Félin hybride

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un félin hybride est le résultat du croisement naturel ou forcé entre deux félins d'espèces différentes.

Les félins hybrides ne constituent pas une nouvelle espèce car ils ne sont pas fertiles entre eux. Ils ont le même comportement sexuel que leurs parents mais par exemple deux ligrons ne pourront pas se reproduire. La femelle avortera avant la fin de la gestation.

Toutefois, on a remarqué que les hybrides pouvaient se reproduire avec les espèces dont ils sont issus : par exemple, une tigronne (tigron femelle) peut se reproduire avec un lion. Seules les hybrides femelles se révèlent fertiles, les mâles sont toujours stériles.

Les félins hybrides ont la plupart du temps de graves problèmes de santé et comportementaux. Par exemple, le Wild Animal Safari à Pine Mountain en Géorgie aux États-Unis a pris pour habitude d'élever des ligres. Sur 24 ligres, seulement trois étaient normaux. En grandissant, ils avaient tout de même des problèmes mentaux[réf. nécessaire].

Croisements entre félins sauvages[modifier | modifier le code]

Genre Panthera[modifier | modifier le code]

Lionne Tigresse Jaguar femelle Léopard femelle
Lion Ligre Liguar Liard
Tigre Tigron Tigard
Jaguar mâle Jaglion Jaguatigre Jagulep
Léopard mâle Leopon Léotig Lépjag

Les félins hybrides sont stériles mais les femelles tigron ou ligre peuvent se reproduire avec un lion ou un tigre. De ses croisements naissent d'autres hybrides, 3/4 tigres ou 3/4 lions selon leur père.

Le résultat d'un croisement avec un hybride, c'est-à-dire les ti-ligre, les ti-tigron, les li-ligres et les li-tigrons sont assez rares. De plus, apparemment, il y a moins de croisements avec les lions qu'avec les tigres.

Dans le cas d'un croisement avec un tigre, le résultat est plus tigre que lion. Il ne sait que feuler, ses rayures sont beaucoup plus visibles et aucune crinière n'est visible. Dans le cas d'un croisement avec un lion, le résultat a plus de caractéristiques léonines.

Genre Leopardus[modifier | modifier le code]

Il existe un croisement entre un Margay mâle et un Ocelot femelle du nom de Marlot. En mai 1977, la naissance d'un Marlot a été annoncée par le Long Island Ocelot Club (LIOC) mais aucune autre information n'est disponible.

Genre Lynx[modifier | modifier le code]

Les croisements entre des espèces différentes de lynx (Lynx du Canada, Lynx roux et Lynx commun) ne sont pas très « spectaculaires » puisque le fruit de tels croisements ressemble bel et bien à un lynx. L’hybridation entre le Lynx roux et le Lynx du Canada existe[1] : aux États-Unis, on appelle le résultat d’un tel croisement un « Blynx » ou un « Lynxcat », contraction du terme « Bobcat » désignant le Lynx roux et « Lynx » désignant le Lynx du Canada. En 2004, des études génétiques menées sur ces deux espèces ont confirmé que trois spécimens sauvages du Minnesota à l’origine ambiguë étaient issus de l’hybridation. L’ensemble des hybrides étudiés avait un Lynx du Canada pour mère[2]. Les signalements d’hybrides sauvages sont, pour l’instant, confinés au sud de l’aire de répartition du Lynx du Canada. Les pattes des hybrides sont en général plus larges que celles du Lynx roux, mais moins que celles du Lynx du Canada. Leur robe et la longueur des plumets de leurs oreilles sont plus proches de celles du Lynx roux. Un cas de Blynx femelle féconde a été signalé en 2008[3],[Note 1].

Genre Felis[modifier | modifier le code]

L'Euro-Chaus est un croisement entre un Chat sauvage mâle et un Chaus femelle.

Croisement entre félins de genres différents[modifier | modifier le code]

Le Servical est le croisement entre un Serval mâle et un Caracal femelle. Le croisement entre un Serval femelle et un Caracal mâle s'appelle un Caraval. Les seules naissances rapportées sont le fruit du hasard. Son pelage est roux clair avec des taches roux foncé. Il a les grandes oreilles du serval et les plumets des caracals.

L'Ocema est un croisement entre un ocelot mâle et un puma femelle. Des croisements ont eu lieu à plusieurs reprises en Guyane française ; toutefois, peu de portées survécurent.

Le Pumapard est le croisement entre un Puma mâle et un léopard femelle. Les seuls spécimens naquirent dans les années 1900 dans une petite ménagerie. Six individus naquirent mais un seul parvint jusqu'à l'age adulte qui fut empaillé lors de sa mort. La dépouille est exposée au Museum d'histoire naturelle de Rothschild en Angleterre. Son pelage est crème foncé à marron clair et est tacheté d'ocelles identiques à celles du léopard mais plus claires. Le pumapard est deux fois plus petit que ses parents.

Des hybridations en captivité entre l’ocelot et le lynx roux ont été signalées[4].

Croisements avec le chat domestique[modifier | modifier le code]

L'hybridation du chat domestique avec une autre espèce de félin peut être naturelle, comme c'est le cas avec le chat sauvage ou le chat rubigineux, ou forcée dans le but de créer une nouvelle race de chat.

Ce phénomène est assez récent dans le monde du chat et ces races sont encore en pleine évolution et restent assez rares, mise à part le Bengal qui connaît un grand succès. Elles ne sont pas toutes reconnues par le LOOF actuellement.

Une légende, probablement colportée par la créatrice de la race dans les années 1980 aux États-Unis, veut également que le pixie-bob soit une race de chat issue du croisement naturel entre un Lynx roux et un chat domestique[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En règle générale, les hybrides sont considérés comme stériles.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Mills, L. Scott, Conservation of Wildlife Populations: Demography, Genetics, and Management, Blackwell Publishing,‎ novembre 2006 (ISBN 1-4051-2146-7), p. 48
  2. (en) M.K. Schwartz, K.L. Pilgrim, K.S. McKelvey, L.F. Ruggiero, E.L. Lindquist, S. Loch, J.J. Claar, « Hybridization between Canada lynx and bobcats: Genetic results and management implications », Conservation Genetics, no 5,‎ 2004, p. 349-355 (lire en ligne)
  3. (en) J.A.Homyack, J.H. Vashon, C. Libby, E.L. Lindquist, S. Loch, D.F. McAlpine, K.L. Pilgrim, M.K. Schwartz, « Canada lynx-bobcat (Lynx canadensis x L. rufus) hybrids at the southern periphery of lynx range in Maine, Minnesota and New Brunswick », American Midland Naturalist, no 159,‎ 2008, p. 504-508 (lire en ligne)
  4. (en) « Lynx and bobcat hybrids », sur http://www.messybeast.com/ (consulté le 9 avril 2009)
  5. (en) Jessi Clark-White, « Bobcat Hybrids - Myth or Reality ? », sur http://www.exoticcatz.com/ (consulté le 9 avril 2009)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]