XVIIe dynastie égyptienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sarcophage royal du pharaon Antef VI de la XVIIe dynastie - Musée du Louvre

La XVIIe dynastie succède pratiquement à la XIIIe dynastie d’où elle semble issue d'une branche locale. Elle ne contrôle que la Haute-Égypte. Elle est reportée sur la colonne treize du papyrus de Turin.

Elle couvre la période de vers -1648 (Ryholt) ou -1625 (Franke, Krauss) à -1569 (Redford) ou -1549 (Dodson, Murnane, Ryholt) ou -1539/30 (Franke).

Ce royaume de Thèbes comprend les huit premiers nomes entre Éléphantine et Abydos et une partie de la Moyenne-Égypte jusqu'à Cusae, par des alliances avec des potentats qui lui vouent allégeance. Le reste du pays appartient aux chefferies asiatiques vassales des Hyksôs et aux petits royaumes dirigés par des Égyptiens collaborateurs (XVIe dynastie) ou aux Hyksôs eux-mêmes (XVe dynastie).

Il y a controverse sur le fondateur de cette dynastie ; on trouve soit Antef V, idée qui rencontre l'approbation de la grande majorité des spécialistes, soit son fils Rahotep.

Les rois ou gouverneurs de cette dynastie doivent verser un tribut aux pharaons Hyksôs et tolérer leurs garnisons installées aux endroits stratégiques. Cependant, de par son origine indigène, la XVIIe dynastie va être à la tête de la lutte contre la domination étrangère.

Ses souverains vont affronter les Hyksôs et assurer une nouvelle réunification du pays.

En Nubie, le roi de Kouch Nedjeh prend le pouvoir et installe sa capitale à Bouhen, il règne d'Éléphantine à la deuxième cataracte. Son alliance avec les Hyksôs a pour but d'encercler les Thébains. Elle va durer jusqu'à ce que Kamosé s'empare de Bouhen.

La victoire de Bouhen va donner naissance à l'exploitation d'un sentiment nationaliste par les princes Thébains déchus qui assimileront la lutte contre les Hyksôs à une guerre de libération. Le successeur de Kamosé, Ahmosis, vers -1540, prendra Avaris, la rasera et poursuivra les Hyksôs jusqu'en Palestine.

La victoire finale sur ces derniers et leur expulsion marquera la fin de la XVIIe dynastie et constituera la fondation du Nouvel Empire.

Les pharaons de la XVIIe dynastie prennent résidence à Ballas (Ombos) mais règnent bien sur Thèbes. Ils sont enterrés à Dra Abou el-Naga dans des tombes surmontées de pyramides en briques.

Nous en connaissons quelques-unes, notamment celle de Séqénenrê Taâ qui « meurt atrocement mutilé sur le champ de bataille ». Sa momie a été étudiée de nos jours par des archéologues et des médecins légistes. Ceux-ci ont prouvé qu'il a été « tué par une hache de guerre hyksôs ».

Souverains de la XVIIe dynastie[modifier | modifier le code]

Pschent2.png Pharaon Renpout.pngRègne[1] Egypte icon lieu.png Capitale Tombe2.png Tombe Egypte icon momie.png Momie
Antef V -1625 à -1622 Thèbes Dra Abou el-Naga, partiellement pillée  ?
Rahotep -1622 à ? Thèbes Dra Abou el-Naga  ?
Sobekemsaf Ier  ? Thèbes Dra Abou el-Naga, pillée[2]  ?
Djéhouty  ? Thèbes Dra Abou el-Naga  ?
Montouhotep VII  ? Thèbes Dra Abou el-Naga, pillée  ?
Nébiryaou Ier -1601 à -1582 Thèbes Dra Abou el-Naga ?  ?
Semenenrê -1582 à -1580 Thèbes Dra Abou el-Naga ?  ?
Souserenrê ou Seouserenrê -1580 à -1572 Thèbes Dra Abou el-Naga ?  ?
Sobekemsaf II -1572 à -1570 Thèbes Dra Abou el-Naga  ?
Antef VI l'Ancien -1570 à -1560 Thèbes Dra Abou el-Naga, partiellement pillée  ?
Antef VII -1560 à ? Thèbes Dra Abou el-Naga, partiellement pillée  ?
Sénakhtenrê Ahmosé  ? Thèbes Dra Abou el-Naga ?  ?
Séqénenrê Taâ -1550 à -1545 Thèbes Dra Abou el-Naga, pillée
puis DB320
Intacte, conservée aujourd'hui au musée du Caire
Kamosé -1545 à -1539 Thèbes Dra Abou el-Naga, partiellement pillée Initialement intacte, détruite depuis sa découverte
Relief du pharaon Sobekemsaf Ier provenant du temple de Montou de Médamoud

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Plusieurs dates peuvent exister ; voir le détail à la page de chaque pharaon
  2. Cette tombe a été pillée dès la fin de la XXe dynastie selon un rapport d'enquête réalisé sous le règne de Ramsès IX conservé sur deux papyrus : le Papyrus Abbott et le Papyrus Leopold-Amherst

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]