Soixante-huitard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un soixante-huitard est un individu ayant l'âge[précision nécessaire], ou ayant participé aux événements de Mai 1968, ou ayant adopté les mœurs et les idées qui se sont imposées à cette occasion.

La qualification de soixante-huitard, calquée sur celle de « communard », désigne les idées les plus utopistes qui ont eu cours dans les milieux révolutionnaires, notamment celles s'approchant de l'anarchisme et du New Age.

Avec le temps, ce terme a pris un aspect de plus en plus péjoratif, d'autant plus qu'il est utilisé par la génération suivante pour exprimer un nouveau conflit de générations. On parle de génération de 68 pour évoquer la génération du babyboom, sa philosophie hédoniste et narcissique, et sa soumission à la société de consommation. Les détracteurs de cette génération de "soixante-huitards" la considèrent comme étant égoïste, car ils ont la retraite à taux plein et vivaient quasiment avec le plein emploi, d'où une incompréhension des générations suivantes qui doivent leur payer la retraite dont eux ne profiteront jamais à cause du chômage et de la crise économique. De plus cette génération comporte souvent des parents démissionnaires ou bien qui reprochent à leurs enfants les sacrifices qu'ils ont dû faire pour les élever.[réf. souhaitée]

Face à cette difficulté descriptive, les slogans issus de la période paraissent mieux représentatifs de l'allusion liée au terme.

  • Quelques slogans soixante-huitards représentatifs :
    • Élections, piège à cons.
    • Fin de l'université.
    • Il est interdit d'interdire !
    • Imagine : c'est la guerre et personne n'y va !
    • Ne travaillez jamais.
    • Le réveil sonne : Première humiliation de la journée !
    • On achète ton bonheur. Vole-le.
    • On ne revendiquera rien, on ne demandera rien. On prendra, on occupera.
    • Jouissez sans entraves.
    • Sous les pavés, la plage.
    • Soyez réalistes, demandez l'impossible.

L'on pourrait néanmoins dire que cette période insouciance s'est prolongée jusqu'au années 80 (élection le 10 mai 1981 de François Mitterrand: élection présidentielle française de 1981) et le fameux Tournant de la rigueur qui marque la fin de certaines illusions ou l'espoir très fort de changer le monde. L'on peut éventuellement néanmoins la prolonger jusqu'en août 1985 car c'est septembre (le 26) avec la création des Restos du coeur (voir Les Restos du coeur) par Coluche (mais initialement pensés et proposés par Daniel Balavoine) que commencera vraiment le début de fortes désillusions vis à vis du pouvoir de l'époque et le départ de très grandes disparités entre les français et qui se prolongent encore et toujours aujourd'hui.

Cette nostalgie des années 80 (surtout la première moitié) est marquée depuis les années 2000 par un regain d'intérêt. Les films Disco (film) et Stars 80 en sont la parfaite illustation. En 2006, a été créée et baptisée une tournée s'appelant RFM Party 80 et dont l'intérêt du public va en croissant.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes:

Liste non exhaustive:

Films:

Mangas:

Voir aussi[modifier | modifier le code]