Pra-Loup

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Pra Loup)
Aller à : navigation, rechercher
Pra-Loup
Vue aérienne de la station.
Pra-Loup
Administration
Pays France
Subdivision administrative Provence-Alpes-Côte d'Azur
Subdivision administrative Alpes-de-Haute-Provence
Localité Uvernet-Fours
Site web www.praloup.com
Géographie
Coordonnées 44° 22′ 12″ Nord 6° 36′ 18″ Est / 44.3699106, 6.6050733 ()  
Massif Grande Séolane
Altitude 1600 m
Altitude maximum 2500 m
Altitude minimum 1500 m
Ski alpin
Lié à La Foux d'Allos
Domaine skiable Espace Lumière
Remontées
Nombre de remontées 38
Téléphériques 2
Télécabines 2
Télésièges 10
Fils neige 1
Pistes
Nombre de pistes 81
     Noires 1
     Rouges 32
     Bleues 33
     Vertes 11
Total des pistes 180 km (Espace Lumière) km
Installations
Nouvelles glisses
1
Neige artificielle
Canons 21

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Pra-Loup

Pra-Loup est une station de ski des Alpes du Sud. Elle est située sur la commune d'Uvernet-Fours (Alpes-de-Haute-Provence), à 7 km de Barcelonnette, dans la vallée de l'Ubaye.

La station possède un domaine skiable de 180 km de pistes, une variété de paysages, de reliefs et de dénivelées. Ici l’esprit méridional est partout... Bâties sur un balcon offrant un panorama sur la vallée, les résidences s’intègrent aux forêts de mélèzes. 80 commerces se répartissent autour du front des pistes et tout au long de la galerie semi-couverte.

Domaine skiable[modifier | modifier le code]

Le domaine skiable forme avec La Foux d'Allos l'Espace Lumière représentant 38 remontées mécaniques et 180 km de pistes. 21 canons à neige assurent les descentes jusqu'au bas de la station.

Altitude : 1 500 m - 2 500 m

100 km de pistes

38 pistes : 6 vertes, 15 bleues, 16 rouges et 1 noire

20 remontées mécaniques : 2 télécabines, 1 télémix, 1 téléphérique, 4 télésièges, 9 téléskis, 3 tapis roulants

Mais aussi 1 snowpark, 2 Jardins d'enfants, 2 pistes de luges et 4 restaurants d'altitude

1 grand domaine relié à la Foux d'Allos :

Altitude : 1 500 m - 2 600 m

180 km de pistes

81 pistes : 11 vertes, 33 bleues, 32 rouges et 5 noires

38 remontées mécaniques : 3 télécabines, 1 télémix, 10 télésièges, 17 téléskis, 1 téléphérique, 1 télébenne, 5 tapis roulants

Mais aussi 2 snowparks, 3 Jardins d'enfants, 3 pistes de luges, 8 restaurants d'altitude

Tapis roulant Funbelt pour skieurs

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type montagnard.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Par la route
  • De Paris et du Nord : via Lyon, Grenoble, Gap et Barcelonnette
  • Du Sud de la France : via Aix-en-Provence, autoroute A51 jusqu’à Tallard, direction Barcelonnette.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'étymologie de Pra-Loup[modifier | modifier le code]

Contraction de Pra, Pro et lovin, dérivée d'une forme patoise Pralovin, maisons isolées en clairière et du latin lupinus, « pré au loup », loup venant lui-même de olim le Lau, hameau. Par conséquent : Pra-Loup signifie « pré cultivé pour le foin, pâturage ». Les habitants de Pra-Loup se nomment les praloupiens et les praloupiennes. [réf. nécessaire]

Selon le couple Fénié, Pra-Loup est le pré de Loup, prénom d’un propriétaire[1].

Du hameau à la station de montagne[modifier | modifier le code]

Séparé par cent mètres de dénivelé, Pra-Loup 1500 ou le hameau des Molanès, existait déjà en 900 av J-C. Des bergers ligures venant des rives de la Méditerranée, à la suite de leurs troupeaux en quête d'herbe fraîche, s'y fixèrent et donnèrent naissance à des peuplades à peu près sauvages se nourrissant du lait de leurs brebis, du produit de la chasse et vivant dans des cabanes rustiques couvertes de chaume.

Au XIIe siècle, les moines chalaisiens venus du Laverq construisirent quatre bâtiments autrefois associés : l'église, l'école, le prieuré et le presbytère. Du XIVe au XVIIe siècle des fermes et auberges se construisent, le pastoralisme se développe.

La Malune, premier hameau en allant vers les Agneliers était peuplé jusqu'en 1920 par deux familles, mais ne s'est hélas pas étendu en raison du manque d'eau. Ses habitants ont alors trouvé un système ingénieux et archaïque pour capter une maigre source en construisant une canalisation en bois de cinq cents avec des troncs d'arbres creusés, « le bournéous », visible au musée de la vallée de Jausiers. Sur Pra-Loup 1600, on comptait une seule ferme habitée jusqu'au moment de la guerre de 1914, l'auberge de Pra-Loup, qui vivait en complète autarcie avec son moulin et son four.

Cabine de skis à Pra-Loup
Chalets à Pra-Loup

À la fin des années 1950, Pierre Grouès, médecin philanthrope, eut l'idée de créer une station de ski pour développer l'attractivité du village. Pour cela, il s'est entouré des meilleurs spécialistes du moment : Emile Allais, skieur alpin français et Honoré Bonnet, entraîneur de l'équipe de France de ski alpin.

En 1960, la station prend forme. Au lieu des 3 000 lits que devait compter la station, Honoré Bonnet propose une capacité de 10 000 lits pour des raisons de rentabilité. Du sommet de Pegueiou, il trouve le terrain propice et repère également une possibilité par le vallon des Agneliers qui deviendra par la suite la liaison avec la Foux d'Allos, inaugurée en 1977. Sous l'impulsion de Michel Lantelme, maire d'Allos et de Louis Lequette, maire d'Uvernet Fours, cet espace skiable de très large envergure est l'un des plus grands des Alpes du Sud.

Depuis 1981, Pra-Loup a été classé station climatique (décret du 13 janvier 1981).

Économie[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Le Fumeton, inspiré de La moutounesse, a été créé à Pra-loup, par un élu soucieux de la valorisation de la viande Ovine. Charcuterie des Alpes provençales, il se présente sous la forme d'un bloc de viande de couleur rouge foncé et d'un poids d'environ 1,5 kg. Découpée en tranches fines, il se consomme tant en entrée qu'en accompagnement de mets montagnards dont la raclette,et accompagne également gratins, salades ou pizzas. Le Fumeton est fabriqué depuis quelques années à Barcelonnette.

Tour de France cycliste[modifier | modifier le code]

La station a déjà servi d'arrivée d'étape au Tour de France en 1975, lors de l'étape Nice-Pra-Loup. Bernard Thévenet avait remporté l'étape et pris le maillot jaune à Eddy Merckx pour ne plus le quitter jusqu'à Paris. Eddy Merckx avait pourtant lâché les autres coureurs dans la descente du col d'Allos et s'était présenté au pied de l'ascension finale avec près d'une minute d'avance sur ses rivaux mais il avait essuyé une terrible défaillance dans la montée. Il fut déposé d'abord par l'italien Felice Gimondi puis par Bernard Thévenet qui dépassa à son tour le coureur italien pour gagner l'étape.

Pra-Loup sera à nouveau ville d’étape du Tour de France en 1980, avec une victoire du Belge Joseph Deschoenmaecker, lors de la 16e étape, Trets-Pra-Loup.

Annexes[modifier | modifier le code]

Pra-Loup 1500

Deux kilomètres avant d'arriver à Pra-Loup 1600, se trouvent les résidences du lieu-dit "les Molanès" ou Pra-Loup 1500. Les résidences s'ouvrent sur des prés qui peuvent faire office de terrains de luge.

Pra-Loup 1600

Située un peu plus haut que Pra-Loup 1500.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Bénédicte Fénié, Jean-Jacques Fénié, Toponymie provençale, Éditions Sud-Ouest, 2002 (réédition), ISBN 978-2-87901-442-5, p. 69

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Marseille (sous la direction de), Dictionnaire de la Provence et de la Côte d'Azur, Éd. Larousse, Paris, 2002. (ISBN 2035751055)

Liens externes[modifier | modifier le code]