Hymne européen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ode à la Joie
Hymne de Drapeau de l’Union européenne l'Union européenne et d'institutions européennes (tel que le Conseil de l'Europe)
Adopté en 1986
Fichiers audio
Ode à la Joie
Des difficultés à utiliser ces médias ? Des difficultés à utiliser ces médias ?

L'hymne européen désigne l'hymne utilisé lors des cérémonies officielles de plusieurs organismes internationaux européens. Il s'agit d'un arrangement d'environ deux minutes[1] du thème musical de l'Ode à la joie, dernier mouvement de la Neuvième symphonie écrite en 1823 par Ludwig van Beethoven. Cet hymne est actuellement utilisé par l'Union européenne et également par le Conseil de l'Europe.

Historique[modifier | modifier le code]

Premières propositions[modifier | modifier le code]

Après[2] la Seconde Guerre mondiale, concomitant à la question d'un drapeau pour les nouvelles institutions européennes, la question d'un hymne suscita un regain d'intérêt. Le Conseil de l'Europe reçut ainsi une vingtaine[3] de propositions de musiques et paroles.

Richard Nikolaus de Coudenhove-Kalergi avait songé dès 1929 à utiliser l’Ode à la joie comme hymne européen. Cependant, après le rejet de sa proposition de célébration de journée de l'Europe, il craignait de faire lui-même la proposition officiellement[4]. Cependant il évoqua à nouveau la question en 1951[5]. Entre 1952 et 1966, alors que les deux États allemands présentent des équipes communes aux Jeux olympiques, l'Ode à la joie tient lieu d'hymne national.

Parmi les diverses propositions envoyées par de simples citoyens, il y eut :

  • le Chant de la paix de Jehane-Louis Gaudet (professeur de chant à Lyon), datée du , adressée et dédicacée à Paul-Henri Spaak, alors président du Conseil de l'Europe. L'auteur destine en réalité ce chant aux Nations-Unies ;
  • un Hymne eines geeinten Europas ou Hymne à une Europe unifiée (les deux titres sont de l'auteur) de Carl Kahlfuss, de Charlottenburg, datée du [N 1] ;
  • un hymne intitulé Invocata de 1950[N 2] de Hans Horben, de Deggendorf.

Il apparut aux représentants européens que la question de l'hymne ne saurait être résolue qu'après l'adoption d'un drapeau[N 3]. Cependant, l'adoption d'un drapeau fin 1955 ne donna pas lieu à celle d'un hymne.

Rôle des communes[modifier | modifier le code]

Depuis 1955, l'Assemblée consultative du Conseil de l'Europe décernait un prix de l'Europe et récompensait les communes œuvrant à la construction européenne. Les célébrations réalisées localement pouvaient comporter des représentations musicales et chorales et donnaient ainsi lieu à des interprétations de divers hymnes[6].

En 1961, la section belge du Conseil des communes d'Europe commanda à Geo Teirlinck un arrangement musical de l'Ode à la joie, qu'elle associa à des paroles en rapport avec son domaine d'action, les jumelages de communes européennes. Ce choix, rapporté par René Radius dans le Rapport de l'Assemblée consultative (10 juin 1971), avait été explicité auprès des instances européennes par une lettre du Conseil des communes d'Europe datée de 1963, comme étant une « mélodie qui a[vait] déjà été enseignée dans les écoles bien avant qu'il n'en fût question au Conseil de l'Europe ».

Ce même Conseil des communes d'Europe, en Assemblée générale à Rome le 15 octobre 1964, émet la recommandation qu'un hymne soit adopté, à la fois par le Conseil de l'Europe et par la Communauté européenne.

Le débat au Conseil de l'Europe[modifier | modifier le code]

En février 1971, une réunion du Comité pour la réactivation du Jour de l'Europe relance la question de l'hymne européen. Kjell T. Evers, président de la Conférence européenne pour les autorités territoriales, et qui avait présidé à la session, demande en mars à René Radius, président du comité sur les autorités territoriales auprès de l'Assemblée consultative du Conseil de l'Europe, d'inclure la question d'un hymne dans les délibérations de son comité[7]. Ce comité se réunit 30 avril et décide de proposer le mouvement final de la 9e symphonie comme hymne, en laissant à plus tard le choix de paroles[8].

L'adoption officielle comme hymne européen se fera dans l'euphorie du bicentenaire de la naissance de Beethoven en 1970. Tenant compte d'un début d'usage de la IXe symphonie dans des cérémonies européennes, l'Assemblée consultative du Conseil de l'Europe adopte cette mélodie comme hymne en juillet 1971[9]. Le Conseil des ministres adopta de même cet hymne en janvier 1972. Comme pour le drapeau européen, l'assemblée incita par la suite les autres institutions européennes à adopter le même symbole[10].

Adoption par les Communautés européennes[modifier | modifier le code]

Les réflexions sur l'adoption d'un hymne pour les Communautés européennes ont commencé en 1985 (simultanément aux discussions sur le drapeau) lors du Conseil européen de Milan[11]. La décision fut prise par le Conseil « affaires étrangères » des 21 et 22 avril 1986, programmant une levée solennelle de drapeau et une interprétation du nouvel hymne le 29 mai[12].

Utilisations postérieures[modifier | modifier le code]

En dépit des protestations du Conseil de l'Europe[13], la mélodie de Beethoven a été choisie par Ian Smith en 1974 comme l'hymne national du régime d'apartheid de Rhodésie du Sud, jusqu'à sa chute en 1980.

Le prélude de l'Ode à la joie dans sa version originale a été utilisé par le Kosovo comme hymne national en 2008 pour les préparatifs de son indépendance[14].

Composition[modifier | modifier le code]

L'Hymne utilisé par les organisations européennes repose sur la seule mélodie, sans référence au texte de Schiller utilisé et remanié par Beethoven pour la composition de sa symphonie.

La version officielle du Conseil de l'Europe est celle enregistrée par le chef d'orchestre autrichien Herbert von Karajan et l'orchestre philharmonique de Berlin en février-mars 1972. Sa durée est de 2 minutes et 15 secondes. Elle correspond aux mesures 140-187 du quatrième mouvement de la symphonie. Le parlement Européen a limité la durée de l'hymne lors de cérémonies officielles à 2 minutes et 07 secondes. Outre la mélodie, Karajan retient deux des trois variations de Beethoven (variation aux violons et sa transformation dans le sens d'une marche solennelle) et conclut sur une cadence sous une forme close que renforce un ritenuto molto[5]. Le tempo est sensiblement ralenti (noire à 120 au lieu de blanche à 80) et l'instrumentation va vers un renforcement uniforme de la sonorité au détriment de la richesse de la texture et de timbre.

En 2000, le Conseil de l'Europe commande au compositeur Christophe Guyard[15] une Rhapsodie sur l'Hymne européen dont elle utilise un enregistrement pour illustrer des documents audiovisuels concernant le Conseil. Sa durée est de 6 minutes et 34 secondes.

La question des paroles[modifier | modifier le code]

L'hymne européen a été adopté sans titre et sans paroles, en raison du multilinguisme européen. Cela lui retire la capacité d'être mémorisé, au contraire des hymnes nationaux qui, par leur paroles, peuvent être appris par tous et deviennent un élément symbolique fort. Officiellement, il est considéré que la musique est un langage per se qui exalte les idéaux européens[16]. Cette situation a fait l'objet de critiques de certains politiciens. Gerardo Fernández-Albor, député espagnol au Parlement européen, avait demandé en 1992 et 1994 à la Commission européenne si elle souhaitait apporter une version de l'hymne dans chaque langue européenne, ce à quoi la Commission a réaffirmé qu'elle n'en avait pas l'intention[17].

Cependant, l'écriture de paroles pour l'hymne européen a suscité différents projets en différentes langues, sans faire l'objet d'un consensus au niveau européen.

Le latin a été envisagé, en tant qu'ancienne langue véhiculaire des pays européens, quoique cette qualification soit de moins en moins vraie à mesure des élargissements de l'Union. Le compositeur autrichien et latiniste Peter Roland proposa une version en latin[18]. Romano Prodi, alors président de la Commission européenne, en a reçu une copie en cadeau personnel lors d'une visite à Vienne en février 2004, alors que le traité de Rome de 2004 était dans ses derniers mois de négociation et qu'un hymne pouvait être intégré au texte. Romano Prodi s'étant réjoui de cette initiative[19] ainsi que d'autres officiels de l'Union européenne et du Conseil de l'Europe[20], l'évènement suscita une polémique dans la presse britannique qui craignait que ce cadeau fût annonciateur de leur adoption par l'Union européenne[21]. La Commission européenne avait par la suite démenti toute intention d'utiliser cet hymne officiellement[22].

Le grec ancien a également été proposé, comme ayant une filiation de vocabulaire avec un grand nombre de langues de l'Union européenne. Cependant, plusieurs langues officielles de l'Union, comme le finnois ou le maltais, ne sont pas du tout liées au grec.

Plusieurs traductions du poème de Schiller ont également été écrites en espéranto[23], la plus connue étant celle de Kálmán Kalocsay.

En France, la mélodie de Beethoven a donné lieu à plusieurs adaptations bien avant la construction européenne, à destination des enfants des écoles. Un couplet (commençant par « Que la joie qui nous appelle ») a été écrit par Jean Ruault. Ces paroles ont été complétées de deux autres couplets (le premier de ces couplets commençant par « Peuples des cités lointaines ») du librettiste Maurice Bouchor (1855-1929), que ce dernier a publiés sous le titre Hymne à l'universelle humanité. Une autre version (commençant par « Oh ! Quel magnifique rêve ») de Maurice Bouchor a été publiée avec Julien Thiersot sous le titre Hymne des temps futurs dans les Chants populaires pour les écoles de la librairie Hachette au tout début du XXe siècle [24]. Une version postérieure de Joseph Folliet (commençant par « Joie discrète, humble, fidèle ») est également connue.

Paroles non officielles proposées[modifier | modifier le code]

Allemand
de Friedrich Schiller

Freude, schöner Götterfunken,
Tochter aus Elysium!
Wir betreten feuertrunken,
Himmlische, Dein Heiligtum.

Deine Zauber binden wieder,
Was die Mode streng geteilt,
Alle Menschen werden Brüder,
Wo Dein sanfter Flügel weilt.

Latin
par Peter Roland

Est Europa nunc unita
et unita maneat;
una in diversitate
pacem mundi augeat.

Semper regant in Europa
fides et iustitia
et libertas populorum
in maiore patria.

Cives, floreat Europa,
opus magnum vocat vos.
Stellae signa sunt in caelo
aureae, quae iungant nos.

Français

Étincelle Ô joie divine,
jaillie de l'Elysium !
L'allégresse nous anime,
pour entrer dans ton royaume.

Par ta magie sont unanimes,
des peuples jadis divisés.

Là où ton aile domine,
règne la fraternité.
Soyons unis comme des frères,
d'un baiser au monde entier.

Amis !
bâtissons une ère de paix pour l'Humanité.
.

Anglais
par Daniel Wright

Europe is united now
United that it may remain;
Our unity in diversity
May contribute to world peace.

May there forever reign in Europe
Faith and justice and Freedom
For all its many people
In a greater motherland

Citizens, Europe will flourish,
A great task calls on to you.
The stars in the night sky
Are the symbols that unite us.

Espéranto
par Umberto Broccatelli

Kantu kune amikaro,
Ni la ĝojon festas nun,
Nek rivero, nek montaro
Plu landlimoj estas nun.

Ho Eŭropo, hejmo nia,
Tro daŭradis la divid‘;
Nun brilegu belo via,
Ĉiu estas via id‘.

Via flago kunfratigas
Homojn post milita temp‘,
Via leĝo nun kunigas
Civitanojn en konsent‘.


De l' Malnova Kontinento
Ĵus ekstaris la popol',
Gvidas ĝin tre nova sento
Kaj kuniga forta vol'.


Sub la ŝildo de la juro
ni vivados en konkord'.
Tio estas nia ĵuro:
unu land' kaj unu sort'.


Jen ekzemplo por la mondo:
jen direkto, jen la voj':
tuthomara granda rondo
en la paco, en la ĝoj'!

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans une lettre ultérieure, datée du 14 octobre 1950, l'auteur appelle cet hymne Paneuropa
  2. Une lettre de l'Assemblée consultative à l'auteur indique que l'œuvre a été transmise à l'Assemblée par la Représentation allemande le 28 août 1950. Cette lettre mentionne que les projets d'hymnes ont été regroupés et que la question de l'opportunité d'un hymne ne sera traitée par l'Assemblée qu'une fois résolue la question du drapeau.
  3. La lettre de Paul Michel Gabriel Lévy à Richard Nikolaus de Coudenhove-Kalergi datée du 5 septembre 1955 mentionne que la question de l'hymne sera résolue « assez facilement » mais seulement après l'adoption d'un drapeau. Elle propose à Coudenhove-Kalergi de « favoriser l'exécution de l'Hymne à la Joie de le 9e symphonie dans toutes les manifestations européennes ».

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. La version du Teatro da Trinidade de Lisbonne de 1994, utilisé par l'Union européenne, dure deux minutes et sept secondes, d'après le site dédié de l'Union européenne [1]
  2. Les documents primaires cités dans la section sur l'historique ont fait l'objet d'une recension et d'une sélection par le Conseil de l'Europe. Ces document choisis peuvent être consultés sur le site du Conseil de l'Europe : [2]
  3. Nombre mentionné dans la lettre de Paul Michel Gabriel Lévy au sénateur belge M. A. Molter datée du 12 mars 1995.
  4. Lettre de Coudehove-Kalergi du 3 août 1955 (écrite à Berne) à Paul Michel Gabriel Lévy, adressée au Conseil de l'Europe.
  5. a et b La Neuvième de Beethoven d'Esteban Buch - 1999 - Gallimard
  6. Le fait que des interprétations musicales soient habituellement associées aux célébrations européennes est mentionné dans le document AS/Loc 22 daté du 30 avril 1971, et présenté comme justifiant la nécessité d'adoption d'un hymne européen, à la suite de l'adoption d'un drapeau (Conseil de l'Europe - European Anthem).
  7. Document AS/Loc (22) 37
  8. Document AS/Loc (22) PV 10, lire en ligne
  9. Résolution 492 du 8 juillet 1971 : « Il convient de porter le choix sur une œuvre musicale représentative du génie de l'Europe et dont l'utilisation dans les manifestations à caractère européen constitue déjà l'ébauche d'une tradition », lire en ligne
  10. Hymne européen sur le portail officiel de l'UE.
  11. « There is clearly a need, for both practical and symbolic reasons, for a flag and an emblem to be used at national and international events, exhibitions and other occasions where the existence of the Community needs to be brought to public attention. A decision on this matter is required in order to avoid misunderstanding and confusion. » -- Report submitted to the Milan European Council (Milan, 28-29 juin 1985), in Bulletin of the European Communities. 1985, No Supplement 7/85, p. 18-30, lire en ligne.
  12. « La musique de l'«Hymne à la joie », tirée du quatrième mouvement de la neuvième symphonie de Beethoven, sera utilisée lors de manifestations européennes. M. Carlo Ripa di Meana, membre de la Commission responsable de l'Europe des citoyens, a fait, à l'issue du Conseil, la déclaration suivante : « […] Une cérémonie solennelle de levée du drapeau aura lieu à Bruxelles devant le siège de la Commission le 29 mai, le prélude de l'Hymne à la joie' de Beethoven, nouvel hymne européen, sera interprété […] » -- Bulletin der Europäischen Gemeinschaften. Avril 1986, Nr. 4, S. 54; 57, lire en ligne
  13. Memorandum du 30 septembre 1974 : Utilisation de l'hymne européen par la Rhodésie comme hymne national
  14. Reuters, 6 février 2008, Kosovo's countdown plays out to Beethoven, lire en ligne, annonce les répétitions de l'Orchestre philharmonique du Kosovo ; Reuters (Nebi Qena et William J. Kole), annonce que la partition a été jouée à l'occasion de la déclaration d'indépendance, lire en ligne.
  15. Rhapsodie sur l'Hymne européen dans l'œuvre de Christophe Guyard
  16. http://europa.eu/abc/symbols/anthem/index_fr.htm Symboles de l’Union européenne
  17. Question écrite posée par Gerardo Fernández-Albor (PPE) à la Commission, intitulée « Version officielle communautaire de l'hymne européen », datée du 22 novembre 1994, référence E-2383/1994, publiée au JO C 81 du 3/4/1995 (p. 28), [3]. La réponse est datée du 12 décembre 1994 et a été donnée par Jacques Delors, [4]. La réponse du président Delors fait référence à la première question du même député, numérotée 1174/92 et publiée au JO no C 40 du 15. 2. 1993.
  18. Hymnus Latinus Europae www.hymnus-europae.at
  19. La réaction de Romano Prodi a été rapporté par Die Presse dans la semaine du 2 au 8 février 2004.
  20. « Le commissaire européen à l'Agriculture, l'Autrichien, Franz Fischler, ainsi que ses compatriotes Walter Schwimmer et Peter Schieder, respectivement secrétaire général du Conseil de l'Europe et président de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, se sont engagés à promouvoir le projet. » – dépêche AFP datée du 9 février 2004
  21. EU fanatics want you to sing this dire anthem, The Sun, 3 février 2004, p. 6 et 8, citées par la référence « Mise au point » plus bas et par la Représentation de la Commission européenne au Royaume-Uni. O friend, no more these sounds! Sun hits wrong note as a deaf ear turned to truth, Press watch no 18, mai 2004, (en) lire en ligne.
  22. Commission européenne, Direction générale de la communication, « Mise au point », février 2004,lire en ligne
  23. Hymne européen en espéranto sur le site de l’Union européenne d'espéranto
  24. Les paroles de ces différentes versions peuvent être consultées à site consacré à Ludwig van Beethoven.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]