Doulaincourt-Saucourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Doulaincourt-Saucourt
Blason de Doulaincourt-Saucourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Haute-Marne
Arrondissement Saint-Dizier
Canton Doulaincourt-Saucourt
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée du Rognon
Maire
Mandat
Laurent Marras
2014-2020
Code postal 52270
Code commune 52177
Démographie
Population
municipale
919 hab. (2011)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 19′ 25″ N 5° 12′ 24″ E / 48.3236111111, 5.2066666666748° 19′ 25″ Nord 5° 12′ 24″ Est / 48.3236111111, 5.20666666667  
Altitude Min. 207 m – Max. 389 m
Superficie 43,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Doulaincourt-Saucourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Doulaincourt-Saucourt

Doulaincourt-Saucourt est une commune française, située dans le département de la Haute-Marne en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Une riche "grange" de l'abbaye de Clairvaux serait à l'origine de Doulaincourt. Au fil des siècles, le nom de la commune a évolué : au XIIe siècle on disait Dolencourt et au XIIIe Dolaincourt.

Le fief de Saucourt, désigné dans les titres latins du XIIe siècle sous le nom de Suigaudicurtis, comme Doulaincourt, était la propriété du seigneur de Donjeux - Monsieur de Gestas - dont les armes ont influencé l'artiste héraldiste qui a conçu le blason des 2 communes associées.

Aux XVe et XVIe siècles, les Suédois, sans considération d'âmes ou d'ennemis ont vécu comme les Croates sur la région, doublant les ravages de ces derniers, désolant les pays dans lesquels ils cantonnaient, massacrant et surtout à Doulaincourt, propriété de la maison de Guise, qui subit leur fureur anticatholique.

Après le massacre de Wassy, le 1er mars 1562 par représailles, les protestants mettaient à sac pendant 5 jours tout le nord du département actuel et terminaient leur pillage dans le populeux val du Rognon où Doulaincourt était incendié et les 2 villages de Saint-Brice et Saint Evre détruits pour toujours

L'histoire de Doulaincourt se confondit ensuite avec celle de la France[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014   Laurent Marras    
2008 2014 Michel Huard    
2001 2008 Michel Huard    
1995 2001 Claude Fontaine    
1989 1995 Claude Fontaine    
1989 1989 Roland Blin    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 919 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
698 722 709 901 800 820 1 008 1 038 1 058
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 080 1 150 1 117 1 015 983 938 1 015 941 1 069
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 124 1 155 1 159 1 066 1 012 975 988 872 820
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
931 961 1 242 1 218 1 135 1 003 968 955 919
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Doulaincourt-Saucourt

Les armes de Doulaincourt-Saucourt se blasonnent ainsi :

« De gueules à la tour d'argent maçonnée de sable, ouverte et ajourée du champ, à la bordure cousue d'azur chargée de huit fleurs de lys d'or. »

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église de Saucourt était le siège d'une cure à la collation du chapitre de Notre-Dame de Reims.

Le choeur et la nef de l'église Saint-Rémy datent de la seconde moitié du 18e siècle. Le massif occidental comprenant la tour-porche et les deux chapelles l'accompagnant fut ajouté en 1872. L'ancien clocher en charpente se trouvait sur la première travée de la nef mais des problèmes de lézardes poussèrent l'architecte Fisbacq à proposer une reconstruction en avant de la nef en pierre de Chevillon, de Savonnières et en ardoise d'Angers pour la couverture de la flèche.

La nef à vaisseau unique de trois travées est précédée d'une tour-porche. Cette dernière est encadrée par deux chapelles et couronnée d'une flèche polygonale en ardoise. L'escalier en vis hors-oeuvre est adossé au flanc nord de la nef. Le choeur se compose de deux travées droites suivies d'une abside à trois pans. La seconde travée droite et tl'abside sont couvertes d'une voûte d'ogives à six quartiers. La toituret du choeur est en tuile plate. La sacristie au toit en pavillon est accolée au pan est du choeur. Le massif occidental, les baies et les contreforts sont en pierre de taille et le reste de l'édifice est en moellon.

  • Ecluse à Saucourt

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:1ere_Ecluse_%C3%A0_Saucourt_sur_Rognon.jpg


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. 3
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011