Bazooka (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Fatal Bazooka.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bazooka (homonymie).

Bazooka est un collectif d'artistes français principalement actif de 1974 à fin 1978. Il comprenait Christian Chapiron (Kiki Picasso), Jean-Louis Dupré (Loulou Picasso), Olivia Clavel (Electric Clito), Lulu Larsen, Bernard Vidal (Bananar) et Jean Rouzaud, ainsi que plus sporadiquement Philippe Bailly (Ti5 Dur).

Histoire du groupe[modifier | modifier le code]

Bazooka se forme en 1974 aux ateliers graphiques des Beaux-Arts autour de Christian Chapiron (Kiki Picasso), Jean-Louis Dupré (Loulou Picasso) et Olivia Clavel (alias Electric Clito), avec également Lulu Larsen, Bernard Vidal (Bananar) et Jean Rouzaud. Y participe plus sporadiquement Ti5 Dur (Philippe Bailly).

Après des publications des membres dans Actuel, le premier collectif édité par Bazooka, début 1975, est Bazooka Production, aussitôt suivie de Loukhoum Breton, d'Olivia Clavel, puis des fanzines Bien dégagé autour des oreilles et Activité sexuelle normale. Ils lancent en 1976 Bulletin Périodique, revue régulière et plus luxueuse, interdite aux moins de 18 ans. Elle connait sept numéros. En 1977, Futuropolis leur ouvre les portes de la collections 30/40. Parallèlement à leurs fanzines et revues, le groupe investit entre 1976 et 1978 de nombreuses revues de bande dessinée ou d'humour (Surprise, Charlie Mensuel, L'Écho des savanes, Métal hurlant, Hara-Kiri, etc.), réalise des pochettes de disques pour Elvis Costello, Extraballe, T. G., James Chance ou encore Starshooter et travaille dans la publicité.

Dans la veine de ceux des situationnistes, leur travaux se basent principalement sur le collage d'images d'origines diverses (actualité, archive, art, bande dessinée), retravaillées avec diverses techniques (dessin, peinture). Cependant, la technique est poussée à l'extrême (L.L. de Mars évoque un « collage de collages »[1]), et ce foisonnement de signes permet la création d'œuvres ambigües laissant au lecteur, au spectateur toute liberté d'interprétation. Bazooka, pour avoir ainsi poussé à l'extrême le principe de subversion par le dessin (Chapiron invente le terme de « Dictature graphique »), est associé très rapidement au mouvement punk naissant. Le groupe a également publié des bandes dessinées (Clavel et Rouzaud principalement) et dessins (Loulou Picasso) plus classiques. La provocation se double d'un grand souci esthétique, exigence qui vaut à Rouzaud, accusé de trop de conformisme, d'être exclu du groupe en 1976.

Leur célébrité vient cependant de leur collaboration avec Libération. Contactés en 1977 par Serge July pour illustrer le journal, ils appliquent à l'actualité les mêmes méthodes de détournement et de contestation qu'envers l'art dans leurs productions précédentes, selon leur désir d'investir les médias pour « y foutre la merde » (Olivia Clavel). Faisant face aux réticences de plus en plus grande de la majorité de la rédaction du journal, le groupe arrête sa participation directe. Cependant, Libération édite à partir de février 1978 Un Regard moderne[2], mensuel d'actualité remarqué dès lors pour sa qualité et son caractère innovant[3]. La lassitude des trois leaders du groupes et les problèmes suscités par leurs provocations conduisent à l'arrêt de l'expérience en août après six numéros. Si les principaux membres du collectif sont alors individuellement assez connus pour continuer à essaimer les revues, le groupe commence à disparaître.

En 2002, Loulou Picasso adapte Un Regard moderne à Internet en l'ouvrant, entre autres, à Kiki Picasso et Olivia Clavel, puis à d'autres artistes, au travers du site unregardmoderne.com, qui leur vaut un procès, intenté par l'AFP (2003), pour piratage des images qu'ils reprennent de l'agence. En 2004, et pour une année entière, Chris Marker (sous le pseudonyme de Guillaume en Égypte) participe quotidiennement à ce blog d'information. En 2005, Loulou Picasso demande aux artistes qui créent, pour le site, des images inspirées par l'information d'arrêter leurs travaux. Il transforme alors le site en blog personnel.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Jean Seisser (dir.), Bazooka : Un regard moderne, Le Seuil, 2005. Extraits des six numéros d’Un regard moderne, œuvres originales de Olivia Clavel, Lulu Larsen, Kiki Picasso, Loulou Picasso, T5 et Bernard Vidal de 1974 à 1980, extraits du site internet mis en ligne depuis 2002. (ISBN 2020806711)

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Entretien avec Loulou Picasso (2004)
  2. Après un numéro 0 pilote titré Un Regard sur le monde. Épistolier (1978), p. 20
  3. Yves Frémion écrit en juin 1978 : « Disons tout de suite que c'est ce qui s'est fait de mieux en matière de dessin politique depuis un siècle environ ». Épistolier (1978), p. 20

Documentation[modifier | modifier le code]

Ouvrages, articles

Liens externes[modifier | modifier le code]