Djer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Djer
Fonctions
Souverain d'Égypte
3095 – 3040 avant notre ère[1].
Prédécesseur Hor-Aha
Successeur Ouadji
Biographie
Dynastie Ire dynastie
Période thinite
Père Hor-Aha
Mère Khenthap
Grand-père paternel Narmer
Grand-mère paternelle Neith-Hotep
Conjoint Herneith
Enfant(s) Ouadji
Deuxième conjoint Naktneith
Enfant(s) avec le 2e conjoint Merneith

Djer est un souverain de la Ire dynastie. Il est considéré comme le second ou le troisième de la dynastie selon l'hypothèse qui fait de Narmer et de Hor-Aha deux souverains distincts ou une seule et même personne[2].

Généalogie[modifier | modifier le code]

 
Egypte icon pharaon.png
Narmer
 
 
 
Neith-Hotep
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Egypte icon pharaon.png
Hor-Aha
 
 
 
Khenthap
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Herneith
 
 
 
Egypte icon pharaon.png
Djer
 
 
 
Naktneith
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Egypte icon pharaon.png
Ouadji
 
 
 
Merneith
 
 
 

Il est le fils de Hor-Aha et Khenthap. Il mène une campagne en Palestine et conduit des expéditions en Nubie et en Libye. Dans sa titulature apparaît pour la première fois le nom d'Horus d'or « ni-nbw » dont la transcription et la signification sont incertaines. Sous son règne le pays connaît un grand essor économique, la métallurgie devient une industrie.

Il épouse Herneith, qui assura peut être la régence durant la minorité de son fils Ouadji, et Naktneith. Il a deux enfants : Merneith (ou Meret-Neith) qui épouse son demi-frère Djet Ouadji (roi suivant). Il est enterré comme tous les rois thinites dans le cimetière d'Oumm el-Qa'ab à Abydos (tombe 0 (326)).

Titulature[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Titulature dans l'Égypte antique.

On trouve son nom sous deux formes : son nom d'Horus, « Horus Djer », « Horus le sauveur », dont le hiéroglyphe djer représente un paquet de lin, mais devait avoir un autre sens symbolique ; et sous le nom de « Iti », notamment sur la table d'Abydos, qui est son nom de naissance.

Règne[modifier | modifier le code]

Sceau inscrit au serekh de Djer, trouvé en Abydos

On situe son règne, peu connu, aux alentours de -3095 à -3040[1]

La principale source concernant son règne est la Pierre de Palerme qui conserve une partie des annales royales de la Ire à la Ve dynastie. Sur plusieurs fragments de cette stèle les informations concernant dix huit années de son règne sont encore lisibles. Il est ainsi précisé que le roi organisa plusieurs expéditions notamment une militaire au Sinaï dans le but d'assurer le contrôle sur cette région minière mais également commerciale avec le Liban afin d'importer du bois de cèdre. On y apprend également que Djer fait édifier un palais à Memphis, et qu'il organise les cultes de Bouto dans le delta du Nil.

Le papyrus de Turin a une lacune entre Ménès et un roi nommé Iti qui est identifié avec Djer sur la table d'Abydos. Manéthon l'appelle Kenkénès et lui donne un règne de trente neuf ans, datation revue ces dernières années à la hausse au vu des éléments dont disposent les égyptologues. Wolfgang Helck en analysant les informations de la Pierre de Palerme lui attribue ainsi une durée de règne de près de cinquante-sept ans ce qui est considérable pour l'époque.

Une inscription à son nom a été retrouvée à Ouadi Halfa, au sud de la première cataracte du Nil, ce qui indiquerait que les troupes égyptiennes avaient déjà pénétré en territoire nubien pendant son règne sans doute dans le but de contrôler le commerce et l'accès à la vallée[3].

De son règne datent une série de tombes découvertes en Abydos ainsi que de nombreux mastabas découverts sur le plateau de Saqqarah.

Sépulture[modifier | modifier le code]

Le tombeau de Djer a été identifié dans la nécropole royale des premières dynasties située en Abydos sur le site nommé Oumm el-Qa'ab, où une grande stèle portant son nom d'Horus a été retrouvée brisée et actuellement conservée au musée égyptien du Caire. Un ensemble de bijoux y a été découvert par William Matthew Flinders Petrie en 1901, dont un bracelet constitué d'une série de serekh surmontés par une figurine de faucon, chacun des éléments étant alternativement en or et en turquoise[4]. Plusieurs plaquettes d'ivoire y ont été également découvertes, objets souvent précieux par les inscriptions qu'ils comportent.

Cette tombe a été identifiée au Nouvel Empire comme étant celle du dieu Osiris, faisant l'objet de restauration et d'un culte fervent par les milliers de pèlerins venus déposer des offrandes au dieu des morts.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Autres avis de spécialistes : -3100 à -3055 (N. Grimal), -2980 à -2960 (R. Krauss), -2974 à -2927 (J. von Beckerath), -2939 à -2892 (J. Málek).
  2. Cf. N. Grimal, La période thinite
  3. Cf. N. Grimal, Les premiers rois ; on notera que la datation de ce document est remise en question par certains égyptologues
  4. Cf. C. Aldred, pl. 1 p. 49 et note 1 p. 113.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :