Équipe de Corée du Nord de football

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article traite de l'équipe masculine. Pour l'équipe féminine, voir Équipe de Corée du Nord de football féminin.

Drapeau : Corée du Nord Équipe de Corée du Nord

Écusson de l' Équipe de Corée du Nord
Généralités
Confédération AFC
Emblème Le Chollima
Couleurs Rouge et blanc
Surnom les Chollimas, les Moustiques Rouges
Classement FIFA en diminution 150e (18 septembre 2014)[1]
Personnalités
Sélectionneur Drapeau : Corée du Nord Yun Jong-su
Plus sélectionné Hong Yong-jo (69[2])
Meilleur buteur Hong Yong-jo (22[2])

Rencontres officielles historiques

Premier match Birmanie Drapeau : Birmanie 0 - 0 Drapeau : Corée du Nord Corée du Nord
(22 mars 1964)
Plus large victoire Corée du Nord Drapeau : Corée du Nord 21 - 0 Drapeau : Guam Guam
(11 mars 2005)
Plus large défaite Portugal Drapeau : Portugal 7 - 0 Drapeau : Corée du Nord Corée du Nord
(21 juin 2010)

Palmarès

Coupe du monde Phases finales : 2
Quart de finaliste en 1966
Coupe d'Asie Demi-finaliste en 1980
Jeux olympiques Quart de finaliste en 1976

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour les résultats en cours, voir :
Équipe de Corée du Nord de football en 2014

L'équipe de Corée du Nord de football est constituée par une sélection des meilleurs joueurs nord-coréens sous l'égide de la fédération de Corée du Nord de football et représente le pays lors des compétitions régionales, continentales et internationales depuis sa création en 1964. Les Chollima, comme les surnomment leurs supporters en référence au Chollima, une créature mythique, disputent leurs rencontres à domicile au Stade Kim Il-sung, situé dans la capitale nord-coréenne, Pyongyang. Les Nord-Coréens ont terminé l'année 2013 au 138e rang mondial selon le classement FIFA et au 22e rang asiatique. L'équipe est entraînée par Yun Jong-su, qui occupe ce poste depuis janvier 2011.

La situation diplomatique particulière de la Corée du Nord n'a pas facilité la participation de sa sélection aux diverses compétitions internationales de football. Elle est cependant la première nation asiatique à atteindre les quarts de finale d'une Coupe du monde, lors de l'édition 1966, où elle est éliminée par le Portugal. Depuis, elle ne s'est qualifiée que pour une seule autre phase finale, en 2010, sans passer le premier tour.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les débuts de la Corée du Nord et la Coupe du monde 1966[modifier | modifier le code]

La Fédération de Corée du Nord de football est fondée en 1945. Elle devient membre de l'AFC durant la première année d'existence de la confédération, en 1954[3] et est affiliée à la FIFA depuis 1958[3]. Le premier match officiel de l'équipe de Corée du Nord de football est joué le 22 mars 1964 à Rangoun, contre la Birmanie, dans le cadre des qualifications pour les Jeux olympiques de Tokyo. Ce premier match de l'histoire de la sélection nord-coréenne se termine sur un score nul et vierge de 0-0. Grâce à leur victoire sur les Birmans au match retour, les Chollimas accèdent au tour suivant face à la Thaïlande, un duel en aller-retour toujours disputé à Rangoon. Ils s'imposent très facilement (7-0 sur l'ensemble des deux matchs), mais sont contraints de déclarer forfait pour la phase finale du tournoi, organisé dans le cadre des Jeux olympiques de Tokyo, un forfait qui concerne en réalité l'ensemble de la délégation nord-coréenne pour ces jeux[4], car le Comité international olympique a décidé d'interdire de participation aux Jeux tout athlète ayant pris part aux Jeux des nouvelles forces émergentes (GANEFO) auxquels ont pris part plusieurs footballeurs de l'équipe nationale.

En 1965, la sélection nationale participe à nouveau au tournoi de football des Jeux des nouvelles forces émergentes, puis s'inscrit pour la première fois aux qualifications pour une Coupe du monde, organisée l'année suivante en Angleterre.

Cette année-là, la FIFA décide de placer l'ensemble des sélections engagées issues d'Afrique, d'Asie et d'Océanie dans un seul groupe d'éliminatoires[t 1], avec pour but de n'offrir qu'une seule place en phase finale pour cette partie du monde. Tous les pays africains inscrits protestent unanimement en se retirant de la compétition. Il ne reste plus alors, pour la zone Asie-Océanie, que la Corée du Nord et l'Australie : l'Afrique du Sud, versée dans la zone Asie-Océanie pour ces qualifications, est suspendue en raison de sa politique d'apartheid[t 2] et la Corée du Sud déclare forfait lorsque l'AFC décide de relocaliser le tournoi qualificatif asiatique du Japon vers Phnom Penh, au Cambodge. La place qualificative pour le groupe Afrique-Asie-Océanie se joue donc sur deux matchs aller-retour entre l'Australie et la Corée du Nord. Les Australiens partent favoris, mais les Nord-Coréens, en faisant preuve de coordination et d'une grande discipline, remportent les deux matchs et se qualifient pour la phase finale (victoires 6-1 et 3-1). La qualification de la Corée du Nord pose un problème diplomatique au pays organisateur : en effet, depuis la guerre de Corée, le Royaume-Uni n'a toujours pas reconnu la légitimité du gouvernement de Pyongyang et ne peut par exemple pas faire flotter son drapeau ni jouer son hymne national. Le problème n'est qu'en partie résolu avant le début de la compétition, en juillet 1966[5] puisque le drapeau de Corée du Nord flotte aux côtés de ceux des autres participants, mais l'hymne national n'est pas joué avant les rencontres des Chollimas[6].

Le onze vainqueur 1-0 de l'Italie au premier tour de la Coupe du monde 1966[f 1]

Lee Chan-myung - Ha Yung-won, Shin Yung-kyoo, Lim Zoong-sun, Oh Yoon-kyung - Pak Seung-jin Capitaine, Im Seung-hwi, Han Bong-zin - Pak Doo-ik, Kim Bong-hwan, Yang Seung-kook

Versée dans le groupe 4, en compagnie de l'URSS, de l'Italie et du Chili, la sélection affronte pour la première fois de son histoire des formations d'un autre continent. Les Chollimas perdent leur premier match face aux Soviétiques[f 2], puis obtiennent le match nul un but partout[f 3] contre le Chili (Pak Seung-jin devient à cette occasion le premier buteur nord-coréen en Coupe du monde). La dernière rencontre, face aux doubles champions du monde italiens, est cruciale, puisque le vainqueur obtient son billet pour les quarts de finale. La discipline quasi-militaire des hommes de Myung Rye-hyun parvient à les faire gagner sur le plus petit des scores, sur un but de Pak Doo-ik, contre le jeu individuel des Italiens (qui recevront des tomates à leur retour au pays[7]). Ce succès permet pour la première fois à une équipe asiatique de se qualifier en quarts de finale d'une coupe du monde de football.

Photo datant de 1991 d'un terrain de football durant un match, une tribune latérale couverte en arrière-plan
Ayresome Park, enceinte des trois matchs de poule disputés par les Nord-Coréens

Parallèlement, le public se met à s'intéresser[8] à ces joueurs disciplinés venus d'un pays fermé, qui, par leur stratégie, tiennent tête aux favoris. Ils sont acclamés par les habitants de la ville de Middlesbrough, où ils sont logés, notamment les joueurs vedettes de l'équipe, Pak Seung-jin et Pak Doo-ik. Et lorsqu'ils se retrouvent à Londres dans la communauté religieuse qui devait loger les Italiens, ils ont du mal à s'adapter aux chambres individuelles et aux crucifix au-dessus des lits. Le 23 juillet, en quarts de finale, la Corée du Nord se retrouve face au Portugal. Après 25 minutes de jeu, les Coréens mènent 3 à 0 (buts de Pak Seung-jin, de Yang Seung-kook et de Lee Dong-woon) et commencent à perdre leur discipline. Leur jeu devient plus individuel et c'est alors que les Portugais entrent véritablement dans le match. Eusébio inscrit quatre buts tandis qu'un autre but est inscrit par José Augusto. La Corée du Nord perd finalement la rencontre 5 à 3[f 4]. Lorsque les joueurs nord-coréens rentrent chez eux, la foule les acclame comme des héros. Pak Seung-jin est le meilleur buteur de l'équipe de Corée du Nord de football en Coupe du monde de football avec deux buts marqués en quatre rencontres.

Trente-cinq ans plus tard, le réalisateur britannique Dan Gordon, avec l'aide de Nicholas Bonner, a tourné un film intitulé The Game of Their Lives (« Le match de leur vie ») après avoir retrouvé les sept joueurs survivants de l'équipe de 1966, qui étaient devenus les favoris du public britannique et ont été célébrés comme des héros à leur retour dans leur pays. Le film a été projeté en Corée du Nord et en Corée du Sud et a reçu le prix du meilleur documentaire sportif de la télévision britannique.

L'après-Coupe du monde (1967-1980)[modifier | modifier le code]

À la suite de la Coupe du monde, la sélection de Corée du Nord ne prend que rarement part aux campagnes de qualification pour les différents tournois continentaux et mondiaux. Les Chollimas déclarent forfait pour les Jeux olympique de Mexico en 1968, ne s'inscrivent pas pour les qualifications en Coupe d'Asie la même année, puis sont encore forfaits lors de la campagne pour la Coupe du monde 1970, prévue également au Mexique : ils refusent d'affronter la sélection israélienne au second tour des éliminatoires[9]. Entre leur quart de finale de Middlesbrough et 1971, ils ne jouent qu'un seul match (amical) face à l'Algérie, perdu 3-1 à Alger. Cette rencontre est d'ailleurs la première de l'histoire de la sélection face à une équipe africaine.

Les Nord-Coréens jouent leur premier match officiel depuis 1966 en 1972, dans le cadre des qualifications pour le tournoi olympique de Munich. Ils sont opposés à la Syrie, qu'ils éliminent, avant de disposer de l'Irak, mais finissent par s'incliner face à l'Iran dans un match de barrage, les deux formations n'ayant pu se départager après deux rencontres sans but[t 3]. La même année, ils décident à nouveau de ne pas s'inscrire pour la Coupe d'Asie des nations, organisée en Thaïlande.

En mai 1973, les hommes de Pak Seung-jin sont à Téhéran pour disputer la première phase du tournoi qualificatif pour le Mundial allemand. Ils sont dans le groupe 2, en compagnie du pays hôte, l'Iran, de la Syrie et du Koweït. Le bilan est décevant avec une troisième place du groupe, derrière les Iraniens, qualifiés pour la suite de la compétition, et la Syrie[t 4].

En 1975, la Corée du Nord participe pour la première fois aux qualifications pour une Coupe d'Asie des nations. L'édition 1976 est prévue en Iran. Placés dans le groupe 4-B, avec le Japon et Singapour, les Chollimas terminent en tête puis battent Hong-Kong en demi-finale, assurant du même coup leur participation au tournoi iranien[t 5]. Mais, tout comme l'Arabie saoudite et la Thaïlande, les Nord-Coréens déclarent forfait et ratent l'occasion de prendre part pour la première fois au tournoi continental.

L'année suivante, sous la direction de son ancien attaquant Pak Doo-ik[10], la sélection se qualifie pour la deuxième fois de son histoire pour le tournoi olympique de football. Contrairement à l'édition 1964 qu'ils n'avaient pas disputé à la suite du forfait général de la délégation nord-coréenne, les joueurs peuvent cette fois-ci fouler les pelouses canadiennes. Les qualifications sont brillamment menées avec une première place du groupe 2 (face à l'Indonésie, la Malaisie, Singapour et la Papouasie-Nouvelle-Guinée), puis une finale remportée après la séance de tirs au but face aux Indonésiens[t 6]. À Montréal, ils sont versés dans le groupe 3 avec deux autres sélections : le pays-hôte et l'URSS. Les Nord-Coréens battent le Canada sur le score de trois buts à un[f 5], puis s'inclinent face aux Soviétiques en terminant à 9 contre 11[f 6], mais sont tout de même qualifiés pour les quarts de finale. Ils échouent une nouvelle à ce stade de la compétition, chutant lourdement (5-0) face à la future équipe médaillée d'argent, la Pologne. Ils jouent la dernière demi-heure à dix contre la sélection polonaise emmenée par Grzegorz Lato et Andrzej Szarmach, chacun auteur d'un doublé[f 7].

Les deux campagnes qualificatives suivantes, pour la Coupe du monde 1978 en Argentine et pour les JO de Moscou en 1980, sont des échecs. La campagne argentine tourne court avec un forfait (pour raisons diplomatiques[t 7], les Nord-Coréens se trouvant dans la même poule qualificative que leurs voisins du Sud) et en 1980, les Chollimas terminent à la 4e place du groupe 3 du tournoi pré-olympique[t 8], devancés par l'Iran, Singapour et la Chine.

En 1980, avec cette fois Yang Seung-kook sur le banc, les Nord-Coréens prennent part à la phase finale de la Coupe d'Asie des nations organisée par le Koweït. Après les qualifications, qui voient notamment des succès face à la Thaïlande et la Malaisie[t 9], ils terminent à la seconde place du groupe 1, derrière l'Iran, tenante du titre. En demi-finale, le 28 septembre 1980, c'est un événement à la fois sportif et politique puisque c'est à la Corée du Sud que les Chollimas se mesurent. Après avoir ouvert le score très tôt, la Corée du Nord encaisse deux buts par Chung Hae-won dans les dix dernières minutes et voit son parcours s'arrêter en demi-finale[t 10], sa meilleure performance en Coupe d'Asie des nations. Le match pour la troisième place est catastrophique, avec une défaite 3-0 face à l'Iran.

D'une Coupe d'Asie à l'autre (1981-1992)[modifier | modifier le code]

En 1980, avec l'ancien international Han Bong-zin[f 8] sur le banc, les Nord-Coréens s'engagent dans les qualifications pour la Coupe du monde de football de 1982 disputée en Espagne. Après avoir terminé en tête de leur groupe (devant Hong Kong et Singapour), ils éliminent le Japon en demi-finale mais doivent s'incliner contre la Chine en finale du groupe, ce qui met fin à tout espoir de qualification[t 11]. L'année suivante, la sélection participe à la 9e édition des Jeux asiatiques, organisés à New Delhi, en Inde. Le parcours nord-coréen est plutôt bon puisque, après avoir passé le premier tour de poule (nuls contre la Syrie et l'Arabie saoudite et victoire contre la Thaïlande), les Chollimas s'imposent une nouvelle fois devant le Japon en quarts. Le 30 novembre 1982, ils cèdent, après prolongations, contre le Koweït entraîné par le Brésilien Carlos Alberto Parreira, récent mondialiste et champion d'Asie en titre. La fin de match est extrêmement agitée puisque les joueurs nord-coréens s'en prennent à l'arbitre thaïlandais Vijit Getkaew[t 12]. Les sanctions de la Confédération asiatique de football sont lourdes avec une suspension de deux ans, qui débute dès la fin du match. Les hommes de Pak Du-sok ne disputent donc même pas le match pour la médaille de bronze, qui revient automatiquement aux Saoudiens, autres demi-finalistes malheureux. La conséquence immédiate de cette décision de l'AFC est la disqualification de la Corée du Nord des éliminatoires pour la Coupe d'Asie des nations 1984 ni pour le tournoi de football des Jeux olympiques de Los Angeles, qui sont de toute manière boycottés par la Corée du Nord.

La sélection reste donc près de quatre ans sans disputer de matchs officiels. Pour la Coupe du monde de football de 1986 au Mexique, elle est versée dans le groupe 4 en compagnie du Japon et de Singapour, deux nations qu'elle avait battues quatre ans auparavant. Cette fois-ci, ce sont les Japonais, emmenés par Hiromi Hara qui terminent en tête du groupe et poursuivent leur campagne qualificative[t 13].

En 1988, les Chollimas ne peuvent pas participer au tournoi olympique des Jeux de Séoul. Pyongyang a en effet demandé à être impliquée dans l'organisation au même titre que sa « sœur-ennemie » du sud, demande refusée par le Comité international olympique, entraînant le boycott des Jeux par la délégation nord-coréenne[11]. En ce qui concerne la Coupe d'Asie des nations 1988 à Doha, la Corée du Nord ne se classe qu'à la troisième place de son groupe de qualification, derrière la Syrie et l'Iran, tous deux qualifiés pour le tournoi qatari[t 14].

En 1990, la Corée du Nord participe à l'édition inaugurale de la Dynasty Cup, une compétition régionale qui regroupe quatre sélections d'Asie de l'Est. Avec les Chollimas, ce sont les équipes de Chine, du Japon et de Corée du Sud qui se retrouvent en Chine où ont lieu les rencontres. Les Nord-Coréens terminent à la 3e place, laissant Chinois et Sud-Coréens se disputer la victoire finale[t 15].

L'année suivante, en campagne pour la Coupe du monde 1990 en Italie, les Nord-Coréens terminent en tête de leur poule du premier tour, devant le Japon, l'Indonésie et Hong-Kong, remportant ses trois rencontres disputées à domicile. Lors du tour final, disputé à Singapour sous la forme d'une poule unique rassemblant les six qualifiés du premier tour, les Chollimas finissent derniers, ne remportant qu'un seul match, face au Qatar.

Deux ans plus tard, en 1991, la fédération prend une décision historique puisqu'elle engage pour la première fois un technicien étranger. C'est le Hongrois Pál Csernai, ancien entraîneur du Bayern Munich, qui est choisi. Ses objectifs sont de qualifier la sélection pour la phase finale de la Coupe d'Asie des nations 1992 au Japon puis, en cas de réussite, de tenter d'emmener les Chollimas au mondial américain 1994. La qualification pour la compétition continentale est assez aisée : placée dans la poule 4, dont elle accueille les rencontres à Pyongyang, la Corée du Nord termine en tête, devant Macao, Hong-Kong et Taïwan. Elle se qualifie ainsi pour la seconde fois de son histoire pour la Coupe d'Asie, douze ans après son baptême réussi au Koweït. Les hommes de Csernai sont dans le groupe 1, en compagnie du pays hôte, le Japon, de l'Iran et des Émirats arabes unis. Cette fois-ci, le parcours s'arrête à l'issue du premier tour, achevé sans victoire et avec deux buts inscrits (tous deux par Kim Kwang-min).
La Corée du Nord s'engage dans le tournoi pré-olympique pour les Jeux de Barcelone, après deux retraits consécutifs. Placée dans le groupe E, Pyongyang est choisie, avec Pékin, pour accueillir les rencontres de qualification. Une nouvelle fois, le tournoi final lui échappe, à la suite de sa place de second, derrière la Chine et devant Singapour, les Maldives et le Népal[t 16].

Juste après les Jeux, la sélection participe à la deuxième édition de la Dynasty Cup, toujours organisée en Chine. Comme deux ans auparavant, les hommes de Csernai terminent sur la troisième marche du podium[t 17], derrière le Japon et la Corée du Sud, qui s'affrontent en finale.

Période de retrait (1993-2005)[modifier | modifier le code]

Revigorée par sa participation à la phase finale de la Coupe d'Asie 1992, les hommes de Csernai attaquent les qualifications pour la Coupe du monde 1994 pleins d'espoir. Versé dans le groupe C (coorganisé à Doha au Qatar et à Singapour au printemps 1993), la Corée du Nord termine invaincue en tête, devançant le Qatar, Singapour, l'Indonésie et le Viêt Nam. Le tour suivant prend la forme d'une poule unique regroupant les six vainqueurs du premier tour et les rencontres ont une nouvelle fois lieu à Doha. Malheureusement pour les Nord-Coréens, après une victoire inaugurale face à l'Irak (3-2), la suite se révèle désastreuse avec quatre défaites de rang, face à l'Arabie saoudite, au Japon, à l'Iran et à la Corée du Sud[t 18]. La déception est immense, tant pour le sélectionneur hongrois, qui quitte son poste à l'issue de la dernière rencontre et rentre en Europe sans repasser par Pyongyang, que pour la fédération qui met en sommeil l'équipe nationale pendant plus de quatre ans[12].

Durant cette période où la sélection va dégringoler au classement établi par la FIFA, la Corée du Nord va ainsi choisir de ne s'inscrire à aucune compétition, qu'elle soit régionale (Dynasty Cup 1995 et Dynasty Cup 1998), continentale (Coupe d'Asie des nations 1996) ou mondiale (Jeux olympiques d'Atlanta ou Coupe du monde 1998). Cette période de retrait coïncide avec la famine qui frappe le pays (1994-1998), faisant des centaines de milliers de morts, voire des millions. Elle coïncide aussi avec le deuil officiel de trois ans qui suit la mort du président Kim Il-sung en 1994, et l'accès au pouvoir de son fils Kim Jong-il.

La Corée du Nord fait son retour en match officiel afin de tenter la qualification pour la Coupe d'Asie 2000. Versé dans le groupe 8 en compagnie de la Thaïlande, de la Malaisie et de Taïwan[t 19], les hommes de Myong Dong-chan ne sont devancés que par les Thaïlandais, qui obtiennent leur billet pour le tournoi final, organisé au Liban. Ils enchaînent avec le tournoi pré-olympique pour les Jeux de Sydney et ne peuvent rien face aux performances de l'équipe chinoise, qui remporte tous ses matchs sans même prendre un seul but[t 20]. Les Nord-Coréens finissent deuxième de leur groupe, un résultat insuffisant pour poursuivre l'aventure.

La fédération décide à nouveau de mettre l'équipe en retrait, la retirant des éliminatoires pour la Coupe du monde 2002, coorganisée par le Japon et la Corée du Sud et pour la Coupe d'Asie de l'Est 2003.

En 2003, c'est avec Yun Jong-su sur le banc que les Nord-Coréens démarrent la campagne de qualification pour la prochaine Coupe d'Asie des nations, qui doit avoir lieu en Chine. Après un tour préliminaire qui les voit écarter la sélection indienne (2-0, 1-1), les Chollimas ne peuvent faire mieux qu'une dernière place en poule du second tour, derrière l'Iran, la Jordanie et le Liban, sans même remporter un seul match, n'accrochant qu'un nul 1-1 au Liban[t 21]. Les éliminatoires sont marqués par deux incidents. D'abord, lors du match en Iran, les Nord-Coréens quittent le terrain à la suite de fumigènes qui ont atterri sur la pelouse. Ils ont match perdu 3-0 sur tapis vert. L'autre incident est diplomatique puisque les autorités nord-coréennes refusent l'entrée sur le territoire de la sélection jordanienne. La réaction de l'AFC ne se fait pas attendre : la Corée du Nord est suspendue de toute compétition en Asie pendant un an[13] et est exclue de la Coupe d'Asie des nations 2007. En fin d'année 2003, la qualification pour le tournoi olympique des jeux d'Athènes s'arrête, à la suite d'une élimination face à l'Irak, à l'issue d'un duel en matchs aller et retour (victoire 2-0 au Stade Kim Il-sung suivi d'une défaite 4-1 à Bagdad)[t 22].

En 2005, les Nord-Coréens retrouvent les éliminatoires de la Coupe du monde 2006, douze ans après leur dernière campagne. Versé dans le groupe 5 au deuxième tour, ils terminent en tête, devançant les Émirats arabes unis, la Thaïlande et le Yémen. Au tour suivant, ils voient leur parcours s'arrêter, avec une dernière place de la poule, derrière le Japon, l'Iran (tous deux qualifiés pour la phase finale) et le Bahreïn (qui doit jouer le barrage). Quelques mois plus tard, la Corée du Nord fait son retour en Coupe d'Asie de l'Est, treize ans après sa dernière participation. Lors du tour de qualification, les Nord-Coréens battent leur record de plus large victoire avec un succès 21-0 face à la sélection de Guam[t 23]. Comme lors des éditions 1990 et 1992, les Chollimas finissent sur le podium, à la troisième place, derrière la Chine et le Japon, qu'ils battent 1-0 lors du premier match du tour final[14].

Premier titre et retour en Coupe du monde (2006-2010)[modifier | modifier le code]

La sanction infligée par l'AFC à la Corée du Nord la prive de participation aux qualifications pour la Coupe d'Asie des nations 2007, organisée dans quatre pays du Sud-Est asiatique (Viêt Nam, Thaïlande, Indonésie et Malaisie). Avec le sélectionneur Kim Jong-hun à sa tête, la sélection s'engage en 2008 en AFC Challenge Cup, une compétition réservée aux nations dites en développement par la fédération continentale et dont le vainqueur obtient sa qualification directe pour la Coupe d'Asie 2011. La sélection nord-coréenne réalise un beau parcours qui se termine sur la troisième marche du podium, après une défaite en demi-finale face au Tadjikistan puis un large succès (4-0) en match de classement contre la Birmanie.

Tir d'un coup franc de la Corée du Nord, quatre joueurs nord-coréens font face à un mur composé de quatre joueurs du Turkménistan
Match Corée du Nord-Turkménistan durant les éliminatoires de la Coupe du monde 2010

Dès 2008, la campagne qualificative pour le mondial sud-africain s'engage. Au premier tour, les Chollimas écartent sans difficulté l'équipe de Mongolie (deux succès 4-1 et 5-1) puis, exemptés de deuxième tour, sont placés dans le groupe 3 du troisième tour, en compagnie de la Jordanie, du Turkménistan et de la Corée du Sud. L'aventure se poursuit pour les hommes de Kim grâce à une deuxième place derrière les Sud-Coréens, acquise sans aucune défaite ni même encaisser de buts. Au tour suivant, elle est à nouveau placée avec la Corée du Sud en poule, avec également l'Iran, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Le technicien nord-coréen remplit parfaitement sa mission : ses hommes terminent deuxième, à nouveau derrière la Corée du Sud et obtiennent leur qualification pour la phase finale de la Coupe du monde, quarante-quatre ans après leurs aînés de 1966[15]. À noter durant ces éliminatoires les incidents diplomatiques avec la Corée du Sud : Kim Jong-Il ayant refusé de voir joué l'hymne national sud-coréen, ni même flotter le drapeau dans le pays, les deux rencontres face aux Guerriers Taeguk ont dû être délocalisées en Chine[16]. En fin d'année, les Nord-Coréens parviennent à se qualifier pour la poule finale de la Coupe d'Asie de l'Est, après avoir battu Hong-Kong en barrage. Lors de cette phase finale à quatre jouée à Chongqing en Chine, ils finissent derniers, avec deux nuls (face au Japon et à la Corée du Sud, qui remporte le tournoi, et une défaite face à la Chine).

Pour préparer la coupe du monde et s'habituer au style de jeu européen, la sélection nord-coréenne organise durant l'automne 2009 un stage de préparation, en France, dans la région nantaise, 44 ans après sa dernière apparition en Europe. À cette occasion, ils disputent deux matchs amicaux : face au FC Nantes le 9 octobre à La Roche-sur-Yon (0-0[17]) puis contre la sélection du Congo le 13 au Mans (0-0 [18]).

Deux équipes (en rouge et en jaune) entrent sur un terrain de football, accompagnés d'enfants
Entrée des équipes du Brésil et de la Corée du Nord, lors du premier tour de la Coupe du monde 2010

En début d'année 2010, quelques mois avant le Mondial, la Corée du Nord participe à la troisième édition de l'AFC Challenge Cup, disputée au Sri Lanka. L'enjeu est énorme puisque le vainqueur est automatiquement qualifié pour la phase finale de la Coupe d'Asie des nations 2011. Les Chollimas, toujours emmenés par Kim Jong-hun, réussissent un excellent parcours dans la compétition. Après avoir terminé en tête de leur poule du premier tour, devant le Turkménistan, ils balaient la Birmanie 5 à 0 en demi-finale avant de s'imposer, après la séance de tirs au but, à nouveau face aux Turkmènes en finale. Ce succès leur permet de s'assurer une place en phase finale continentale, dix-ans après leur dernière participation, en 1992 au Japon. C'est également le tout premier titre obtenu par l'équipe nationale masculine. Le mois suivant, en février, les Nord-Coréens s'engagent en Coupe d'Asie de l'Est où ils entrent en lice au second tour. Pour la première fois depuis qu'ils participent à l'épreuve, ils n'atteignent pas la poule finale, devancés à la différence de buts par la sélection de Hong-Kong.

Lors de sa rencontre avec le Brésil, la Corée du Nord s'incline 1-2 en parvenant à marquer un but, par l'intermédiaire de Ji Yun-nam en toute fin de match. Sa rencontre contre le Portugal lui valut une défaite 7-0, la plus lourde de toute l'histoire de la sélection. Après avoir été menée 1-0 à la mi-temps, elle encaisse six buts en seconde période. Ce match marque aussi l'élimination des Nord-Coréens de la Coupe du monde. Ce match a été exceptionnellement diffusé en Corée du Nord, alors qu'aucun programme étranger n'est habituellement diffusé par la télévision d'État, mais la retransmission a été interrompue lorsque les joueurs nord-coréens perdaient déjà 4 à 0[19]. La dernière rencontre, pour l'honneur face à la Côte d'Ivoire, se termine également par une lourde défaite sur le score de trois buts à zéro.

Succès et temps difficiles (depuis 2011)[modifier | modifier le code]

En janvier 2011, la fédération mise de grands espoirs sur son équipe nationale, engagée en phase finale de la Coupe d'Asie des nations au Qatar. Six mois après la Coupe du monde, les Chollimas espèrent bien figurer lors du rendez-vous continental. Placé lors du tirage au sort dans le groupe D, en compagnie de l'Iran, de l'Irak et des Émirats arabes unis, la sélection quitte prématurément la compétition, après trois matchs ternes et sans éclat (nul 0-0 contre les Émirats suivis de deux défaites 1-0 face aux Iraniens puis aux Irakiens). Cette contre-performance provoque le départ de Jo Tong-sop, en poste depuis seulement un an et son remplacement par Yun Jong-su.

À l'automne, les Nord-Coréens s'inscrivent aux éliminatoires pour la Coupe du monde 2014 au Brésil, avec l'espoir de participer à une deuxième phase consécutive. Grâce à leur participation au premier tour en Afrique du Sud en 2010, ils n'entrent en lice qu'au troisième tour, se retrouvant dans la même poule que le Japon, l'Ouzbékistan et le Tadjikistan (qui bénéficie de la disqualification de la Syrie). Les Chollimas terminent à la 3e place du groupe, laissant Japonais et Ouzbeks poursuivre leur route vers la phase finale. Ce tour a une fois encore donné lieu à un incident extra-sportif. En effet, le 15 novembre 2011, pour la première fois depuis 22 ans, l'équipe japonaise rencontre son homologue nord-coréenne à Pyongyang[20]. La Télévision Centrale Coréenne collabore avec la chaine japonaise TBS pour la retransmission du match, et 150 supporters japonais sont présents dans les tribunes[20] du Stade Kim Il-sung. Cependant, l'accueil réservé à la sélection japonaise est « glacial », celle-ci subissant un contrôle de quatre heures à son arrivée à l'aéroport de Pyongyang, et l'hymne national japonais étant conspué avant le match[20].

En mars 2012, les Nord-Coréens défendent leur titre en AFC Challenge Cup, obtenu deux ans plus tôt. Une nouvelle fois, l'enjeu est important puisque c'est la seule possibilité (avec l'AFC Challenge Cup 2014) pour eux de se qualifier pour la phase finale de la Coupe d'Asie des nations 2015, organisée en Australie. Les Chollimas se qualifient pour la phase finale après avoir terminé en tête de leur groupe de qualification, en compagnie du Népal. Toujours au Népal, pays hôte de la phase finale, ils finissent premiers de leur groupe lors du premier tour, après trois succès face aux Philippines, le Tadjikistan et l'Inde. En demi-finale, ils battent la sélection de Palestine puis parviennent à conserver leur titre, à la suite de leur succès en finale face au Turkménistan[21]. Cette victoire les assure d'une deuxième participation consécutive à la Coupe d'Asie des nations, ce qui constitue une première.

En décembre 2012, les Chollimas disputent le deuxième tour de la Coupe d'Asie de l'Est 2013, avec quatre autres sélections, dont l'Australie, invitée par l'EAFF. Seul le premier de la poule de cinq sélections obtient son billet pour la poule finale, qui se joue en Corée du Sud en juillet 2013. Comme lors de l'édition précédente, c'est à la différence de buts que les Nord-Coréens doivent laisser échapper la qualification, au profit des Socceroos australiens[t 24].

En dépit de leur élimination en Coupe d'Asie de l'Est et pour la Coupe du monde, la sélection de Corée du Nord reste invaincue depuis le 11 novembre 2011, date de leur revers en Ouzbékistan. Avec cette élimination du mondial 2014 et leur qualification assurée pour la Coupe d'Asie des nations 2015, les Nord-Coréens n'ont plus aucun match officiel à disputer jusqu'en janvier 2015, date du début de la phase finale de la Coupe d'Asie des nations en Australie.

Symbole, emblèmes et tenues[modifier | modifier le code]

Symboles[modifier | modifier le code]

Statue d'un cheval au galop, portant deux personnes sur son dos, sur une colonne
Le Chollima, cheval mystique, ici représenté sur une statue à Pyongyang

Le chollima est l'animal symbole de l'équipe de Corée du Nord, qui l'a même adopté comme surnom. Le Chŏllima (천리마 en Hangeul, littéralement « 1000 lieues cheval ») ou son abréviation Chonma (천마, littéralement « 1000 chevaux ») est le nom coréen d'un cheval mythique. Il est commun aux cultures sibériennes et originaires d'Asie centrale. On dit que Chŏllima est trop rapide pour être monté et qu'il parcourt 1 000 lieues par jour. Il est souvent représenté comme un cheval ailé, comme sur une statue dans la capitale de la Corée du Nord, Pyongyang.

Emblème[modifier | modifier le code]

Le logo de l'équipe nationale est composé de deux parties. Dans la partie supérieure est représenté le drapeau nord-coréen, et dans la partie inférieure, un ballon de football est dessiné sur un fond vert. Cependant, le drapeau nord-coréen est présent sur les maillots des joueurs, et non l'écusson de la fédération.

Tenues[modifier | modifier le code]

La sélection nord-coréenne a toujours joué avec le même jeu de couleurs depuis la création de l'équipe, à savoir maillots, shorts et chaussettes rouges (et un équipement totalement blanc en deuxième kit). Entre 2008 et 2010, la société chinoise ERKE est partenaire de la fédération. À partir de 2010 et jusqu'en 2014, l'équipementier italien Legea fournit l'équipe nationale[22].

Composition de l'équipe de Corée du Nord[modifier | modifier le code]

Joueurs[modifier | modifier le code]

Provenance des joueurs[modifier | modifier le code]

En raison du régime politique de Pyongyang, les sportifs nord-coréens n'ont que peu l'occasion de faire une carrière internationale. Pourtant en 2006, le club russe du Krylia Sovetov Samara a surpris en recrutant Choe Myong-ho et Ri Kwan-myong, deux des premiers joueurs nord-coréens à évoluer à l'étranger[23]. En 2006 également, Kim Yong-jun obtient l'autorisation de jouer en Chine. Avant cette date, les seuls joueurs nord-coréens évoluant à l'étranger avaient la double nationalité japonaise et évoluaient dans ce pays. Début 2008, Hong Yong-jo arrive au Bezanija Novi Belgrade, club de Serbie, allié historique de la Corée du Nord.

Karl Messerli, ancien international suisse, a réussi à obtenir pour le modeste club du FC Concordia Bâle, les droits exclusifs de transfert et de marketing de toute l'équipe nationale nord-coréenne[24]. Ainsi en septembre 2008, le club bâlois, qui évolue alors en 2e division suisse devient le premier club d'Europe occidentale à signer des joueurs nord-coréens : les internationaux Pak Chol-ryong et Kim Kuk-jin. L'année suivante, ce sont Ri Myong-jun et Hong Kum-song qui quittent leur pays pour porter les couleurs du club letton du Dinaburg FC[25].

Les joueurs nord-coréens expatriés sont obligatoirement accompagnés d’un ou deux représentants de l’Agence nationale de sécurité pour les « encadrer ». Ils sont à présent treize à jouer dans des clubs évoluant hors de République populaire démocratique de Corée : Rim Chol-min, Pak Kwang-ryong, Pak Chol-ryong, Cha Jong-hyok et Kim Kuk-jin en Suisse, Pak Nam-chol, Ri Myong-jun et Kim Seng-yong en Thaïlande, Kim Song-gi, Ryang Yong-gi, Ri Han-jae et An Yong-hak au Japon et enfin Jong Tae-se en Corée du Sud après avoir porté les couleurs de Bochum et Cologne en Allemagne, à la suite du Mondial 2010.

Joueurs importants[modifier | modifier le code]

Pak Doo-ik est encore aujourd'hui considéré comme l'un des meilleurs footballeurs de l'histoire de la sélection nationale. Symbole du parcours extraordinaire des Chollimas en phase finale de la Coupe du monde 1966, grâce à son but qui donne la victoire inattendue face à l'Italie, l'attaquant de Moranbong SC a également pris place sur le banc en tant que sélectionneur national à l'issue de sa carrière. En 1976, il emmène les espoirs nord-coréens jusqu'en quarts de finale du tournoi olympique de Montréal et entre 1986 et 1989, il va tenter de redorer le blason nord-coréen, engagée dans les éliminatoires du Mondiale 90, sans succès. En 2008, Pak fait partie des personnalités nord-coréennes choisies pour porter la flamme olympique sur la route des Jeux de Pékin[26].

Né en 1988, Pak Nam-chol est l'homme de base du groupe nord-coréen actuel. Il est le seul international à avoir participé à toutes les compétitions internationales disputées par les Chollimas depuis 2005, que ce soit en équipe de jeunes ou avec les seniors. Convoqué très tôt en équipe nationale, il est finaliste de la coupe d'Asie des nations en moins de 16 ans en 2004 et vainqueur trois ans plus tard de la Coupe d'Asie des nations en moins de 19 ans. Dès l'âge de 20 ans, il est appelé en équipe première et participe aux bons résultats des Nord-Coréens : troisième de l'AFC Challenge Cup 2008 avant de remporter deux fois la compétition en 2010 et 2012 et phase finale de la Coupe d'Asie des nations 2011. Le défenseur central du club d'Amrokgang SC fait partie des trois joueurs nord-coréens (avec Ri Chol-myong et Kim Kyong-il) à avoir pris part à trois phases finales de Coupe du monde : moins de 17 ans en 2005[27], moins de 20 ans en 2007[28] et senior en 2010.

Ri Chol-myong, lui aussi né en 1988, est un autre élément-clé de l'équipe entraînée par Yun Jong-su. Tout comme Pak Nam-chol et Kim Kyong-il, le milieu de terrain de Pyongyang CSG a disputé trois phases finales de Coupe du monde, dans trois catégories d'âge et a participé aux deux campagnes victorieuses en AFC Challenge Cup, en 2010 et 2012. Il est également dans le groupe qui a joué la phase finale de la Coupe d'Asie des nations 2011 mais n'a pas été appelé lors de la Coupe d'Asie de l'Est 2013. Avec son club, il a remporté à deux reprises le championnat nord-coréen, en 2008 et 2009.

Jon Kwang-ik est également de 1988, la génération dorée du football nord-coréen. Le défenseur d'Amrokgang SG a participé à toutes les compétitions internationales avec la Corée du Nord, exceptée la plus prestigieuse, puisqu'il n'est pas sélectionné par Kim Jong-hun pour la phase finale de la Coupe du monde 2010. Son palmarès reste tout de même appréciable : troisième de l'AFC Challenge Cup 2008 puis vainqueur en 2010 et 2012, participation à la phase finale de la Coupe d'Asie des nations 2011.

Équipe actuelle[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente la liste des 19 joueurs appelés par Yun Jong-su pour disputer la Coupe d'Asie de l'Est 2013. Le groupe élargi de 28 joueurs (qui ont joué le second tour de la Coupe d'Asie de l'Est ou l'AFC Challenge Cup 2012) est assez renouvelé puisque seuls huit de ses membres ont participé à la phase finale de la Coupe du monde 2010. Le technicien nord-coréen a pris le parti d'intégrer les meilleurs éléments des équipes nationales de jeunes. Il y a ainsi 7 internationaux qui ont pris part à la Coupe du monde des moins de 20 ans 2011 et 6 joueurs ayant disputé la phase finale de la Coupe du monde des moins de 17 ans 2007.

Effectif de l'équipe de Corée du Nord au début de la Coupe d'Asie de l'Est de football 2013
Joueurs     Encadrement technique
P. Nom Date de naissance Sél. But(s) Club Depuis
1 G Myong-guk, RiRi Myong-guk Capitaine 10 270 9/9/1986 (28 ans) 48 0 Drapeau : Corée du Nord Pyongyang CSC
18 G Kwang-min, JuJu Kwang-min 8 921 20/5/1990 (24 ans) 14 0 Drapeau : Corée du Nord Kigwancha SC
12 D Kwang-ik, JonJon Kwang-ik 9 696 5/4/1988 (26 ans) 30 2 Drapeau : Corée du Nord Amrokgang SC
14 D Nam-chol, PakPak Nam-chol 9 515 3/10/1988 (26 ans) 30 0 Drapeau : Corée du Nord Amrokgang SC
20 D Kwang-hyok, RiRi Kwang-hyok 10 050 17/4/1987 (27 ans) 30 1 Drapeau : Corée du Nord Kyonggongop SC
16 D Hak-su, RoRo Hak-su 11 118 14/5/1984 (30 ans) 7 2 Inconnu
2 D Hyong-mu, RiRi Hyong-mu 8 388 4/11/1991 (22 ans) 1 0 Drapeau : Corée du Nord Sobaeksu SC
6 M Kuk-chol, JangJang Kuk-chol 7 553 16/2/1994 (20 ans) 8 2 Drapeau : Corée du Nord Kyonggongop SC
13 M Myong-ho, ChoeChoe Myong-ho 9 607 3/7/1988 (26 ans) 5 2 Drapeau : Corée du Nord Pyongyang CSC
15 M Il-bom, AnAn Il-bom 8 725 2/12/1990 (23 ans) 5 2 Drapeau : Corée du Nord Sobaeksu SC
19 M Kum-song, HongHong Kum-song 8 907 3/6/1990 (24 ans) 5 1 Inconnu
9 M Song-chol, PakPak Song-chol 9 890 24/9/1987 (27 ans) 28 8 Drapeau : Corée du Nord Rimyongsu SC
5 M Myong-jun, RiRi Myong-jun 8 833 16/8/1990 (24 ans) 9 5 Drapeau : Thaïlande Thai Port FC
17 M Yong-hak, AnAn Yong-hak 13 146 25/10/1978 (35 ans) 36 2 Drapeau : Japon Kashiwa Reysol
8 M Yong-gi, RyangRyang Yong-gi 11 976 7/1/1982 (32 ans) 18 3 Drapeau : Japon Vegalta Sendai
4 A Nam-chol, PakPak Nam-chol 10 704 2/7/1985 (29 ans) 65 14 Drapeau : Thaïlande Muangthong United
10 A Tae-song, SoSo Tae-song
3 0 Inconnu
3 A Hyong-il, PakPak Hyong-il
0 0 Inconnu
11 A Il-gwan, JongJong Il-gwan 8 027 30/10/1992 (21 ans) 21 4 Drapeau : Corée du Nord Rimyongsu SC
Sélectionneur



Légende


Appelés récemment[modifier | modifier le code]

Joueurs sélectionnés lors des douze derniers mois
Joueurs     Encadrement technique
P. Nom Date de naissance Sél. But(s) Club Depuis
999 G Myong-gil, KimKim Myong-gil 10 963 16/10/1984 (30 ans) 16 0 Drapeau : Corée du Nord Amrokgang SC
999 D Kwang-chon, RiRi Kwang-chon 10 640 4/9/1985 (29 ans) 63 1 Drapeau : Thaïlande Muangthong United
999 D Myong-il, JangJang Myong-il 10 407 25/4/1986 (28 ans) 7 0 Drapeau : Corée du Nord Amrokgang SC
999 D Il-jin, RiRi Il-jin 7 733 20/8/1993 (21 ans) 1 0 Drapeau : Corée du Nord Sobaeksu SC
999 D Song-hyok, JangJang Song-hyok 8 685 11/1/1991 (23 ans) 8 2 Drapeau : Corée du Nord Rimyongsu SC
999 M Chol-myong, RiRi Chol-myong 9 743 18/2/1988 (26 ans) 14 1 Drapeau : Corée du Nord Pyongyang CSC
999 M Hyon-song, RiRi Hyon-song 7 973 23/12/1992 (21 ans) 1 0 Drapeau : Corée du Nord Rimyongsu SC
999 A Song-chol, PakPak Song-chol 8 617 20/3/1991 (23 ans) 9 0 Drapeau : Corée du Nord April 25 SC
999 A Kwang-ryong, PakPak Kwang-ryong 8 060 27/9/1992 (22 ans) 12 3 Drapeau : Suisse FC Bâle
999 A Ju-song, KimKim Ju-song 7 677 15/10/1993 (21 ans) 5 0 Drapeau : Corée du Nord April 25 SC
Sélectionneur



Légende


Sélectionneurs[modifier | modifier le code]

Seize techniciens, dont un seul étranger (le Hongrois Pál Csernai entre 1991 et 1993) se sont assis sur le banc de la sélection nord-coréenne depuis son premier match en 1964. Certains d'entre eux ont effectué deux mandats : Pak Doo-ik en 1976 puis entre 1986 et 1989, Myong Dong-chan en 1990 et 2000 et l'actuel entraîneur en chef, Yun Jong-su, qui a déjà occupé le poste entre 2003 et 2005. L'équipe nationale a connu trois longues périodes d'inactivité. La première a eu lieu à l'issue du quart de finale de Coupe du monde perdu contre le Portugal, puisque les Chollimas ne vont jouer qu'un seul match (en 1969 contre l'Algérie à Alger) entre juillet 1966 et octobre 1971. Elle ne dispute également aucune rencontre en 1983 et 1984 après sa suspension par l'AFC à la suite des incidents survenus lors de la demi-finale des Jeux asiatiques de 1982. Enfin, la plus longue absence au niveau international se déroule entre le 28 octobre 1993, après la défaite contre la Corée du Sud en éliminatoires pour la Coupe du monde 1994 et le 13 septembre 1998.

Rang Nom Période
1 Drapeau : Corée du Nord Kim Gun-nam 1964-1965
2 Drapeau : Corée du Nord Myung Rye-hyun 1965-1966
Un seul match entre 1966 et 1971
3 Drapeau : Corée du Nord Pak Doo-ik 1976
4 Drapeau : Corée du Nord Yang Seung-kook 1980
5 Drapeau : Corée du Nord Han Bong-zin 1980-1981
6 Drapeau : Corée du Nord Pak Du-sok 1982
Aucun match entre 1983 et 1984 (suspension)
Sélectionneurs de l’équipe de Corée du Nord
Rang Nom Période
7 Drapeau : Corée du Nord Jong Yong-song 1985
8 Drapeau : Corée du Nord Pak Doo-ik 1986-1989
9 Drapeau : Corée du Nord Kim Jong-min 1990
10 Drapeau : Corée du Nord Myong Dong-chan 1990
11 Drapeau : Hongrie Pál Csernai 1991-1993
Aucun match entre 1994 et 1997
12 Drapeau : Corée du Nord Mun Ki-nam 1998-1999
Rang Nom Période
13 Drapeau : Corée du Nord Myong Dong-chan 2000
14 Drapeau : Corée du Nord Ri Jong-nam 2001-2002
15 Drapeau : Corée du Nord Yun Jong-su 2003-2005
16 Drapeau : Corée du Nord Han Hyong-il 2005
17 Drapeau : Corée du Nord Kim Jong-hun 2006-2010
18 Drapeau : Corée du Nord Jo Tong-sop 2010[29]-2011
19 Drapeau : Corée du Nord Yun Jong-su 2011-

Myung Rye-hyun est le premier sélectionneur emblématique de l'équipe nationale. Il prend en charge les Chollimas après les Jeux olympiques de Tokyo en 1964 (auxquels n'ont pas participé les Nord-Coréens en dépit d'une qualification acquise sur le terrain) et les prépare à l'objectif fixé par les dirigeants : la qualification pour la Coupe du monde 1966 en Angleterre. Une fois le billet en poche, c'est de façon militaire, pendant plusieurs mois que le jeune technicien (alors âgé de 40 ans) et ses hommes vont travailler et arriver à Middlesbrough pour la phase finale. Le parcours est à la hauteur des espoirs de tout un peuple : deuxième de la poule derrière l'URSS, avec une victoire de prestige face à l'Italie, la Corée du Nord tombe en quarts de finale contre le Portugal d'Eusebio. Myung quitte son poste à la suite de ce revers et devient une icône dans son pays, comme tous les membres de la délégation nord-coréenne ayant participé à ce bon résultat.

Entraîneur, sur le bord de la pelouse, une tribune en arrière-plan
Yun Jong-su, actuel sélectionneur de l'équipe nationale

Pál Csernai est à ce jour le seul technicien étranger recruté par la fédération nord-coréenne. Engagé en 1991, il dirige la sélection lors de la phase finale de la Coupe d'Asie des nations 1992 au Japon. Éliminé dès la phase de poule, terminant dernier sans aucune victoire, il se voit ensuite confier la mission de qualifier les Chollimas pour la Coupe du monde 1994 aux États-Unis. En dépit d'un bon parcours, les Nord-Coréens atteignent la poule finale à six mais ne jouent qu'un rôle de spectateur lors du tour final, laissant Saoudiens, Sud-Coréens et Japonais se disputer les deux places en phase finale. La Corée du Nord termine dernière du groupe, la déception est immense pour l'ancien entraîneur du Bayern Munich, qui quitte son poste dès la fin des rencontres qualificatives pour l'Europe.

Kim Jong-hun est le sélectionneur qui a réussi le plus long mandat de sélectionneur. Engagé en 2006, il finit sur le podium lors de l'édition inaugurale de l'AFC Challenge Cup puis il parvient à qualifier ses hommes pour la phase finale de la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud, après une campagne éliminatoire longue et difficile. Le parcours sud-africain tourne court avec trois défaites en trois rencontres, dont une record (7-0) contre le Portugal. Cette humiliation entraîne le limogeage de Kim, qui redevient l'entraîneur principal du meilleur club du pays, April 25, poste qu'il occupait avant son recrutement par la fédération.

Yun Jong-su effectue actuellement son deuxième mandat à la tête de la Corée du Nord. Après un premier passage de deux saisons sans résultats probants, il est de nouveau appelé par la fédération à la suite du parcours désastreux de la sélection, coachée par Jo Tong-sop, en Coupe d'Asie des nations 2011, achevée dès le premier tour. Yun réussit à conserver l'AFC Challenge Cup, déjà remportée par les Nord-Coréens en 2010, ce qui assure une qualification directe pour la Coupe d'Asie des nations 2015, organisée en Australie. En dépit d'une élimination pour la phase finale de la Coupe du monde 2014, les Chollimas sont invaincus depuis le 11 novembre 2011.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Vue depuis l'extérieur d'une partie d'un stade, de nuit
Entrée du Stade du Premier-Mai, de nuit
Vue depuis l'extérieur d'un stade
Entrée du Stade Kim Il-sung
Article connexe : Stade Kim Il-sung.

Le Stade Kim Il-sung, situé dans la capitale Pyongyang, est l'enceinte historique des Chollima. La sélection y dispute la majorité de ses rencontres à domicile depuis 1964. Inauguré en 1926[30] sous le nom de Girimri Stadium (기림리공설운동장), cette enceinte a également accueilli jusqu'en 1989 des meetings politiques. Le stade a été reconstruit en 1969 et prend alors le nom de Moranbong Stadium, du nom du club de Pyongyang qui y joue ses rencontres à domicile, le Moranbong SC. En 1982, le stade est rénové et rebaptisé en l'honneur du Grand Leader, Kim Il-sung[31]. La capacité actuelle de l'enceinte est de 50 000 places[32]. Il est aujourd'hui principalement utilisé pour les rencontres à domicile des équipes nationales (masculines et féminines) et du Pyongyang CSG et a accueilli les spectacles de masses jusqu'en 1989, année de l'inauguration du Stade du Premier-Mai.

D'autres rencontres peuvent avoir lieu au Stade de Yanggakdo, d'une capacité moindre (environ 30 000 places). Inauguré en mai 1989[33], le Stade du Premier-Mai, n'est que très rarement utilisé par la sélection, en dépit de sa capacité unique au monde de 150 000 spectateurs.

Résultats[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Parcours en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Parcours en Coupe du monde
Année Position Année Position Année Position
Drapeau de l'Uruguay 1930 Non inscrit Drapeau de l'Angleterre 1966 Quart de finale Drapeau des États-Unis 1994 Tour préliminaire
Drapeau de l'Italie 1934 Non inscrit Drapeau du Mexique 1970 Forfait Drapeau de la France 1998 Non inscrit
Drapeau de la France 1938 Non inscrit Drapeau de l'Allemagne 1974 Tour préliminaire Drapeau de la Corée du SudDrapeau du Japon 2002 Non inscrit
Drapeau du Brésil 1950 Non inscrit Drapeau de l’Argentine 1978 Forfait Drapeau de l'Allemagne 2006 Tour préliminaire
Drapeau de la Suisse 1954 Non inscrit Drapeau de l'Espagne 1982 Tour préliminaire Drapeau de l'Afrique du Sud 2010 Premier tour
Drapeau de la Suède 1958 Non inscrit Drapeau du Mexique 1986 Tour préliminaire Drapeau du Brésil 2014 Tour préliminaire
Drapeau du Chili 1962 Non inscrit Drapeau de l'Italie 1990 Tour préliminaire Drapeau de la Russie 2018

Parcours en Coupe d'Asie des nations[modifier | modifier le code]

Parcours en Coupe d'Asie des nations
Année Position Année Position Année Position
Drapeau de Hong Kong 1956 Non inscrit Drapeau de l'Iran 1976 Forfait avant la phase finale Drapeau des Émirats arabes unis 1996 Non inscrit
Drapeau de la Corée du Sud 1960 Non inscrit Drapeau du Koweït 1980 Demi-finale Drapeau du Liban 2000 Tour préliminaire
Drapeau d’Israël 1964 Non inscrit Drapeau de Singapour 1984 Suspendu par l'AFC Drapeau de la République populaire de Chine 2004 Tour préliminaire
Drapeau de l'Iran 1968 Non inscrit Drapeau du Qatar 1988 Tour préliminaire Drapeau de l'IndonésieDrapeau de la MalaisieDrapeau de la ThaïlandeDrapeau de la République socialiste du Viêt Nam 2007 Suspendu par l'AFC
Drapeau de la Thaïlande 1972 Non inscrit Drapeau du Japon 1992 Premier tour Drapeau du Qatar 2011 Premier tour

Parcours en Coupe d'Asie de l'Est[modifier | modifier le code]

Parcours en Coupe d'Asie de l'Est[n 1]
Année Position Année Position Année Position
Drapeau de la République populaire de Chine 1990 médaille de bronze, Asie Troisième Drapeau du Japon 1998 Non inscrit Drapeau de la République populaire de Chine 2008 Quatrième
Drapeau de la République populaire de Chine 1992 médaille de bronze, Asie Troisième Drapeau du Japon 2003 Forfait Drapeau du Japon 2010 Cinquième
Drapeau de Hong Kong 1995 Non inscrit Drapeau de la Corée du Sud 2005 médaille de bronze, Asie Troisième Drapeau de la Corée du Sud 2013 Cinquième

Parcours en AFC Challenge Cup[modifier | modifier le code]

Parcours en AFC Challenge Cup
Année Position
Drapeau du Bangladesh 2006 Non inscrit[n 2]
Drapeau de l'Inde 2008 médaille de bronze, Asie Troisième
Drapeau du Sri Lanka 2010 médaille d'or, Asie Vainqueur
Drapeau du Népal 2012 médaille d'or, Asie Vainqueur
Drapeau des Maldives 2014 Non inscrit[n 3]

Parcours aux Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Parcours aux Jeux olympiques
Année Résultat Année Résultat Année Résultat
Drapeau de l'Australie 1956 Non inscrit Drapeau du Canada 1976 Quart de finale Drapeau des États-Unis 1996 Non inscrit
Drapeau de l'Italie 1960 Non inscrit Drapeau de l'URSS 1980 Tour préliminaire Drapeau de l'Australie 2000 Tour préliminaire
Drapeau du Japon 1964 Forfait avant la phase finale Drapeau des États-Unis 1984 Non inscrit Drapeau de la Grèce 2004 Tour préliminaire
Drapeau du Mexique 1968 Forfait Drapeau de la Corée du Sud 1988 Disqualifié Drapeau de la République populaire de Chine 2008 Tour préliminaire
Drapeau de l'Allemagne 1972 Tour préliminaire Drapeau de l'Espagne 1992 Tour préliminaire Drapeau du Royaume-Uni 2012 Tour préliminaire

Statistiques[modifier | modifier le code]

Nations rencontrées[modifier | modifier le code]

Carte mondiale colorée
Carte des équipes rencontrées par la Corée du Nord[n 4].
Nombre de matchs disputés contre l'équipe de Corée du Nord de football :
  •      Aucun match
  •      Moins de cinq matchs
  •      De cinq à dix matchs
  •      De dix à quinze matchs
  •      Plus de quinze matchs

Les deux participations nord-coréennes à la Coupe du monde et les matchs amicaux joués sur plusieurs continents ont permis aux Chollimas de se mesurer à de nombreuses autres sélections, même si la majorité des rencontres ont eu lieu face à d'autres équipes asiatiques. Elle a ainsi rencontré des équipes européennes (comme le Portugal à deux reprises, l'Italie, la Pologne, la Norvège, la Suède ou la Finlande), américaines (États-Unis, Mexique, Brésil, Chili ou Venezuela…) ou africaine (Algérie, Afrique du Sud, Nigeria ou Égypte entre autres).
Ses adversaires récurrents sont principalement les autres nations du Sud-Est asiatique, à savoir la Chine, le Japon, la Thaïlande mais aussi l'Iran. La Corée du Nord a eu l'occasion de rencontrer à plus de quinze reprises chacune de ces nations, que ce soit en amical ou en match officiel. Elle entretient également une rivalité, sportive et diplomatique, très forte avec la Corée du Sud.

Rivalités[modifier | modifier le code]

Avec la Corée du Sud[modifier | modifier le code]

En dépit des vives tensions qui existent entre la Corée du Nord et la Corée du Sud depuis la partition de la Corée en 1948, les deux sélections nationales se sont affrontées quinze fois, mais seulement depuis 1978[34]. Le premier match opposant les Chollimas aux Guerriers Taeguk a eu lieu le 22 décembre 1978 à Bangkok, en finale de la compétition de football des Jeux asiatiques de 1978. La rencontre se solde par un match nul 0-0[34], les deux nations se partageant le podium. Jusqu'alors, la fédération nord-coréenne avait refusé toute rencontre avec son homologue du Sud, allant même jusqu'à se retirer de la phase qualificative pour la Coupe du monde 1978, le tirage au sort l'ayant placée dans la même poule que la Corée du Sud.
Les deux nations se sont presque toujours affrontées dans le cadre de matchs officiels, que ce soit lors de qualifications pour la Coupe du monde, comme pour les éditions 1990, 1994 ou 2010 (où elles sont placées dans le même groupe lors des troisième puis quatrième tours) ou en phase finale de la Coupe d'Asie de l'Est ; les exceptions étant deux matchs amicaux en 1990, et un en 2005. À noter que la Corée du Sud n'a disputé qu'une seule rencontre sur le terrain nord-coréen, en 1990[34]. En effet, Pyongyang refuse de faire jouer l'hymne sud-coréen, ni de faire flotter le Taegeukgi, le drapeau de Corée du Sud dans l'enceinte du Stade Kim Il-sung. Ainsi, les trois rencontres « à domicile » de la Corée du Nord face à sa voisine du Sud depuis 1990 ont été délocalisées en ChineChongqing et Shanghai).
Les quinze rencontres entre les deux équipes se sont soldées par sept matchs nuls, six victoires pour le Sud, et une seule victoire pour le Nord : 2-1 lors d'un match amical le 11 octobre 1990 à Pyongyang, la seule rencontre entre les deux pays à avoir eu lieu en Corée du Nord[34].

Avec les autres pays d'Asie du Sud-Est[modifier | modifier le code]

L'Iran est la sélection la plus souvent rencontrée par la Corée du Nord avec 23 matchs[35] disputés depuis leur première rencontre, dans le cadre du tournoi qualificatif pour les Jeux olympiques de Munich en 1972. À noter que les Chollimas n'ont jamais battu l'Iran au cours de leurs confrontations et que c'est l'équipe qu'elle a eu le plus l'occasion de jouer dans le cadre de la Coupe d'Asie des nations (éliminatoires et phases finales confondues) avec sept matchs.

La Chine, l'autre pays frontalier de la Corée du Nord, entretient des relations très proches avec le régime de Pyongyang. Sur le plan sportif, la sélection chinoise et son homologue nord-coréenne se sont rencontrées 16 fois[36], dont six lors de rencontres amicales. Le premier match entre les deux équipes date même de 1959, soit cinq ans avant que l'équipe nationale ne soit officiellement formée.

Japonais et Nord-Coréens ont disputé 15 matchs[37] les uns contre les autres, dont dix lors des éliminatoires pour les différentes Coupes du monde. Les relations tendues entre Tokyo et Pyongyang ont généré des incidents diplomatiques lors de la dernière rencontre entre les deux sélections, dans le cadre des qualifications pour la Coupe du monde 2014.

Le chiffre de 19 rencontres[38] jouées par les Nord-Coréens face à la Thaïlande s'explique par la participation régulière de l'équipe nord-coréenne au tournoi amical organisé annuellement à Bangkok, la King's Cup. Il y a eu ainsi 7 matchs entre les deux équipes lors des différentes éditions de cette compétition. Elles se sont également affrontées dans le cadre des qualifications pour les Jeux olympiques (en 1964), pour la Coupe du monde, pour la Coupe d'Asie des nations et lors des Jeux asiatiques.

Classements FIFA[modifier | modifier le code]

Classement FIFA de l'Équipe de Corée du Nord
Année 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Classement mondial[39] 62 84 117 144 166 158 172 142 136 124 117 95 82 113 115 113 86 108 110 99 138
Classement en Asie[40] 9 13 19 28 37 32 36 27 25 21 23 18 11 17 14 14 10 14 15 12 22

Légende du classement mondial :
Légende du classement asiatique :

  •      de 50 à 99
  •      de 1 à 15
  •      de 100 à 149
  •      de 16 à 30
  •      de 150 à 199
  •      de 31 à 49

Au niveau mondial, la sélection nord-coréenne n'a jamais dépassé la 62e place, son rang lors de la mise en place du classement en 1992. Elle s'est hissée dans le top 100 en 1993, en 2004 et 2005, en 2009 et en 2012. A contrario, la période 1997-1999 a été la plus mauvaise puisque les Chollima ont été classés au-delà de la 150e place mondiale. Cette dégringolade est la conséquence de l'absence de matchs disputés par la sélection entre 1994 et 1998, période durant laquelle elle passe du 84e au 172e rang mondial.

L'évolution est sensiblement la même au classement continental. Le meilleur classement asiatique est une 9e place, datant de la création du classement FIFA. Si le bilan en 1997 est aussi le plus bas, avec un 37e rang sur le continent asiatique, la Corée du Nord est classée dans le top 15 asiatique depuis 2007.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La Coupe d'Asie de l'Est de football porte le nom de Dynasty Cup de 1990 à 1998.
  2. La Corée du Nord ne participe pas à l'édition 2006 car elle est classée comme nation en développement lors du lancement de la compétition.
  3. La Corée du Nord ayant remporté l'édition 2012, elle n'est pas autorisée à s'engager dans l'édition 2014, qui doit permettre de désigner une deuxième sélection peu développée qualifiée pour la phase finale de la Coupe d'Asie des nations 2015.
  4. Carte mise à jour le 26 février 2013 après le match contre le Laos

Feuilles de matchs[modifier | modifier le code]

  1. « Feuille de match Italie-Corée du Nord », sur FIFA.com (consulté le 14 mai 2013)
  2. « Feuille de match URSS-Corée du Nord », sur FIFA.com (consulté le 23 mai 2013)
  3. « Feuille de match Chili-Corée du Nord », sur FIFA.com (consulté le 23 mai 2013)
  4. « Feuille de match Portugal-Corée du Nord », sur FIFA.com (consulté le 23 mai 2013)
  5. « Feuille de match Canada-Corée du Nord », sur FIFA.com (consulté le 23 mai 2013)
  6. « Feuille de match URSS-Corée du Nord », sur FIFA.com (consulté le 23 mai 2013)
  7. « Feuille de match Pologne-Corée du Nord », sur FIFA.com (consulté le 23 mai 2013)
  8. (en) « Feuille de match Corée du Nord-Macao », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 27 mai 2013)

Tableaux et classements[modifier | modifier le code]

  1. « Qualifications pour la Coupe du monde de football 1966 », sur FIFA.com (consulté le 23 mai 2013)
  2. « Qualifications dans la zone Asie-Afrique-Océanie pour la Coupe du monde 1966 », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 23 mai 2013)
  3. (en) Lars Aarhus, « Qualifications pour les JO 1972 dans la zone Asie », sur RSSSF.com,‎ 29 janvier 2009 (consulté le 23 mai 2013)
  4. « Qualifications dans la zone AFC/OFC pour la Coupe du monde 1974 », sur FIFA.com (consulté le 23 mai 2013)
  5. (en) Todor Krastev, « Qualifications pour la Coupe d'Asie des nations 1976 », sur www.todor66.com (consulté le 23 mai 2013)
  6. (en) Søren Elbech, « Qualifications pour les JO 1976 dans la zone Asie », sur RSSSF.com,‎ 27 novembre 2008 (consulté le 23 mai 2013)
  7. « Groupe 2 de la zone Asie, qualifications pour la Coupe du monde 1978 », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 23 mai 2013)
  8. (en) Søren Elbech, « Qualifications pour les JO 1980 dans la zone Asie », sur RSSSF.com,‎ 20 février 2009 (consulté le 23 mai 2013)
  9. (en) Todor Krastev, « Qualifications pour la Coupe d'Asie des nations 1980 », sur www.todor66.com (consulté le 23 mai 2013)
  10. (en) Neil Morrison, Bojan Jovanovic, Majeed Panahi et Pieter Veroeveren, « Coupe d'Asie des nations 1980 (qualifications et phase finale) », sur RSSSF.com,‎ 16 décembre 2010 (consulté le 23 mai 2013)
  11. (en) « Groupe 4 de la zone Asie - Qualifications pour la CM 1982 », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 27 mai 2013)
  12. (en) Erik Garin et Neil Morrison, « Asian Games 1982 », sur RSSSF,‎ 17 janvier 2012 (consulté le 22 mai 2013)
  13. (en) « Groupe 8 de la zone Asie - Qualifications pour la CM 1986 », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 27 mai 2013)
  14. (en) Bojan Jovanovic, Ian King, Neil Morrison, Majeed Panahi et Pieter Veroeveren, « Coupe d'Asie des nations 1988 », sur RSSSF.com,‎ 16 décembre 2010 (consulté le 27 mai 2013)
  15. (en) Josef Bobrowsky et Karel Stokkermans, « Dynasty Cup 1990 », sur RSSSF.com,‎ 20 juin 2007 (consulté le 27 mai 2013)
  16. (en) Russell Gerrard et Lars Aarhus, « Qualifications pour les JO 1992 », sur RSSSF,‎ 19 août 2010 (consulté le 27 mai 2013)
  17. (en) Josef Bobrowsky et Karel Stokkermans, « Dynasty Cup 1992 », sur RSSSF.com,‎ 20 juin 2007 (consulté le 27 mai 2013)
  18. « Qualifications pour la CM 94 - Zone Asie », sur FIFA.com (consulté le 27 mai 2013)
  19. (en) Karel Stokkermans, « Qualifications pour la Coupe d'Asie 2000 », sur RSSSF.com,‎ 4 mars 2011 (consulté le 27 mai 2013)
  20. (en) Lars Aarhus, « Qualifications pour le tournoi de football des JO 2000 - Zone Asie », sur RSSSF.com,‎ 5 juin 2000 (consulté le 27 mai 2013)
  21. (en) Sturmius Burkert, Glenn Cowlam, Julián Díaz Rubio, Refel Hashim, Seungsoo Lee, Malik Riaz Hai Naveed et Hamdan Saaid, « Qualifications pour la Coupe d'Asie des nations 2004 », sur RSSSF.com,‎ 2 octobre 2005 (consulté le 27 mai 2013)
  22. (en) Lars Aarhus, Juan Pablo Andrés, Malik Riaz Hai Naveed, Sturmius Burkert, Jim Goloboy, José Batalha, Antonio Zea, Andre Zlotkowski, Julián Díaz Rubio et Francisco Fernández, « Qualifications pour le tournoi olympique de football 2004 - Zone Asie », sur RSSSF,‎ 13 mars 2005 (consulté le 27 mai 2013)
  23. (en) « East Asian Football Championship 2005 Preliminary Competition », sur eaff.com (consulté le 27 mai 2013)
  24. (en) « EAFF 2013 - Preliminary Competition Round 2 », sur eaff.com (consulté le 28 mai 2013)

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. « Classement mondial », sur fr.fifa.com,‎ 18 septembre 2014 (consulté le 20 septembre 2014)
  2. a et b « Page de Hong Yong-jo », sur fr.fifa.com,‎ 1er juin 2010 (consulté le 7 mai 2013)
  3. a et b (en) « DPR Korea association football », sur the-afc.com,‎ 9 juillet 2001 (consulté le 20 février 2013)
  4. (en) « History of Olympics - Tokyo, 1964 », sur history1900s.about.com,‎ 9 juillet 2001 (consulté le 20 février 2013)
  5. (en) AFP, « UK considered denying North Korea visas to 1966 World Cup », sur lse.co.uk,‎ 13 juin 2010 (consulté le 22 juillet 2013)
  6. (en) Martin Atherton, The Theft of Jules Rimet Trophy : the Hidden History of the 1966 World Cup, Meyer & Meyer Sport,‎ 2008, 134 p. (ISBN 978-1-84126-227-7), p. 15
  7. (en) « Résumé de la Coupe du monde de football 1966 », sur FIFA.com (consulté le 22 juillet 2013)
  8. (en) Louise Taylor, « How little stars from North Korea were taken to Middlesbrough's heart », sur guardian.co.uk,‎ 8 juin 2010 (consulté le 24 juillet 2013)
  9. (en) « History of the FIFA World Cup Preliminary Competition », sur FIFA.com,‎ 19 septembre 2007 (consulté le 1re octobre 2013)
  10. « Groupe des 17 Nord-Coréens pour le tournoi olympique de football », sur FIFA.com (consulté le 23 mai 2013)
  11. « Ouverture des Jeux olympiques de Séoul », sur Perspective Monde (consulté le 27 mai 2013)
  12. (en) Neil Morrison, « Liste des matchs de l'équipe de Corée du Nord », sur RSSSF.com,‎ 25 mars 2010 (consulté le 27 mai 2013)
  13. (en) « North Korea suspended from Asian football for a year », sur thestar.com.my,‎ 14 décembre 2003 (consulté le 27 mai 2013)
  14. (en) « Résumé du match Corée du Nord-Japon », sur eaff.com (consulté le 27 mai 2013)
  15. « La RDP Corée l'a fait ! », sur FIFA.com,‎ 17 juin 2009 (consulté le 28 mai 2013)
  16. (en) « Venue Decided for Inter-Korean Football Clash », sur koreatimes.co.kr,‎ 14 mars 2008 (consulté le 24 juillet 2013)
  17. « Résumé du match Coré du Nord-FC Nantes », sur amitiefrancecoree.org,‎ 10 octobre 2009 (consulté le 28 mai 2013)
  18. « Résumé du match Corée du Nord-Congo », sur amitiefrancecoree.org,‎ 14 octobre 2009 (consulté le 28 mai 2013)
  19. « Nord-Coréens privés de raclée », L'Équipe Mag, no 1460,‎ 10 juillet 2010, p. 117
  20. a, b et c AFP, « Football : réception glaciale du Japon en Corée du Nord », sur LeMonde.fr (consulté le le 15 novembre 2011)
  21. (en) « Résumé du match Turkménistan-Corée du Nord », sur the-afc.com,‎ 19 mars 2012 (consulté le 28 mai 2013)
  22. (ja) « North Korea national football team kit history » (consulté le 2 mai 2013)
  23. « Nord et Sud-coréens, unis sur le terrain de football », sur amitiefrancecoree.org,‎ 19 avril 2008 (consulté le 3 juin 2010)
  24. « Deux footballeurs nord-coréens dans l'équipe du FC Concordia Bâle », sur amitiefrancecoree.org,‎ 9 février 2009 (consulté le 3 juin 2010)
  25. AFP, « Deux jeunes joueurs nord-coréens en Lettonie », sur FIFA.com,‎ 21 avril 2009 (consulté le 28 mai 2013)
  26. (en) Jeong Jae Sung, « North Korean Soccer Hero Park Doo Ik Will Carry the Torch for the 2008 Beijing Olympics », sur www.dailynk.com,‎ 24 mars 2008 (consulté le 31 mai 2013)
  27. « Liste des 20 Nord-Coréens lors de la Coupe du monde des moins de 17 ans 2005 », sur FIFA.com (consulté le 31 mai 2005)
  28. « Liste des 21 Nord-Coréens lors de la Coupe du monde des moins de 20 ans 2007 », sur FIFA.com (consulté le 31 mai 2013)
  29. (en) « Jo Tong-sop to become North Korea national team manager », sur northkoreafootball.blogspot.fr,‎ 7 novembre 2010 (consulté le 2 mai 2013)
  30. « Carte et infos sur le Stade Kim Il-subng », sur gosur.com (consulté le 31 mai 2013)
  31. (en) « History - Kim Il-sung Stadium », sur wharugo.com (consulté le 31 mai 2013)
  32. (en) « Capacité des stades nord-coréens de football », sur fussballtempel.net (consulté le 27 mai 2013)
  33. « Carte et infos sur le Stade du Premier-Mai », sur gosur.com (consulté le 31 mai 2013)
  34. a, b, c et d Répertoire des matchs de l'équipe nationale nord-coréenne, FIFA
  35. (en) « Confrontations entre la Corée du Nord et l'Iran », sur wildstat.com (consulté le 27 mai 2013)
  36. (en) « Confrontations entre la Corée du Nord et la Chine », sur wildstat.com (consulté le 27 mai 2013)
  37. (en) « Confrontations entre la Corée du Nord et le Japon », sur wildstat.com (consulté le 27 mai 2013)
  38. (en) « Confrontations entre la Corée du Nord et la Thaïlande », sur wildstat.com (consulté le 27 mai 2013)
  39. Classement mondial année par année :
    « Classement du 23 déc. 1993 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 20 déc. 1994 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 19 déc. 1995 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 18 déc. 1996 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 23 déc. 1997 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 23 déc. 1998 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 22 déc. 1999 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 20 déc. 2000 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 19 déc. 2001 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 18 déc. 2002 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 15 déc. 2003 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 20 déc. 2004 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 16 déc. 2005 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 18 déc. 2006 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 17 déc. 2007 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 17 déc. 2008 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 16 déc. 2009 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 15 déc. 2010 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 21 déc. 2011 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 19 déc. 2012 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 19 déc. 2013 », sur fr.fifa.com (consulté le 13 janvier 2014)
  40. Classement de la zone AFC :
    « Classement du 23 déc. 1993 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 20 déc. 1994 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 19 déc. 1995 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 18 déc. 1996 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 23 déc. 1997 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 23 déc. 1998 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 22 déc. 1999 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 20 déc. 2000 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 19 déc. 2001 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 18 déc. 2002 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 15 déc. 2003 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 20 déc. 2004 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 16 déc. 2005 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 18 déc. 2006 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 17 déc. 2007 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 17 déc. 2008 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 16 déc. 2009 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 15 déc. 2010 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 21 déc. 2011 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 19 déc. 2012 », sur fr.fifa.com (consulté le 28 janvier 2013)
    « Classement du 19 déc. 2013 », sur fr.fifa.com (consulté le 13 janvier 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ouvrage sur la Coupe du monde de football 1966, et notamment la participation nord-coréenne :
    • (en) Martin Atherton, The Theft of the Jules Rimet Trophy : The Hidden History of the 1966 World Cup, Meyer & Meyer Sport,‎ 2008, 120 p. (ISBN 9781841262277)

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 6 août 2013 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.