Un lourd passé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un lourd passé
Épisode de Buffy contre les vampires
Titre original Lies My Parents Told Me
Numéro d'épisode Saison 7
Épisode 17
Invités Anthony Stewart Head, dans le rôle de Rupert Giles
Réalisation David Fury
Scénario Drew Goddard, David Fury
Diffusion Drapeau des États-Unis États-Unis 25 mars 2003 sur UPN

Drapeau de la France France : 3 octobre 2003 sur M6

Chronologie
Précédent Sous influence L'Armée des ombres Suivant
Liste des épisodes

Un lourd passé est le 17e épisode de la saison 7 de la série télévisée Buffy contre les vampires.

Résumé[modifier | modifier le code]

Lors d'un flashback, on voit Robin Wood enfant alors que sa mère combat Spike dans Central Park. Spike prend l'avantage mais est distrait par Robin. Il et promet de revenir. Nikki dit à son fils que la mission est tout ce qui compte. Dans le présent, Buffy, Spike et Robin combattent des vampires et Spike sauve la vie du proviseur qui était sur le point d'être tué. Giles continue de penser que le vampire est trop dangereux pour être laissé libre. Il a apporté une pierre magique à introduire dans la tête de Spike afin que le groupe puisse afin apprendre par quel stimulus la Force peut arriver à le contrôler. La pierre replonge Spike dans son passé d'humain. On apprend son affection pour sa mère, souffrante de tuberculose. Il semblerait que ce qui déclenche le stimulus soit une chanson, Early One Morning, que lui chantait sa mère quand il était enfant.

Willow, qui a reçu un appel de Fred, part pour Los Angeles. Wood vient trouver Giles, les deux s'accordant sur le fait que Spike doit mourir. Ils mettent au point un plan pour se débarrasser de lui. Giles part avec Buffy en patrouille pour la distraire alors que Wood emmène Spike dans un endroit où il sera, selon ses dires, en sûreté. Les murs de ce lieu sont couverts de croix et Wood révèle alors son identité à Spike, avant de mettre en route la chanson Early One Morning, ce qui déclenche le stimulus faisant perdre le contrôle à Spike. Alors que Wood et Spike combattent, ce dernier continue à être replongé dans son passé. On apprend comment il a changé sa mère en vampire pour éviter qu'elle meure et comment elle l'a humilié une fois transformée. La souffrance psychologique de Spike permet à Wood de prendre l'avantage. La thérapie arrive à son terme quand Spike prend conscience que sa mère l'aimait et qu'il l'a tuée, deux fois. Spike, dès lors libéré du stimulus, renverse alors le cours du combat.

Dans le même temps, Buffy réalise que Giles essaie de la distraire et se précipite au repaire de Wood où elle trouve le proviseur sonné mais vivant. Spike lui dit qu'il l'a épargné pour compenser le fait qu'il a tué sa mère. Buffy vient ensuite trouver Wood en le prévenant de ne pas recommencer ce genre de vendetta personnelle car la mission est tout ce qui compte (ce qui renvoie Wood à ce que lui avait dit sa mère). Plus tard, Buffy a une explication avec Giles et lui dit qu'elle n'a plus rien à apprendre de lui.

Production[modifier | modifier le code]

Les nombreux flashbacks sur le passé de Spike devaient à l'origine faire partie de l'épisode Le Sceau de Danzalthar, où le Scooby-gang cherche l'origine du stimulus utilisé par la Force pour contrôler le vampire, mais l'épisode aurait été trop long[1]. Ils ont donc été intégrés dans cet épisode coécrit par David Fury et Drew Goddard, qui l'ont tous deux trouvé très difficile à écrire mais pour des raisons différentes : Goddard car il ne savait pas quel ton adopter car on ne sait pas très bien où sont les gentils et les méchants dans cet épisode, tous les personnages étant en nuances de gris, et Fury car il craignait que toutes les histoires en toile de fond et la mythologie dense alourdissent l'intrigue[1].

L'épisode était trop long de 12 minutes et David Fury a donc du se résoudre à contrecœur à éliminer plusieurs scènes qu'il appréciait beaucoup, notamment une scène comique entre Alex et Andrew et surtout une conversation entre Spike et Robin Wood où les deux personnages se testent mutuellement en déplaçant une bouteille de whisky, juste avant que Wood n'emmène Spike chez lui. Fury a également coupé une scène où Giles avouait à Buffy qu'il avait tué Ben[1].

David Fury voulait intituler l'épisode Mothers and Sons mais Drew Goddard lui a fait remarquer qu'il traitait aussi des rapports entre Buffy et Giles et il a donc été renommé. La scène d'ouverture censée se dérouler à Central Park a en fait été tournée à Griffith Park, à Los Angeles, et des plans d'immeubles new-yorkais ont été ensuite ajoutés au montage[1].

Références internes[modifier | modifier le code]

La façon dont Spike fait tournoyer sa pelle lors du premier combat rappelle l'épisode La Faille où il manie une barre de fer de la même façon dans son combat dans le métro. Anya fait quant à elle allusion à l'épisode Crise d'identité quand elle affirme que Spike a un traitement de faveur de la part de Buffy et qu'il peut tuer toute une fraternité d'étudiants sans être inquiété. Il y a également un cross-over avec la série Angel quand Fred appelle pour demander à Willow de venir à Los Angeles, venue qui se produit dans l'épisode Orphée.

Statut particulier de l'épisode[modifier | modifier le code]

Cet épisode termine l'arc narratif de la rivalité entre Spike et Robin Wood. Le principal Wood échoue dans sa vendetta contre Spike mais lui donne ainsi l'occasion, de façon involontaire, de se débarrasser du stimulus par lequel il était contrôlé par la Force. C'est aussi un épisode comportant de nombreux flashbacks qui dévoilent un nouveau pan du passé de Spike et de la mythologie de la série. Buffy apprend quant à elle à ne plus se fier aveuglément à Giles, qui perd à ses yeux son statut de mentor.

Noel Murray, du site A.V. Club, évoque un « bon épisode » qui « explore intelligemment » son thème central, mais qu'il aurait été plus enthousiaste sans la discussion moralisatrice entre Buffy et Giles dans le cimetière[2]. Les rédacteurs de la BBC sont quant à eux enthousiastes, évoquant un épisode « admirablement bien écrit et interprété », notamment par James Marsters et D. B. Woodside, dont les personnages sont l'objet d'une « superbe comparaison », et comportant à la fois des moments dramatiques, de l'humour et des scènes de flashbacks « très instructives »[3]. Pour Mikelangelo Marinaro, du site Critically Touched, qui lui donne la note maximale de A+, c'est un « épisode brillant », « complexe et passionné qui touche à la nature profonde des personnages, les analyse et les fait évoluer », « Spike, Wood, Buffy et Giles n'étant plus jamais les mêmes après les événements qui se produisent ici »[4]. Samuel Roberts, du magazine SciFiNow, le classe à la 10e place des meilleurs épisodes de la série, évoquant un « épisode saisissant » centré sur « le personnage le mieux développé de toute la série »[5].

Analyse[modifier | modifier le code]

L'épisode traite du fait de tuer ses parents dans le sens figuré, c'est-à-dire de rompre les liens avec eux. Ainsi, Spike se voit contraint de tuer sa mère qu'il adorait plus que tout, Robin Wood est renvoyé par les paroles de Buffy à la fin de l'épisode à ce que lui a dit sa mère quand il était enfant et comprend que même le propre enfant d'une Tueuse passe après sa mission, et Buffy se détache de Giles, qui avait pour elle l'image d'un père de substitution[1]. Par ailleurs, David Fury met en avant le fait que le prénom de la mère de Spike est Anne car c'est aussi le deuxième prénom de Buffy, et que l'actrice qui l'interprète a été en partie choisie à cause de sa ressemblance physique, en plus âgée, avec Sarah Michelle Gellar, car cela fait le lien entre ces trois personnages et est très œdipien[1]. Pour Elizabeth Clendinning, cet épisode permet de comprendre définitivement que Spike a toujours recherché l'approbation des femmes qu'il a aimé (sa mère, Cecily, Drusilla et Buffy) et qu'il a toujours été rejeté. La chanson Early One Morning résume la relation de Spike avec ces femmes, il a toujours été celui qui a été « abusé » et « quitté », et briser le conditionnement déclenché par cette chanson lui permet de se libérer de cette constante recherche d'approbation et des influences extérieures[6].

Distribution[modifier | modifier le code]

Acteurs et actrices crédités au générique[modifier | modifier le code]

Acteurs et actrices crédités en début d'épisode[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Intégrale de la saison 7, disque 5, commentaire audio de l'épisode
  2. (en) Noel Murray, « Lies My Parents Told Me/Orpheus », sur A.V. Club (consulté le 16 avril 2012)
  3. (en) « Lies My Parents Told Me - Review », sur BBC (consulté le 16 avril 2012)
  4. (en) Mikelangelo Marinaro, « Lies My Parents Told Me », sur criticallytouched.com (consulté le 10 mai 2013)
  5. (en) Samuel Roberts, « Top 10 Best Buffy Episodes », SciFiNow (consulté le 18 novembre 2012)
  6. (en) Elizabeth Clendinning, Buffy, Ballads, and Bad Guys Who Sing, Scarecrow Press,‎ 2011 (ISBN 0-8108-6945-4), « Spike Ensouled », p. 92-93