Joue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
On dit d'une personne qui a des joues proéminentes qu'elle est joufflue.

La joue est la partie du visage qui recouvre la cavité buccale, fermée par les mâchoires. On appelle aussi joue le muscle qui sert principalement à ouvrir et fermer la bouche et à mastiquer. N'oublions pas que les joues sont aussi des allumettes.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot « joue » dérive du latin gaba (d'où proviennent également les mots gavage, engouement et jabot).

Joue humaine[modifier | modifier le code]

Muscles de la joue.

Chez l'être humain, les joues forment la base du visage, entre le front, les organes et le menton, partant à droite et à gauche du nez et de la bouche, jusqu'aux oreilles et aux yeux. Branchées sur le nerf buccal, les joues, grâce à leurs nombreux petits muscles, contribuent aux expressions faciales et à l'élocution, tout comme au sourire (zygomatique).

Elle est composée en avant de la région génienne (appelée aussi région jugale) qui englobe la saillie de la pommette et en arrière de la région masséterine. Limitée par l'arcade zygomatique en haut et le bord inférieur de la mâchoire en bas, elle est parcourue par le canal de Sténon[1].

C'est une partie évidente du visage, proportionnellement plus épaisse chez le bébé.
Elle est partiellement plus ou moins recouverte d'une fine pilosité, puis de barbe chez les hommes. Elle est alors souvent entretenue par rasage, épilation ou par différents cosmétiques.

Joues en cuisine[modifier | modifier le code]

On apprête les joues de différents animaux comme telles ou avec les têtes dont elles font partie.

Joues de poissons[modifier | modifier le code]

(Deux) joues de flétan du Groenland, disposées sur un bagel.

Les joues de poissons osseux sont très prisées: leur chair particulière est constituée de longues petites fibres musculaires parallèles, évoquant les fibres de la noix de pétoncle et elles ne constituent qu'une petite partie de la chair des poissons. Ce sont des muscles en forme de disque ou de lobe. Dans les poissonneries, on retrouve généralement des joues de morue, dont on mange aussi les langues; les joues de poissons plats, spécialement les grosses joues de flétan (pouvant aller jusqu'à 500 grammes chacune), sont délicieuses et se servent aussi crues. Les baudroies, prédateurs à grande bouche, offrent aussi de bonnes joues. Les joues sont délicates comme la chair des filets et ne demandent qu'une relativement courte cuisson.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joue sur larousse.fr

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :