Takélot Ier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Takélot.

Manéthon l’appelle Takélot. Il est le fils d’Osorkon Ier et Tashedkhonsou. Roi très obscur, dont on ne sait pas grand-chose, il n’a pas laissé le moindre monument[1].

Généalogie[modifier | modifier le code]

Takélot Ier
Naissance Décès
Père Osorkon Ier Grands-parents paternels
Sheshonq Ier
Karoma Ire
Mère Tashedkhonsou Grands-parents maternels
Grand-père maternel inconnu
Grand-mère maternelle inconnue
Fratrie Sheshonq II
Iouwelot
Nesbanebdjed III
1re épouse Kapes Enfant(s) Osorkon II
2e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
3e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
4e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
5e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
6e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
7e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
8e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
Mari inconnu Enfant(s) pas d'enfant connu
2e mari inconnu Enfant(s) pas d'enfant connu
3e mari inconnu Enfant(s) pas d'enfant connu
4e mari inconnu Enfant(s) pas d'enfant connu

Titulature[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Titulature dans l'Égypte antique.

Règne[modifier | modifier le code]

Takélot Ier
Période IIIe période intermédiaire
Dynastie XXIIe dynastie
Fonction Pharaon
Prédécesseur Sheshonq II
Prise du pouvoir
Dates de règne
Durée du règne
Successeur Osorkon II
Passation du pouvoir
Sépulture Non trouvé
Date de découverte Inconnue
Découvreur Inconnu
Fouillée par ?

Sous son règne, son frère Iouwelot, Grand prêtre d’Amon à Thèbes, lui revendique le trône mais n’aura pas gain de cause, en raison de la présence d'une garnison à Teudjoï, à proximité de Héracléopolis. L'unité du pays et la situation politique se disloque. Il épouse Kapes. Il a un enfant Osorkon II.

Sépulture[modifier | modifier le code]

Le , la mission Montet met au jour la nécropole royale de Tanis. Le premier ensemble de tombes découvert se révèle être celui d'Osorkon II, fils de Takélot Ier.

Dans une chambre annexe les égyptologues découvrent une nouvelle sépulture royale au nom d'un Takélot[2], dont le protocole royal est d'abord identifié à celui de Takélot II, puis à la suite de l'étude des restes du mobilier funéraire que cette tombe contenait et d'une inscription dédicatoire au nom de la reine Kapes, épouse de Takélot Ier, c'est finalement à ce dernier qu'est désormais attribué cette sépulture[3].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cf. N. Grimal, Les Libyens, p. 418.
  2. P. Montet, lettre n°26 du
  3. Cf. K. Jansen-Winkeln, p. 253-258.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Karl Jansen-Winkeln, « Thronname und Begräbnis Takeloth I », Varia Aegyptica III,‎ 1987 ;
  • Nicolas Grimal, Histoire de l'Égypte ancienne [détail des éditions], « Les Libyens » ;
  • Pierre Montet, Lettres de Tanis – La découverte des trésors royaux - Présentées et commentées par Camille Montet-Beaucour et Jean Yoyotte, Éditions du Rocher,‎ 1998.