Coupe du monde de football de 1930

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Coupe du monde de football de 1930

alt=Description de l'image Uruguay 1930 Worl Cup.jpg.
Généralités
Sport Football
Organisateur(s) FIFA
Édition Première
Lieu Drapeau de l'Uruguay Uruguay
Date Du 13 juillet 1930
au 30 juillet 1930
Participants 13
Épreuves 18 rencontres
Affluence 549 090 spectateurs
(moyenne 30 505)[note 1]
Site(s) Montevideo
Site web officiel
Palmarès
Vainqueur Drapeau : Uruguay Uruguay (1er titre)
Finaliste Drapeau : Argentine Argentine
Troisième États-Unis États-Unis
Buts 70 (moyenne 3,9)
Meilleur(s) buteur(s) Drapeau : Argentine Guillermo Stábile (8 buts)

Navigation

La Coupe du monde de football de 1930 est la première édition de la Coupe du monde de football de la Fédération internationale de football association (FIFA). Elle se déroule en Uruguay du 13 au 30 juillet 1930 et voit la victoire de l'Uruguay en finale contre l'Argentine.

Sous l'impulsion de son président, le Français Jules Rimet, la FIFA décide de l'organisation d'une Coupe du monde le 28 mai 1928. Elle choisit l'Uruguay comme pays organisateur le 18 mai 1929 pour fêter le centenaire de l'indépendance du pays, mais aussi car le pays accepte de payer les frais de participation des équipes et de construire un nouveau stade, le stade Centenario, dans un contexte économique difficile lié au krach de 1929. Toutes les équipes affiliées à la FIFA sont invitées à participer à la compétition mais seulement treize d'entre elles acceptent l'invitation, neuf du continent américain et quatre du continent européen. Peu d'équipes européennes acceptent de participer à cause de la durée du voyage en bateau, qui est de deux semaines.

Les deux premiers matchs de la Coupe du monde se disputent simultanément et voient les victoires de la France sur le Mexique par quatre buts à un et des États-Unis sur la Belgique par trois buts à zéro. Le premier but de la compétition est marqué par le Français Lucien Laurent. Les deux grands favoris du tournoi, l'Uruguay et l'Argentine, se qualifient aisément pour la finale. Les Argentins mènent par deux buts à un à la mi-temps, mais les Uruguayens parviennent à renverser le match en seconde mi-temps en marquant trois buts, pour finalement s'imposer par quatre buts à deux devant près de 70 000 spectateurs.

Cette Coupe du monde est considérée comme une grande réussite sportive, avec des matchs de très bon niveau, mais aussi comme un succès populaire, avec plus de 500 000 spectateurs cumulés sur les dix-huit rencontres de la compétition.

Préparation de l'évènement[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

Portrait de Jules Rimet
La Coupe du monde est créée en 1928 sous l'impulsion du président de la FIFA, Jules Rimet.

Lors de la fondation de la Fédération internationale de football association (FIFA) en 1904, celle-ci déclare qu'elle est la seule à avoir le droit d'organiser un championnat international[1]. Cependant, cette idée ne prend forme que dans les années 1920, notamment grâce au tournoi de football aux Jeux olympiques où ce sport prend une dimension internationale. En effet, en 1920, l'Égypte est la première équipe non-européenne à disputer la compétition, et l'édition de 1924 voit la participation des deux premières équipes américaines, les États-Unis et l'Uruguay. À cette occasion, 50 000 spectateurs assistent à la victoire de l'Uruguay en finale contre la Suisse[2].

Cependant, le football est évincé des Jeux olympiques de 1932 à cause d'un désaccord entre la FIFA et le Comité international olympique (CIO) sur le statut des joueurs[3]. Le CIO souhaite que seuls les joueurs amateurs prennent part au tournoi, alors que la FIFA veut autoriser la participation des joueurs professionnels, de nombreux pays européens disposant alors de championnats professionnels[4]. Sous l'impulsion du président de la FIFA, le français Jules Rimet, qui souhaite s'affranchir de l'idéal olympique, l'idée d'une Coupe du monde se concrétise. Le 26 mai 1928, le jour du début du tournoi olympique, la FIFA vote lors du congrès d'Amsterdam l'organisation d'une nouvelle épreuve ouverte à tous ses pays membres, autorisée aux professionnels, et dont la première édition est prévue pour 1930[2]. Le vote est validé par vingt-cinq voix pour, cinq voix contre (les pays scandinaves) et une abstention (l'Allemagne)[c 1].

Désignation du pays organisateur[modifier | modifier le code]

Dans un premier temps, l'Italie, les Pays-Bas, l'Espagne, la Suède, la Hongrie et l'Uruguay se portent candidats pour organiser cette Coupe du monde[5]. Cependant, seul l'Uruguay est prêt à payer le voyage et l'hôtel aux équipes participantes et à pouvoir garantir la construction d'un nouveau stade dans le contexte économique incertain de l'entre-deux-guerres[1]. Avant même le vote de la FIFA, les Pays-Bas, l'Espagne, la Suède et la Hongrie se retirent pour soutenir la candidature italienne. Puis, notamment à la suite du soutien du délégué argentin Adrián Béccar Varela pour la candidature uruguayenne, l'Italie se retire pour mener au choix de l'Uruguay, désormais seul candidat[5],[i 1].

Soutenue par le fait que l'Uruguay est double tenant du titre du tournoi olympique (1924 et 1928) et que le pays fêtera le centenaire de son indépendance en 1930, la FIFA confirme le 18 mai 1929 lors du congrès de Barcelone que le pays sera le premier à accueillir la Coupe du monde de football[2].

Ville retenue et stades[modifier | modifier le code]

Tous les matches de la Coupe du monde 1930 se jouent à Montevideo, la capitale de l'Uruguay. Trois stades sont utilisés : le Stade Centenario, l'Estadio Pocitos et l'Estadio Parque Central. Le Stade Centenario est construit pour le tournoi et la célébration du centenaire de l'indépendance de l'Uruguay. Il est le stade principal du tournoi, désigné par Jules Rimet comme un « temple du football »[6]. Le stade accueille dix des dix-huit matches dont les deux demi-finales et la finale. Cependant, des retards dans le calendrier à cause de la saison des pluies font que le stade n'est pas prêt cinq jours avant le début de la compétition[g 1]. Les premiers matchs sont joués dans des stades plus petits, utilisés alors par les clubs de football de Montevideo, l'Estadio Pocitos, enceinte du Club Atlético Peñarol et l'Estadio Gran Parque Central, stade du Club Nacional de Football.

Détails des stades retenus pour la Coupe du monde
Montevideo
Stade Centenario Estadio Gran Parque Central Estadio Pocitos
34° 53′ 40.38″ S 56° 09′ 10.08″ O / -34.89455, -56.1528 (Estadio Centenario) 34° 54′ 04″ S 56° 09′ 32″ O / -34.90111, -56.15889 (Estadio Gran Parque Central) 34° 54′ 18.378″ S 56° 09′ 22.428″ O / -34.905105, -56.15623 (Estadio Pocitos)
Capacité : 90 000 Capacité : 15 000 Capacité : 5 000
Stad de centario uruguay1930 montevideo.jpg Fachada Estadio Gran Parque Central.JPG EsquinaEstadio Pocitos.JPG

Acteurs[modifier | modifier le code]

Équipes[modifier | modifier le code]

Voir l’image vierge

Équipes invitées à la Coupe du monde 1930 :

Dans l'histoire de la Coupe du monde de football, cette première édition est la seule qui ne prévoit pas de phase qualificative, toutes les équipes affiliées à la FIFA étant invitées à prendre part à la compétition, avec le 28 février 1930 comme date limite d'inscription. Le nombre de places est alors limité à seize équipes[7]. Cependant, tous les pays affiliés à la FIFA ne souhaitent pas participer, notamment les sélections européennes, pour différentes raisons. Devant le peu de motivation des équipes européennes, la date limite d'inscription est repoussée à fin mai[8].

La compétition se déroulant en Uruguay, l'Amérique du Sud est naturellement le continent le plus représenté avec sept équipes : l'Argentine, la Bolivie, le Brésil, le Chili, le Paraguay, le Pérou et l'Uruguay. Deux nations nord-américaines acceptent de plus l'invitation : les États-Unis et le Mexique[9].

Avec le krach de 1929, c'est dans un contexte de crise financière que se déroule la compétition. Fortement touchées par la crise, les équipes européennes hésitent à faire le trajet en bateau à cause de son coût et de sa durée d'environ deux semaines. Deux mois avant le début de la compétition, aucun pays européen n'est encore inscrit. Poussées par Jules Rimet, quatre nations, la France, la Belgique, la Yougoslavie et la Roumanie, décident finalement de participer à la compétition[2]. Les équipes venues d'Europe sont donc peu nombreuses, une situation unique pour une phase finale mondiale. Plusieurs nations européennes majeures sont absentes. L'Italie, qui ne répond pas à l'invitation de la FIFA[10], l'Angleterre, qui ne souhaite pas intégrer la fédération, ou encore l'Espagne, qui décline l'invitation, les clubs n'ayant pas voulu céder leurs joueurs[11] et l’entraîneur José María Mateos marquant sa désapprobation à participer, alors que la sélection reste sur plusieurs succès majeurs en matchs amicaux[12].

Plaque commémorative
Plaque commémorant le départ de l'équipe de France de Villefranche-sur-Mer le 21 juin 1930.

Les Belges, les Français et les Roumains font le voyage vers l'Uruguay ensemble à bord du SS Conte Verde, tandis que les Yougoslaves font la traversée de l'océan Atlantique à bord du MS Florida[2]. Le SS Conte Verde appareille en juin 1930 de Gênes, en Italie, avec à son bord l'équipe roumaine, choisie personnellement par le roi Carol II en raison de soucis de gestion et de la réticence de certains joueurs à faire un si long voyage[12]. Cependant, une compagnie pétrolière britannique qui emploie plusieurs joueurs leur refuse le congé de trois mois nécessaire pour participer au tournoi en prévenant que les absences seront sanctionnées par des licenciements. Le roi s'occupe lui-même du problème en appelant la compagnie et en la menaçant de fermeture, ce qui aura pour effet de la faire revenir sur sa décision[13]. Le bateau fait escale le 21 juin à Villefranche-sur-Mer, dans les Alpes-Maritimes, où l'équipe de France embarque[2]. Les Belges montent ensuite sur le SS Conte Verde à Barcelone le lendemain, avant que le bateau ne fasse des escales à Lisbonne, à Madère, aux îles Canaries puis à Rio de Janeiro, où la sélection brésilienne prend place sur le bateau le 29 juin. Ces équipes sont accompagnées entre autres de Jules Rimet, qui voyage avec sa fille et le trophée en or de la compétition, et des trois arbitres européens invités à arbitrer les matchs. Le voyage s'effectue dans une atmosphère bon enfant[14], seuls quelques joueurs se plaignant de ne pas pouvoir se préparer normalement en raison du manque d'espace sur le pont et dans la salle de gymnastique[2],[12]. Le SS Conte Verde, accueilli par plus de 10 000 Uruguayens, arrive à Montevideo le 4 juillet[1] tandis que les Yougoslaves, ayant fait le voyage à bord d'un bateau à vapeur un peu plus lent, n'arrivent que quelques jours après[12].

Sur ses terres, l'Uruguay part favori de la compétition en compagnie de l'Argentine et du Brésil[10],[15]. Le statut uruguayen est justifié par le fait que la Celeste joue à domicile et qu'elle est double championne olympique en titre, à la suite de ses succès en 1924 et 1928. Cette dernière victoire, remportée en finale contre le rival argentin, justifie le statut de favori de l'Argentine. Les autres équipes américaines apparaissent moins performantes, tandis que les quatre équipes européennes, qui ont en plus effectué un voyage fatigant, sont jugées nettement moins fortes que les trois favoris de la compétition[15].

Joueurs[modifier | modifier le code]

Clubs ayant au moins cinq joueurs représentés[note 2]
Joueurs Clubs
9 Drapeau : Pérou Alianza Lima
Drapeau : Pérou Universitario de Deportes
8 Drapeau : Chili Colo-Colo
Drapeau : Uruguay Club Nacional
Drapeau : Royaume de Yougoslavie BSK Belgrade
7 Drapeau : Mexique CF Atlante
5 Drapeau : Bolivie Oruro Royal
Drapeau : États-Unis du Brésil Fluminense FC
Drapeau : France RC France
Drapeau : Mexique Club América
Drapeau : Paraguay Club Libertad
Drapeau : Paraguay Club Olimpia
Drapeau : Uruguay CA Peñarol

Il n'y a pas de règles concernant le nombre de joueurs autorisés par sélection, chaque équipe comptant cependant entre quinze et vingt-cinq joueurs. Parmi les joueurs sélectionnés dont la date de naissance est connue[note 3], le plus jeune joueur est le Brésilien Carvalho Leite, âgé de 18 ans et 1 mois au début de la compétition[8],[16]. Il dispute le match de son équipe contre la Bolivie au poste d'avant-centre. Le plus vieux joueur est le Belge Jean De Bie, âgé de 38 ans et 1 mois au début du tournoi[17]. Il ne dispute cependant aucun match, le plus vieux joueur prenant part à une rencontre étant le défenseur chilien Ulises Poirier, âgé de 33 ans et 5 mois lors du match du premier tour Chili-Mexique[18]. Un doute persiste cependant avec le défenseur mexicain Rafael Garza Gutiérrez, âgé selon certaines sources de 33 ans et 7 mois[8], mais de seulement 26 ans et 4 mois selon la FIFA qui semble le confondre avec son frère Francisco[19].

La quasi-totalité des joueurs jouent alors dans un club de leur pays, seuls trois Yougoslaves faisant partie d'un club français. L'attaquant Branislav Sekulić évolue au SO Montpellier, tandis que Ljubiša Stefanović et Ivan Bek jouent au FC Sète. Bek sera plus tard naturalisé français et connaîtra cinq sélections avec l'équipe de France sous le nom d'Yvan Beck[20]. D'autre part, la sélection yougoslave ne compte que des joueurs serbes car les joueurs croates refusent de participer en représailles à la Fédération de Yougoslavie de football, qui a déménagé son siège le 16 mars de Zagreb à Belgrade[21]. À la suite de leur match contre le Brésil, les Yougoslaves sont surnommés par la presse uruguayenne Iciaciosi et l'équipe Icici, à cause de la fin de leurs noms de famille[22].

La plupart des équipes sont composées de joueurs venant de seulement quelques clubs du pays. Ainsi, presque tous les Péruviens jouent dans les deux grands clubs de Lima, l'Alianza Lima et l'Universitario de Deportes ; huit Chiliens évoluent au Colo-Colo, le club le plus populaire du pays[23] ; huit Yougoslaves jouent au BSK Belgrade, le meilleur club du pays pendant les années 1930[note 4]. L'Uruguay est représenté majoritairement par les deux grands clubs de Montevideo, le Club Nacional et le CA Peñarol, qui se partagent alors les titres de champion d'Uruguay ; le Mexique l'est par le CF Atlante et le Club América ; la sélection du Paraguay accueille surtout des joueurs du Club Olimpia et du Club Libertad, tout juste champion du Paraguay. Trois autres clubs envoient au moins cinq joueurs au tournoi : le club bolivien de l'Oruro Royal, le club brésilien du Fluminense FC et le RC France, tout juste finaliste de la Coupe de France.

L'Uruguay, l'un des favoris de la compétition, se présente avec six joueurs doubles champions olympiques en titre : José Nasazzi, José Andrade, Pedro Cea, Pedro Petrone, Héctor Scarone et Santos Urdinarán. D'autre part, l'équipe des États-Unis est partiellement composée de joueurs britanniques récemment émigrés et naturalisés[24] : cinq Écossais, Jimmy Gallagher, Alexander Wood, Andy Auld, Jim Brown et Bartholomew McGhee, et un Anglais, George Moorhouse.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Arbitres[modifier | modifier le code]

Onze arbitres officient lors de cette première édition de la Coupe du monde. Ils sont de sept nationalités différentes, la nation la plus représentée étant l'Uruguay avec quatre arbitres : Ricardo Vallarino, Anibal Tejada, Francisco Matteucci et Domingo Lombardi. Il y a quatre autres arbitres sud-américains : l'Argentin José Bartolomé Macías, le Brésilien Gilberto de Almeida Rêgo, le Bolivien Ulises Saucedo et le Chilien Alberto Warnken. Les trois autres arbitres sont européens : deux Belges, Henry Christophe et John Langenus, ce dernier étant désigné pour arbitrer une demi-finale et la finale, et le Français Thomas Balvay. Quatre autres arbitres prennent part à l'événement en tant qu'arbitres de touche : le Roumain Costel Rădulescu, le Mexicain Gaspar Vallejo et les Uruguayens Gualberto Alonso et Martin Aphesteguy.

Photo de John Langenus
Le Belge John Langenus arbitre quatre matches, dont une demi-finale et la finale.

Afin de s'accorder sur les décisions arbitrales et d'éliminer les différences de décision qu'il pourrait y avoir entre arbitres de nationalités différentes, ceux-ci sont invités avant le début de la compétition à une réunion pour remédier à cet éventuel problème. L'accent est porté sur le hors-jeu, le coup franc et le penalty, dont il est rappelé la nécessité de l'appliquer avec sévérité. La consigne est particulièrement bien suivie par le Bolivien Ulises Saucedo, qui en siffle cinq lors du match Argentine-Mexique[12].

Liste des arbitres de la compétition[note 5]
Arbitre Matchs
Drapeau : France Thomas Balvay 1
Drapeau : Belgique Henry Christophe 1
Drapeau : Belgique John Langenus 4 (D, F)
Drapeau : Uruguay Domingo Lombardi 1
Drapeau : Argentine José Bartolomé Macías 2
Drapeau : Uruguay Francisco Matteucci 1
Drapeau : États-Unis du Brésil Gilberto de Almeida Rêgo 3 (D)
Drapeau : Bolivie Ulises Saucedo 1
Drapeau : Uruguay Anibal Tejada 2
Drapeau : Uruguay Ricardo Vallarino 1
Drapeau : Chili Alberto Warnken 1
Légende : D indique que l'arbitre a arbitré une demi-finale et F la finale

Compétition[modifier | modifier le code]

Format et tirage au sort[modifier | modifier le code]

À l'origine, les organisateurs souhaitent que la compétition se tienne sous forme de matchs à élimination directe, mais le nombre des équipes engagées, treize, les pousse à mettre en place un premier tour par groupe[25]. Les équipes sont réparties en trois groupes de trois sélections et un groupe de quatre sélections, disputés en tournoi toutes rondes. Le vainqueur de chaque groupe se qualifie alors pour la phase finale, jouée en matchs à élimination directe. En phase de groupe, deux points sont attribués pour une victoire, un point pour un match nul et aucun pour une défaite. En cas d'égalité de points entre les premières équipes, il est prévu qu'elle soient départagées par un match d'appui, mais le cas ne se présente pas. Lors de la phase finale, si deux équipes sont à égalité à la fin du temps réglementaire, elles sont départagées lors d'une prolongation. Cependant, ce cas de figure ne se présente pas non plus. De plus, les remplacements en cours de match ne sont pas autorisés[26].

Le tirage au sort est prévu une fois que toutes les équipes sont arrivées en Uruguay. Il a lieu le 7 juillet 1930, moins d'une semaine avant le début de la compétition. Pour la formation des groupes, le comité organisateur prend en compte deux éléments : s'assurer de conserver une compétition intéressante en phase finale et donner à chaque équipe la possibilité de disputer de bons matchs. Pour cela, des têtes de série sont choisies. La discussion est laborieuse, mais trois équipes, jugées capables d'atteindre la finale, finissent par être désignées tête de série : l'Uruguay, le Brésil et l'Argentine. La quatrième place a du mal à être attribuée entre les États-Unis et le Paraguay. Il est finalement décidé de les placer dans le même groupe, les États-Unis jouant le rôle de tête de série[12]. Les quatre équipes européennes sont ensuite placées dans un chapeau, puis le reste des équipes dans un autre[g 2].

Chapeaux
Têtes de série Équipes européennes Autres équipes

Drapeau : Argentine Argentine
Drapeau : États-Unis du Brésil Brésil
Drapeau : Uruguay Uruguay
États-Unis États-Unis

Drapeau : Belgique Belgique
Drapeau : France France
Drapeau : Roumanie Roumanie
Drapeau : Royaume de Yougoslavie Yougoslavie

Drapeau : Bolivie Bolivie
Drapeau : Chili Chili
Drapeau : Mexique Mexique
Drapeau : Paraguay Paraguay
Drapeau : Pérou Pérou

Le tirage au sort désigne les quatre groupes indiqués ci-dessous. La compétition commence le 13 juillet à quinze heures par deux matchs d'ouverture joués simultanément, France-Mexique dans le groupe 1 et États-Unis-Belgique dans le groupe 4. Le premier tour se clôture le 22 juillet par le dernier match du groupe 1, Argentine-Chili. Les demi-finales ont lieu les 26 et 27 juillet, puis la finale le 30 juillet.

Tirage au sort
Groupe 1 Groupe 2 Groupe 3 Groupe 4

Drapeau : Argentine Argentine
Drapeau : France France
Drapeau : Mexique Mexique
Drapeau : Chili Chili

Drapeau : États-Unis du Brésil Brésil
Drapeau : Royaume de Yougoslavie Yougoslavie
Drapeau : Bolivie Bolivie

Drapeau : Uruguay Uruguay
Drapeau : Roumanie Roumanie
Drapeau : Pérou Pérou

États-Unis États-Unis
Drapeau : Belgique Belgique
Drapeau : Paraguay Paraguay

Premier tour[modifier | modifier le code]

Groupe 1[modifier | modifier le code]

Résumé[modifier | modifier le code]

« Quand j'ai marqué ce but, j'ai eu une joie simple, celle d'un buteur normal avec ses coéquipiers. On a dû tout juste s'embrasser ou se taper dans la main avant de reprendre le jeu. Sur le coup, je ne me suis même pas posé la question de savoir si c'était le premier but du Mondial. Je n'ai pas réalisé. » »

— Lucien Laurent à propos de son but[27].

Le groupe 1 est composé de l'Argentine, du Chili, de la France et du Mexique. Le 13 juillet 1930 à quinze heures, sous quelques flocons de neige, la France et le Mexique s'affrontent pour l'un des deux matchs d'ouverture de la compétition. La rencontre, disputée à l'Estadio Pocitos, est arbitrée par l'Uruguayen Domingo Lombardi. À la 19e minute de jeu, le Français Lucien Laurent devient le premier buteur de l’histoire de la Coupe du monde en reprenant de volée un centre d'Ernest Libérati, qui en devient le premier passeur décisif[o 1],[28]. Un peu avant la demi-heure de jeu, le gardien français Alexis Thépot se blesse et doit céder sa place au joueur de champ Augustin Chantrel[o 2]. Réduite à dix, la France ajoute tout de même peu avant la mi-temps deux buts, par Marcel Langiller et André Maschinot, portant l'écart à trois buts. Juan Carreño réduit l'écart à la 70e minute, avant que les Français n'ajoutent un quatrième but par Maschinot, qui réalise un doublé, scellant la victoire de la France sur le Mexique[f 1].

But de Subiabre lors de Chili-France
Le Chili bat la France un but à zéro sur un but de Guillermo Subiabre.

Deux jours plus tard, la France est opposée à l'Argentine. Le gardien Thépot retrouve sa place dans les buts et réalise de nombreux arrêts, ne s'inclinant qu'à dix minutes de la fin sur un coup franc de Luis Monti, consécutif à une faute de Capelle sur Evaristo. Alors que les Français attaquent pour égaliser, l'arbitre brésilien Gilberto de Almeida Rêgo siffle la fin du match six minutes avant la fin du temps réglementaire, provoquant la colère des joueurs français et des spectateurs. Après le retrait des deux équipes, le terrain est envahi par les spectateurs indignés, la police montée devant intervenir pour les faire évacuer. L'un des arbitres de touche finit par convaincre l'arbitre de son erreur, et celui-ci rappelle les joueurs, alors que ceux-ci sont dans le vestiaire, certains étant même déjà sous la douche[12]. Le score ne change pas, mais les Français sortent sous l'ovation des spectateurs uruguayens[o 2]. Les Argentins protestent auprès de l'organisation à la suite de cet incident, et menacent même de se retirer de la compétition[12],[f 2].

Le Chili fait ensuite son entrée dans la compétition. Le 16 juillet, les Chiliens battent et éliminent les Mexicains sur le score de trois buts à zéro[f 3]. Trois jours plus tard, ils se défont de la France un but à zéro sur une réalisation de Guillermo Subiabre[f 4]. La France est éliminée.

Lors du cinquième match, l'Argentine s'impose par six buts à trois face au Mexique, qui subit sa troisième défaite, grâce notamment à un triplé de Guillermo Stábile[f 5]. Pour ce match, les Argentins sont pourtant privés de leur capitaine Manuel Ferreira, retourné au pays pour passer un examen universitaire[1]. L'Argentine et le Chili se retrouvent alors en tête du groupe avant le dernier match, avec deux victoires chacun, le vainqueur de leur confrontation se qualifiant donc pour les demi-finales. Devant les 41 000 spectateurs du stade Centenario, les Argentins mènent déjà deux buts à un au bout d'un quart d'heure de jeu. En seconde mi-temps, Mario Evaristo ajoute un troisième but pour l'Argentine, permettant à son équipe d'assurer la première place du classement[f 6].

Classement et résultats[modifier | modifier le code]
Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff Résultats (▼ dom., ► ext.) Drapeau : Argentine Drapeau : Chili Drapeau : France Drapeau : Mexique
1 Drapeau : Argentine Argentine 6 3 3 0 0 10 4 +6 Drapeau : Argentine Argentine 3-1 1-0 6-3
2 Drapeau : Chili Chili 4 3 2 0 1 5 3 +2 Drapeau : Chili Chili 1-0 3-0
3 Drapeau : France France 2 3 1 0 2 4 3 +1 Drapeau : France France 4-1
4 Drapeau : Mexique Mexique 0 3 0 0 3 4 13 -9 Drapeau : Mexique Mexique
Détails des matchs[modifier | modifier le code]





Groupe 2[modifier | modifier le code]

Résumé[modifier | modifier le code]
Action de jeu de Yougoslavie-Brésil
Action de jeu de Yougoslavie-Brésil, avec de gauche à droite Jakšić, Mihajlović et Teóphilo.

Le groupe 2 est composé de la Yougoslavie, du Brésil et de la Bolivie. Le Brésil, tête de série, est favori tandis que la Bolivie se présente au tournoi en n'ayant encore jamais gagné de rencontre internationale.

Le 14 juillet, la Yougoslavie, sans doute la meilleure équipe européenne présente[o 2], est opposée au Brésil. Bien organisés, les Yougoslaves créent la surprise en menant deux buts à zéro à la mi-temps sur des buts de Aleksandar Tirnanić et Ivan Bek[g 3]. Les Brésiliens réduisent l'écart à l'heure de jeu par Preguinho, mais les Yougoslaves tiennent la victoire[f 7].

Trois jours plus tard, la Yougoslavie a l'opportunité d'assurer la première place du groupe contre la Bolivie. Pour l'occasion, les Boliviens rendent hommage aux organisateurs de la compétition en se présentant avec une lettre sur leur maillot, celles-ci formant la phrase « Viva Uruguay » une fois que l'équipe est alignée[i 2],[29]. La Bolivie tient en première mi-temps, mais la Yougoslavie inscrit quatre buts en seconde mi-temps, validant son billet pour les demi-finales[f 8].

Dans un match sans enjeu, le Brésil rencontre la Bolivie le 20 juillet, l'entraîneur brésilien opérant six changements par rapport à leur première rencontre. Il sauve l'honneur en s'imposant par quatre buts à zéro comme les Yougoslaves trois jours plus tôt, grâce à des doublés de Preguinho et Moderato[f 9]. C'est lors de ce match que joue le plus jeune joueur de la compétition, le Brésilien Carvalho Leite, âgé de 18 ans et 1 mois[16].

Classement et résultats[modifier | modifier le code]
Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff Résultats (▼ dom., ► ext.) Drapeau : Royaume de Yougoslavie Drapeau : États-Unis du Brésil Drapeau : Bolivie
1 Drapeau : Royaume de Yougoslavie Yougoslavie 4 2 2 0 0 6 1 +5 Drapeau : Royaume de Yougoslavie Yougoslavie 2-1 4-0
2 Drapeau : États-Unis du Brésil Brésil 2 2 1 0 1 5 2 +3 Drapeau : États-Unis du Brésil Brésil 4-0
3 Drapeau : Bolivie Bolivie 0 2 0 0 2 0 8 -8 Drapeau : Bolivie Bolivie
Détails des matchs[modifier | modifier le code]


Groupe 3[modifier | modifier le code]

Résumé[modifier | modifier le code]
Action de jeu lors de Roumanie-Pérou
Dans un des matchs avec la plus faible affluence de l'histoire de la Coupe du monde, le gardien roumain Lăpușneanu récupère un ballon devant l'attaquant péruvien Lores.

Le pays organisateur, l'Uruguay, est dans le groupe 3 avec la Roumanie et le Pérou. Le premier match du groupe oppose la Roumanie au Pérou à l'Estadio Pocitos. L'affluence officielle n'est que de 2 549 spectateurs, même s'il est généralement admis que celle-ci ne dépassait même pas les 300 spectateurs, soit la plus petite affluence de l'histoire de la Coupe du monde[i 3]. Le match est marqué par le but le plus rapide du tournoi, inscrit par le Roumain Adalbert Deșu au bout de 50 secondes de jeu[30] et par la première expulsion de l'histoire de la Coupe du monde - la seule de la compétition - lorsque le Péruvien Plácido Galindo est sorti peu avant l'heure de jeu par l'arbitre Alberto Warnken pour un tacle dangereux sur le milieu László Raffinsky. Il ne reçoit cependant pas de carton rouge, ceux-ci n'existant pas encore à l'époque. Alors que les deux équipes sont à égalité avec un but partout, la Roumanie profite de cet avantage numérique en marquant deux buts en fin de rencontre par Ștefan Barbu et Constantin Stanciu pour remporter le match trois buts à un[f 10].

L'Uruguay ne fait son entrée dans le tournoi que le 18 juillet contre le Pérou, cinq jours après les matchs d'ouverture, à cause du retard de construction du Stade Centenario que la Céleste doit inaugurer. Le match est précédé d'une cérémonie marquant le centenaire de la première constitution de l'Uruguay, ratifiée le 18 juillet 1830, un peu plus d'un mois avant l'indépendance officielle du pays. Les quatre semaines précédant la rencontre, les Uruguayens se préparent dans un camp d'entraînement sous une discipline stricte. Le gardien Andrés Mazali est même exclu du groupe car il a enfreint un couvre-feu pour rendre visite à sa femme[i 4]. Sur le terrain, l'Uruguay remporte le match par un but à zéro sur un but d'Héctor Castro, la performance étant jugée mauvaise par la presse uruguayenne mais louée au Pérou[a 1],[f 11].

Avec chacun une victoire, le vainqueur du dernier match, Uruguay-Roumanie, se qualifie pour les demi-finales. Avec quatre changements par rapport à l'équipe qui a péniblement battu le Pérou trois jours plus tôt, la Céleste remporte cette fois facilement le match quatre buts à zéro, avec des réalisations de Pablo Dorado, Héctor Scarone, Peregrino Anselmo et Pedro Cea, terminant ainsi première du groupe[f 12].

Classement et résultats[modifier | modifier le code]
Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff Résultats (▼ dom., ► ext.) Drapeau : Uruguay Drapeau : Roumanie Drapeau : Pérou
1 Drapeau : Uruguay Uruguay 4 2 2 0 0 5 0 +5 Drapeau : Uruguay Uruguay 4-0 1-0
2 Drapeau : Roumanie Roumanie 2 2 1 0 1 3 5 -2 Drapeau : Roumanie Roumanie 3-1
3 Drapeau : Pérou Pérou 0 2 0 0 2 1 4 -3 Drapeau : Pérou Pérou
Détails des matchs[modifier | modifier le code]


Groupe 4[modifier | modifier le code]

Résumé[modifier | modifier le code]
Action de jeu du match États-Unis-Belgique
Pour l'un des deux matchs d'ouverture de la compétition, les États-Unis battent la Belgique 3-0.

Le groupe 4 regroupe les États-Unis, la Belgique et le Paraguay. Avec plusieurs joueurs connaissant leur première sélection du côté des États-Unis, les Américains et les Belges sont opposés le 13 juillet à quinze heures pour l'un des deux matchs d'ouverture de la compétition. Grâce à un doublé de Bartholomew McGhee, le premier de l'histoire de la Coupe du monde, les États-Unis mènent deux buts à zéro à la mi-temps, avant d'ajouter un troisième but en seconde mi-temps[f 13]. La facilité de la victoire est inattendue, le journal uruguayen Imparcial affirmant même que « le large score de la victoire américaine a vraiment surpris les experts ». De leur côté, les Belges déplorent l'état du terrain et les décisions de l'arbitre José Bartolomé Macías, arguant que le deuxième but est hors-jeu[a 2].

Quatre jours plus tard, les États-Unis sont opposés au Paraguay avec l'occasion de se qualifier en cas de victoire. Par des conditions venteuses, l'attaquant américain Bertram Patenaude inscrit les trois buts de son équipe, mais aussi le premier triplé de l'histoire de la Coupe du monde lors de ce match, permettant à son équipe de se qualifier[i 5],[f 14],[note 6].

Le troisième et dernier match du groupe est sans enjeu. Le capitaine et ailier gauche Luis Vargas Peña marque le seul but du match qui voit la victoire du Paraguay sur la Belgique, qui rejoint la Bolivie au sein des équipes n'ayant pas marqué de but lors du tournoi[f 15].

Classement et résultats[modifier | modifier le code]
Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff Résultats (▼ dom., ► ext.) États-Unis Drapeau : Paraguay Drapeau : Belgique
1 États-Unis États-Unis 4 2 2 0 0 6 0 +6 États-Unis États-Unis 3-0 3-0
2 Drapeau : Paraguay Paraguay 2 2 1 0 1 1 3 -2 Drapeau : Paraguay Paraguay 1-0
3 Drapeau : Belgique Belgique 0 2 0 0 2 0 4 -4 Drapeau : Belgique Belgique
Détails des matchs[modifier | modifier le code]


Phase finale[modifier | modifier le code]

Tableau[modifier | modifier le code]

Demi-finales Finale
 26 juillet 1930, 14 h 45 au Stade Centenario      30 juillet 1930, 15 h 30 au Stade Centenario
 Drapeau : Argentine Argentine  6
 États-Unis États-Unis  1  
 Drapeau : Argentine Argentine  2
 27 juillet 1930, 14 h 45 au Stade Centenario
   Drapeau : Uruguay Uruguay  4
 Drapeau : Uruguay Uruguay  6
 Drapeau : Royaume de Yougoslavie Yougoslavie  1  

Demi-finales[modifier | modifier le code]

Résumé[modifier | modifier le code]

Les quatre vainqueurs de groupe sont qualifiés pour les demi-finales. Les affiches des demi-finales ne sont pas prévues avant la compétition, un tirage au sort étant effectué le 22 juillet[8]. Le vainqueur du groupe 1, l'Argentine, est opposé au vainqueur du groupe 4, les États-Unis, et le vainqueur du groupe 2, la Yougoslavie, est opposé au vainqueur du groupe 3, l'Uruguay. Seule la Yougoslavie est parvenue à se qualifier sans être tête de série de son groupe. Les deux demi-finales se terminent sur le score identique de six buts à un.

action de jeu de Uruguay-Yougoslavie
L'Uruguayen Pedro Cea égalise lors de la deuxième demi-finale Uruguay-Yougoslavie.

La première demi-finale, Argentine-États-Unis, se tient le 26 juillet en début d'après-midi au Stade Centenario devant plus de 70 000 spectateurs, sur un terrain détrempé. Les États-Unis, avec six joueurs sur le terrain nés au Royaume-Uni, connaissent un coup dur au bout de dix minutes de jeu, leur milieu Raphael Tracey se cassant la jambe à cause du jeu dur d'un Argentin. Il poursuit tout de même le match, mais ne revient pas sur le terrain pour la seconde mi-temps[l 1]. Luis Monti ouvre la marque pour l'Argentine à la 20e minute de jeu, les deux équipes se séparant sur ce score à la mi-temps. Les Argentins dominent la seconde mi-temps et ajoutent cinq buts, un de Alejandro Scopelli et deux doublés de Guillermo Stábile et Carlos Peucelle, pour porter le score à six buts à zéro. L'Américain Jim Brown réduit l'écart en fin de rencontre ; l'Argentine remporte le match six buts à un[f 16].

Le lendemain, dans le même stade et à la même heure, 80 000 spectateurs assistent à la rencontre entre l'Uruguay et la Yougoslavie. Đorđe Vujadinović ouvre rapidement le score pour la Yougoslavie au bout de seulement quatre minutes de jeu. L'Uruguay reprend l'avantage peu après en marquant trois fois entre la 19e et la 23e, par Pedro Cea et par un doublé de Peregrino Anselmo. Le but du 2-1 est contesté, un policier uruguayen ayant renvoyé la balle à Anselmo alors que celle-ci venait de sortir du terrain. À la stupéfaction générale, l'arbitre brésilien Gilberto Rêgo accorde le but[22]. Puis, peu avant la demi-heure de jeu, la Yougoslavie marque un but qui est refusé pour une position de hors-jeu controversée[g 3]. En seconde mi-temps, l'Uruguay marque trois nouveaux buts, par Santos Iriarte et par Pedro Cea à deux reprises, qui conclut un triplé. Plus rien n'est marqué lors des vingt dernières minutes et l'Uruguay se qualifie pour la finale[f 17].

Détails des matchs[modifier | modifier le code]

Match pour la troisième place[modifier | modifier le code]

La troisième place du tournoi, attribuée dès 1934 lors d’une petite finale entre les deux perdants des demi-finales, fait l'objet de débats pour cette Coupe du monde. Les récits divergent quant à savoir si un match pour la troisième place était initialement prévu. La seule source qui mentionne la tenue d'un tel match est un bulletin officiel de la FIFA datant de 1984 qui évoque une victoire de la Yougoslavie sur les États-Unis par trois buts à un[8]. Un livre sorti en 2009 mentionne quant à lui que la Yougoslavie aurait refusé de jouer une petite finale, excédée par la mauvaise qualité de l'arbitrage lors de sa demi-finale contre l'Uruguay[o 3].

En 2010, le fils de Kosta Hadži, chef de la délégation yougoslave lors de cette Coupe du monde et à l'époque vice-président de la Fédération de Yougoslavie de football, annonce que la Yougoslavie a été récompensée d'une médaille de bronze gardée dans la famille de Hadži depuis quatre-vingts ans. Selon lui, la Yougoslavie aurait reçu cette médaille pour avoir perdu en demi-finale contre le futur vainqueur de la compétition, l'Uruguay[31],[32]. La médaille n'a cependant pas été authentifiée, d'autant plus que les descendants de Tom Florie, capitaine des États-Unis, et du Yougoslave Blagoje Marjanović, possèdent eux aussi une médaille de bronze au nom de la Coupe du monde 1930[33],[34].

D'autre part, en 1986, la FIFA publie un classement rétrospectif de toutes les Coupes du monde en se basant sur le nombre de points marqués et sur la différence de buts des équipes lorsque celles-ci avaient atteint le même tour. Les États-Unis ayant encaissé un but de moins que la Yougoslavie, la FIFA classe officiellement les États-Unis en troisième position[35]. Malgré le flou concernant cette troisième place, ce classement officiel est toujours celui publié par la FIFA.

Finale[modifier | modifier le code]

Résumé[modifier | modifier le code]
Carte du río de la Plata
Environ 30 000 supporteurs argentins traversent le río de la Plata pour la finale.

La finale de la Coupe du monde se déroule dans le Stade Centenario le 30 juillet 1930 à 15 h 30 entre les deux favoris de la compétition, l'Uruguay et l'Argentine. Les deux pays entretiennent alors une grande rivalité sportive, s'étant déjà affronté une centaine de fois. L'Association uruguayenne de football met 10 000 places à disposition des Argentins[o 2]. La veille du match, une ambiance folle règne sur les quais du port de Buenos Aires, où des dizaines de milliers de supporteurs argentins veulent embarquer à bord des six paquebots affrétés pour effectuer la traversée du río de la Plata. Au milieu des pétards et des cris « victoria o muerte » (« la victoire ou la mort »), ils sont plus de 30 000 à effectuer le voyage avec les navires affrétés, mais aussi avec d'autres embarcations, le nombre de paquebots se révélant vite insuffisant, sans compter les nombreux supporteurs restés à quai[o 2],[g 3]. À leur arrivée, le port de Montevideo est tellement débordé que beaucoup d'entre eux restent un certain temps à quai, manquant le coup d'envoi[o 4].

Les portes du stade sont ouvertes à huit heures, plus de cinq heures avant le coup d'envoi[g 3], les spectateurs étant fouillés pour éviter l'introduction d'armes à feu dans l'enceinte[i 6]. À midi, le stade est plein[g 3]. Il y a officiellement 68 346 spectateurs selon la FIFA, bien que plusieurs sources évaluent ce chiffre à beaucoup plus, de 90 000[o 2] à 93 000[36]. La rencontre est particulièrement suivie par les médias, 400 journalistes, pour la plupart sud-américains, assistant au match[o 2].

Ballons utilisés pour la finale
Ballon de l'Argentine
Ballon de l'Argentine, utilisé en première mi-temps.
Ballon de l'Uruguay
Ballon de l'Uruguay, utilisé en seconde mi-temps.

Le Belge John Langenus accepte d'arbitrer la finale quelques heures avant le coup d'envoi après avoir exigé des mesures de protection pour sa sécurité personnelle, en cas de débordements de supporteurs suite à d'éventuelles décisions arbitrales contestées[g 4]. L'une de ses requêtes est qu'un bateau soit prêt à partir une heure après la fin du match, dans le cas où il devrait quitter rapidement le pays[o 4]. De plus, un différend cocasse oppose les deux équipes avant le coup d'envoi. Chacune d'entre elles veut jouer le match avec son propre ballon. Les deux équipes n'arrivant pas à tomber d'accord, John Langenus entre sur le terrain avec un ballon sous chaque bras et les départage à pile ou face. Le ballon argentin gagne et est utilisé pour la première mi-temps, le ballon uruguayen l'étant pour la seconde période[o 2].

Photo de l'équipe d'Uruguay
Le onze uruguayen avant de disputer la finale. Debout : Gestido, Nasazzi, Ballestero, Mascheroni, Andrade et Fernández. Accroupis : Dorado, Scarone, Castro, Cea et Iriarte.

L'Argentine effectue deux changements par rapport à sa demi-finale. Francisco Varallo, bien que légèrement blessé à la jambe, retrouve sa place en attaque aux dépens d'Alejandro Scopelli et Rodolfo Orlandini cède sa place au milieu à Pedro Suárez. L'Uruguay effectue un seul changement par rapport à son match précédent, au poste d'avant-centre, Héctor Castro prenant la place de Peregrino Anselmo, malade[c 2].

Malgré le tirage au sort du ballon favorable aux Argentins, l'Uruguay ouvre le score dès la 12e minute de jeu par l'ailier droit Pablo Dorado, d'un tir à ras de terre de la droite[i 7] qui rentre après avoir frappé le poteau[37]. Bien organisés, les Argentins égalisent huit minutes plus tard par leur ailier droit Carlos Peucelle, qui marque après avoir éliminé son défenseur à la suite d'une passe de Manuel Ferreira[i 7]. L'Argentine continue sur sa lancée et prend l'avantage par son avant-centre Guillermo Stábile à la 37e minute de jeu, malgré les protestations du capitaine uruguayen José Nasazzi, qui réclame un hors-jeu[g 4]. Les deux équipes se séparent alors à la mi-temps sur ce score de deux buts à un pour l'Argentine. Dès le début de la seconde mi-temps, l'Uruguay se rue à l'attaque[o 2]. Le milieu argentin Luis Monti manque une occasion de porter le score à trois buts à un[i 7] puis son coéquipier Francisco Varallo frappe sur la barre transversale, aggravant sa blessure sur le coup[37]. Les Uruguayens en profitent, attaquent en nombre et parviennent à égaliser peu avant l'heure de jeu par Pedro Cea[i 7]. Dix minutes plus tard, à la 68e minute de jeu, l'attaquant uruguayen Héctor Scarone adresse une passe à l'ailier gauche Santos Iriarte, qui envoie le ballon dans les filets d'une frappe fulgurante, sous les cris et les encouragements des supporteurs uruguayens, dont leur équipe reprend l'avantage[o 2]. L'Argentine essaye alors d'égaliser ; Guillermo Stábile envoie un tir sur la barre transversale[37], puis, sur l'action suivante, l'avant-centre uruguayen Héctor Castro ajoute un nouveau but de la tête dans les dernières minutes de jeu, scellant le résultat du match[g 4],[f 18].

À la fin de la rencontre, Jules Rimet remet le trophée portant son nom au président de l'Association uruguayenne de football, Raúl Jude, puis les joueurs entament un tour d'honneur avec le trophée pour célébrer leur victoire dans cette première Coupe du monde[i 8]. Les rues de Montevideo sont alors envahies par des dizaines de milliers de supporteurs qui célèbrent la victoire de leur pays[o 2], le lendemain, le 31 juillet étant même proclamé fête nationale[2]. En marge du match, des accidents sont à déplorer à Buenos Aires, où une centaine de supporteurs argentins déçus se rejoignent devant l'ambassade d'Uruguay pour y jeter des pierres, obligeant les policiers à faire usage de leurs revolvers pour rétablir l'ordre[g 5],[38].

Détail du match[modifier | modifier le code]
30 juillet 1930
15 h 30
historique Historique des rencontres
Uruguay Drapeau : Uruguay 4 – 2
(1 - 2)
Drapeau : Argentine Argentine Stade Centenario (Montevideo)
Spectateurs : 68 346
photos du match
Arbitrage : John Langenus Drapeau : Belgique

Dorado But inscrit après 12 minutes 12e
Cea But inscrit après 57 minutes 57e
Iriarte But inscrit après 68 minutes 68e
Castro But inscrit après 90 minutes 90e

Rapport

But inscrit après 20 minutes 20e Peucelle
But inscrit après 37 minutes 37e Stábile

Joueurs :
G Enrique Ballestero
D Ernesto Mascheroni
D José Nasazzi Capitaine
M José Andrade
M Lorenzo Fernández
M Pelegrín Gestido
A Pablo Dorado
A Héctor Scarone
A Héctor Castro
A José Cea
A Santos Iriarte

Entraîneur :
Alberto Suppici
Adjoint technique :
Pedro Arispe

Finale de la Coupe du monde 1930 Enrique Ballestero José Nasazzi Ernesto Mascheroni José Andrade Lorenzo Fernández Alvaro Gestido Pablo Dorado Héctor Scarone Héctor Castro José Cea Santos Iriarte Juan Botasso Fernando Paternoster José Della Torre Juan Evaristo Luis Monti Pedro Suárez Carlos Peucelle Francisco Varallo Manuel Ferreira Mario Evaristo Guillermo Stábile
À propos de cette image

Joueurs :
G Juan Botasso
D José Della Torre
D Fernando Paternoster
M Juan Evaristo
M Luis Monti
M Pedro Suárez
A Carlos Peucelle
A Francisco Varallo
A Guillermo Stábile
A Manuel Ferreira Capitaine
A Mario Evaristo

Entraîneur :
Francisco Olazar
Adjoint technique :
Juan José Tramutola

Bilan[modifier | modifier le code]

Bilan de la compétition[modifier | modifier le code]

Malgré le faible nombre d'équipes participantes et les incertitudes liées à l'organisation d'une première édition, cette Coupe du monde est considérée comme une grande réussite sportive, avec des matchs de très bon niveau. Parmi les trois favoris de la compétition, l'Uruguay et l'Argentine tiennent leur rang en atteignant la finale. Seul le Brésil déçoit, éliminé au premier tour. Pourtant loin d'être favoris, les pays européens sont remarqués, grâce notamment à la qualification de la Yougoslavie pour les demi-finales et aux bons matchs de la France, dont leur défaite épique contre l'Argentine au premier tour[2],[39]. Cette Coupe du monde est aussi un succès populaire, avec plus de 500 000 spectateurs cumulés, et un succès financier, avec 233 000 pesos de recette, soit l'équivalent de 255 107 dollars[24].

Classement des équipes[modifier | modifier le code]

À l'origine, les équipes ayant participé à cette Coupe du monde n'étaient pas classées. Cependant, en 1986, la FIFA établit rétroactivement un classement final de chaque Coupe du monde, basé sur la progression lors de la compétition, le nombre de matchs gagnés, la différence de buts puis enfin sur le nombre de buts marqués[40]. Les États-Unis, battus en demi-finale par la future vice-championne, l’Argentine, sont classés troisièmes au détriment de la Yougoslavie, quatrième, pour avoir encaissé un but en moins sur l’ensemble de la compétition. Parmi les équipes éliminées au premier tour, le Chili termine cinquième grâce à ses deux victoires ; le Brésil, la France, la Roumanie et le Paraguay suivent avec une victoire ; le Pérou, la Belgique, la Bolivie et le Mexique ferment le classement avec aucune victoire.

Classement final des équipes
Place Sélection Stade
médaille d'or Drapeau : Uruguay Uruguay Vainqueur
médaille d'argent Drapeau : Argentine Argentine Finale
médaille de bronze États-Unis États-Unis Demi-finale
4 Drapeau : Royaume de Yougoslavie Yougoslavie
5 Drapeau : Chili Chili Premier tour
6 Drapeau : États-Unis du Brésil Brésil
7 Drapeau : France France
8 Drapeau : Roumanie Roumanie
9 Drapeau : Paraguay Paraguay
10 Drapeau : Pérou Pérou
11 Drapeau : Belgique Belgique
12 Drapeau : Bolivie Bolivie
13 Drapeau : Mexique Mexique

L'après Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Après le mondial, les équipes des États-Unis, de la France et de la Yougoslavie restent en Amérique du Sud pour disputer des matchs amicaux. Le Brésil reçoit successivement entre le 1er et le 17 août la France, la Yougoslavie et les États-Unis, et s'impose dans les trois rencontres[41],[note 7]. La Yougoslavie dispute de plus un match le 3 août à Buenos Aires contre l'Argentine, et s'incline trois buts à un[42].

Quatre ans plus tard, seules huit des treize équipes de ce mondial s'inscrivent pour les qualifications à la Coupe du monde de 1934. Six de ces équipes parviennent à se qualifier, l'Argentine, la Belgique, le Brésil, les États-Unis, la France et la Roumanie. L'Uruguay ne s'inscrit pas et ne participe donc pas à la Coupe du monde de 1934, devenant la première et l'unique équipe à ne pas défendre son titre. Pourtant en vue lors de la première Coupe du monde, aucune équipe américaine ne parvient à se qualifier pour les quarts de finale de la compétition. Cependant, récemment naturalisé italien, l'ancien argentin Luis Monti participera à sa deuxième finale consécutive.

Le dernier vainqueur survivant est le défenseur Ernesto Mascheroni, mort le 3 juillet 1984 à l'âge de 76 ans. Néanmoins, à cette date, de nombreux participants à cette Coupe du monde sont encore en vie. Le dernier survivant est l'Argentin Francisco Varallo, décédé le 30 août 2010 à l'âge de 100 ans. Titulaire lors de quatre matchs, dont la finale, il a inscrit un but contre le Mexique, et a donc connu les dix-neuf premières éditions de la Coupe du monde. En 2005, Varallo affirme lors d'un entretien avec la FIFA à propos de la finale : « Nous n'avons pas eu assez de culot. Je peux vous l'avouer : je n'ai toujours pas digéré cette défaite »[43].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques générales[modifier | modifier le code]

Soixante-dix buts sont marqués au cours des dix-huit matchs, soit une moyenne de 3,9 buts par rencontre. L'Argentine a la meilleure attaque avec dix-huit buts marqués, mais c'est L'Uruguay qui présente la meilleure moyenne, avec 3,8 buts par match contre 3,6 buts pour l'Argentine. De même, le Brésil à la meilleure défense avec deux buts encaissés en deux matchs, mais l'Uruguay à une meilleure moyenne avec 0,75 but encaissé par match. La Belgique et la Bolivie sont les deux seules équipes à ne pas avoir inscrit de but.

Buteurs[modifier | modifier le code]

Photo de Guillermo Stábile
Guillermo Stábile termine meilleur buteur de la compétition avec huit buts.

L'attaquant argentin Guillermo Stábile termine meilleur buteur de la compétition, avec huit buts marqués en quatre matches disputés. Il devance l'Uruguayen Pedro Cea, auteur de cinq buts, dont quatre en demi-finale et en finale, puis l'Américain Bertram Patenaude et le Chilien Guillermo Subiabre, chacun réalisateur de quatre buts[44]. Trente-six joueurs inscrivent au moins un but dans le tournoi, l'Argentine étant le pays qui connaît le plus de buteurs différents, à savoir sept.

Meilleurs buteurs de la compétition[44]
Place Joueur Sélection Buts Matches
médaille d'or Guillermo Stábile Drapeau : Argentine Argentine 8 4
2 Pedro Cea Drapeau : Uruguay Uruguay 5 4
3 Bertram Patenaude États-Unis États-Unis 4 3
Guillermo Subiabre Drapeau : Chili Chili 4 3
5 Peregrino Anselmo Drapeau : Uruguay Uruguay 3 2
Yvan Beck Drapeau : Royaume de Yougoslavie Yougoslavie 3 3
Carlos Peucelle Drapeau : Argentine Argentine 3 4
Preguinho Drapeau : États-Unis du Brésil Brésil 3 2

2 buts :

1 but :

Affluences[modifier | modifier le code]

Cette Coupe du monde est un succès populaire, avec 549 090 spectateurs cumulés, soit une moyenne de 30 505 spectateurs par match selon les affluences officielles de la FIFA[note 1]. L'affluence la plus importante est celle de la demi-finale Uruguay-Yougoslavie, avec 79 867 spectateurs. Les cinq meilleures affluences sont celles de la finale, des demi-finales et des deux matchs de groupe de l'Uruguay. Parmi les plus faibles affluences se trouvent trois matchs de pays européens, deux de la France et un de la Roumanie, dont l'un des deux matchs d'ouverture, France-Mexique, qui n'attire que 4 444 spectateurs. Le match avec la plus faible affluence officielle, Chili-France, avec 2 000 spectateurs, est aussi le match de l'histoire de la Coupe du monde avec la plus faible affluence officielle[30].

Cependant, ces chiffres officiels sont parfois probablement loin de la véritable affluence. Par exemple, pour la finale Uruguay-Argentine, des estimations vont de 90 000[o 2] à 93 000[36] spectateurs, soit beaucoup plus que les 68 346 spectateurs officiels. À l'inverse, certaines affluences seraient gonflées, comme le match de groupe Roumanie-Pérou, crédité de 2 549 spectateurs, alors qu'elle ne dépassait probablement même pas les 300 spectateurs[i 3].

Classement des affluences[note 8]
Place Match Tour Affluence
1 Drapeau : Uruguay Uruguay - Drapeau : Royaume de Yougoslavie Yougoslavie Demi-finale 79 867
2 Drapeau : Argentine Argentine - États-Unis États-Unis Demi-finale 72 886
3 Drapeau : Uruguay Uruguay - Drapeau : Roumanie Roumanie 1er tour 70 022
4 Drapeau : Uruguay Uruguay - Drapeau : Argentine Argentine Finale 68 346
5 Drapeau : Uruguay Uruguay - Drapeau : Pérou Pérou 1er tour 57 735
6 Drapeau : Argentine Argentine - Drapeau : Mexique Mexique 1er tour 42 100
7 Drapeau : Argentine Argentine - Drapeau : Chili Chili 1er tour 41 459
8 Drapeau : États-Unis du Brésil Brésil - Drapeau : Bolivie Bolivie 1er tour 25 466
9 Drapeau : Royaume de Yougoslavie Yougoslavie - Drapeau : États-Unis du Brésil Brésil 1er tour 24 059
10 Drapeau : Argentine Argentine - Drapeau : France France 1er tour 23 409
11 États-Unis États-Unis - Drapeau : Belgique Belgique 1er tour 18 346
12 Drapeau : Royaume de Yougoslavie Yougoslavie - Drapeau : Bolivie Bolivie 1er tour 18 306
13 États-Unis États-Unis - Drapeau : Paraguay Paraguay 1er tour 18 306
14 Drapeau : Paraguay Paraguay - Drapeau : Belgique Belgique 1er tour 12 000
15 Drapeau : Chili Chili - Drapeau : Mexique Mexique 1er tour 9 249
16 Drapeau : France France - Drapeau : Mexique Mexique 1er tour 4 444
17 Drapeau : Roumanie Roumanie - Drapeau : Pérou Pérou 1er tour 2 549
18 Drapeau : Chili Chili - Drapeau : France France 1er tour 2 000

Premières[modifier | modifier le code]

Photo de Lucien Laurent
Lucien Laurent inscrit le premier but du mondial sur une passe décisive d'Ernest Libérati.

De nombreux premiers événements liés à l'histoire de la Coupe du monde se sont naturellement déroulés durant cette édition. Le premier but est marqué par le Français Lucien Laurent et la première passe décisive est délivrée par son coéquipier Ernest Libérati, à la 19e minute du match France-Mexique le 13 juillet[o 1],[28]. Le même jour, l'Américain Bartholomew McGhee inscrit le premier doublé du mondial contre la Belgique, tandis que Jimmy Douglas devient le premier gardien de but à conserver son but inviolé.

Le cas du premier triplé a longtemps été attribué à l'Argentin Guillermo Stábile, auteur de trois buts contre le Mexique le 19 juillet. Cependant, deux jours plus tôt, lors de la victoire des États-Unis contre le Paraguay trois buts à zéro, Bertram Patenaude est crédité de deux buts, le troisième étant donné à un Paraguayen contre son camp. Pourtant, en 1992, le milieu américain Arnie Oliver soutient au Soccer History Symposium que son coéquipier a marqué les trois buts, corroborant les interviews des milieux Billy Gonsalves et Jim Brown, qui affirmaient également que leur coéquipier avait inscrit un triplé. Certains journaux de l'époque abondent également dans ce sens. Ainsi, le journal argentin La Prensa accorde les trois buts à Patenaude, en publiant même des schémas pour expliquer comment les buts ont été marqués, tout comme le journal brésilien O Estadio do Sao Paulo. Il semblerait que la confusion vienne du fait que le troisième but est inscrit sur une frappe du joueur américain, déviée par un joueur paraguayen[45]. Finalement, le 10 novembre 2006, plus de 76 ans après les faits et grâce au travail d'historiens du sport, la FIFA a officiellement attribué le premier triplé de la Coupe du monde à Patenaude[46].

D'autre part, le premier joueur expulsé est le capitaine péruvien Plácido Galindo, sorti par l'arbitre lors du match Roumanie-Pérou. Toutefois, il ne reçoit pas de carton rouge, ceux-ci n'existant pas encore à l'époque. Par conséquent, aucun joueur ne reçoit non plus de carton jaune lors de ce mondial.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ces chiffres ont été obtenus en additionnant les affluences officielles de la FIFA
  2. Ce tableau a été réalisé à l'aide de la page équipes de la Coupe du monde de football 1930, écrite à partir des effectifs officiels de la FIFA
  3. Les dates de naissance d'une vingtaine de joueurs sont inconnues
  4. Le club remporte cinq fois le championnat de Yougoslavie de football pendant cette décennie
  5. Cette liste a été établie avec les feuilles de matches officielles de la FIFA
  6. Le deuxième but du match est accordé rétroactivement à Patenaude en 2006 par la FIFA, le but ayant été à l'origine attribué à Aurelio González contre son camp alors que celui-ci avait simplement dévié la balle
  7. Les fédérations françaises et yougoslaves ne considèrent pas ces matchs comme officiels et ne les incluent donc pas dans leurs statistiques
  8. Ce tableau a été réalisé à partir des affluences officielles de la FIFA

Références[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Ouvrages bibliographiques[modifier | modifier le code]
  • (en) Brian Glanville, The Story of the World Cup,‎ 2005
  1. Glanville, p. 17
  2. Glanville, p. 17
  3. a, b, c, d et e Glanville, p. 19
  4. a, b et c Glanville, p. 20
  5. Glanville, p. 21
  • (en) Cris Freddi, Complete Book of the World Cup 2006,‎ 2006
  1. Freddi, p. 1
  2. Freddi, p. 5
  3. a et b Freddi, p. 7
  4. Freddi, p. 8
  5. Freddi, p. 9
  6. Freddi, p. 11
  7. a, b, c et d Freddi, p. 12
  8. Freddi, p. 13
  • (en) Rony J. Almeida, Where It All Began,‎ 2006
  1. Almeida, p. 125
  2. Almeida, p. 91
  • (en) Clemente Angelo Lisi, A history of the World Cup: 1930–2006,‎ 2007
  1. Lisi, p. 16-17
  • (en) Terry Crouch, The World Cup: The Complete History,‎ 2002
  1. Crouch, p. 2
  2. Crouch, p. 11
Autres ouvrages[modifier | modifier le code]
  1. a et b Chronique des Bleus : l'épopée des Bleus depuis 1904, Éditions Chronique-Dargaud,‎ 2002 (ISBN 2-20505-322-1), « Lucien Laurent entre dans le livre d'or », p. 46
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Un siècle de football, Calmann-Lévy,‎ 2005 (ISBN 2-7021-3616-8), « Coupe du monde 1930 », p. 48-49
  3. (en)Hyder Jawad, Four Weeks In Montevideo: The Story of World Cup 1930, Seventeen Media & Publishing,‎ 1930, p. 105
  4. a et b (en)David Goldblatt, The Ball Is Round: A Global History of Soccer, Penguin,‎ 2008 (ISBN 978-1-59448-296-0), p. 250-251

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en)« Hosts Uruguay beat arch-rivals to first world crown », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i « L'Uruguay remporte le premier titre mondial », sur fifa.com, Fédération internationale de football association (consulté le 25 juin 2009)
  3. (en)« The Olympic Odyssey so far… (Part 1: 1908–1964) », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  4. Hassen Slimani, La professionnalisation du football français, Université de Nantes,‎ 2000, 20 p. (lire en ligne), p. 149
  5. a et b (es)« Uruguay 1930 », sur centenario2030.com
  6. (en)Eric Dunning et Dominic Malcolm, Sport, Londres, Routledge,‎ 2003 (ISBN 978-0-415-26292-7), p. 46
  7. (en)« World Cup 1930 Qualifying », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation
  8. a, b, c, d et e (en)« World Cup 1930 », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation
  9. « Coupe du Monde de la FIFA, Uruguay 1930 - Équipes », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  10. a et b « Premières pour l'Uruguay », sur lequipe.fr, L'Équipe (consulté le 28 juin 2009)
  11. « L'histoire du Mondial, de 1930 en Uruguay à 2006 en Allemagne », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ 2 juin 2006 (consulté le 26 juin 2009)
  12. a, b, c, d, e, f, g et h (es)« I Campeonato "Uruguay 1930" », sur elfutbolmundial.com.ar
  13. « 4 avril 1953 : La légende du roi fou de foot », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  14. « L'équipe de France de football a le pied marin », Match, no 202,‎ 22 juillet 1930, p. 6 (lire en ligne)
  15. a et b « Football à Genève et à Montevideo », Match, no 198,‎ 24 juin 1930, p. 7 (lire en ligne)
  16. a et b « Carvalho Leite », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  17. « Jean De Bie », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  18. « Ulises Poirier », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  19. « Rafael Garza », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  20. « Yvan Beck », sur fff.fr, Fédération française de football
  21. « Prilike i okolnosti », sur montevideoproject.com
  22. a et b (en)« Intreresting facts about 1930 », sur montevideoproject.com
  23. « Colo Colo », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  24. a et b « Histoire de la Coupe du Monde 1930 », sur om4ever.com
  25. (en)« History of the World Cup Final Draw », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  26. Olivier De los Bueis, « L'Uruguay pour une première », sur football365.fr,‎ 13 février 2006 (consulté le 26 juin 2009)
  27. François Verdenet, « Laurent, le premier pour l'éternité », France Football, no 2855,‎ 26 décembre 2000, p. 70
  28. a et b « Mexique-France 1930 », sur fff.fr, Fédération française de football
  29. « Photos », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  30. a et b « FIFA World Cup Superlatives », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  31. (sr)« Медаља из дома Хаџијевих сведочи да смо били трећи на Мундијалу », sur politika.rs
  32. (sr)« Još uvek sjaji bronza iz Montevidea », sur blic.rs
  33. (en)« The participation of the United States national soccer team in the first World Cup », sur books.google.co.uk
  34. (sr)« Sačuvana medalja Moše Marjanovića », sur politika.rs
  35. « Prix, Coupe du monde de la FIFA (Uruguay 1930) », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  36. a et b (en)« Origine de la Coupe du monde de la FIFA », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  37. a, b et c « Coupe du Monde de la FIFA, Uruguay 1930 - Finale », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  38. « Une bataille à propos d'un match de football », Journal de Genève,‎ 1er août 1930, p. 8 (lire en ligne)
  39. « La France a brillamment résisté à l’Argentine », Match, no 202,‎ 22 juillet 1930, p. 4 (lire en ligne)
  40. (en)« FIFA World Cup™: All-time ranking », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  41. (en)« Seleção Brasileira (Brazilian National Team) 1923-1932 », sur paginas.terra.com
  42. (en)« Argentina national team archive », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation
  43. « L'adieu à un grand goleador », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  44. a et b « Joueurs - Plus grand nombre de buts », sur fifa.com (consulté le 25 août 2009)
  45. (en)« The first World Cup hat trick », sur rsssf.com, Rec.Sport.Soccer Statistics Foundation
  46. (en)« American Bert Patenaude credited with first hat trick in FIFA World Cup™ history », sur fifa.com, FIFA

Feuilles de matchs[modifier | modifier le code]

  1. « France - Mexique », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  2. « Argentine - France », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  3. « Chili - Mexique », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  4. « Chili - France », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  5. « Argentine - Mexique », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  6. « Argentine - Chili », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  7. « Yougoslavie - Brésil », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  8. « Yougoslavie - Bolivie », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  9. « Brésil - Bolivie », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  10. « Roumanie - Pérou », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  11. « Uruguay - Pérou », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  12. « Uruguay - Roumanie », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  13. « USA - Belgique », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  14. « USA - Paraguay », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  15. « Paraguay - Belgique », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  16. « Argentine - USA », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  17. « Uruguay - Yougoslavie », sur fifa.com, Fédération internationale de football association
  18. « Uruguay - Argentine », sur fifa.com, Fédération internationale de football association

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Cette bibliographie présente quelques ouvrages de référence. Ceux qui ont été utilisés pour la rédaction de l'article sont indiqués par le symbole Document utilisé pour la rédaction de l’article.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 9 juin 2013 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.