Musique sacrée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La musique sacrée (on dit quelquefois musique spirituelle) regroupe les genres musicaux associés d'une manière ou d'une autre aux pratiques religieuses d'un groupe social donné. Le concept s'oppose donc à celui de musique profane. Il convient de distinguer la musique sacrée, de la musique spirituelle et de la musique religieuse :

  • la musique sacrée est une musique considérée comme capitale, vitale à une personne ou une communauté d'un point de vue religieux ;
  • la musique spirituelle est une musique permettant d'élever l'âme vers le divin, sans s'inscrire forcément au sein d'une pratique religieuse ;
  • la musique religieuse est souvent consacrée par des textes ou par des sacrements religieux. Elle se distingue des précédentes pour sa fonctionnalité.

Ainsi, la musique sacrée dépasse la musique spirituelle par son caractère personnel ou communautaire ; une musique peut être sacrée pour un culte (le miserere pour l'Église catholique par exemple), qui ne l'est pas pour d'autres. C'est ainsi qu'une musique profane peut être spirituelle.

Une musique peut ainsi être une combinaison de ses trois caractères ainsi le miserere d'Allegri est une musique spirituelle et religieuse elle est jouée habituellement le jour du vendredi saint, sacré pour certains. Il existe de par le monde diverses traditions de musiques sacrées selon les confessions religieuses : musique bouddhique - musique chrétienne - musique hindoue - musique juive - musique islamique - musique sikhe, etc.

Musique vocale et instrumentale[modifier | modifier le code]

  • La musique religieuse est fréquemment vocale, lorsqu'elle utilise, ou s'inspire, des textes considérés comme sacrés.
Par exemple, des psaumes, le chant grégorien, un oratorio, des negro spirituals, etc., constituent de la musique sacrée.
La musique religieuse vocale peut être soutenue par un accompagnement instrumental ; dans le cas contraire, on dit qu'elle est interprétée « a cappella ».
- Soit parce qu'elle est simplement associée à un rituel de nature spirituelle (offertoire dans le rite de la messe, par exemple). Par exemple, dans la musique baroque, une sonate d'église, appelée également « sonata da chiesa », doit être nécessairement analysée comme de la musique sacrée,
- Soit parce qu'elle est destinée à un instrument de musique traditionnellement dévolu à un usage sacré, ou sacré lui-même. Cela peut être le cas de l'orgue ou de l'harmonium, instruments habituellement liés à l'accompagnement de la liturgie chrétienne[1]. Le saz ou le tambûr sont des luths sacrés pour les communautés kurdes, et ils s'inscrivent au cœur de la pratique religieuse comme le ciboire peut l'être dans la religion chrétienne.

Musique classique occidentale[modifier | modifier le code]

La musique occidentale savante (ou musique classique) fut presque exclusivement sacrée pendant toute la durée du Moyen Âge.

L'Église catholique romaine a consacré quelques documents magistériels à la musique sacrée, dont Tra le Sollecitudini et Musica Sacræ de Pie X et Pie XII, et compte un Institut pontifical de musique sacrée[2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il convient néanmoins de souligner que de tout temps l'orgue a servi d'instrument à la fois pour la musique d'agrément et pour la musique sacrée. Ce n'est évidemment pas l'instrument qui est religieux, mais la musique que l'on fait avec.
  2. http://www.vatican.va/roman_curia/institutions_connected/sacmus/index_fr.htm

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]