Danyel Gérard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gérard.
Le chanteur Danyel Gérard lors d'un spectacle sous chapiteau, à La Baule, le 19 juin 1983.

Danyel Gérard, de son vrai nom Gérard Daniel Kherlakian, né à Paris le 7 mars 1939, est un chanteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Il est né d'un père arménien et d'une mère corse née aux Antilles et a passé son enfance au Brésil[1].

Années 1960 et 1970 : le succès[modifier | modifier le code]

Il est, avec Danny Boy (Claude Piron), l'un des tout premiers chanteurs de rock français : il commence sa carrière en septembre 1958 en sortant un disque de rock : D'où reviens-tu Billie Boy (l'adaption de la chanson américaine : Where have you been Billie Boy écrit par Boris Vian[réf. nécessaire]). En 1954, Bill Haley avec Rock around the clock lance véritablement le rock 'n' roll dans le monde, provoquant en quelques semaines un véritable « raz-de-marée » médiatique et social, popularisant cette musique auprès des adolescents. C'est en 1962 que Danyel Gerard est consacré roi du twist avec Petit Gonzales, La leçon de twist et Le Marsupilami.

Danyel Gérard participe à plusieurs tournées accompagnés par Les Fantômes, ou Les Danger's ou Les Champions. Il enregistre accompagné par ces derniers un 45 tours qui frappe fort en 1963 (Je). Ce disque est d'ailleurs le premier disque de la firme disc AZ. Il enchaîne alors tube sur tube : América, Memphis Tennessee accompagnés par Les Champions, D'accord d'accord, Il pleut dans ma maison, Comme tu es jeune. Il écrit en 1964 Les vendanges de l'amour pour Marie Laforêt et Fais-la rire pour Hervé Vilard en 1966.

Il monte alors sa maison d'édition (Dany Music) et les disques PDG et produit entre autres, Michel Corringe (Les paumés, La route). Son retour est annoncé fin 1969, où il réapparaît, barbu, en costume de trappeur, sous un chapeau. Butterfly sera son plus grand tube international. On compte aujourd'hui 13 millions de disques vendus uniquement sur ce titre-là.

Il a enregistré un duo avec Jacques Brel en 1969, un titre qui reste à ce jour inédit[réf. nécessaire].

Danyel Gérard fonde sa propre maison de disques Gypsy en 1973 et enchaîne d'autres tubes : Ti Lai lai Li, Le Gypsy, Un grand amour, Passionnément, Les temps changent, Mélodie Mélodie, Marylou.

Coluche a dit de lui : « Danyel Gérard a eu le choix entre le chapeau de Bob Dylan et le talent. Et il a choisi quoi ? Le chapeau »[2]

Années 1980 et 1990[modifier | modifier le code]

Il enregistre, au début des années 1980, deux albums chez EMI : Regards et Nostalgia in America (réalisé à New York). Il s'absente jusqu'en 1989 pour s'occuper de sa radio Music Box, créée en 1981.

Il sort son dernier album Good or bad en 1991. Depuis, Danyel Gérard se consacre aux jeunes talents et à la musique country par le biais de sa radio et ne sort que des compilations, en moyenne tous les trois ans et avec souvent les mêmes titres.

Années 2000[modifier | modifier le code]

Il participe à la tournée Âge tendre, la tournée des idoles lors des deuxième et troisième saisons.

Danyel Gérard fait son retour sur scène au printemps 2007 via la tournée des Idoles-Âge tendre.

En 2008, il participe à une tournée de musiciens country : le Country Music Show, avec soixante dates.

Il reçoit[Quand ?] des mains d'un grands sculpteurs français à l'Olympia Alain Longet, une guitare d’or couronnant son œuvre[3].

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vendée matin, 14 juillet 2007, page ?.
  2. On a retrouvé... Danyel Gérard !PurePeople
  3. [www.alainlonget.com Site du sculpteurs du show-biz]

Liens[modifier | modifier le code]