Manécanterie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La cathédrale Saint-Jean de Lyon et les anciens locaux de sa maîtrise
L'ancienne maîtrise, ou psallette, près de la cathédrale Saint-Pierre de Rennes.
La manécanterie (qui abrite aujourd'hui une chapelle et le trésor) de la Cathédrale Saint-Jean de Lyon

Étymologiquement, le mot « manécanterie » (apparu en 1836 selon le dictionnaire Le Robert) vient du latin mane cantare, qui signifie « chanter le matin ».

Historiquement, à partir de la fin du XIXe siècle, une manécanterie désigne un type particulier de chœur d'enfants d'abord composé de garçons, rattaché à une cathédrale ou à une paroisse importante. Le chœur est géré par le clergé.

Au Moyen Âge, à la Renaissance, et jusqu'à la Révolution de 1789, le mot n'existe pas. Les maîtrises sont alors des écoles où les enfants reçoivent un enseignement de haut niveau dans le domaine musical, et bien entendu dans le domaine religieux, puisqu'il s'agit avant tout de chanter aux offices. Cela permet aux élèves sortants de faire carrière dans la musique, et donc, pour certains d'entre eux, d'occuper des postes importants dans le monde musical.

En France, avant la Révolution de 1789, lorsqu'on était musicien, on devenait assez fréquemment homme d'Église (par comparaison, et toutes proportions gardées, lorsqu'on joue, de nos jours, dans la musique de la gendarmerie, on entre dans cette arme, sans y faire autre chose que de la musique). Une proportion importante des choristes adultes restaient simples clercs tonsurés. Les autres pouvaient devenir chanoines ou prêtres. C'était assez souvent le cas du maître de musique et de certains des principaux choristes. Entre autres conséquences, être reçu chanoine (pourvu d'une semi prébende ou parfois d'une prébende entière) amenait des avantages financiers. On lui accordait cette prébende dont les revenus allaient lui permettre de mieux faire vivre la maîtrise dont il avait la charge.

Aujourd'hui, le terme de manécanterie, du reste passablement démodé (on parle plus souvent de maîtrise), est parfois utilisé indistinctement pour désigner n'importe quel chœur d'enfants, même si le mot conserve son ancienne connotation, religieuse et éducative.

Articles connexes[modifier | modifier le code]