Le Zéro pointé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Zéro pointé
Épisode de Buffy contre les vampires
Titre original The Zeppo
Numéro d'épisode Saison 3
Épisode 13
Réalisation James Whitmore Jr
Scénario Dan Vebber
Diffusion Drapeau des États-Unis États-Unis : sur The WB

Drapeau de la France France : sur M6

Chronologie
Précédent Sans défense El Eliminati Suivant
Liste des épisodes

Le Zéro pointé (The Zeppo) est le 13e épisode de la saison 3 de Buffy contre les vampires. L'épisode est centré sur le ressenti et les péripéties d'Alexander Harris, tandis que la bataille du Scooby-gang contre l'apocalypse est traitée de manière secondaire, provoquant de nombreux effets comiques.

Résumé[modifier | modifier le code]

Alex se sent inutile car Buffy veut lui éviter de combattre aux côtés du reste du groupe en raison de sa vulnérabilité. Il ne dispose d'aucun pouvoir alors que son entourage compte un vampire, un loup-garou, une sorcière et deux Tueuses. En plus, il provoque accidentellement la colère de Jack O'Toole, un garçon considéré comme instable et dangereux. Jack finit pourtant par intégrer Alex à sa bande car celui-ci refuse de le dénoncer à un policier. Jack l'emmène au cimetière où trois amis décédés de Jack sortent de leurs tombes. Tous les cinq partent à bord de la voiture d'Alex avec l'intention de fabriquer une bombe. Alors que le reste du Scooby-gang se prépare à livrer bataille pour éviter une nouvelle apocalypse, Alex apprend que Jack est également un mort-vivant et qu'il veut qu'Alex devienne comme lui. Alex s'échappe alors à bord de sa voiture et, un peu plus tard, rencontre Faith, qu'il aide en écrasant un démon avec son véhicule. Ils couchent ensemble, après quoi Faith le met à la porte.

Alex décide alors de retrouver O'Toole et ses amis, ayant compris qu'ils veulent faire exploser leur bombe au lycée. Après s'être débarrassé des trois comparses de Jack, avec l'aide involontaire des démons venus pour l'apocalypse, il se retrouve face à O'Toole et le combat dans la pièce où se trouve la bombe. Tous les deux réalisent alors qu'ils n'ont plus le temps de quitter les lieux avant l'explosion et Jack, incapable de déstabiliser Alex, finit par désamorcer la bombe. Alors que le Scooby-gang remporte un titanesque combat contre un monstre gigantesque qui sortait de la Bouche de l'Enfer, O'Toole est dévoré par Oz sous sa forme de loup-garou. Le lendemain, Alex est animé par une confiance toute neuve.

Références culturelles[modifier | modifier le code]

Le titre original de l'épisode, The Zeppo, fait référence à Zeppo Marx, qui était considéré comme le membre le moins remarquable des Marx Brothers.

Statut particulier de l'épisode[modifier | modifier le code]

Cet épisode présente la particularité d'être centré sur le personnage d'Alex. Russell T Davies, le producteur de la série télévisée Doctor Who, cite Le Zéro pointé comme influence directe de l'épisode L.I.N.D.A, dans lequel un personnage secondaire tient le premier rôle et qui institue une tradition annuelle dans cette série[1]. Pour le critique Robert Hanks, « quatre ou cinq épisodes de Buffy seraient dans ma liste des dix plus grandes œuvres télévisuelles, entre autres Le Zéro pointé »[2].

La rédaction d'Entertainment Weekly le classe à la 23e place des meilleurs épisodes des séries de Whedon, avec en commentaire : « l'épisode parfait d'Alex »[3]. Noel Murray, du site A.V. Club, affirme que l'épisode est parsemé de « dialogues vifs » et « défie les conventions en faisant délibérément des clins d'œil au public », et apprécie particulièrement la façon dont « le sentiment d'abandon éprouvé par Alex imprègne la structure de l'épisode »[4]. Les rédacteurs de la BBC évoquent un épisode inhabituel où ce qui formerait « l'ossature d'un épisode standard » est mis de côté pour offrir au public « un aperçu considérable du personnage d'Alex » et de la maturité qu'il acquiert[5]. Pour Mikelangelo Marinaro, du site Critically Touched, qui lui donne la note de B+, cet « épisode très particulier marche sur un fil très étroit et s'en sort assez brillamment ». Il se sent à la fois « amusé et embarrassé de voir l'épisode se moquer de ce qui forme généralement le cœur de la série » et apprécie tout ce que l'épisode apporte au personnage d'Alex, dont « certaines de ses meilleures répliques », malgré une intrigue avec des zombies « assez éculée »[6].

L'épisode a été nommé en 1999 à l'Emmy Award des meilleurs maquillages pour une série[7].

Analyse[modifier | modifier le code]

Rhonda Wilcox rapproche le thème de l'épisode, la crise d'identité d'Alex mise au même niveau que l'apocalypse, avec l'une des phrases prononcée par Joyce Summers à sa fille lors du premier épisode de la série, Bienvenue à Sunnydale : « Je sais que si tu ne sors pas, ce sera la fin du monde. Quand on est ado, tout est une question de vie ou de mort ! »[2]. La manifestation de problèmes d'adolescents par des forces surnaturelles est d'ailleurs l'un des leitmotiv de la série.

Première partie : Alex en situation d'échec[modifier | modifier le code]

Le début de l'épisode présente les échecs d'Alex : il ne participe pas au combat épique, sa référence à Jimmy Olsen est incomprise par Rupert Giles, ne s'intègre pas dans le groupe de lycéens se faisant des passes, est en tenue débraillée et se fait provoquer par Jack O'Toole, que Rhonda Wilcox nomme « le phallus sur pattes »[8], qui ignore délibérément la tentative d'humour d'Alex par référence à une chanson de Michael Jackson. Alex se fait ensuite humilier par Cordelia Chase, son ancienne petite amie, qui souligne à quel point elle le connaît tout en lui rappelant sa longue série d'humiliations. Excédé, Alex passe alors à la recherche de « sa chose », dans la plus pure tradition freudienne[9].

Jack O'Toole[modifier | modifier le code]

Pour Lorna Jowett, Jack O'Toole représente le garçon qui « joue les durs ». Son rôle, ainsi que celui de ses acolytes, est de représenter la masculinité de la classe ouvrière à laquelle Alex tente d'échapper[10] et les personnages sont en opposition. Quand, lors du match de football américain improvisé, Alex cherche à tout prix à s'intégrer, Jack, au contraire, reste assis dans l'ombre, marginalisé. Quand Alex réussit à prouver qu'il n'a pas peur de mourir, il inverse le rapport de domination entre lui et Jack, tout en obéissant à ses règles de virilité[11]. Jack finit dévoré par Oz dans sa forme de loup-garou, que Jowett décrit comme le fait d'être « consumé par une masculinité plus sauvage que la sienne »[11].

Distribution[modifier | modifier le code]

Acteurs et actrices crédités au générique[modifier | modifier le code]

Acteurs et actrices crédités en début d'épisode[modifier | modifier le code]

Acteurs et actrices crédités en fin d'épisode[modifier | modifier le code]

  • Darin Heames : Parker
  • Scott Torrence : Dickie
  • Whitney Dylan : Lysette
  • Vaughn Armstrong (en) : Policier

Musique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Review: Doctor Who 2x10 - Love and Monsters », sur the-medium-is-not-enough.com (consulté le 1er juillet 2011)
  2. a et b Wilcox 2005, p. 131
  3. (en) « 25 Best Whedonverse Episodes », Entertainment Weekly (consulté le 21 octobre 2011)
  4. (en) Noel Murray, « The Zeppo Review », sur A.V. Club (consulté le 23 novembre 2012)
  5. (en) « The Zeppo - Review », sur BBC (consulté le 23 novembre 2012)
  6. (en) Mikelangelo Marinaro, « The Zeppo », sur criticallytouched.com (consulté le 9 mai 2013)
  7. (en) « Awards for Buffy contre les vampires », sur Internet Movie Database (consulté le 26 février 2012)
  8. Wilcox 2005, p. 133
  9. Wilcox 2005, p. 134
  10. Jowett 2005, p. 101
  11. a et b Jowett 2005, p. 102

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Lorna Jowett, Sex and the slayer : a gender studies primer for the Buffy fan, Wesleyan University Press,‎ 2005, 241 p. (ISBN 0-8195-6758-2)
  • (en) Rhonda Wilcox, Why Buffy Matters : The Art of Buffy the Vampire Slayer, I. B. Tauris,‎ 13 octobre 2005, 256 p. (ISBN 978-1845110291)

Lien externe[modifier | modifier le code]