Ouserkarê

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ouserkarê est un roi de la VIe dynastie égyptienne. Il succède à Téti. Manéthon ne le mentionne pas. On situe son règne aux alentours de -2291 à -2289[1].

Titulature[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Titulature des pharaons.

Règne[modifier | modifier le code]

Ouserkarê
Période Ancien Empire
Dynastie VIe dynastie
Fonction Pharaon
Prédécesseur Téti
Prise du pouvoir Usurpation ?
Dates de règne -2291 à -2289 (selon J. P. Allen)
-2323 à -2301 (selon I. Shaw)
-2312 à -2310 (selon J. von Beckerath)
-2300 (selon D. Franke)
Durée du règne
Successeur Pépi Ier
Passation du pouvoir
Sépulture Non trouvé
Date de découverte Inconnue
Découvreur Inconnu
Fouillée par ?

Il pourrait s'agir du roi Ity ou Itii, dans ce cas son règne aurait été parallèle à celui de Téti.

Le fait que le nom d'Ouserkarê apparaît entre Téti et son fils Pépi Ier peut indiquer qu'il y avait corégence pendant la minorité de Pépi Ier. Cette théorie, qui a été écartée par Nicolas Grimal (il ne peut avoir exercé de régence car sinon il n'aurait pas été roi et donc ne serait pas inscrit sur les listes royales) indique qu'Ouserkarê a partagé la charge de régent avec la veuve de Téti, la reine Ipout au nom du jeune successeur au trône.

Une deuxième théorie avancée par W. Helck se dirige plus sur une prise de pouvoir dans la violence ou une usurpation du trône à la mort de Téti. Le meurtre de Téti est mentionné par Manéthon ce qui corroborerait cette version. Mais il semble difficile qu'il soit un usurpateur ou qu'il ait pris le pouvoir par la violence car sinon il n'aurait pas été reconnu par ses successeurs et aurait subi un damnatio memoriæ et n'aurait pas là non plus été présent dans les listes royales.

D'autres spécialistes avancent qu’il peut s’agir d’un fils de Téti et de la reine Khouit. Le débat est donc largement ouvert. Il y a très peu d'objets façonnés datant de son règne, toutefois son nom et le fait d'être un roi à part entière sont confirmés par le canon royal de Turin et la liste d'Abydos.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. D'après J. P. Allen
    Autres avis de spécialistes : -2323 à -2301 (I. Shaw]), -2312 à -2310 (J. von Beckerath), [-2300] (D. Franke).

Lien externe[modifier | modifier le code]