Odon Vallet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vallet.
Odon Vallet (au centre) à l'Université de la Terre en 2011.

Odon Pierre Maurice Marie Vallet, né le à Paris 8e, est un spécialiste français des religions.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Fils de Jean Vallet, ancien dirigeant de la compagnie d’assurances GPA-Athéna, mort dans un accident de voiture en 1954, et de Mme, née Aubin de Blanpré, infirmière, Odon Vallet hérite de 320 millions de francs en 1989 (soit l'équivalent de 69,75 millions d'€ 2010[1]) lors de la vente de la société (Odon Vallet avait 42 ans)[2]. Cette fortune sera donnée à la Fondation de France - Fondation Vallet en 1999.

Études[modifier | modifier le code]

Il a fréquenté l'école primaire catholique Bossuet à Paris, et les lycées Montaigne et Louis-le-Grand. En 1964, inscrit au lycée d'altitude de Briançon, il y pratique de nombreux sports : cyclisme, ski de fond et alpinisme.

En 1970, Odon Vallet est diplômé de Sciences-Po. En 1971-1973, il suit le cursus de l'Ena (promotion François-Rabelais), puis obtient deux doctorats en droit et en science des religions (1985).

Carrière[modifier | modifier le code]

Il est également spécialiste de l'Asie, du Proche à l'Extrême-Orient (notamment du Viêt Nam) et de l'Afrique où il a multiplié les voyages.

Fondation Vallet[modifier | modifier le code]

Estimant que ses ressources d'enseignant et d'écrivain couvrent largement ses besoins, il décide de fonder avec son frère, Jean-Daniel en 1999, la « fondation Odon Vallet », en donnant l'imposante fortune dont il a hérité dix ans plus tôt de son père, ancien dirigeant de la société d'assurance GPA-Athena. Placée sous l'égide de la Fondation de France[4],[2], la fondation Vallet remet aux étudiants brillants mais défavorisés de Paris, du Bénin et du Vietnam[5],[6] des bourses afin de les aider à poursuivre leurs études. Cette association serait la plus prodigue d'Europe vis-à-vis des bourses scolaires[7].

Odon Vallet a déclaré, concernant sa fondation : « Je possède de quoi vivre. J’ai décidé, en hommage à mon père, de redistribuer cet argent dans un domaine que je connais bien : l’éducation[8]. ». En effet, « avant de faire fortune dans les assurances, mon père, qui était fils d'ouvrier, a connu de gros problèmes pour mener à bien ses études. C'est pourquoi j'ai souhaité, grâce à son argent, aider des jeunes qui vivent les mêmes difficultés. J'ai également choisi cette cause parce que je suis enseignant », précise-t-il. « Je connais les soucis de certains élèves qui ne savent pas toujours où et comment trouver de l'aide, d'autant que les professeurs ne s'intéressent pas forcément à leur situation personnelle. »

La fondation Vallet a pour vocation d’aider les jeunes particulièrement défavorisés à poursuivre leurs études en leur attribuant des bourses d’études. Les bénéficiaires de cette fondation sont des élèves et des étudiants de l’académie de Paris[4], quelle que soit leur origine géographique, inscrits dans les écoles d’art ou des lycées d'art professionnels et technologiques[4]. Une bourse de 4 000 euros est proposée aux étudiants inscrits dans une formation au sein d’une des écoles d’arts suivantes[4] : École Boulle, Lycée des arts graphiques et des arts du livre Corvisart - Tolbiac École supérieure des arts appliqués Duperré, École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d'art (ENSAAMA Olivier de Serres), École Estienne, École nationale supérieure des arts décoratifs (ENSAD), École nationale supérieure de création industrielle (ENSCI)[9], École professionnelle supérieure d'arts graphiques et d'architecture (EPSAA), Gobelins – l'École de l’Image, Fondation européenne pour les métiers de l'image et du son (La Fémis), Lycée Diderot (Paris), Lycée des métiers de la photographie et de l'image Auguste Renoir (Paris XVIIIe)…

En 2006, il est désigné par le journal Capital, comme étant l'un des Français les plus généreux et méritant « la médaille de l'altruisme ».

En 2009, Odon Vallet reçoit le Prix BNP Paribas pour la philanthropie individuelle (catégorie « Grand Prix ») en récompense de l'action de sa fondation[10].

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Mon père, fils d'ouvriers, gardait les chèvres à 12 ans et je défends une conception de l'école publique où les seuls critères sont intellectuels et où le porte-monnaie ne compte pas[7]. »
  • Il a qualifié le Pape Benoît XVI de « brillant réactionnaire »[11].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Les Hautes-Alpes – hommes et nature en montagne, Éditions Berger-Levrault, 1975.
  • Culture générale, 1988.
  • L'École ou De la vanité considérée comme un mode de gouvernement, 1991.
  • Femmes et religions, 1994.
  • L'État et le politique, 1994.
  • Les Religions dans le monde, 1995.
  • L'Affaire Oscar Wilde ou Du danger de laisser la justice mettre le nez dans nos draps, Albin Michel, 1995.
  • Les Grandes religions d'aujourd'hui, 1998.
  • Le Honteux et le Sacré, Albin Michel, 1998.
  • Qu'est-ce qu'une religion ?, Albin Michel, 1999.
  • Jésus et Bouddha, Albin Michel, 1999.
  • Une autre histoire des religions, 2000.
  • Le Cantique des cantiques, 2000.
  • Hymnes à la Terre-Mère, 2000.
  • Hymnes au masculin, 2000.
  • Petit Lexique des idées fausses sur les religions, Albin Michel, 2002 ; 2008.
  • L'Évangile des païens, Albin Michel, 2003 ; 2006.
  • Dieu a changé d'adresse – Propos d'un pharisien libéré, Albin Michel, 2004.
  • Petit Lexique des guerres de religion d'hier et d'aujourd'hui, Albin Michel, 2004.
  • Petite grammaire de l'érotisme divin, Albin Michel, 2005.
  • Corps Divins, un livre sur les artistes Pierre et Gilles aux Éditions du Chêne, 2006.
  • Petit Lexique des mots essentiels, Albin Michel, 2001 ; 2007.
  • Dieu n'est pas mort... mais il est un peu malade, 2007.
  • Dieu et le Village planétaire, 2008.
  • Les Enfants du miracle – Des milieux les plus défavorisés jusqu'aux bancs des grandes écoles, Albin Michel, 2009.
  • Odon Vallet : Biographie philanthropique, avec Guillaume Herbaut et Guy-Pierre Chomette, Éditions Jean di Sciullo, 2010.
  • Dieu et les religions en 101 questions-réponses, Albin Michel, 2012.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Chiffres clés – Valeurs en euros des francs de 1909 à 2009 », Le Particulier, no 1048, avril 2010, p. 93.
  2. a et b Olivier Tallès, « Odon Vallet, une fortune au service de l’éducation », sur la-croix.com, 22 septembre 2009, consulté le 3 avril 2010.
  3. Vincent Porhel, Michelle Zancarini-Fournel, 68’. Révolutions dans le genre ?, Clio, no 29, Presses universitaires du Mirail, 2009, p. 31
  4. a, b, c et d http://www.fondationdefrance.org/La-Fondation-de-France/Fonds-et-fondations-sous-egide/Toutes-les-fondations/Vallet
  5. « Remise des bourses d'études « Odon Vallet » à 127 étudiants », 12 septembre 2006.
  6. « Bourses Odon Vallet à des jeunes vietnamiens en France », fr.vietnamplus, 2 novembre 2009.
  7. a et b Delphine Saubaber, « Vallet de cœur », sur lexpress.fr, 23 août 2004.
  8. Pierre Desorgues, « Dossier - Une société juste – Des Fondations favorisent l’ascenseur social », Réforme, no 3200, 23 novembre 2006, sur reforme.net.
  9. [PDF] « Bourses d'études », sur ensci.com, consulté le 3 avril 2010.
  10. « BNP Paribas remet le Prix de la Philanthropie individuelle 2009 », sur bnpparibas.com, consulté le 3 avril 2010.
  11. http://beatriceweb.eu/BenoitEnFrance/printable/0455009abf0d7a931/0455009b00080cc01.html
  • L'émission "Prise Directe" du 21 septembre 2010 sur la chaîne française France 2 qui portait sur héritages et successions a présenté le mécénat d'Odon Vallet.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Conférences en ligne