Thoutmôsis II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thoutmôsis.
Thoutmôsis II sur un bloc du temple de Karnak

Thoutmôsis II ou Djéhoutymès II était le quatrième pharaon de la XVIIIe dynastie égyptienne.

On situe son règne aux alentours de -1492/-1491 à -1479 (selon Malek, Arnold, von Beckerath, Shaw, Kitchen, Dodson)[1].

Généalogie[modifier | modifier le code]

Thoutmôsis II
Naissance Date inconnue Décès probablement -1479
Père Thoutmôsis Ier Grands-parents paternels
Grand-père paternel inconnu
Séniséneb
Mère Moutnofret Ire Grands-parents maternels
Grand-père maternel inconnu
Grand-mère maternelle inconnue
Fratrie Hatchepsout
Néféroubity
Amenmès
Ouadjmès
1re épouse Hatchepsout Enfant(s) Néférourê
2e épouse Iset Enfant(s) Thoutmôsis III
3e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
4e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
5e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
6e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
7e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
8e épouse inconnue Enfant(s) pas d'enfant connu
Mari inconnu Enfant(s) pas d'enfant connu
2e mari inconnu Enfant(s) pas d'enfant connu
3e mari inconnu Enfant(s) pas d'enfant connu
4e mari inconnu Enfant(s) pas d'enfant connu

Il est le fils de Thoutmôsis Ier et d'une épouse secondaire, Moutnofret. Il épouse sa demi-sœur Hatchepsout, et monte sur le trône de son père après la mort de ses deux frères Amenmès et Ouadjmès. De son union avec Hatchepsout naît une fille, Néférourê, alors qu’une épouse secondaire, Iset, lui donne le futur Thoutmôsis III.

Titulature[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Titulature des pharaons.

Règne[modifier | modifier le code]

Thoutmôsis II
Période Nouvel Empire
Dynastie XVIIIe dynastie
Fonction Pharaon
Prédécesseur Thoutmôsis Ier
Prise du pouvoir Mort naturelle de son prédécesseur
Dates de règne -1518 à -1503 (selon E. F. Wente)
-1516 à -1504 (selon D. B. Redford)
-1503 à -1491 (selon A. D. Dodson)
-1497 à -1489 (selon R. A. Parker)
-1494 à -1490 (selon E. Hornung)
-1493 à -1479 (selon N. Grimal)
-1492 à -1479 (selon J. Málek, D. Arnold, J. von Beckerath, I. Shaw, K. A. Kitchen)
-1482 à -1479 (selon R. Krauss & C. Aldred)
-1470 à -1467 (selon H. W. Helck)
Durée du règne 3 ans (selon P. Vernus & J. Yoyotte)
Successeur Hatchepsout
Thoutmôsis III
Passation du pouvoir Mort naturelle
Sépulture Non trouvé
Date de découverte Inconnue
Découvreur Inconnu
Fouillée par ?

Il étouffe avec succès une rébellion en Haute-Nubie, au pays de Koush, d’après une inscription rupestre à Sehel, au sud d’Assouan. Cette expédition punitive, à laquelle il ne participait apparemment pas, est peut-être la seule qu’il eût menée[2]. À Karnak, il contribue à l’embellissement du temple dynastique en y érigeant en particulier deux obélisques. Il construit aussi à Semna et à Kumma[3], de même qu’à Éléphantine.

Sépulture[modifier | modifier le code]

Momie de Thoutmôsis II

Il meurt entre vingt-cinq et trente ans, après un règne qui, d'après Pascal Vernus et Jean Yoyotte, ne dépassa pas trois ans[4]. Son temple funéraire, qu’il n’avait pas eu le temps d’achever, est terminé par Thoutmôsis III. Sa momie est découverte en 1881 dans la « cachette royale » de Deir el-Bahari, où les rois-prêtres de la XXIe dynastie l'avaient mise à l'abri des pillards. Des études récentes montrent qu'il y aurait une incohérence avec la momie découverte. La datation des os ne correspond pas avec l'âge du pharaon[réf. nécessaire].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Autres avis de spécialistes : -1518 à -1503 (Wente), -1516 à -1504 (Redford), -1497 à -1489 (Parker), -1494 à -1490 (Hornung), -1493 à -1479 (Grimal), -1503 à -1491 (Dodson), -1482 à -1479 (Krauss, Murnane, Aldred), -1470 à -1467 (Helck).
  2. Betsy M. Bryan, « The 18th Dynasty before the Amarna Period », dans : Ian Shaw, The Oxford History of Ancient Egypt, Oxford University Press, 2003, p. 226.
  3. région de la 2e cataracte, au sud de la forteresse de Bouhen
  4. Dictionnaire des pharaons, Paris, 1998, p. 180.

Voir aussi[modifier | modifier le code]