Amenemhat III

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Amenemhat III - Musée du Louvre.
Amenemhat III - Neues Museum

Amenemhat III (-1843/ -1842 à -1797)[1] est un pharaon de la XIIe dynastie. Son règne s'avère aussi brillant que celui de son père Sésostris III, mais plus pacifique.

Généalogie[modifier | modifier le code]

Amenemhat III
Naissance Date inconnue Décès Date inconnue
Père Sésostris III Grands-parents paternels
Sésostris II
Grand-mère paternelle inconnue
Mère Mère inconnue Grands-parents maternels
Grand-père maternel inconnu
Grand-mère maternelle inconnue
Fratrie Khenemet-...
Menet
Mereret
Sathathor A
Senetsenebetes
1re épouse Khnoumetnéferhedjet III
« Unie à la couronne blanche »
Enfant(s) pas d'enfant connu
2e épouse Âat « la Grande » Enfant(s) pas d'enfant connu
3e épouse Néferou-Ptah
« La beauté du Ptah »
Enfant(s) pas d'enfant connu
4e épouse Hotepti (ou Hathorhetepet),
plutôt une concubine
Enfant(s) Amenemhat IV
Néférousobek ?
5e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
6e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
7e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
8e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
Mari inconnu Enfant(s) pas d'enfant connu
2e mari inconnu Enfant(s) pas d'enfant connu
3e mari inconnu Enfant(s) pas d'enfant connu
4e mari inconnu Enfant(s) pas d'enfant connu

Hotepti, est aussi donnée comme une de ses filles selon quelques spécialistes, dont Jacques Kinnaer. Pour Aidan Mark Dodson, elle est la mère d'Amenemhat IV[2]. Cette affirmation repose sur l'étude d'une inscription où elle est indiquée comme Mère du roi (mwt-niswt). Cependant, dans ces titres, à aucun moment elle n'est indiquée comme Fille du roi (sȝt-niswt-nt) ou Épouse du roi (hm.t-nisw.t-wr.t) ou encore Sœur du roi (snt-niswt), ce qui fait dire à ces mêmes égyptologues qu'elle ne fut pas d'origine royale.

Titulature[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Titulature dans l'Égypte antique.

Règne[modifier | modifier le code]

Amenemhat III
Période Moyen Empire
Dynastie XIIe dynastie
Fonction roi
Prédécesseur Sésostris III
Prise du pouvoir Mort naturelle du précédent
Dates de règne -1843 ou -1842 à -1797 (selon D. B. Redford, N. Grimal & D. Arnold)
Durée du règne Inconnue
Successeur Amenemhat IV
Passation du pouvoir
Sépulture Non trouvé
Date de découverte Inconnue
Découvreur Inconnu
Fouillée par ?

La solidité des frontières de l'Égypte désormais assurée aussi bien en Nubie qu'au Nord-Est grâce à l'action énergique de son père, Amenemhat III consacre ses quarante-cinq ans de pouvoir à la mise en valeur du pays, et particulièrement à celle de l'oasis du Fayoum. Déjà commencée sous Sésostris II, alors que cette zone n'était qu'un marécage poissonneux, la mise en valeur de l'oasis atteint son apogée sous Amenemhat III. Elle devient une riche terre agricole grâce aux nombreux canaux d'irrigation qui l'alimentent, et au barrage d'Illahoun, terminé par Amenemhat III.

Le pharaon est tellement fier de cette réussite qu'il abandonne l'édification de sa pyramide de Dahchour pour faire construire sa nécropole royale dans l'oasis, à Hawara. Cet ensemble funéraire comporte, outre une pyramide, un temple si immense que les auteurs grecs le décriront bien plus tard comme le légendaire labyrinthe.

La prospérité du règne d'Amenemhat III se reflète dans le train de vie de la classe moyenne de fonctionnaires royaux créée par son père Sésostris III, ces scribes et officiers ayant les moyens de s'offrir de somptueux monuments funéraires. Elle se traduit aussi, outre une exploitation optimisée des ressources intérieures (notamment des mines de turquoises au Sérabit el-Khadem), par un commerce extérieur plus florissant que jamais. Les villes côtières de Syrie (Byblos, Ougarit), partenaires privilégiées de ces échanges, s'égyptianisent profondément à cette époque. Cette aisance se retrouve pareillement dans le riche apport du souverain en matière d'architecture, que ce soit à Bubastis, avec la construction d'un palais, ou à Karnak, avec l'aménagement de la Cour de la Cachette.

Le système nomarqual d'Amenemhat III disparaît au cours de son règne. Le personnel politique va changer, et le pouvoir ne va plus passer par leurs fiefs de pouvoir comme c'était le cas à la Première Période Intermédiaire. Le roi réussi donc à imposer un système administratif centralisé. Les tombes de l'élite provinciale de Moyenne Égypte disparaissent au profit de tombes plus modestes. Il ne semble pas pourtant que l’Égypte ait eu une moins bonne situation économique à l'époque. Il s'agirait plus d'une évolution de la conception religieuse de la tombe.

L'Égypte d'Amenemhat III reçoit de son côté de nombreux migrants sémitiques d'Asie venus travailler sur les grands chantiers de construction royaux.

Pourtant, le déclin de la brillante XIIe dynastie survient rapidement après Amenemhat III, peut-être en raison de problèmes de succession.

Les enfants du pharaon, Amenemhat IV et sa sœur Néférousobek, règnent peu de temps. Les rois obscurs de la XIIIe dynastie leur succèdent, sans que l'on sache très bien dans quelles circonstances, ni si ces nouveaux souverains avaient un lien familial quelconque avec eux.

Sépulture[modifier | modifier le code]

Amenemhat III se fait édifier deux complexes funéraires durant son règne :

  • le premier à Dahchour baptisée la Pyramide Noire en raison de son état actuel, très dégradé, dont seul le noyau en brique crue subsiste et lui donne cet aspect sombre à l'horizon oriental de la nécropole. Il semble que le projet ait été abandonné au cours du règne pour un autre emplacement ;
  • le deuxième à Hawara, dans le Fayoum, complexe de grande envergure dont le temple funéraire était si vaste qu'il a été interprété par les auteurs classiques comme le prototype des labyrinthes. C'est dans la pyramide de ce complexe funéraire qu'Amenemhat III sera finalement inhumé.

Entrées souterraines, labyrinthes, culs-de-sac et passages secrets, caractérisent les deux pyramides en brique crue d'Amenemhat III.

Note[modifier | modifier le code]

  1. Selon D. B. Redford, N. Grimal, D. Arnold
  2. Dodson, p. 92 et 104.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]