Cyclisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Coureur cycliste)
Aller à : navigation, rechercher
Cyclisme
Picto
Autres appellations La petite reine[1]
Fédération internationale UCI (depuis 1993)
Licenciés Environ 600 000[2]
Pratiquants Un milliard ou plus[2]
Professionnels Environ 1 200[2]
Image illustrative de l'article Cyclisme
Coureurs cyclistes au départ d'une course.

Le cyclisme recouvre plusieurs notions : il est d'abord une activité quotidienne pour beaucoup, un loisir pour d'autres (cyclotourisme), et un sport proposant des courses à bicyclette selon plusieurs disciplines : l'école de cyclisme, le cyclisme sur route, le cyclisme sur piste, le cyclocross, le vélo tout terrain (abrégé couramment VTT), le cyclisme en salle et le polo-vélo. Le sport cycliste est réglementé au niveau mondial par l'Union cycliste internationale.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le baron allemand Karl Von Drais invente en 1816 la draisienne[3], considérée comme l'ancêtre de la bicyclette[4]. C'est un véhicule à deux roues alignées que le cycliste fait avancer en poussant sur le sol avec ses pieds. Il présente son invention à Paris, le [4]. En 1861, les frères carrossiers Pierre et Ernest Michaux commencent la fabrication des premiers vélocipèdes à pédale[5]. Pierre Michaux appelle cette pédale « pédivelle » et en généralise la fabrication en créant son entreprise en 1865, la « Maison Michaux » qui devient « La Compagnie parisienne » en 1869. Il est question, à partir de 1867, de succès populaire. Des engins similaires au vélocipède Michaux ont beaucoup de succès aux États-Unis à partir de 1866, lorsque Pierre Lallement, ancien associé de Pierre Michaux, obtient un brevet américain pour une machine qu'il appelle « bicycle ». Vers la fin des années 1870 apparait le grand-bi. Il a une roue avant d'un très grand diamètre et une roue arrière plus petite. L'intérêt de la grande roue avant, est d'augmenter la distance parcourue pour un tour de pédale. La roue avant étant plus haute et plus grande que la roue arrière, la conduite de l'engin est dangereuse et difficile.

Deux ans plus tard, les premiers clubs cyclistes sont fondés : les Véloces Clubs de Paris, Toulouse, Rouen. En 1880, John K. Starley de la société The Coventry Sewing Machine Company (« société des machines à coudre de Coventry »), qui deviendra Rover, invente la « bicyclette de sécurité » avec des roues de taille raisonnable et une transmission par chaîne. Le cycliste y est installé à l'arrière, ce qui rend presque impossible la chute de type « soleil » où le cycliste est catapulté par-dessus la roue avant. Le , l'Union vélocipédique de France (UVF) est créée à Paris. L'Écossais John Boyd Dunlop invente le pneumatique en 1888, ce qui contribue à améliorer encore le confort du cycliste. Trois ans plus tard Michelin invente le pneu démontable. En 1896, le cyclisme devient sport olympique. En 1900, l'Union cycliste internationale est créée.

En 1910, la roue libre fait son apparition sur le Tour de France (compétition créée en 1903), puis le dérailleur en 1937. En 1945, l'UVF est remplacée par la Fédération française de cyclisme (FFC). La Fédération Internationale de cyclisme amateur, fondée en 1900 par les membres des fédérations américaine, belge, française, italienne et suisse, fusionne en 1993 avec la Fédération Internationale de cyclisme professionnel pour devenir l'Union cycliste internationale (UCI). Plus de 170 fédérations nationales sont affiliées à l'UCI.

Équipement[modifier | modifier le code]

L'équipement diffère sensiblement selon le type de pratiquant.

En randonnée amateur ou en simple circulation, le port du casque par le cycliste n'est pas obligatoire, comme le phare, lorsque son utilisation n'est pas nécessaire (hors d'un tunnel, par beau temps, par exemple), bien que tous deux conseillé. On peut également installer des pare-boues (surtout en temps pluvieux ou dans une zone forestière). Mais il est obligatoire de porter et d'utiliser un phare diffusant un rayon blanc ou jaune lorsque le temps ou le lieu l’exige (dans un tunnel, lorsque le temps est pluvieux), de même qu'une bicyclette doit porter tout le temps un catadioptre blanc à l’avant et rouge à l'arrière du véhicule, et que le conducteur doit porter sur lui un gilet (recommandé hors agglomération, obligatoire de nuit ou quand la visibilité est nulle ou mauvaise (brouillard)).

En course, lors de compétitions professionnelles, le port du casque est obligatoire dans toutes les disciplines afin d'éviter les accidents, tout comme pour le Triathlon[6]. De plus, depuis le 1er janvier 2000 le poids minimum des bicyclettes est fixé à 6,8 kg.

Types[modifier | modifier le code]

Cyclisme urbain[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cyclisme urbain.
Cyclisme urbain à Amsterdam (Pays-Bas).

Le cyclisme urbain constitue la branche du cyclisme dévolue au transport urbain. Il s'agit de tout ce qui est relatif aux déplacements à vélo sur de petites et moyennes distances (quelques kilomètres) en milieu quasi-exclusivement urbain (dans la ville et sa proche banlieue), c'est-à-dire en partageant la voirie avec les autres modes de déplacement motorisés ou non. Sur une distance entre un et sept kilomètres le vélo est le mode de transport le plus rapide. Au-delà de cette praticité, le cyclisme urbain vise à limiter la pollution et à diminuer l'engorgement croissant des villes par l'usage massif de l'automobile. De plus, ses bienfaits multiples pour la santé individuelle sont reconnus. Il fait partie de l'écomobilité.

Des aménagements spécifiques peuvent être construits pour tenter d'améliorer les conditions de circulation des cyclistes urbains. Ces aménagements peuvent être des bandes ou pistes cyclables, zone de rencontre, Double-sens cyclable et parkings dédiés aux vélos (ou vélos et cyclomoteurs). Des feux cyclistes spécialement dédiés sont également mis au point.

Cyclotourisme[modifier | modifier le code]

Le cyclotourisme est la pratique de la randonnée à bicyclette, réalisée sans esprit de compétition. Le cyclotourisme se présente sous de multiples formes, de la promenade et de la pratique familiale à allure libre jusqu'aux rallyes et brevets sur tous les parcours et toutes les distances : rallyes libres, brevets-randonneurs, flèches, diagonales, cyclo-découvertes, cyclo-montagnardes, Audax. Créée en 1890, le Touring Club de France est la seule association représentative du cyclotourisme en France de la fin du XIXe siècle au début du XXe siècle. Par la suite, le club se tourne vers le tourisme automobile, ce qui amène la création le de la Fédération Française des Sociétés de Cyclotourisme, rebaptisée en 1945 Fédération française de cyclotourisme (FFCT). À partir des années 1970, le développement de la Fédération est devenu régulier et le nombre de clubs ne cesse d'augmenter en France.

Cyclisme sportif[modifier | modifier le code]

Le principe du cyclisme dans sa version sportive est de parcourir une distance donnée à bicyclette le plus rapidement possible. Les pratiquants sont répartis dans des catégories en fonction de leur âge et de leur niveau.

Course au Tro Bro Leon de 2009.

Le cyclisme sur route comprend plusieurs types d'épreuves incluant la "course à étapes"(Tour de France, Tour d'Espagne, Tour d'Italie, Tour de Suisse, Tour de Belgique, Tour de Pologne) ; la "course classique", course en ligne d'un jour (Paris-Roubaix, Tour de Lombardie, Liège-Bastogne-Liège, par exemple) ; la course "contre-la-montre", (Grand Prix des Nations, par exemple) et la course "contre-la-montre par équipe", (Eindhoven Team Time Trial, par exemple). Il est dit du cyclisme sur route que c'est un sport d'équipe, mais à classement individuel[réf. nécessaire].

Les épreuves de cyclisme sur piste se déroulent sur des vélodromes et prennent des formes plus diversifiées : il existe des épreuves individuelles et des épreuves par équipes, des épreuves de sprint, de demi-fond et de fond. Les plus connues sont la vitesse, la poursuite et le kilomètre. Les principales compétitions sont les Jeux olympiques et les Championnats du monde de cyclisme sur piste. Le cyclocross est une spécialité hivernale, qui se court en circuit. La course dure une heure environ, sur un revêtement souvent mixte (asphalte et terre). Le BMX est essentiellement caractérisé par sa très petite taille et ses roues de 20", ce qui lui confère une maniabilité sans égale et a permis la création de plusieurs disciplines : race, dirt, flat, rampe, street.

Le vélo tout terrain, également appelée VTT, est la plus récente du cyclisme sportif. Le vélo tout terrain (ou Mountain Bike) a été inventé aux États-Unis en 1970. Il a été importé en France quelques années plus tard. Ce terme désigne également le vélo avec lequel cette discipline est pratiquée : compte tenu de sa polyvalence, ce type de vélo est, avec le VTC, le plus vendu en France actuellement[7].

Les épreuves cyclosportives (ou cyclosport) sont à mi-chemin entre le cyclotourisme des randonneurs et la compétition cycliste, mais il s'agit d'épreuves de masse proposées à tous les cyclistes : les organisateurs proposent des dossards, un classement et un chronométrage comme dans les marathons de course à pied. En France, plus de 150 sont dénombrées, la plus célèbre et la plus ancienne étant "La Marmotte", créée en 1982 dans les Alpes, qui attire plus de 8 000 participants.

Championnats[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Le sport cycliste est inscrit de longue date au calendrier des Jeux olympiques d'été. Les épreuves sont ouvertes tant aux messieurs qu'aux dames. Les épreuves sur route incluent la course en ligne et l'épreuve du contre-la-montre. Le cyclisme sur piste est également présent avec différentes disciplines et, depuis quelques années, le mountain-bike et le BMX ont été inclus au programme. Lors des J.O. de Pékin en 2008, la victoire de l'épreuve en ligne "Messieurs" est revenue à l'Espagnol Samuel Sánchez dans le cadre prestigieux de la Porte de Badaling, une section de la Grande Muraille de Chine.

Nationaux et continentaux[modifier | modifier le code]

Chaque pays organise ses propres championnats pour déterminer les meilleurs athlètes par discipline. Les Championnats de France de cyclisme sont organisés tous les ans par la Fédération française de cyclisme. Ils rassemblent des athlètes par équipes et par régions et se déclinent par catégories d'âge (cadets, juniors, espoirs et élite). En Europe, il existe des championnats d'Europe dans chaque discipline.

Personnalités[modifier | modifier le code]

La rédaction de L'Équipe Magazine a établi un classement des 100 sportifs du siècle[8]. Eddy Merckx, classé neuvième, est le premier d'entre eux. Quatre autres cyclistes ont été retenus : Fausto Coppi, Jacques Anquetil, Alfredo Binda et Bernard Hinault. Tous sont issus de la route et aucune femme ne figure dans ce classement. Par ailleurs, Eddy Merckx a été élu « Coureur du siècle » par l'UCI[9]. Chaque année, plusieurs titres de meilleurs coureurs sont décernés. Le plus prestigieux de ces honneurs reste le Vélo d'or. Citons également le Mendrisio d'or et le coureur UCI de l'année.

Performances et records[modifier | modifier le code]

La piste est également utilisée pour établir des records de temps sur une distance déterminée, ou de distance parcourue pendant une durée déterminée. Le plus célèbre est le record de l'heure, qui consiste à parcourir seul la plus grande distance possible pendant une heure. L'histoire du record de l'heure a été jalonnée par les exploits des plus grands coureurs spécialistes du contre-la-montre sur route ou de la poursuite sur piste (parmi lesquels Fausto Coppi, Jacques Anquetil, Eddy Merckx, Francesco Moser, Miguel Indurain peuvent être cités).

La plus grande vitesse jamais atteinte sur du plat, l'a été par le Canadien Sam Whittingham en 2009 le 18 septembre, portant le record du monde à 133,284 km/h, sur son vélo couché hautement aérodynamique, grâce à un carénage aérodynamique[10]. C'est le record toutes catégories pour les véhicules à propulsion humaine.

Santé[modifier | modifier le code]

La pratique du cyclisme a des conséquences à long terme sur la santé de ses pratiquants.

Bénéfices[modifier | modifier le code]

Les exercices physiques du cyclisme sont liés à l'amélioration de la santé et au bien-être. Elles assurent, selon la plupart des études de santé[11],[12], la perte de poids, améliorent l’endurance, diminuent les temps de récupération, permettent d'éviter les maladies cardiovasculaires liées à l'âge et amplifient les voies respiratoires[13]. Tous ces effets sont bons à long terme. Néanmoins, les risques sont prépondérants en cas d'effort trop fréquent[13][réf. insuffisante]. Bien qu'exposé à la pollution automobile, les bénéfices semblent[réf. nécessaire] l'emporter sur les effets de cette pollution, par rapport aux autres modes de déplacements.

Blessures[modifier | modifier le code]

La pratique du cyclisme ne se fait pas sans risque de blessure. De telles contre-indications seraient d'abord liées au manque de prévention : vitesse trop élevée pour la route selon son état ou son inclinaison, non-respect du Code de la route (les grillages des feux urbains, le passage d'un Stop ou d'un Cédez-le-passage sans considération, la conduite à gauche ou en zigzag), intolérance des automobilistes. Ensuite, l'état de la chaussée et de la piste cyclable peut également jouer un rôle dans le déséquilibre du cycliste et la chute de celui-ci, si elles sont déplorables. Enfin, des conditions météorologiques, telles que la neige, la grêle ou même la foudre peuvent contribuer à blesser, voire tuer des cyclistes.

Les traumatismes crâniens représentent, selon une récente étude Santalog[14], environ une personne sur vingt des tués et blessés graves en agglomération ; la moitié des accidents sont d'ailleurs liés à ce type de traumatisme. Les deux tiers des cyclistes accidentés dont le pronostic vital a été engagé présentaient effectivement un traumatisme crânien. Le cycliste peut également endurer des crampes, des fractures osseuses en cas de chute, un malaise[15]etc. Des douleurs à plus long termes peuvent également être la cause des blessures ressenties à vélo comme les hernie discale ou une tendinite

Les auteurs de la précédente étude rappellent qu'en 2010 59 cyclistes sont décédés et 963 blessés.

Presse écrite[modifier | modifier le code]

Depuis les origines du cyclisme, une presse spécialisée a accompagné son essor, tant au niveau du cyclisme de compétition que du cyclisme de loisir et du cyclotourisme.
Pour la France des ouvrages ont fait le recensement de cette littérature[16], où ont excellé des journalistes que l'on peut considérer comme des écrivains du cyclisme, à l'égal des romanciers qui ont écrit le cyclisme ou sur le cyclisme. De 1946 jusqu'aux débuts des années 1970, la presse sportive généraliste quotidienne (L'Équipe), hebdomadaire (Miroir Sprint, Miroir des sports), mensuelle (Sport digest, Sport collection, Sport mondial, Sport & vie) a dominé le marché en ouvrant largement ses colonnes au vélo. À partir de 1960, la presse magazine cycliste à périodicité mensuelle, prend le relais avec :

  • Miroir du cyclisme, (de 1960 à 1994)
  • l'Équipe cyclisme magazine, puis Vélo
  • Sprint international, (de 1980 à 1986)
  • Cyclisme international
  • Le Cycle

Actuellement, la presse cycliste magazine est représentée par de nombreux titres, couvrant l'ensemble des activités cyclistes. Pour la France seule, par ordre d'ancienneté de parution[17] :

  • La France cycliste, organe de la Fédération française de cyclisme[18], paraît depuis 1946.
  • Cyclotourisme est éditée par la Fédération française de cyclotourisme[19] depuis 1953.
  • Vélo Magazine, éditée par le groupe industriel auquel appartient le quotidien L'Équipe[20]
  • Le Cycle, "magazine des pratiquants du cyclisme"[21].
  • VTT Magazine parait depuis 1988. Avec le titre suivant il accompagne la montée en France de la pratique du Vélo tout terrain[22].
  • Vélo vert, créé en 1989, s'adresse à la même clientèle[23]
  • Cyclo passion, "officiel du pratiquant", créé en 1994 par l'équipe éditoriale de Vélo Un[24]
  • Top vélo paraît depuis 1997[25]
  • Cyclo sport[26]
  • Planète cyclisme
  • Big Bike magazine, créé en 2007
  • Only bike, créé en 2008
  • Le monde du vélo
  • Le Sport Vélo, créé au début de l'année 2011 (après 1 premier essai en 2004), paraissait à l'origine (jusqu'au numéro 18) en format "presse quotidienne", peu usité pour les magazines cyclistes. Fin en août 2013 après 27 numéros.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Signification et origines de cette expression en vidéo sur le site netprof.fr
  2. a, b et c Union cycliste internationale, « Foire aux questions », sur http://www.uci.ch/ (consulté le 3 octobre 2012)
  3. « Karl Friedrich Drais, baron von Sauerbronn », sur Larousse (consulté le 13 octobre 2011)
  4. a et b « L'histoire du vélo », sur Francejeunes.net (consulté le 13 octobre 2011)
  5. « Des vélos dans tous les bureaux de poste à partir du 20 juin », sur Blog Le Monde,‎ 17 juin 2011 (consulté le 13 octobre 2011)
  6. FICHE TECHNIQUE : Le Triathlon, sur le site msport.net
  7. Les ventes de vélos en France se maintiennent en 2008
  8. Les champions du siècle de l'Équipe
  9. Le coureur du siècle : Eddy Merckx sur memoire-du-cyclisme.net
  10. (en) Tentatives de record à Battle Mountain en septembre 2009
  11. Expertise collective de l'INSERM, 12 pages
  12. Archives of Pediatric Adolescent Medicine, publié en décembre 2010 sur le site
  13. a et b Geneviève Pons, « Dossier : le vélo, l'atout forme. », sur http://www.doctissimo.fr/ (consulté le 26 février 2012)
  14. "TRAUMATISMES CRÂNIENS: Cyclistes, pourquoi ne mettez-vous pas de casque?", sur le site du Santalog
  15. Stéphane Cascua, "Blessures et soucis du cycliste", sur le site entente-cycliste-christophorienne.fr
  16. Bernard Déon & Jacques Seray, Les revues cyclistes des origines à nos jours (complétées des revues omnisports et techniques traitant de cyclisme), 1996, Association des amis du Musée d'art et d'industrie de Saint-Étienne, 96 pages.
  17. L'ancienneté de parution est déterminée par la numérotation, avec une marge d'erreur due à la périodicité. La situation prise en compte est celle de juin 2011
  18. Mensuelle La France cycliste en est à son numéro 2 286. C'est aussi la moins chère du marché.
  19. Cyclotourisme, mensuel, atteint 604 éditions.
  20. Vélo magazine atteint le numéro 486.
  21. Il est à noter que Le Cycle, rendu au numéro 413, est la continuation d'un titre analogue, sous-titré L'Officiel du cycle.
  22. VTT magazine atteint le no 249
  23. Vélo vert est au no 254.
  24. Cyclo passion atteint le no 209 de parution.
  25. Site internet. no 154 en juin 2011
  26. Cyclo sport est à 68 numéro parus

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages à vocation encyclopédique
  • Pierre Chany : La fabuleuse histoire du cyclisme, tome 1, Paris, éditions ODIL 1975. 1074 pages. Préface d'Antoine Blondin
  • Pierre Chany : La fabuleuse histoire des grandes classiques et des championnats du monde, tome 2, Paris, éditions ODIL, 1979. 984 pages.
  • Jean Durry « et ses amis » : l'en CYCLE opédie, Lausanne, éditions Edita, 1982. 424 pages. Préface de Pierre Chany, contributions de Jacques Seray, Daniel Rebour, Ami Guichard, Philippe Marte, Pierre Roques, Serge Laget, etc.
  • Pascal Sergent, Encyclopédie illustrée des coureurs français depuis 1869, Eeklo, Editions de Eecloonaar,‎ 1998, 768 p. (ISBN 9074128157)
  • Claude Sudres : Dictionnaire international du cyclisme, plusieurs éditions entre 1983 et 2004.
Ouvrages généralistes
  • Jacques Borgé & Nicolas Viasnoff : Archives du vélo, Monaco, éditions Michèle Trinckvel, 1998. 204 pages.
  • Françoise & Serge Laget : l'univers du vélo, Paris, éditions Solar, 2001. 144 pages.
  • Françoise & Serge Laget : Le cyclisme (La Belle époque du sport), Courlay, éditions Jadault, 1978. 98 pages. Préface de Raymond Poulidor
  • Les cahiers de médiologie : La bicyclette, numéro 5-premier semestre 1998, Paris, Gallimard.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]