Tefnakht

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tefnakht[1], est un prince de Saïs vers -740 sous le titre de grand chef des Libou et des . Piye le qualifie de « Grand Prince des provinces Occidentales du Delta ». Il se proclame roi en -727 et règne jusque vers -717.

Titulature[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Titulature dans l'Égypte antique.

Règne[modifier | modifier le code]

Stèle de donation au temple de Neith de Saïs au nom de Tefnakht - Musée Archéologique National d'Athènes
Tefnakht
Période IIIe période intermédiaire
Dynastie XXIVe dynastie (parallèle aux XXIIe et XXIIIe dynasties)
Fonction Prince de Saïs de -740 à -727, puis pharaon jusqu'en -716
Prédécesseur Osorkon IV (XXIIe dynastie)
Prise du pouvoir
Dates de règne
Durée du règne Inconnue
Successeur Bakenranef
Passation du pouvoir
Sépulture Non trouvé
Date de découverte Inconnue
Découvreur Inconnu
Fouillée par ?

Issu des Libou, tribu libyenne infiltrée dans le delta occidental, Tefnakht accède au pouvoir à Saïs, et vers -730 il est déjà maître de Memphis.

Vers -728, il est à la tête d'une coalition de rois et de chefs libyens du delta, dont Nimlot d'Hermopolis, Osorkon IV (XXIIe dynastie) et Ioupout II (XXIIIe dynastie). Il tente de réunifier l'Égypte en s'attaquant à la Moyenne-Égypte, où règnent d'autres dynastes, notamment Peftjaouaouibastet, et à la Haute-Égypte, soumise aux Nubiens. Il met alors le siège devant Hérakléopolis qui fait appel aux nubiens, alors en possession de Thèbes, et qui avaient établi leur suzeraineté sur les divines adoratrices d'Amon. Le roi de Napata, Piankhy (XXVe dynastie), envoie ses troupes et l'armée du nord est défaite mais pas anéantie.

Tefnakht s'enfuit vers le nord et Nimlot s'enferme dans sa ville d'Hermopolis. Durant la trêve hivernale, Tefnakht n'en démord pas et s'auto-proclame roi. L'année d'après, Piye / Piânkhy mène ses armées en personne, Nimlot se soumet, Peftjaouaouibastet aussi. Le nubien part donc faire le siège de Memphis. La ville prise, la plupart des chefs libyens du delta se soumettent à lui. Il poursuit Tefnakht, qui continuait à s'étendre dans le delta. Finalement, comme tous les autres, Tefnakht reconnait la suzeraineté du nubien et paye tribu.

Tefnakht continue à régner dans l'ouest du delta dont il garde le contrôle depuis la ville de Saïs où il s'est réfugié. Son fils Bakenranef lui succède.

La plupart de ces détails sont donnés par Piankhy lui-même sur une stèle de victoire qu'il a fait élever au Gebel Barkal.

L'auteur Christian Jacq fait référence, de manière romancée, au combat opposant Tefnakht au pharaon Piankhy dans son livre « Le Pharaon Noir ».

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Manéthon l'appelle peut-être Stéphinatès, Diodore de Sicile et Plutarque le mentionnent sous deux variantes grecques, Tnephachthos et Tekhnaktis