Carel Godin de Beaufort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Godin.

Carel Godin de Beaufort

{{{alternative}}}

Carel Godin de Beaufort au GP des Pays-Bas 1961

Date de naissance 10 avril 1934
Lieu de naissance Maarsbergen, Pays-Bas
Date de décès 2 août 1964 (à 30 ans)
Lieu de décès Düsseldorf, Allemagne
Nationalité Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Années d'activité 1957 - 1964 (F1)
Qualité Pilote automobile
Équipe Écurie Maarsbergen
Scuderia Ugolini
Nombre de courses 30 (26 départs) (F1)
Pole positions 0
Podiums 0
Victoires 0
La Porsche 718 de Carel Godin de Beaufort dans sa livrée nationale néerlandaise orange.

L'écuyer Karel Pieter Antoni Jan Hubertus, dit Carel Godin de Beaufort, (né le 10 avril 1934 au château de Maarsbergen, dans la province d'Utrecht aux Pays-Bas et mort le 2 août 1964 à Düsseldorf, dans le Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie en Allemagne, seigneur de Maarn et Maarsbergen) est un pilote de course automobile néerlandais. Il a notamment disputé 26 Grands Prix de Formule 1 entre 1957 et 1964 et est le premier Néerlandais à avoir marqué des points en championnat du monde (4 au total).

Biographie[modifier | modifier le code]

Ecusson de l'Écurie Maarsbergen de Carel de Beaufort

Carel de Beaufort, gentleman-driver néerlandais, débute véritablement en sport automobile suite à son engagement en 1956 aux 24 heures du Mans, auparavant, il n'avait participé qu’à des courses mineures.

En 1957, il fonde sa propre écurie (Écurie Maarsbergen, du nom de sa ville natale) avec laquelle il s’engage à la fois en championnat du monde de F1 mais également sur certaines épreuves hors-championnat et lors de courses d’endurance.

Les premières années en Formule 1 sont difficiles pour de Beaufort qui peine en qualifications et à du mal à s’extraire des fonds de grille. Ses pairs le considèrent comme une « chicane mobile » et un danger sur la piste. À force de persévérance, il finit par être considéré comme un pilote à part entière, devenant à partir de 1961, un concurrent compétent et populaire.

Il lui faut attendre cinq ans en championnat du monde et 12 participations pour décrocher son premier point en obtenant la sixième place finale du Grand Prix des Pays-Bas en 1962. Il récidive la même année au Grand Prix de France à Rouen. Il décroche deux nouvelles sixièmes places en 1963 lors des Grand Prix de Belgique et des États-Unis, ce qui portera son total à quatre unités.

En 1964, il est contraint à l’abandon lors de son Grand Prix national et compte prendre sa revanche sur le sort lors du Grand Prix d'Allemagne 1964 disputé sur le Nürburgring. Mais lors des essais qualificatifs, sa Porsche 718 quitte la piste dans le terrible virage de Bergwerk : Carel de Beaufort est éjecté et souffre de sérieuses blessures à la tête, à la cage thoracique et aux jambes. Il est admis dans un hôpital local, mais à la demande de sa famille, est transféré dans un important hôpital neurologique à Düsseldorf qui ne peut que constater que l’on ne pouvait plus rien pour lui. Beaufort décède des suites de ses blessures trois jours après son accident.

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Points inscrits Classement
1957 Écurie Maarsbergen Porsche 550 RS Porsche Flat 4 Dunlop 0 (1 F2) 0 n.c.
1958 Écurie Maarsbergen Porsche 718 RSK Porsche Flat 4 Dunlop 1 (1 F2) 0 n.c.
1959 Écurie Maarsbergen Porsche 718 RSK Porsche Flat 4 Dunlop 1 0 n.c.
Scuderia Ugolini Maserati 250F Maserati 6 en ligne Dunlop 1 0
1960 Écurie Maarsbergen Cooper T51 Climax 4 en ligne Dunlop 0 (1 F2) 0 n.c.
1961 Écurie Maarsbergen Porsche 718 Porsche Flat 4 Dunlop 6 0 n.c.
1962 Écurie Maarsbergen Porsche 718 Porsche Flat 4 Dunlop 8 2 16e
1963 Écurie Maarsbergen Porsche 718 Porsche Flat 4 Dunlop 7 2 14e
1964 Écurie Maarsbergen Porsche 718 Porsche Flat 4 Dunlop 1 0 n.c.
Total 26 (3 F2) 4

Résultats hors-championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Pole position
1961 Écurie Maarsbergen Porsche 718 Porsche Flat 4 Dunlop 4 0
1962 Écurie Maarsbergen Porsche 718 Porsche Flat 4 Dunlop 7 0
1963 Écurie Maarsbergen Porsche 718 Porsche Flat 4 Dunlop 9 1
1964 Écurie Maarsbergen Porsche 718 Porsche Flat 4 Dunlop 2 0
Total 22 1

Résultats aux 24 heures du Mans[modifier | modifier le code]

Année Écurie Châssis Moteur Équipiers Classement
1956
Drapeau : Allemagne Wolgang Seidel Porsche 550 ARS Porsche 1,5 L Flat 4 Drapeau : Pays-Bas Mathieu Hezemans
Abandon
1957
États-Unis Ed Hugus Porsche 550 ARS Porsche 1,5 L Flat 4 États-Unis Ed Hugus
8e
1958
Drapeau : Pays-Bas Écurie Maarsbergen Porsche 550 ARS Porsche 1,5 L Flat 4 Drapeau : Allemagne Herbert Linge
5e
1959
Drapeau : Pays-Bas Écurie Maarsbergen Porsche 718 RSK Porsche 1,5 L Flat 4 Drapeau : États-Unis du Brésil Christian Heins
Abandon
1960
Drapeau : Pays-Bas Écurie Maarsbergen Porsche 718/4RS Porsche 1,6 L Flat 4 Drapeau : Royaume-Uni Richard Stoop
Abandon
1962
Drapeau : AllemagnePorsche System Engineering Porsche 356 B Abarth Porsche 1,6 L Flat 4 Drapeau : Pays-Bas Ben Pon
Abandon
1963
Drapeau : Allemagne Porsche System Engineering Porsche 356 B 2000 GS GT Porsche 2,0 L Flat 4 Drapeau : Allemagne Gerhard Koch
Abandon

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Véritable gentleman-driver, Carel de Beaufort pilotait sous sa bannière Écurie Maarsbergen sa propre voiture orange vif, couleur nationale néerlandaise.
  • Carel de Beaufort est quasiment toujours resté fidèle à Porsche (il a seulement conduit deux courses avec d’autres marques). Il courait sur une Porsche 718 orange (achetée au Rob Walker Racing Team) car les 718 étaient des voitures fiables mais surtout car il pouvait y glisser sa massive corpulence. Son surnom en course était même Fatty Porsche, que l’on pourrait traduire par "le gros en Porsche".
  • Aristocrate excentrique, il conduisait souvent sans chaussures [1] et lors de sa dernière course (dont l’issue lui fut fatale) il a effectué quelques tours d’essais avec une perruque des Beatles en lieu et place de son casque. [2].

Sources[modifier | modifier le code]