Gauchisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gauchisme est un terme qu'on trouve dès le XIXe siècle[1] et utilisé pour qualifier l'action politique d'individus ou d'organisations que l'on considère comme étant « trop à gauche ». Dans son ouvrage La Maladie infantile du communisme (le « gauchisme »), rédigé en 1920, Lénine qualifie ainsi de « gauchistes » certains partis communistes d'Europe, dont il jugeait que leur radicalisme (refus de participer aux syndicats non communistes, rejet du parlementarisme) les coupait des masses et par conséquent les empêchait de s'implanter dans la classe ouvrière. Le terme a été employé pour désigner notamment les conseillistes, mais aussi la gauche communiste dans son ensemble. Par extension, il a été utilisé pour qualifier les différentes tendances de l'extrême gauche.

Aujourd'hui, l'expression est employée par des altermondialistes pour fustiger l'attitude de certaines composantes de leur mouvement, par exemple la formation de Black Blocs durant des manifestations. De même, en 1968, le Parti communiste français avait qualifié de « gauchistes » toutes les organisations communistes opposantes, notamment trotskistes.

Le terme a donc une connotation critique entre mouvements de gauche, où il sert à reprocher à un autre groupe le caractère contre-productif de sa stratégie. À l'inverse, pour bien signifier qu'ils étaient à gauche du léninisme, certains courants se sont eux-mêmes revendiqué du « gauchisme » dans les années 1970. Daniel Cohn-Bendit publie ainsi en 1968 le livre Le Gauchisme, remède à la maladie sénile du communisme, dont le titre se veut une réponse au texte publié par Lénine.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lénine, La Maladie infantile du communisme (le « gauchisme ») (lire en ligne sur marxist.org)
  • Richard Gombin, Les Origines du gauchisme, Seuil, 1971.
  • Thierry Pfister, Le Gauchisme, publ. Filipacchi, 1972.
  • Edvard Iakovlevitch Batalov, Marina Vichnevskaïa, et Nathalia Peressada, Philosophie de la révolte : Critique de l'idéologie du gauchisme , Éd. Du Progrès,1976

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Ch Bellangé, Le Parti Républicain, Dentu,‎ 1876