseignement est gratuit, avant de fonder à Paris en 1370, sur la montagne Sainte-Geneviève, le collège de Beauvais ancêtre du lycée Louis-le-GrandCyrano de Bergerac fait ses études .

Le 10 octobre 1575 a lieu la bataille de Dormans. Au cours de cette bataille Henri de Guise est blessé au visage, ce qui lui vaut le surnom de Balafré.

Sous Louis XIII les remparts de la ville sont démantelés et le château presque entièrement reconstruit.

Lors de la première puis de la seconde bataille de la Marne la ville est très endommagée. En 1940, la ville subit également d'importants dégâts lors de la bataille de France. La commune est décorée à deux reprises : de la Croix de guerre 1914-1918 le 30 juillet 1920, puis de la Croix de guerre 1939-1945.



Héraldique[modifier | modifier le code]

Armoiries de Dormans

« Un écu de forme ovale au champ d’azur, posé sur un cartouche, rempli de fleurs de lys d’or et demi-fleurs sur les bords, au coq d’argent, hardi, chantant et armé de gueules.

Timbré d’une couronne de marquis, surmonté d’un ange descendant les ailes déployées, tenant des deux mains un listel allant au gré du vent et portant la devise Vigilantia en lettres de gueules sur fond d’or.

Deux léopards lionnés d’or et lampassés de gueules, supportent l’écu, en appui sur une sorte de terrasse de sinople, dans laquelle sont ajoutées les Croix de Guerre 14-18 avec palme et 39-45 avec étoile de bronze».

Politique et administration[modifier | modifier le code]

caserne de pompiers.

Dormans est chef-lieu du canton de Dormans.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 en cours Christian Bruyen[2] DVD Conseiller général

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Dorsten (Allemagne)

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 900 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 163 2 109 2 227 2 012 2 101 2 105 2 148 2 232 2 244
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 134 2 244 2 223 2 026 2 146 2 179 2 260 2 267 2 231
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 153 2 250 2 126 1 875 2 156 2 104 2 014 1 859 1 970
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
2 210 2 413 2 950 2 920 3 125 3 126 3 004 2 992 2 906
2011 - - - - - - - -
2 900 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dom Albert Noël, Dormans : Notice historique sur le canton, Le Livre d'Histoire – Lorisse,‎ 1877 (ISBN 2-7428-0162-6)

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Liste des maires de la Marne au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, consulté le 22 décembre 2008
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  4. http://www.courchamp-77.fr/VINCENT-Fernand-fusille-a-courchamp-77-le-15-aout-1944.html