João Vieira Pinto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pinto (homonymie).
João Vieira Pinto
Joao Vieira Pinto at Exponor (2011).jpg
Biographie
Nom João Manuel Vieira Pinto
Nationalité Drapeau du Portugal Portugal
Naissance 19 août 1971 (42 ans)
Lieu Porto
Taille 1,7 m (5 7)
Poste Milieu de terrain - Attaquant
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1988-1990 Drapeau : Portugal Boavista FC 19 (2)
1990-1991 Drapeau : Espagne Atlético de Madrid 8 (2)
1991-1992 Drapeau : Portugal Boavista FC 43 (8)
1992-2000 Drapeau : Portugal Benfica Lisbonne 302 (90)
2000-2004 Drapeau : Portugal Sporting CP 142 (32)
2004-2006 Drapeau : Portugal Boavista FC 62 (13)
2006-2008 Drapeau : Portugal Sporting Braga 33 (3)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1989-1991 Drapeau : Portugal Portugal -20 ans ??
1991-2002 Drapeau : Portugal Portugal 81 (23)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

João Manuel Vieira Pinto, plus connu comme João Pinto, né le 19 août 1971 à Porto, est un joueur de football portugais. Il s'est fait un nom notamment pour son parcours dans le Championnat du Portugal, et de par son appartenance à la Génération dorée des footballeurs portugais.

Carrière[modifier | modifier le code]

Ses débuts[modifier | modifier le code]

Il commence le football dans le club amateur du Bairro do Falcão puis passe chez les Águias da Areosa. En 1989, Boavista lui fait signer son premier contrat pro. Il est acquis contre des ballons et des équipements, donnés à son ancien club.
Encore jeune, JVP impressionne par sa vitesse et son contrôle de balle. Il sera l'un des joueurs phares dans les victoires portugaises en coupe du monde de football des moins de 20 ans de 1989 et 1991. Il est transféré pour la saison 1990-1991 à l'Atlético de Madrid, mais cette expérience se solde par un échec (il ne jouera quasiment qu'en équipe réserve) et il retournera au club de Boavista la saison suivante sous les ordres de Raul Aguas.

Au Benfica[modifier | modifier le code]

Après sa prestation internationale de 1991, JVP jouit d'une bonne côte au Portugal et est transféré à l'été 1992 au Benfica Lisbonne. Commencent alors pour lui ses années phares où il sera considéré comme le meilleur joueur du championnat.
Malgré un début difficile, dû à un pneumothorax contracté lors du match contre l'Écosse comptant pour la phase de qualification de la coupe du monde 1994, JVP s'affirme comme un « 9 et demi » hors pair, notamment lors de la saison 1993-1994 où il livra l'un de ses meilleurs matchs avec un hat-trick chez le rival lisboète, le Sporting Clube de Portugal (victoire 3-6 du Benfica, au Estádio José Alvalade). Le SL Benfica gagnera le championnat et la coupe du Portugal durant cette saison 1993/94.
Surnommé Menino de Ouro (« Gamin en Or »), il récupère à partir de 1995 le brassard de capitaine encarnado laissé libre par le néo-retraité Antonio Veloso. Son rendement lors des saisons suivantes sera terni par le manque de joueurs talentueux à ses côtés et il portera le lourd fardeau des absences de victoires du Benfica face à l'hégémonie du FC Porto... Néanmoins, JVP continue à se distinguer en sélection aux côtés des Manuel Rui Costa et Luís Figo notamment. En 2000 et malgré un contrat signé à vie avec le Benfica de Lisbonne lorsque Manuel Damasio était président, un conflit éclatera entre JVP, Jupp Heynckes et le président de Benfica João Vale e Azevedo. João Vieira Pinto résiliera son contrat et quittera le club de sa vie en 2000, club qui lui devait encore en 2007 quelques milliers d'euros... À l'Euro 2000, João Pinto était le seul joueur sans club mais il participe néanmoins au fabuleux parcours de la selecção où il inscrit notamment un but face à l'Angleterre et passe tout près du but en or face à la France lors de la demi-finale que le Portugal perd 2-1 malgré l'ouverture du score de Nuno Gomes.

Au Sporting CP[modifier | modifier le code]

Alors qu'il a plusieurs offres de l'étranger (Espagne, Angleterre et France notamment), il signera en juillet 2002 contre toute attente au Sporting CP.
Après une première saison calamiteuse, il retrouve son poste de « 9 et demi » derrière le nouvel arrivé Mário Jardel. Le Sporting gagnera le championnat et la coupe du Portugal. JVP ne sera absent qu'à une seule rencontre (9 buts), il sera élu meilleur joueur portugais avant le Mondial 2002 (Jardel le surnommera le père de l'équipe).

Retour à la maison : Boavista FC[modifier | modifier le code]

En 2004, João Vieira Pinto résilie à l'amiable son contrat le liant au Sporting CP et est tout près de signer pour le club saoudien d'Al-Hilal FC. Finalement, c'est à Boavista grâce notamment à João Loureiro qu'il évoluera les deux saisons suivantes.
João Pinto, en plus de faire les titres de la presse sportive avec de belles prestations chez les axadrezados, fait les gros titres de la presse people de par sa relation avec Marisa Cruz (actrice et top-modèle portugaise, égérie de Fatima Lopes). En 2003, JVP divorça de Carla Pinto, qui lui avait donné deux enfants (Diana, 17 ans) et (Tiago 19 ans, joueur du Sporting CP prêté en 2007/2008 à Olivais e Moscavides). Le 10 septembre 2005, João Pinto aura un 3e enfant donné par Marisa Cruz, il le nommera João et aura Fatima Lopes comme marraine. Après avoir marqué 9 buts pour Boavista et avoir été élu plusieurs fois homme du match, il quittera le club du Bessa à cause de Jaime Pacheco, entraîneur trop défensif, pour signer au Sporting Braga.
Ce 23 février 2008, João Vieira Pinto a annoncé à la presse lusitanienne la résiliation de son contrat avec le Sporting Braga après avoir passé une semaine à Miami où le Toronto FC était en stage. Une derrière étape pourrait donc s'ajouter à sa déjà longue et belle carrière, cependant rien n'est signé avec le Toronto FC et des clubs saoudiens et qataris aimeraient aussi faire signer un contrat doré au « Gamin en Or ».

Victime de son mauvais caractère[modifier | modifier le code]

JVP est aussi connu pour son très mauvais caractère, lors de tous les derbies face au FC Porto, Paulinho Santos (coéquipier en sélection nationale) a toujours été son meilleur ennemi. Ils ont d'ailleurs été expulsés conjointement plusieurs fois. JVP a également agressé un joueur de l'Estrela da Amadora lors d'un match amical après avoir été victime de plusieurs fautes et on l'accuse souvent d'avoir simulé des pénaltys. Le plus mauvais souvenir de sa carrière merveilleuse restera sans conteste l'agression envers l'arbitre argentin Ángel Sánchez lors d'un match de qualification de la coupe du monde 2002 face à la Corée alors que l'arbitre avait fermé les yeux sur une faute subie par JVP quelques secondes auparavant, sa vengeance lui coûtera une exclusion et une suspension de 4 mois ferme. Il ne retrouvera jamais la sélection portugaise après cet incident car Luis Felipe Scolari lui préfèrera le brésilien naturalisé portugais Deco alors que Figo et Rui Costa souhaitaient le retour de la 3e dent du Tridente Magico de la Selecção das Quinas.

Buts en sélection[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]