Pierre Chany

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chany.

Pierre Chany, né le 16 décembre 1922 à Langeac (Haute-Loire) et mort le 18 juin 1996 à Paris, est un journaliste sportif français spécialisé dans le cyclisme. Il a couvert 49 Tours de France et fut longtemps l'une des meilleures plumes du quotidien sportif L'Équipe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et formation[modifier | modifier le code]

À Langeac, où Pierre Chany est né, le père de celui-ci était roulier. Mais l'avenir n'étant plus, dans les années 1920, dans la conduite des chevaux[1] la famille Chany quitte Langeac et les Monts de la Margeride et vient s'installer « bougnat » dans le XIe arrondissement de Paris. Pierre Chany a grandi dans ce quartier populaire. Dans la salle du modeste « Café-charbon » que tiennent ses parents, les conversations sur le sport, les trois sports rois de l'époque[2], football, boxe, cyclisme[3], vont bon train et captent l'intérêt de l'enfant puis de l'adolescent.

Tout en poursuivant une formation en serrurerie, le jeune Pierre Chany, dont les héros sont Francis Pélissier, Antonin Magne, et autre René Vietto est tenté par la course cycliste. Il commence à faire quelques compétitions, participant à une édition de l'épreuve du Premier pas Dunlop, compétition cycliste dont le rôle était de faire découvrir de jeunes talents. La guerre venue, professionnellement il exerce successivement plusieurs métiers[4] : charbonnier, serrurier, facteur, ramasseur de châtaignes, assureur.

Mais après cinq années de courses amateur, ayant 20 ans en 1942 et craignant d'être réquisitionné pour le STO en Allemagne nazie, il laisse là la licence prise dans un petit club cycliste parisien, et prend alors un autre chemin, celui des Maquis. Arrêté (par des gendarmes français) en décembre 1943, emprisonné, il s'évade et rejoint les FTP (Francs-tireurs et partisans). Il s'engage ensuite jusqu'à la fin de la guerre. Il est démobilisé en septembre 1945, avec pour bagage une Croix de guerre et quatre citations[5].

Journaliste sportif[modifier | modifier le code]

Abandonnant tout espoir de carrière dans la compétition, il se tourne vers le journalisme sportif. Il se marie en 1945 puis, en 1946, il effectue ses débuts à Front national, journal issu de la Résistance, dirigé par Jacques Debu-Bridel. Il travaille ensuite aux quotidiens Sports[6] et Ce soir (quotidien dirigé par Louis Aragon), deux journaux situés dans la mouvance du PCF, mais auxquels collaborent des journalistes d'opinions ou de sensibilité de gauche, plus diverses[7].

C'est pour Ce soir qu'il suit ses premiers Tour de France cyclistes. Lorsque Ce soir cesse sa parution en mars 1953, il est recruté par L'Équipe, dont il devient le chef de la rubrique cyclisme. Il travaille à L'Équipe de 1953 à 1987, date de sa retraite journalistique.

Une autre participation journalistique, peu connue, vaut d'être signalée[8]. Sous le pseudonyme de « Jacques Périllat », déjà utilisé pour des papiers à Miroir Sprint il fait partie, dès le premier numéro du mensuel, du comité de rédaction de Miroir du Cyclisme. Selon le témoignage de Pierre Chany, Jacques Goddet connaissait la vraie identité de ce pseudonyme, et ne lui fit jamais de remarque défavorable.

Il est considéré comme un des meilleurs journalistes sportifs français spécialistes du cyclisme. Cette reconnaissance s'est traduite par de nombreux prix et distinctions qui s'adressaient aussi à l'auteur de nombreux livres consacrés au vélo.

L'écrivain du vélo[modifier | modifier le code]

L'activité d'écriture de Pierre Chany ne se limite pas à sa production de journaliste. Il a écrit de nombreux ouvrages, qu'il actualisait au gré des rééditions. En particulier il s'est fait historien du Tour de France, avec La fabuleuse histoire du Tour de France, puis il prolonge son enquête aux grandes classiques, aux championnats du Monde.

À partir de 1974, il dirige un ouvrage édité annuellement, L'Année du cyclisme. Il écrit par ailleurs des ouvrages consacrés aux champions mythiques, Fausto Coppi et Jacques Anquetil. Il signe même un roman, Une longue échappée.

À propos de ses articles, Jacques Anquetil eut ce mot à l'arrivée d'un Tour de France : « Ne me demandez pas de vous raconter ma course, il y a plus compétent que moi pour le faire. Le public ne retiendra pas ce qui s’est réellement passé, mais ce que l’on va en écrire ou en dire. Et moi-même j’attends de lire demain l’article de Pierre Chany dans L'Équipe pour savoir ce que j’ai fait, pourquoi et comment je l’ai fait. Comme il fait autorité, qu’il est compétent, qu’il me connaît et me comprend, sa version sera meilleure que la mienne et deviendra la mienne. »

Un prix récompensant le meilleur article de presse en langue française lié au cyclisme, le Prix Pierre Chany, est mis en place depuis 1989. Une course cycliste porte son nom en Haute-Loire, La Pierre Chany.

Les honneurs[modifier | modifier le code]

  • 1967: Grand Prix "Martini" du meilleur article de sport
  • 1972: Grand Prix de la Littérature sportive (pour son ouvrage sur le Tour de France)
  • 1981: Prix du "Souvenir Fausto Coppi"
  • 1982: Prix Henri-Desgranges
  • 1991: Le Guidon d'Or

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les rendez-vous du cyclisme, ou Arriva Coppi. Éditions La Table Ronde, 1960.
  • Anquetil. Éditions Hatier, 1971.
  • Une longue échappée, La Table ronde, 1971 (roman).
  • La fabuleuse histoire du cyclisme. ODIL, Paris, 1975.
  • La fabuleuse histoire des grandes classiques et des championnats du monde. ODIL, Paris, 1979.
  • La Fabuleuse histoire du Tour de France. ODIL, 1983.
  • L'Année du cyclisme. Éditions Calmann-Lévy, à partir du volume 1, publié en 1974, jusqu'au volume 16 (1989), puis volumes 21 (1994), 22 (1995) et en partie volume 23 (année 1996).
  • L' album 90 du Cyclisme (avec l' l'histoire du Grand Prix des Nations 1932-1990 ), Favre éditeur, 1990
  • L' album 91 du Cyclisme (avec l'histoire de Paris-Brest-Paris), Les éditions du sport, 1991.
  • L' album 92 du Cyclisme (avec l'histoire du Tour des Flandres), Les éditions du Trophée, 1992.
  • L' album 93 du cyclisme (avec l'histoire de Paris-Tours), Scanéditions, 1993.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La plupart des éléments purement biographiques sont repris du livre d'entretiens entre Christophe Penot et Pierre Chany, Pierre Chany, l'homme aux 50 tours de France, paru en 1996. Voir bibliographie.
  2. selon Pierre Chany
  3. Op. cit. p. 15
  4. « ils informent du sport », Almanach Vermot, 1965, page 200
  5. ce dont, par tempérament il n'aimait pas parler
  6. Sports était un quotidien issu de la Résistance. Fondé par Auguste Delaune, sous le titre de Sport libre, avec une parution précaire, il poursuivait sa parution, selon un rythme trihebdomadaire, puis hebdomadaire, après la Libération. En février 1946 il devenait quotidien. Situé dans le vaste réseau de la Presse communiste des années 1945-1950, il se voulait, face à l'Équipe, défenseur des thèmes de gauche dans le sport. Il devait cesser sa parution quotidienne en décembre 1947, devenant durant dix mois hebdomadaire.
  7. Parmi les signatures de Sports ou de Ce soir, se trouvaient des plumes tels Albert Baker d'Isy, Raymond Meyer, François Terbeen, André Costes, François Thébaud, Jacques Marchand, Georges Pagnoud, etc.
  8. Pierre Chany, l'homme aux 50 Tours de France, voir Sources, page 63.

Iconographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Chany-Claude Droussent, L'Année du cyclisme 1996, Calmann-Lévy éditeur. Les quatre premières pages de l'ouvrage, hommage au coauteur disparu, comportent quelques clichés sur le journaliste en action.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Christophe Penot, Pierre Chany, l'homme aux 50 Tours de France, Saint-Malo : éditions Cristel, 1996.
  • Notices parues dans la presse le 19 juin 1996 : L'Équipe, l'Humanité (signée Émile Besson), Le Monde.
  • Édouard Seidler, Le Sport et la Presse, collection "Kiosque", éditions Armand-Colin, 1964.