Jacint Verdaguer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Verdaguer.
La statue de Jacint Verdaguer au Sanctuaire de la Mare de Deu del Mont
Jacinto Verdaguer.
Signature de Jacinto Verdaguer dans une lettre de 1879 écrite à Marcelino Menéndez Pelayo en remerciement de sa critique élogieuse de l'Atlantide


Jacint Verdaguer, né Jacint Verdaguer i Santaló le à Folgueroles (Province de Barcelone) et mort le à Vallvidrera (aujourd'hui un quartier de Barcelone), est un poète catalan d'expression catalane et l’une des figures majeures de la Renaixença.

Qualifié de Prince des poètes catalans par l'évêque Josep Torras i Bages, il exerçait également la carrière ecclésiastique (il était le confesseur de la famille Güell).

Il a écrit entre autres l'Atlantide (1877, poème en dix chants sur les péripéties d'Héraclès en Ibérie), Idylles et chants mystiques (1879), Montserrat (1889), Ode à Barcelone (1883), Canigó (1886, après un voyage au Pic du Canigou).

Biographie[modifier | modifier le code]

Premières années à Folgueroles[modifier | modifier le code]

Jacint, Segimon i Ramon Verdaguer i Santaló, était le troisième au sein d'une fratrie de huit enfants, dont seulement trois ont survécu. Ses parents étaient de condition modeste mais avaient un niveau culturel certain. Son père, Josep Verdaguer i Ordeix, était maitre d'oeuvre et fermier. Sa mère, Josepa Santaló i Planas travaillait à la maison comme fileuse. Elle appréciait la lecture et était très pieuse, ce qui exerça une grande influence sur le jeune Verdaguer, notamment dans son choix d'embrasser d'une part une carrière sacerdotale mais également une carrière littéraire. Celui-ci le reconnait d'ailleurs clairement dans sa lettre à son ami et mentor Marià Aguiló.

Verdaguer a été scolarisé dès son plus jeune age. L'école de Folgueroles était située sur la place de l'église, c'est à dire sur l'actuelle place Verdaguer, juste en face de la maison familiale.

Vic, années de formation[modifier | modifier le code]

À l'âge de dix ans, en 1855, Verdaguer commence ses études au séminaire de Vic. Sa formation académique a duré quinze ans, comprenant notamment l'étude de la rhétorique, de la philosophie, de la théologie, de la morale, du droit canonique et pratique.

Verdaguer compléta ses connaissances académiques par la lecture des classiques grécs, latins et italiens, des auteurs du siècle d'or espagnol, des écrivains romantiques français. Dans le même temps il se lie d'amitié au séminaire avec Jaume Collell qui lui permettra de fréquenter le "Círcol Literari" (cercle littéraire) de Vic.

En 1863, tout en poursuivant son parcours au séminaire, il emménage à Can Tona, une maison de campagne située à Sant Martí de Riudeperes (aujourd'hui Calldetenes). Il y participe aux travaux agricoles et donne la classe aux enfants de la maison. C'est là qu'il écrit ses premières oeuvres sur la thématique de l'histoire et du patriotisme.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]