Championnat du monde de Formule 1 1966

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Championnat du monde de Formule 1 1966

Généralités
Sport Formule 1
Création 1950
Organisateur(s) FIA
Édition 17e
Nombre de manches 9 Grands Prix
Site web officiel
Palmarès
Champion pilote Drapeau de l'Australie Jack Brabham
Champion constructeur Drapeau du Royaume-Uni Brabham-Repco

Navigation

Le championnat du monde de Formule 1 1966 a été remporté par l'Australien Jack Brabham sur une Brabham-Repco. Brabham remporte également le championnat du monde des constructeurs.
Cette année-là, Jack Brabham est le premier pilote de l'histoire du Championnat du Monde de Formule 1 à remporter un Grand Prix au volant d'un voiture de sa conception et le premier pilote -constructeur a remporter simultanément les deux titres « pilote » et « constructeur ».

Règlement sportif[modifier | modifier le code]

  • Seuls les cinq meilleurs résultats sont retenus.
  • L'attribution des points s'effectue selon le barème 9, 6, 4, 3, 2 et 1 points.

Règlement technique[modifier | modifier le code]

  • Moteurs atmosphériques : 3 000 cm³
  • Moteurs suralimentés : 1 500 cm³

Après cinq années passées sous le régime des moteurs d'1,5 litre, la Formule 1 change d'ère avec le passage au moteur de 3 litres de cylindrée. Les moteurs suralimentés sont à nouveau autorisés en vertu d'une équivalence de 1 à 2 avec les moteurs atmosphériques mais il faudra attendre onze ans pour qu'une équipe, Renault, ne se lance dans cette voie.

Principaux engagés[modifier | modifier le code]

  • Le changement de réglementation entraîne une bouleversement des forces en présence : Coventry Climax, avait annoncé de longue date à ses partenaires (Lotus, Brabham et Cooper) qu'il ne concevrait pas un moteur 3 litres et se retirerait du championnat.
  • Scuderia Ferrari: L'équipe italienne apparaît comme la mieux armée à l'entame du championnat : par sa présence en Endurance, elle possède en effet un V12 de 3 000 cm³ prêt à être utilisé dès le début de saison. John Surtees remis de son accident de la saison précédente et Lorenzo Bandini sont ainsi les deux grands favoris du championnat.
  • D'importants changements ont agité l'écurie Cooper l'année précédente. La famille Cooper a revendu l'équipe au Chipstead Motor Group, dirigé par Jonathan Sieff. Proche de Maserati, Sieff a obtenu pour Cooper la fourniture d'un inédit V12 Maserati de 3 litres. Après le départ de Bruce McLaren, Cooper s'appuiera sur Jochen Rindt ainsi que sur Richie Ginther toujours lié à Honda, mais laissé libre par la firme japonaise qui fait l'impasse sur le début de saison.
  • Brabham bénéficie d'un moteur de 3 litres dès le début de saison grâce à la firme australienne Repco, spécialisée dans les pièces détachées qui collabore de longue date avec Brabham. Pour concevoir ce nouveau moteur, Repco s'est basé sur un V8 de 3,5 litres Oldsmobile de série ramené à 3 litres. Côté pilote, l'écurie est amoindrie par le départ de Dan Gurney. Déjà aperçu en 1965 en tant que pilote suppléant, le Néo-Zélandais Denny Hulme est titularisé aux côtés de Jack Brabham.
  • La palme de l'audace revient à BRM qui, plutôt que de concevoir un nouveau moteur, a tout simplement décidé d'accoupler en les superposant deux V8 de 1,5 litre pour donner naissance à un moteur H16 de 3 litres. Sa conception ayant pris du retard, BRM débute la saison avec un ancien V8 à la cylindrée portée à 2 litres. Graham Hill et Jackie Stewart restent les deux pilotes titulaires.
  • Lotus, lâchée par Climax et en attendant que se concrétise le projet Cosworth, a signé un contrat avec BRM pour la fourniture du fameux H16. Lotus débutera l'année avec un ancien Climax 1,5 litre, porté à 2 litres. Le double champion du monde Jim Clark reste fidèle à son équipe de toujours, tandis que Peter Arundell, si prometteur deux ans auparavant avant un grave accident, effectue son retour à ses côtés.
  • Deux nouvelles écuries font leur entrée en scène : figures majeures du championnat du monde depuis plusieurs années, Bruce McLaren et Dan Gurney se lancent en Formule 1 avec leur propre structure. McLaren s'est tourné vers un moteur V8 Ford 4,2 litres issu des 500 Miles d'Indianapolis et ramené à la cylindrée règlementaire alors que de son côté, Dan Gurney se contente d'un antique moteur Climax de 2,5 litres en attendant que la firme britannique Weslake finalise son V12 de 3 litres.

Liste complète des écuries et pilotes ayant couru dans le championnat 1966 de Formule 1 organisé par la FIA.

Écurie Constructeur Châssis Moteur Pneus Pilotes Courses
Drapeau du Royaume-Uni Bruce McLaren Motor Racing McLaren M2B Ford 406 3.0 V8
Serenissima 3.0 V8
F
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Bruce McLaren 1-2, 4-5, 8-9
Drapeau du Royaume-Uni Team Lotus Lotus 43
33
BRM P75 3.0 H16
Climax FWMV 2.0 V8
BRM P56 2.0 V8
F
Drapeau du Royaume-Uni Jim Clark Toutes
Drapeau du Royaume-Uni Peter Arundell 2-9
Drapeau du Mexique Pedro Rodríguez 3, 8-9
Drapeau de l'Italie Giacomo « Geki » Russo 7
44 Ford Cosworth SCA 1.0 L4
D
Drapeau de l'Allemagne Gerhard Mitter 6
Drapeau du Mexique Pedro Rodríguez 6
Drapeau du Royaume-Uni Piers Courage 6
Drapeau du Royaume-Uni Reg Parnell Racing Lotus
Ferrari
25
246
BRM P56 2.0 V8
BRM P60 1.9 V8
Ferrari 228 2.4 V6
F
Drapeau du Royaume-Uni Mike Spence Toutes
Drapeau de l'Italie Giancarlo Baghetti 7
Drapeau du Royaume-Uni Brabham Racing Organisation Brabham BT19
BT22
BT20
Repco 620 3.0 V8
Climax FPF 2.8 L4
G
Drapeau de l'Australie Jack Brabham Toutes
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Denny Hulme Toutes
Drapeau du Royaume-Uni Chris Irwin 4
Drapeau du Royaume-Uni Cooper Car Company Cooper T81 Maserati 9/F1 3.0 V12
D
Drapeau des États-Unis Richie Ginther 1-2
Drapeau de l'Autriche Jochen Rindt Toutes
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Chris Amon 3
Drapeau du Royaume-Uni John Surtees 3-9
Drapeau du Mexique Moisés Solana 9
Drapeau du Royaume-Uni Owen Racing Organisation BRM P261
P83
BRM P60 2.0 V8
BRM P75 3.0 H16
D
Drapeau du Royaume-Uni Graham Hill Toutes
Drapeau du Royaume-Uni Jackie Stewart 1-2, 4-9
Drapeau du Royaume-Uni Rob Walker Racing Team Brabham
Cooper
BT11
T81
BRM P60 2.0 V8
Maserati 9/F1 3.0 V12
D
Drapeau de la Suisse Joseph Siffert 1-5, 7-9
Drapeau du Royaume-Uni DW Racing Enterprises Brabham BT11 Climax FPF 2.8 L4
F
Drapeau du Royaume-Uni Bob Anderson 1, 3-7
Drapeau de l'Italie Scuderia Ferrari SpA SEFAC Ferrari 246
312
Ferrari 228 2.4 V6
Ferrari 218 3.0 V12
F
Drapeau de l'Italie Lorenzo Bandini 1-3, 5-8
Drapeau du Royaume-Uni John Surtees 1-2
Drapeau du Royaume-Uni Mike Parkes 3, 5-7
Drapeau de l'Italie Ludovico Scarfiotti 6-7
Drapeau de la Suède Joakim Bonnier Racing Team Cooper
Brabham
T81
BT22
BT7
Maserati 9/F1 3.0 V12
Climax FPF 2.8 L4
Climax FWMV 2.0 V8
D
F
Drapeau de la Suède Joakim Bonnier Toutes
Drapeau des États-Unis Team Chamaco Collect BRM P261 BRM P60 2.0 V8
G
Drapeau des États-Unis Bob Bondurant 1-2, 4, 6-7
Drapeau du Royaume-Uni Vic Wilson 2
Drapeau de la France Guy Ligier Cooper T81 Maserati 9/F1 3.0 V12
D
Drapeau de la France Guy Ligier 1-6
Drapeau des États-Unis Anglo American Racers Eagle Mk1 Climax FPF 2.8 L4
Weslake 58 3.0 V12
G
Drapeau des États-Unis Dan Gurney 2-9
Drapeau des États-Unis Phil Hill 7
Drapeau des États-Unis Bob Bondurant 8-9
Drapeau du Royaume-Uni David Bridges Brabham BT11 BRM P60 2.0 V8
G
Drapeau du Royaume-Uni John Taylor 3-6
Drapeau du Royaume-Uni Shannon Racing Cars Shannon SH1 Climax FPE 3.0 V8
D
Drapeau du Royaume-Uni Trevor Taylor 4
Drapeau du Royaume-Uni J.A. Pearce Engineering Ltd Cooper T73 Ferrari 218 3.0 V12
D
Drapeau du Royaume-Uni Chris Lawrence 4, 6
Drapeau des États-Unis Caltex Racing Team Brabham BT18 Ford Cosworth SCA 1.0 L4
D
Drapeau de l'Allemagne Kurt Ahrens 6
Drapeau du Royaume-Uni Tyrrell Racing Organisation Matra MS5 BRM 1.0 L4
Ford Cosworth SCA 1.0 L4
D
Drapeau de l'Allemagne Hubert Hahne 6
Drapeau de la Belgique Jacky Ickx 6
Drapeau des États-Unis Roy Winkelmann Racing Brabham BT18 Ford Cosworth SCA 1.0 L4
D
Drapeau de l'Allemagne Hans Herrmann 6
Drapeau du Royaume-Uni Alan Rees 6
Drapeau de la France Matra Sports Matra MS5 Ford Cosworth SCA 1.0 L4
D
Drapeau de la France Jo Schlesser 6
Drapeau de la France Jean-Pierre Beltoise 6
Drapeau de la Suisse Silvio Moser Brabham BT16 Ford Cosworth SCA 1.0 L4
D
Drapeau de la Suisse Silvio Moser 6
Drapeau du Japon Honda R&D Company Honda RA273 Honda RA273E 3.0 V12
G
Drapeau des États-Unis Richie Ginther 7-9
Drapeau des États-Unis Ronnie Bucknum 8-9
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Chris Amon Brabham BT11 BRM P60 1.9 V8
D
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Chris Amon 7
Drapeau du Royaume-Uni Bernard White Racing BRM P261 BRM P60 1.9 V8
D
Drapeau du Royaume-Uni Innes Ireland 8-9

Résumé du championnat du monde 1966[modifier | modifier le code]

La saison débute à Monaco avec des concurrents qui pour la plupart ne sont pas prêts pour la nouvelle règlementation. Seuls Ferrari, Cooper et Brabham bénéficient d'un moteur 3 litres. Sur ce circuit où l'agilité compte plus que la puissance pure, les Lotus et BRM conservent leur chance malgré leurs vieux 1,5 litre portés à 2 litres. Même Ferrari préfère mettre ses œufs dans plusieurs paniers puisque Bandini pilote une V6 2,4 litres, à la grande fureur de John Surtees obligé de faire débuter la lourde V12 3 litres. Surtees prend la tête de la course au départ mais il doit finalement abandonner et céder la victoire à Jackie Stewart sur sa BRM 2 litres.

En Belgique, sur le long tracé de Spa-Francorchamps, la pluie vient semer le trouble. Partis sur une piste sèche, les concurrents se font surprendre dès le premier tour par une averse à l'autre bout du circuit. En l'espace de quelques hectomètres, le peloton est décimé. Coincé de longues minutes à l'envers dans l'habitacle de sa BRM, Jackie Stewart doit être secouru par son coéquipier Graham Hill, lui aussi sorti de route, qui est allé chercher des instruments de désincarcération dans une maison en bordure de piste. Rescapé d'une série de pirouettes, Jochen Rindt parvient à remonter comme une balle sur Surtees puis à le dépasser avant qu'une défaillance de sa Cooper n'offre la victoire à Surtees. Surtees, exaspéré par la politique interne de la Scuderia où le directeur sportif Eugenio Dragoni a grand mal à dissimuler sa préférence pour Bandini, signe là sa dernière victoire en rouge : quelques jours plus tard, il claque la porte de la Scuderia suite à un conflit à propos de la composition des équipages pour les 24 Heures du Mans.

À Reims, sur un tracé favorable à la puissance pure, Bandini signe la première pole de sa carrière. À ses côtés, il retrouve son nouvel équipier Mike Parkes, jusque là pilote essayeur de la Scuderia, ainsi que son ancien : John Surtees a trouvé refuge chez Cooper où il remplace Richie Ginther, rappelé par Honda. Bien parti pour s'imposer et prendre le large au championnat, Bandini abandonne en vue de l'arrivée et offre la victoire à Jack Brabham qui ravit du même coup la tête du championnat.
C'est la première fois dans l'histoire du Championnat du Monde de Formule 1 qu'un pilote gagne un Grand Prix au volant d'une voiture de sa conception (seuls Dan Gurney en 1967 et Bruce McLaren en 1968 feront de même à Spa-Francorchamps).

À Brands-Hatch, en l'absence surprise des Ferrari (la Scuderia invoquera des mouvements sociaux en Italie, mais certains y verront une manière d'éviter un fiasco annoncé, le V12 Ferrari s'avérant peu compétitif car trop lourd et encombrant), Brabham s'impose à nouveau au terme d'une nette domination. L'écurie australienne signe même un doublé, Hulme décrochant la deuxième place. En dehors de l'énigme Ferrari, l'écurie Brabham apparaît comme la mieux armée puisque les débuts du moteur H16 chez BRM et Lotus sont très décevants.

À Zandvoort, puis au Nürburgring, Brabham signe deux nouveaux succès qui lui assurent quasiment le titre mondial, Surtees conservant une infime chance de lui ravir le titre. Malgré son abandon précoce, c'est à Monza que Brabham est officiellement titré, dans une course dominée par les surpuissantes Ferrari (victoire de Scarfiotti devant Parkes).

À Watkins Glen, dans une course sans enjeu, le champion du monde en titre Jim Clark se rappelle au bon souvenir de tous en faisant triompher la Lotus-BRM H16 après avoir profité des abandons de Brabham et Bandini puis, au Mexique, Surtees s'impose sur la Cooper Maserati. Jack Brabham remporte le championnat du monde des pilotes tandis que son équipe décroche le titre constructeurs : c'est la première fois depuis la création du championnat du monde en 1950 qu'un pilote s'impose au championnat sur une voiture de sa conception.

Grands Prix de la saison 1966[modifier | modifier le code]

Date Grand Prix Circuit Vainqueur Voiture Résumé
142 22 mai Drapeau de Monaco Grand Prix de Monaco Monaco Drapeau du Royaume-Uni Jackie Stewart BRM Résumé
143 12 juin Drapeau de la Belgique Grand Prix de Belgique Spa-Francorchamps Drapeau du Royaume-Uni John Surtees Ferrari Résumé
144 3 juillet Drapeau de la France Grand Prix de France Reims Drapeau de l'Australie Jack Brabham Brabham-Repco Résumé
145 16 juillet Drapeau du Royaume-Uni Grand Prix de Grande-Bretagne Brands Hatch Drapeau de l'Australie Jack Brabham Brabham-Repco Résumé
146 24 juillet Drapeau des Pays-Bas Grand Prix des Pays-Bas Zandvoort Drapeau de l'Australie Jack Brabham Brabham-Repco Résumé
147 7 août Drapeau de l'Allemagne Grand Prix d'Allemagne Nürburgring Drapeau de l'Australie Jack Brabham Brabham-Repco Résumé
148 4 septembre Drapeau de l'Italie Grand Prix d'Italie Monza Drapeau de l'Italie Ludovico Scarfiotti Ferrari Résumé
149 2 octobre Drapeau des États-Unis Grand Prix des États-Unis Watkins Glen Drapeau du Royaume-Uni Jim Clark Lotus-BRM Résumé
150 23 octobre Drapeau du Mexique Grand Prix du Mexique Mexico Drapeau du Royaume-Uni John Surtees Cooper-Maserati Résumé

Classement des pilotes[modifier | modifier le code]

Classement Pilote Pays Voiture Nombre
de points
1er Jack Brabham Drapeau de l'Australie Australie Brabham-Repco 42 (45)
2e John Surtees Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Ferrari et Cooper-Maserati 28
3e Jochen Rindt Drapeau de l'Autriche Autriche Cooper-Maserati 22 (24)
4e Denny Hulme Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande Brabham-Repco 18
5e Graham Hill Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni BRM 17
6e Jim Clark Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Lotus-Climax et Lotus-BRM 16
7e Jackie Stewart Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni BRM 14
8e Mike Parkes Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Ferrari 12
9e Lorenzo Bandini Drapeau de l'Italie Italie Ferrari 12
10e Ludovico Scarfiotti Drapeau de l'Italie Italie Ferrari 9
11e Richie Ginther Drapeau des États-Unis États-Unis Cooper-Maserati et Honda 5
12e Dan Gurney Drapeau des États-Unis États-Unis Eagle-Climax 4
13e Mike Spence Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Lotus-BRM 4
14e Bob Bondurant Drapeau des États-Unis États-Unis BRM 3
15e Joseph Siffert Drapeau de la Suisse Suisse Cooper-Maserati 3
16e Bruce McLaren Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande McLaren-Serenissima et McLaren-Ford 3
17e Peter Arundell Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Lotus-Climax 1
18e Bob Anderson Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Brabham-Climax 1
19e Joakim Bonnier Drapeau de la Suède Suède Cooper-Maserati 1
20e John Taylor Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Brabham-BRM 1


Classement des constructeurs[modifier | modifier le code]

Classement Pays Voiture Nombre
de points
1er Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Brabham-Repco 42 (49)
2e Drapeau de l'Italie Italie Ferrari 31 (32)
3e Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Cooper-Maserati 30 (35)
4e Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni BRM 22
5e Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Lotus- BRM 13
6e Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Lotus-Climax 8
7e Drapeau des États-Unis États-Unis Eagle-Climax 4
8e Drapeau du Japon Japon Honda 3
9e Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni McLaren-Ford 2
10e Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Brabham-Climax 1
11e Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni McLaren-Serenissima 1
12e Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Brabham-BRM 1
13e Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Cooper-Ferrari 0
14e Drapeau des États-Unis États-Unis Eagle-Weslake 0
15e Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Shannon-Climax 0