Ire dynastie égyptienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Statue en calcaire d'un dignitaire assis, Ire dynastie égyptienne - Musée égyptien de Berlin

La Ire dynastie égyptienne, à la fin du quatrième millénaire avant notre ère, marque le début de près de trois millénaires d'institution pharaonique[1] avec l'unification de l'Égypte antique, jusqu'alors divisée en deux royaumes distincts, celui du Nord et celui du Sud, et dure de -3150[2] à approximativement -2850[3].

La tradition attribue cette réunification au roi Narmer, même s'il ne fait pas partie de la Ire dynastie et est généralement classé dans la période prédynastique.

La première dynastie ouvre la période thinite, du nom grec de la capitale des deux premières dynasties, Thinis (Tjene en égyptien).

Souverains de la Ire dynastie[modifier | modifier le code]

Pschent2.png Pharaon Renpout.pngRègne[4] Egypte icon lieu.png Capitale Tombe2.png Tombe Egypte icon momie.png Momie
Ménès vers -3150 Thinis Tombe B17-B18 du cimetière d'Oumm el-Qa'ab à Abydos  ?
Hor-Aha entre -3100/-3095 Thinis Tombes B10-B15 et B19 du cimetière d'Oumm el-Qa'ab à Abydos  ?
Djer entre -3095/-3040 Thinis Tombe O du cimetière d'Oumm el-Qa'ab à Abydos  ?
Djet, le roi Serpent (Ouadji) entre -3040/-3020 Thinis Tombe Z du cimetière d'Oumm el-Qa'ab à Abydos  ?
Merneith ? vers -3000 Thinis Tombe Y du cimetière d'Oumm el-Qa'ab à Abydos  ?
Den (Oudimou) entre -3020/-2985 Thinis Tombe T du cimetière d'Oumm el-Qa'ab à Abydos  ?
Adjib ou Merbapen entre -2985/-2975 Thinis Tombe X du cimetière d'Oumm el-Qa'ab à Abydos  ?
Sémerkhet entre -2975/-2955 Thinis Tombe U du cimetière d'Oumm el-Qa'ab à Abydos  ?
Qaâ entre -2955/-2930 Thinis Tombe Q du cimetière d'Oumm el-Qa'ab à Abydos  ?

Unification du pays[modifier | modifier le code]

La palette de Narmer témoigne de l'unification politique du pays.

Mais contrairement au récit traditionnel probablement conçu au début du Nouvel Empire[5] et qui attribue l'unification de l'Égypte au seul Narmer/Ménès, les historiens estiment que celle-ci aurait été très progressive et se serait déroulée sur plusieurs siècles[6]. De plus, l'aspect guerrier de l'unification est également remis en question, car aucun support archéologique ne vient le confirmer[6].

Construction d'un État centralisé[modifier | modifier le code]

Le roi concentre le pouvoir entre ses mains, secondé par diverses « maisons » (agriculture, irrigation, finances, culte funéraire royal, armée). Le pays est déjà divisé en nomes (vingt pour la Haute-Égypte, dix-huit pour le delta du Nil) dirigés par un fonctionnaire (âdj-mer, « celui qui creuse le canal ») désigné par le roi. Dans la capitale de chaque nome siège un tribunal (djadjat).

La dualité administrative des « Deux Terres » est préservée au moins en ce qui concerne le Trésor, sous l'autorité de deux « chanceliers ». Le recouvrement itinérant des taxes par un voyage royal périodique dans les nomes est progressivement remplacé par un recensement.

Le siège de l'administration centrale est distinct du palais proprement dit, résidence du roi et de la cour, qui avec le harem (qui paraît jouer un rôle économique non négligeable), comprend ses propres services administratifs, domestiques et de production artisanale.

Création d'une économie prospère[modifier | modifier le code]

Politique cohérente en matière d'irrigation permettant un meilleur rendement des terres. Développement des cultures traditionnelles (blé, orge et lin), multiplication des vergers (acacias, sycomores, palmiers-doum, jujubiers, figuiers, dattiers) et des potagers (fèves, lentilles, pois chiches, concombres, oignons), cultures florales, viticulture (vin : irep).

Événements politiques[modifier | modifier le code]

Memphis est fondé par Hor-Aha sous la forme d'une forteresse au point de jonction des deux anciens royaumes. Il semble y avoir une tentative d'infiltration des Libyens sous Hor-Aha. Hor-Aha combat aussi les Nubiens qui menacent les frontières méridionales.

Des expéditions en Nubie à des fins commerciales sont lancées sous Hor-Aha, Djer et Sémerkhet. Les routes caravanières vers l'Asie sont sous contrôle : expédition dans le désert arabique sous Djet. Oudimou s'attaque aux pilleurs de caravane du désert arabique. Expédition au Sinaï de Sémerkhet.

Le comptoir commercial d'En-Besor, au sud-est de Gaza, est établi. Il est très actif durant la Ire dynastie, ce qui témoigne de l'intensité des échanges avec la Palestine.

Adjib gouverne depuis Memphis en Basse-Égypte et s'emploie à apaiser les tensions entre les Deux-Terres. Il préfère la diplomatie à la guerre. Toutefois, confronté aux aristocrates de la cour, il est possible qu'il ne mena pas à bien tous ses projets d'unification du pays.

Son successeur, Sémerkhet, intrigue les égyptologues. Il est lié à la cour et son rang princier ne fait pas de doute, mais il aurait usurpé le trône. Sa mère, la reine Batyrites, était bien l'épouse de Adjib, mais il semble que Sémerkhet ne fut pas le fils choisi pour régner. Ainsi, des chercheurs estiment que a été désigné à sa place et Sémerkhet, par jalousie, aurait usurpé le trône. Cette thèse de l'usurpation a été défendue par l'égyptologue Jürgen von Beckerath.

Il apparaît, pour étayer cette thèse, qu'une partie de la cour, des haut fonctionnaires et des prêtres de Saqqarah, n'ont pas reconnu la légitimité du roi. Les relations entre les Deux-Terres se sont tendues et il y a eu parfois des conflits. Toutefois, la richesse de l'Égypte est immense et le commerce extérieur reste important. La tombe de Sémerkhet est somptueuse et cela amène les égyptologues à relativiser une éventuellement usurpation violente du pouvoir.

D'ailleurs, certains indices laissent penser qu'il chercha à se réconcilier avec son demi-frère, Qâ. Celui-ci succédera à Sémerkhet et ne fera pas effacer son nom, comme c'était l'usage après le règne d'un usurpateur. Le nom de Henuka, ministre de Sémerkhet, figure en compagnie du nom du roi et de celui de Qâ. Sémerkhet doit faire face à un autre danger à l'est et conduit une expédition dans le Sinaï.

Qa'a est un roi plutôt autoritaire. Il tente de remettre de l'ordre dans les affaires de la cour et du pays. Il mène des campagnes militaires en Palestine. C'est le retour de la prospérité et de la stabilité entre les Deux Terres. Le Sud du pays lui était soumis, comme en témoigne des sculptures du roi retrouvées à Hiérakonpolis. Le pouvoir reste toutefois concentré autour d'Abydos et Qâ s'entoure de fonctionnaires de cette région.

Pour lui succéder, Qâ choisit de marier sa fille à un haut fonctionnaire d'Abydos, Hotepsekhemoui (« Les deux puissance sont en paix »). C'est la réconciliation du Sud et du Nord, du dieu Horus avec le dieu Seth. Cet évènement est assez important pour marquer un changement de dynastie dans les listes royales, alors que, en réalité, la succession de Qâ s'est plutôt relativement bien passé. meurt vers -2828. Certains chercheurs évoquent les noms de deux possibles rois contestataires : Bâ et Seneferkâ. Ils auraient bien existé, mais ce seraient battus entre eux, permettant à Hotepsekhemoui de les anéantir plus facilement.

Hotepsekhemoui se charge lui-même des offrandes destinés à son beau-père dans l'au-delà. Cela montre, en plus de la splendeur de la tombe de Qâ, que la famille royale était solidement unie. La transition entre la Ire dynastie et la IIe est tout à fait pacifique.

Apparition de l'écriture hiéroglyphique[modifier | modifier le code]

D'emblée, la double utilisation des signes, pour leur valeur image (idéogramme) et pour leur valeur son (phonogramme) est attestée (le nom du roi est noté par deux signes utilisés comme phonogrammes : le poisson nâr et le ciseau de sculpteur mer). Le système hiéroglyphique, complexe avec plus de 700 signes, apparaît totalement constitué dès les premiers exemples répertoriés. Au début, il n'apparaît qu'en rapport immédiat avec l'institution royale (« énoncés-titres » ne se développant pas en phrases complexes, essentiellement à usage administratif ou à finalité idéologique).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Bien que le terme pharaon, utilisé avant le Nouvel Empire soit en réalité anachronique (voir Pharaon#Emploi de « pharaon » chez les Égyptiens de l'époque dynastique).
  2. -3150 est la date généralement retenue pas les égyptologues (N. Grimal), une date également reprise par Sophie Desplancques, L'Égypte ancienne, p. 122.
  3. Plusieurs dates sont retenues: -2926 (N. Grimal), -2850 (R. Krauss), -2828 (J. von Beckerath), -2793 (J. Málek).
  4. Plusieurs dates peuvent exister ; voir le détail à la page de chaque pharaon
  5. Sophie Desplancques, L'Égypte ancienne, p. 37.
  6. a et b Sophie Desplanques, L'Égypte ancienne, p. 38.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]