Low-tech

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Low-tech
Infographie inspirée de la note de la Fabrique Écologique « Vers des technologies sobres et résilientes - Pourquoi et comment développer l’innovation low-tech  ?», issue du groupe de travail présidé par Philippe Bihouix, avec Arthur Keller, Amandine Garnier, Sandrine Roudaut etc. Infographie pouvant être téléchargée afin de servir de guide anti low-tech washing sur les réseaux sociaux.

La ou les low-tech, mot à mot basses technologies, ou technologies « appropriées » sont un ensemble de technologies et de logiques visant la sobriété énergétique et matérielle, la durabilité forte et la résilience collective[1]. Cette démarche, en opposition à l’obsession de la high-tech, incite avant tout à faire preuve de techno-discernement[2].

Ce n’est pas une démarche technophobe mais technocritique, qui pose la question du juste dosage technologique[3]. L'on parle avant tout de démarche low-tech puisqu'il s'avère difficile d'évaluer, sur l'ensemble de son cycle de vie, si un produit ou un service est réellement low-tech ou non (exemple : le vélo semble low-tech mais sa fabrication nécessite de la high-tech). L'objectif étant de se fixer le niveau technologique optimal lors de la conception du bien ou du service (plus bas niveau technologique permettant d'assurer les fonctionnalités essentielles)[4].

Enfin, les low-tech sont bien plus que des solutions techniques ressorties du passé[5] ou bricolées, elles portent en elles des dimensions organisationnelles, systémiques, culturelles voire politiques et philosophiques[6]. Cela rejoint en ce sens les propos d'Arthur Keller, pour qui la démarche low-tech est « une approche, une méthode, une vision, une philosophie, presqu’une culture, dépassant largement la question technologique stricte. Une démarche d’ensemble qui permet de se remettre en conformité avec les limites planétaires, c’est-à-dire de ne pas consommer davantage d’énergie, de matériaux et de ressources que ce que la Terre peut durablement fournir »[3]. Dans le cas Français, il s'agirait de faire de la France la première Low-tech Nation[7], championne de la réparation, du réemploi et du zéro-déchet[6].

Lorsqu'il s'agit d'objets, ces solutions techniques cherchent à être simples, bien pensées, bien dimensionnées et réparables. Elles sont issues d'une fabrication la plus locale possible, favorisant l'emploi, plus proche de l'artisanat que de la production industrielle, voire de la prosommation. Ce sont des techniques issues de matériaux de réemploi, réutilisés, recyclés ou de matériaux biosourcés et géosourcés "premiers"[8]. Elles sont peu gourmandes en énergie et permettent de se remettre en conformité avec les limites planétaires[9].

Les low-tech visent aussi à remettre l'homme au centre des activités par son savoir-faire et son sens pratique. Il s'agit d'être ingénieux dans la conception. Surtout, ces techniques évitent de développer une complexité interne qui serait cachée par une apparente simplicité d'utilisation : le processus menant à l'action voulue doit être le plus direct possible. La low-tech est aussi un concept à caractéristiques humanistes parfois proche du Do It Yourself, philosophie qui incite les individus à fabriquer leurs propres objets à partir de pièces détachées ou de composants simples [5].

Concrètement[style à revoir], les low-tech sont présentes dans la vie quotidienne[5]. Par exemple, aller au travail à vélo, en skate ou en roller, réparer soi-même ses appareils au lieu de les jeter, jardiner bio ou tendre vers le zéro-déchet[6] correspondent entre autres à la philosophie low-tech[10].

Elles sont utilisées dans une volonté de s'affranchir des hautes technologies et de se réapproprier les objets. Les low-tech sont une solution là où la maintenance dépend de systèmes sophistiqués[11].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme low-tech a été créé en antonymie avec le terme high-tech. Il peut être traduit par « basses technologies »[12] par technologies « appropriées »[1], par « technologies et logiques sobres, durables et résilientes »[6] ou bien encore par « techno-discernement » [2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Dès le début de son histoire, l'humanité a utilisé des matériaux et des techniques « low-tech », à savoir naturellement recyclables, biodégradables abondants et surtout non polluants : la terre, la paille, la pierre, la laine, le bois, les moulins à vent, à eau et la traction animale. Cette période pré-industrielle est la meilleure illustration que l'on puisse associer à ce concept. A contrario, le monde moderne utilise massivement les énergies fossiles, les machines et des matériaux comme l'acier, le béton et le plastique[13].

Depuis les années 1970[modifier | modifier le code]

À l'heure où les high-tech ont envahi nos maisons, se pose la question de l'écologie. Les énergies fossiles s'épuisent, ce qui amène à revoir la durabilité de certaines techniques. À partir de là, plusieurs courants de pensée se sont formés. Certains pensent que les techniques de pointe alliant la robotique et l'intelligence artificielle seront notre futur écologique avec par exemple des voitures totalement électriques ou des centrales électriques.

D'autres pensent au contraire que les hautes technologies ne peuvent pas tout résoudre, car les matériaux utilisés pour créer cette technologie sont polluants, et utilisent des énergies fossiles, des métaux etc. Il s'est ainsi développé une pensée critique de la haute technologie, dans les années 1960-1970[14]. Beaucoup ont cherché à définir ce qu'étaient les technologies douces, donnant naissance au mouvement low-tech. Ces dernières ont été décrites comme « intermédiaires » (E. F.Schumacher)[15], « libératrices » (M. Bookchin)[16], « démocratiques » (Lewis Mumford)[17], « conviviales » (Illich)[18], « ouvertes » (Simondon)[19], ou encore « différenciées » (Lambert)[20]. Ainsi s'est développé un courant aux États-Unis prônant un usage répandu des technologies douces, et de nombreuses recherches ont été effectuées dans ces années-là notamment par des chercheurs comme Langdon Winner (en) [21]. Ce mouvement est cependant mort dans l’œuf, à la suite notamment de nombreuses pressions des grands lobbys[14].

De nos jours[modifier | modifier le code]

Le terme "low-tech" est de plus en plus cité dans la littérature scientifique, notamment dans les analyses des écrits des penseurs des années 1970 sus-mentionnés: voir par exemple Hirsch‐Kreinsen [22], le livre "High tech, low tech, no tech" [23] ou Gordon [24].

Dans le contexte économique (montée des inégalités, crises financières) et environnemental (effondrement écologique) actuels, les low-tech connaissent un regain d'intérêt. En effet, ces solutions simples et peu coûteuses offrent une autre possibilité par rapport aux high-tech qui nécessitent des matériaux polluants et rares. Les low-tech investissent aujourd'hui quasiment tous les secteurs : agriculture, médecine, architecture, sport, internet[25]… Cependant, l'ingénieur Philippe Bihouix, spécialiste de la finitude des ressources minières et de son étroite interaction avec la question énergétique, analyse que les hommes n'ont jamais autant "produit, pollué et jeté", et préconise l'éventuelle nécessité du retour à ces techniques au fur et à mesure de l'épuisement des ressources naturelles[26].

Depuis 2007, le néerlandais Kris de Decker publie (avec ses collaborateurs) des réflexions sur des solutions low-techs, le problème des high-techs, et la remise au goût du jour de technologies supposées "obsolètes" via le "Low<-tech Magazine". L'entête est : "Doubts on progress and technology" (Doute sur le progrès et les technologies), et spécifie que les lowtechs "refusent de supposer qu'à chaque problème il y a une solution high-tech" [27], avec une traduction française progressive des articles depuis quelques années [27].

En 2015, le projet low-tech Lab ouvre une plateforme web de documentation et de partage libre (type wiki) de low-tech et met en avant des temps de réflexion sur la philosophie low-tech.

Plusieurs définitions[modifier | modifier le code]

Approche récente, selon la fabrique écologique[modifier | modifier le code]

Selon la note de la fabrique écologique produite par un groupe de travail dont ont fait partie, entre autres, Philippe Bihouix, Arthur Keller, et Agnès Sinaï "Vers des technologies sobres et résilientes – Pourquoi et comment développer l’innovation « low-tech » ?" - 14 avril 2019.

« Les low-tech, par opposition aux high-tech, sont une démarche visant, dans une optique de durabilité, à questionner nos besoins réels et développer des solutions aussi faiblement « technologisées » que possible, minimisant l’énergie requise à la production et à l’usage, utilisant le moins possible de ressources / matériaux rares, n’infligeant pas de coûts cachés à la collectivité.

Elles sont basées sur des techniques les plus simples possible, les moins dépendantes possible des ressources non renouvelables, sur des produits réparables et maintenables dans la durée, facilitant l’économie circulaire, la réutilisation et le recyclage, s’appuyant sur les savoirs et le travail humain digne.

Cette démarche n’est pas seulement technologique, mais aussi systémique. Elle vise à remettre en cause les modèles économiques, organisationnels, sociaux, culturels. À ce titre, elle est plus large que l’écoconception. »

Une autre manière, moins « technocratique », de définir les low-tech serait de les résumer comme une philosophie où l’on se poserait trois questions :

  • Est-ce utile, est-ce que ça le vaut ? Ou la question de la sobriété énergétique et matérielle.
  • Est-ce réellement le plus soutenable possible (écologiquement et humainement) ? Ou la question de la durabilité forte.
  • Est-ce que ça nous rend plus résilients, autonomes, agiles ? Ou la question de la résilience collective.

Cette définition prend en compte l'aspect philosophique, environnemental et social. Les low-tech ne sont plus des techniques non récentes comme dans l'approche anglosaxone, mais au contraire de nouvelles techniques orientées vers l'avenir, plus écologiques et destinées à recréer des liens sociaux. Il y a alors possibilité d'innovation low-tech [10].

Contrairement à la définition anglosaxone, celle-ci est beaucoup plus optimiste et a une connotation positive. Il s'agirait alors d'une lutte contre l'obsolescence programmée des objets pourtant prétendus « high-tech » et d'une remise en question de la société de consommation, ainsi que de la pensée matérialiste qu'elle induit. Le concept de low-tech ainsi défini comprend une dimension humaniste selon laquelle chacun pourrait élaborer ses objets en usant de son intelligence et partager son savoir-faire pour démocratiser ses créations. Les low-tech se doivent donc d'être accessibles à tous et pourraient par conséquent contribuer à réduire les inégalités [10].

De plus, certains réduisent la définition des low-techs à la réponse aux besoins de base (manger, boire, se loger, se chauffer…), ce qui disqualifie de nombreuses technologies du qualificatif low-tech, mais cette définition n'est pas toujours acceptée [28]. Enfin, au vu du caractère relatif de la définition du low-tech, certains préfèrent parler de lower tech [10] (technologie "plus" basse) pour souligner une sobriété supérieure à la high-tech, sans prétendre être parfaitement sobre.

Approche anglosaxone[modifier | modifier le code]

Selon le Cambridge International Dictionary of English, le concept des low-tech est défini comme étant simplement une technique qui est non récente, ou utilisant des matériaux anciens[29] (matériaux biosourcés et géosourcés "premiers"). Les entreprises considérées comme low-tech ont un fonctionnement simple. Moins un objet est sophistiqué, plus il est low-tech. Cette définition ne prend pas en compte l'aspect écologique ni social et ne s'appuie que sur une définition simpliste de la philosophie low-tech. Les low-tech seraient à tort alors vues comme un retour en arrière et non comme une avancée dans la recherche.

Avec cette définition, le "high-tech" d'une certaine époque (ex: le télégraphe) devient le "low-tech" de celle d'après (ex: face au téléphone).

Ce qui est parfois proche de la démarche low-tech[modifier | modifier le code]

De nombreuses nouvelles définition sont peuvent parfois se rapprocher de la définition de la "low-tech", se voulant plus précises car restreintes à une caractéristique particulière :

  • retro-tech : il s’agit d’inventorier et évaluer des ressources technologiques existantes (idées, concepts ou brevets) et de les mettre à jour, par exemple avec des technologies contemporaines comme le numérique. Ce type d’innovation, dit « rétro-tech », se revendique comme une « innovation frugale » et cherche à répondre à des besoins en utilisant un minimum de moyens[30],[31],[32]
  • Wild-tech : par delà l'opposition high-tech/lowtech, elle entend donner des "outils pour mieux penser ces manières de fabriquer qui échappent à toute classification" [28]. Les inclassables. Est aussi assimilable au "rebel tech", mouvement dont le but est de hacker et se ré-approprier tout type de technologie[33].
  • small-tech : qui s’oppose au "Big Tech", porté entre autres par les GAFAM, se référant ainsi aux questions numériques, "dans la perspective de maintenir un haut niveau de complexité technologique mais sur la base des notions de biens communs, de travail collaboratif et les principes de démocratie et de justice sociale" [34]
  • (s)lowtech, ou slow-tech : exploite le jeu-de-mot (s)low - slow. But : "explorer les inconvénients de la technologie et ses effets sur la santé humaine et le développement" [35]. Désigne aussi un mouvement visant à réduire l'addiction aux technologies, surtout chez les plus jeunes [36]. Cependant la définition se rapprochant le plus du low-tech est celle se restreignant à des technologies (de tout type) permettant un mode de vie lent[37]. D'autres références définissent le slow-tech par rapport au numérique : il ne doit pas s'opposer à ces technologies, mais chercher à les rendre plus éthiques, plus "vertes", plus en phase avec l'humain, et avec le modèle du triangle de Spreng avec sobriété énergétique[38].
  • easy-tech : technologie facile à mettre en œuvre, à utiliser, et accessible à tous [39]. Au cœur de la définition communément admise des low-tech.
  • no-tech : promeut un mode de vie évitant d'utiliser la technologie, quand c'est possible. Rejoint certains écrits technocritiques sur le bilan négatif et chronophage de la plupart des technologies "innovantes". Voir par exemple no-tech magazine [40]
  • Lo-Tek (ou LoTek) : nom introduit par Julia Watson pour son livre "The Power of Lo—TEK - A global exploration of nature-based technology" [41]. L'auteur rassemble des savoirs et pratiques multigénérationnels pour "contrer l'idée que l'innovation aborigène serait primitive et existerait isolée de la technologie". TEK est l'acronyme de "Traditional Ecological Knowledge" (Savoir traditionnel écologique).

Principes fondamentaux[modifier | modifier le code]

Sobriété énergétique et matérielle[modifier | modifier le code]

Est-ce utile, est-ce que ça le vaut ? Ou le coût environnemental/bénéfice. La Low-tech c’est bien, la No-tech c’est parfois encore mieux. Si la Low-tech est nécessaire, alors elle s’accompagne de mesures limitant l’effet rebond ou « paradoxe de Jevons »

Par certains aspects, les low-tech pourraient se rapprocher au niveau écologique de la décroissance. La philosophie des low-tech comme la décroissance pousse à repenser les indicateurs économiques de richesse ainsi que la place du travail dans la vie : recentrer l'attention sur l'Homme. Cependant elle vise surtout à réduire les dépenses énergétiques et matérielle.

Bien que l'aspect réemployable, réutilisable et recyclable des matériaux soit important, la philosophie low-tech veut aussi repenser notre façon de consommer. En effet, malgré le recyclage des matériaux, la perte d'énergie et de matière lors du recyclage est inévitable car le recyclage total n'est pas encore possible. Aussi, dans la philosophie low-tech, on va se poser des questions sur les réels besoins du consommateur. Le modèle économique de la société de consommation qui est notre modèle économique aujourd'hui serait donc à revoir, afin de recentrer nos consommations sur nos besoins réels.

Avec le phénomène des low-tech, la société de consommation tend à disparaître mais pas seulement. Les low-tech privilégient les artisans locaux, et les commerces de proximité aux grandes enseignes de vente. Les produits gagnent en valeur brute à être produits localement et développent donc une économie rentable pour de nombreux artisans[42].

Durabilité forte[modifier | modifier le code]

Un autre principe des low-tech est la durabilité dans le temps. Cela s'oppose à l'obsolescence programmée des objets high-tech de notre société. Même si celle-ci est censée être illégale, de nombreux fabricants d'appareils électroniques sont accusés de réduire volontairement la durée de vie de leurs produits. En étant solides et recyclables dans le temps, les low-tech répondent au problème de la consommation excessive.

Deux problèmes se posent aujourd'hui au niveau écologique. Les énergies fossiles se font rares, certains matériaux disparaissent, et les besoins en énergie sont toujours plus importants. En effet, aujourd'hui, les énergies fossiles représentent plus de 87 % de notre énergie primaire[10]. Les métaux notamment sont dispersés inégalement sur toute la planète. De plus, pour extraire ces matières premières, il faut toujours plus d'énergie. Les low-tech apparaissent comme une solution à ces problèmes environnementaux. Selon Global Footprint Network, un institut de recherches international établi à Oakland (Californie), le , nous avions consommé toutes les ressources naturelles que la planète est capable de régénérer en un an. Le problème de trouver de nouvelles solutions viables se pose face à la pénurie prochaine des ressources.

Est-ce réellement le plus soutenable possible (écologiquement et humainement) ? Les low-tech répondent à la nécessité de robustesse, de réparabilité, de recyclabilité, et évitent les externalités négatives (ACV). Elles sont produites dans des conditions basées sur le savoir et un travail humain digne.

Les objets low-tech doivent être réparables, recyclables et viables dans le temps :

  • Les low-tech doivent être des objets réparables : ils doivent être faciles d'entretien et doivent pouvoir être entretenus ou réparés localement, par l'utilisateur ou par un artisan proche. Le fonctionnement doit donc rester simple et compréhensible du plus grand nombre. Les low-tech sont donc extrêmement modulables.
  • Les low-tech doivent être recyclables : on doit pouvoir récupérer un maximum de ressources au moment du recyclage. Il faudrait donc tendre vers le plus possible vers le "mono-matériau" plutôt que les composites[43], agir sur les matériaux de base des objets et sur leur cycle de vie. Par conséquent, les low-tech utilisent des matériaux essentiellement recyclables ou recyclés.
  • Les low-tech doivent être viables : il faut qu'ils soient conçus en utilisant le moins de ressources possible, en privilégiant les matériaux biosourcés et géosourcés « premiers »[44], présents en grande quantité sur la planète. De plus, cela permet aussi qu'ils puissent être réalisés à un prix abordable, et ce toujours dans l'optique d'accessibilité et de démocratisation qui les caractérise.
  • L'aspect écologique des low-tech ne s'arrête pas là. Alors que la biodiversité est de plus en plus menacée sur Terre, notamment à cause de la destruction des habitats naturels dû à l’extraction de métaux rares, les low-tech sont garants d'un monde écologique. En utilisant des matériaux de réemploi, réutilisés ou recyclés, et en privilégiant la durabilité dans le temps, le problème des décharges publiques et de la détérioration de l'environnement semble se réduire. De manière plus large, il faudrait que les entreprises réduisent leurs utilisations en pesticides, et l'usage abusif des emballages, des colorants…

Résilience collective[modifier | modifier le code]

Est-ce que ça nous rend plus résilients, autonomes, agiles ? Accessibilité en termes de prix, de compétences, de connaissances (inclut la notion d’opensource). Accessibilité assurée grâce à la simplification de la chaîne logistique (ressources les plus locales possibles)[45].

Alors que la course à la technologie et à la complexité des appareils se fait de plus en plus féroce, les low-tech se posent comme des technologies accessibles à tous, et réparables par tous. De plus, les métiers en rapport avec les low-tech sont amenés à apparaître dans les années à venir[46]. D'ici 2026, de nombreux métiers low-tech pourraient apparaître avec un fort impact social[47]. Les low-tech étant des technologies accessibles au plus grand nombre, les métiers créés grâce à eux seraient donc accessibles à tous et qui ne nécessiteraient pas forcément de prestigieux diplômes. Elles s'imposent donc comme un modèle social, visant à être accessible à tous peu importe le niveau d'étude ou les moyens financiers.

Le low-tech oblige aussi le consommateur à repenser son implication dans la chaîne de production. L'un des principaux atouts des low-tech est de créer des profils de consommateurs qui vont être plus responsables et soucieux de leur empreinte écologique sur l'environnement à travers le réemploi, la réutilisation et le recyclage.

De plus, les low-tech visent à être localement réparables et donc à faire évoluer le commerce de proximité et les artisans, en créant des liens sociaux entre les gens. Cela permettrait aussi de faire resurgir beaucoup de métiers qui sont en voie de disparition sous la pression des grands groupes .

Les low-tech s'imposent aussi face aux high-tech au niveau humain. En effet, pour obtenir des matériaux rares présents dans les hautes technologies, des mineurs très jeunes sont envoyés par des mafias rechercher ces matériaux[48]. Les low-tech apparaissent donc comme des garants des droits humains en n'utilisant aucun matériau issu de ces pratiques.

Philosophie[modifier | modifier le code]

La technologie, dans son sens premier de science des techniques, n'a pas encore intégré la réflexion sur les low-tech dans son corpus d'analyses. Par contre, la critique des techniques est au moins aussi ancienne que la Révolution industrielle[49]. Peut-être pourrait-on même la faire remonter au Discours sur les Sciences et les Arts de Jean-Jaques Rousseau (1750). Dans un premier temps, cette critique a pris la forme de l'hostilité au machinisme, dont les ravages sur l'emploi des artisans a provoqué le mouvement de contestation des Luddites dans l'Angleterre des années 1811-1816. Sur le plan intellectuel, l'économiste Sismondi fut l'un des premiers à s'en émouvoir et à proposer l'introduction d'une taxe sur les machines[50]. Benjamin Constant et Stendhal ont quant à eux dénoncé l'industrialisme comme menaçant pour la liberté[51].

Beaucoup plus tardive est la critique des illusions de la technique de Friedrich Georg Jünger (Die Perfektion der Technik, 1946), et celle de la robotique par Günther Anders. L'ouvrage de ce dernier, Die Antiquiertheit des Menschen, qui comprend deux parties publiées en 1956 et 1980 (traduction française L'obsolescence de l'homme, 2001-2002) est un texte fondateur de la philosophie des techniques dans lequel il critique notamment la télévision, la bombe atomique et l'évolution de la morale à l'époque des deuxième et troisième révolutions industrielles.

Parmi les penseurs opposés aux technologies modernes, on peut citer Jacques Ellul (La technique ou l'enjeu du siècle, 1954; Le système technicien, 1977; Le bluff technologique, 1988), Lewis Mumford et Georg Friedrich Schumacher. Dans le second tome de son ouvrage Le mythe de la machine (1970), Lewis Mumford développe la notion de « biotechnique » pour désigner des techniques « bioviables », qui fonctionneraient d'une manière que nous qualifierions d'écologiquement responsable, c'est-à-dire qui permettent d'établir une relation homéostatique entre ressources et besoins. Dans son célèbre Small is beautiful (1973), Schumacher utilise le concept de « technologie intermédiaire » (ou de « niveau moyen »), qui correspond assez précisément à ce que nous entendons par « low tech ». Homme d'action, il a d'ailleurs créé un « Groupe de Développement de la Technologie Intermédiaire » ou GDTI.

Beaucoup plus récemment, le journaliste et informaticien Evgeny Morozov a développé dans de nombreux articles de presse une critique des technologies numériques, propices à la surveillance de masse et au développement du conformisme social (« nudging »). Plus généralement, il dénonce le « solutionnisme technologique », qui consiste à transformer n'importe quel problème humain (politique, économique, sociétal) en question technique dont la solution est attendue du développement de nouvelles techniques numériques.

Dans sa variante la plus extrême, la critique de la technologie moderne et de l'industrialisation a pris la forme des actions terroristes de l'Américain Ted Kaczynski, alias Unabomber, dans les années 1978 à 1995. Ces actions ont été justifiées par la publication d'un manifeste sur la Société industrielle et son futur dans le New York Times et le Washington Post (1995).

Aux États-Unis, on qualifie de « néo-luddisme » la philosophie qui se caractérise par son opposition aux techniques modernes et prône un retour à des niveaux de techniques plus élémentaires : par référence aux Luddites, nom des briseurs de machines qui sévirent en Angleterre entre 1811 et 1816, des destructions de voitures Smart et des immobilisations de bus d'employés de Google et de Yahoo qui ont eu lieu en Californie[52]. Ce mouvement sans leader ni structure entretient des liens avec le mouvement anti-globalisation et l'anticapitalisme, avec l'écologie dans sa forme la plus radicale et avec une forme d'anarchisme primitiviste (courant minoritaire emmené par le philosophe John Zerzan). Cette critique de la société technicienne a néanmoins trouvé quelques porte-parole comme Chellis Glendinning, qui a tenté de donner une direction au mouvement (Notes towards a Neo-Luddite manifesto, 1990). De manière générale, les néo-luddites sont pessimistes quant aux effets des nouvelles technologies, qu'ils considèrent comme une menace pour l'emploi, pour l'environnement et pour l'humanité en général. Nombre d'entre eux pensent qu'un effondrement de la société est possible, et même probable.

Ce que les low-tech ne sont pas[modifier | modifier le code]

Les green-tech ne sont pas des low-tech[modifier | modifier le code]

Beaucoup confondent les low-tech et les green tech, pourtant ces deux concepts sont plutôt éloignés : les green tech sont des techniques de pointe issues des high-tech qui cherchent à améliorer une partie d'un problème environnemental, mais souvent de façon uniquement local et partiel (en délocalisant la pollution par exemple[53]). Ces technologies vertes représenteraient une troisième révolution industrielle, et seraient à but écologique. Cependant, elles sont fabriquées avec des matériaux issus de ressources non renouvelables, notamment des métaux plus ou moins rares, ce qui rend leur bilan peu écologique.

La différence entre les deux technologies est donc la notion de durabilité. Alors que les green-tech présentent une solution viable sur le court terme, les low-tech présentent des solutions moins avancées technologiquement mais viables à long terme, en ne s'appuyant que sur des matériaux recyclés.

Par exemple, les constructeurs de voitures électriques ou d'éoliennes ont besoin de matériaux rares tels que le dysprosium (présent dans les aimants de certaines éoliennes) et le néodyme qui sont des terres présentes en très faibles quantités à la surface du globe[54]. L'acier, présent dans la nacelle et le mât, est l'un des matériaux les plus énergivores. Le bilan carbone de ces éléments (voitures électriques, panneaux solaires, éoliennes…) reste cependant faible. Ils représentent une solution viable à moyen terme. Il ne pourrait cependant pas survivre à une expansion importante. Par exemple, l'utilisation des éoliennes comme source d'énergie principale, aux vues de consommations actuelles, est compliquée à mettre en place.

Entre ces deux technologies, se dressent donc deux écoles. Ceux qui pensent que l'avenir de la planète passe par une avancée de plus en plus poussée de la technologie et ceux qui pensent que nous devons changer notre manière de faire et nous tourner vers une nouvelle façon de vivre et d'envisager le monde : les low-tech.

Low-tech ne veut pas dire low-cost[modifier | modifier le code]

Low-tech ne signifie pas Low-cost, en effet l'innovation low-tech nécessite parfois de lourds investissements en recherche et développement.

Les low-tech ne sont pas de l'innovation frugale[modifier | modifier le code]

De même, l'innovation low-tech n'est pas l'innovation frugale. L'innovation frugale, ne vise qu'à répondre à un besoin de la manière la plus simple et efficace possible en utilisant un minimum de moyens, dans une pure logique de profit. Elle est souvent résumée par le fait de fournir des solutions de qualité à bas coût ou d'innover mieux avec moins. Le processus d'innovation frugale vise en effet à réduire la complexité et le coût de la chaîne de réalisation et de la solution créée dans un contexte où l'innovateur veut pouvoir s'adresser à un nouveau segment de marché. À la différence de l'innovation low-tech, l'innovation frugale favorise donc l'effet rebond et oublie la notion de durabilité forte.

Les low-tech ne sont pas l'esprit jugaad[modifier | modifier le code]

Les low-tech ne sont pas des deep-tech[modifier | modifier le code]

Low-tech : exemples d'application[modifier | modifier le code]

Low-tech Art[modifier | modifier le code]

Au festival VIA à Créteil, une expo « low-tech » apparaît, mettant en scène des artistes comme Martin Messier ou Wim Janssen qui réutilisent des anciens objets (machine à coudre, bouteilles en plastique, pellicule de film) en leur donnant une seconde vie[55]. Les artistes contemporains expriment aujourd'hui leurs émotions à l'aide des low-tech. Ces objets sont peu fréquents dans l'art et ils fascinent, intriguent. Beaucoup de courants artistiques utilisent les low-tech comme l'Art Numérique, les Arts scientifiques, la musique bruitiste, la musique électroacoustique ou la musique électronique[56].

Dans la musique, l'univers low-tech s'invite avec des bruits produits à partir d'anciens objets que le musicien recycle afin de créer de nouveaux sons et de les assembler créant ainsi des musiques particulières et uniques. Par exemple, Pierre Bastien a monté un spectacle en utilisant des instruments recyclés, des moteurs et des pièces de métal[57].

La low-tech utopia est une micro manufacture qui crée des objets artistiques « low-tech ». Elle rassemble aussi des musiciens low-tech qui viennent partager leurs créations[58].

Low-tech Design[modifier | modifier le code]

Le « low-tech design » représente un courant contre l'obsolescence programmée des objets d'aujourd'hui. Le but est de remettre le design sous une forme plus naturelle, qui s'adapte à l'environnement tout en restant résistant. L'exemple le plus illustrateur du design low-tech est le mobilier créé dans les années 1930 par Alvar Aalto[59]. Cette tendance est apparue dans le Nord de l'Europe et est basée sur une stratégie de recyclage propre aux low-tech.

Les designers low-tech redonnent un sens esthétique aux produits pour que lorsque le consommateur le regarde, il ait l'impression de revenir aux sources et de sortir de la spirale de consommation.

Low-tech Numérique[modifier | modifier le code]

Avec la multiplication des high-tech, la multiplication des capacités de stockage, de collecte s'accompagne une hausse des inégalités. En effet, les grandes entreprises du numérique qui contrôlent les ressources informatiques sont surpuissantes alors que les citoyens sont relativement démunis face à cette hégémonie d'internet. Dans un monde où Big Brother pourrait devenir réel, la question d'un internet low-tech se pose.

Une politique hacker-luddite propose d’élargir la critique du numérique et sa connaissance. Elle promeut l'utilisation de logiciels libres, des alternatives décentralisées mais surtout sur la prise en main du matériel internet par tous[60]. Il existe des systèmes d'exploitations qui permettent de continuer à utiliser de vieux ordinateurs : par exemple certains des systèmes d'exploitations surnommés MiniLinux. Cela permet de continuer à utiliser d'anciens ordinateurs au lieu de les abandonner (sachant qu'ils sont difficilement recyclables).

Il existe déjà des réseaux autonomes un peu partout dans le monde. En Europe, les plus gros rassemblent plus de 35 000 utilisateurs. Ces réseaux sont beaucoup moins chers que les réseaux internet déjà présents. Cet internet low-tech pourrait être très utile notamment dans les pays les plus pauvres où la couverture numérique est inexistante. En utilisant du Wi-Fi à longue portée, les bandes passantes sont extrêmement élevées, les coûts réduits et il s'agit d'une installation très simple puisqu'elle utilise essentiellement des câbles Ethernet. Par exemple, en Inde, les réseaux AirJaldi fournissent un accès à internet à 20 000 utilisateurs situés dans des terrains difficiles à atteindre[61].

Low-tech Architecture[modifier | modifier le code]

De nouvelles maisons faites à partir de matériaux de réemploi, biosourcés, géosourcés, ou encore recyclés voient le jour et suivent le concept low-tech[62]. Quand elles sont faites de matériaux recyclés, ces maisons sont extrêmement modulables et faciles d’entretien. L’acquéreur peut décider de l'intérieur à sa guise. Les styles d'architecture peuvent aller du grand loft au petit studio étudiant. Ce nouveau genre d'habitation possède de nombreux autres avantages. Le coût est très réduit par rapport à une habitation normale, de l'ordre de 500 euros le mètre carré. Le Low tech & Do it yourself est un salon en Croatie rassemblant de nombreux architectes. C'est un lieu d'échanges d'idées et d'inventions entre architectes pour un futur plus low-tech[63].

Dans les pays où il fait extrêmement chaud comme en Afrique, refroidir les maisons coûte cher et consomme beaucoup d'énergie. Les dépenses et les pertes de chaleur en utilisant de la terre cuite sont alors considérablement réduites. De plus, la terre cuite a besoin de très peu d'énergie pour être produite et peut être recyclée indéfiniment. Si cette matière est déjà très utilisée en Afrique, elle pourrait aussi être utilisée dans des pays plus tempérés comme la France. Toute la terre qui est récupérée des chantiers est très souvent inutilisée, elle pourrait alors être employée dans la construction de nouveaux bâtiments.

Oscar Mendez, fondateur de Conceptos Plásticos, entreprise créée en Colombie en 2010, utilise du plastique recyclé pour construire des maisons dans des zones sinistrées. À Bogota, seulement 13 % du plastique de l'industrie est recyclé tandis que le reste s'accumule dans des décharges. Chaque maison faite avec ce plastique coute environ 7 000 euros et peut être assemblée par quatre personnes en cinq jours. La formation ne dure qu'une après-midi rendant le concept accessible à tous[64].

Travail du bois[modifier | modifier le code]

Plusieurs sites proposent de fabriquer ses meubles soi-même afin de limiter autant que possible le transport des matières premières et d'éviter l'utilisation de matériaux totalement transformés comme sur la plupart des meubles industriels. Les activités liées à la charpenterie ou à la menuiserie - lorsqu'ils utilisent des matériaux biosourcés[62]- peuvent être considérées comme low-tech.

Autres exemples d'applications low-tech[modifier | modifier le code]

Liste (non exhaustive) de pratiques plus traditionnelles :

Liste (non exhaustive) de low-techs de la vie courante d'un occidental :

Technique et Économie[modifier | modifier le code]

Si aucun système de pensée économique n'est encore fondé sur la notion de low-tech, ses partisans peuvent se réclamer du précédent de Gandhi et sa mise en valeur du rouet à filer le coton (Charkha) comme symbole d'une économie fondée sur l'autonomie des villages, dans laquelle les industries lourdes occuperont la dernière part de l'activité nationale. Les économistes de la décroissance Nicholas Georgescu-Roegen et Ernst F. Schumacher (l'auteur de Small is beautiful, 1973) ont développé des réflexions utilisables pour une économie fondée sur les low-tech, mais sans jamais utiliser ce concept [réf. nécessaire].

Innovations[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs magazines (électroniques) qui proposent des solutions low-tech, en particulier Low-Tech Magazine et No Tech Magazine.

Low-tech lab[modifier | modifier le code]

Le Low-tech Lab est un projet coopératif de partage des low-tech[66]. Il recense un nombre important de low-tech présents sur le marché et fonctionne sur la base de la participation collective. Il sert ainsi à la diffusion des low-tech un peu partout dans le monde et met à disposition une base de données les regroupant. De plus, il accompagne toutes les entreprises ou les associations (étudiantes ou autres) dans leurs recherches sur le développement de nouveaux low-tech[67].

Low-tech Building[modifier | modifier le code]

Low-Tech Building est une association loi 1901 fondée en 2020 dont l'objet est d'accompagner la transition du secteur immobilier vers une démarche low-tech. Cette démarche repose sur trois piliers : - la raison d'être du bâtiment, - la sobriété de ses matériaux et usages, - la résilience du bâtiment[68].

Low-tech Nation[modifier | modifier le code]

Low-tech Nation est un site d'orientation créé en 2020 dont la mission est d'aider les étudiants et personnes en reconversion à trouver leur(s) métier(s) d'avenir dans la perspective d'une économie post-croissance à horizon 2030[69].

Le Nomade des mers[modifier | modifier le code]

À bord d'un catamaran surnommé le Nomade des mers, Corentin de Chatelperron est parti avec ses coéquipiers faire le tour du monde à la recherche de différents low-tech. Leur voyage a duré trois ans et ils ont appris de nombreuses techniques locales pour s'équiper à bord. Ainsi, leur électricité, leur eau potable, et tout ce qui les entoure sont issus de technologies low-tech. L'objectif principal de ce bateau : l'autosuffisance. Ce projet a également pour but de véhiculer les low-tech et de découvrir les pratiques en lien avec ce concept à travers le monde. Actuellement, 30 projets low-tech ont été référencés sur le site Low-Tech Lab grâce à cette expédition[70].

Corentin de Chatelperron s'intéresse depuis longtemps aux technologies low-tech. Il a par exemple développé l'idée d'une coque de bateau en toile de jute à la place des coques en fibre de verre, énergivore à produire et non-recyclables[71].

Débat low-tech et high tech[modifier | modifier le code]

Les low-tech sont présentées parfois à tort comme des mouvements rétrogrades, qui ne sont pas progressistes. Les défenseurs des high-tech prônent une technologie toujours plus poussée qui permettrait de répondre aux problèmes écologiques. Ils dénoncent dans les low-tech un manque de fonctionnalités et de développement. Les anti low-tech critiquent aussi le retour à petite échelle fait avec cette technologie.

Cependant d'autres estiment qu'avec les low-tech, la recherche et le développement seraient extrêmement sollicités, simplement orientés vers des directions différentes comme l'agriculture biologique. En effet, celle-ci requiert peu d'intrants, mais de solides compétences en agronomie, microbiologie… De plus, des adaptations doivent être faites à tous les climats. Tous ces éléments demandent énormément de recherches et de développement.

Ceux qui défendent les low-tech présentent aussi le fait que les high-tech sont souvent inutilement complexes et exagérément coûteuses.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b 29ter, « [Tribune] Philippe Bihouix : Start-up nation ? Non, low-tech nation ! », sur www.socialter.fr (consulté le )
  2. a et b « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le low-tech », sur Le journal du Grand Paris - L'actualité du développement économique d'Ile-de-France, (consulté le )
  3. a et b « #85 - Les Low-Tech Solutions », sur Acteurs du Paris durable (consulté le )
  4. a et b contributeur, « Vers des technologies sobres et résilientes - Pourquoi et comment développer l'innovation "low-tech" ? », sur La fabrique écologique, (consulté le )
  5. a b et c La Fabrique écologique, « «Les low-tech, c’est quoi ?» in "Vers des technologies sobres et résilientes –Pourquoi et comment développer l’innovation «low-tech»?" », sur lafabriqueecologique.fr (consulté le )
  6. a b c et d 29ter, « [Tribune] Philippe Bihouix : Start-up nation ? Non, low-tech nation ! », sur www.socialter.fr (consulté le )
  7. contributeur, « Vers des technologies sobres et résilientes - Pourquoi et comment développer l'innovation "low-tech" ? », sur La fabrique écologique, (consulté le )
  8. (en-US) « Three Projects That Transform Low-Tech Materials Into Innovative Design », sur ArchDaily, (consulté le )
  9. « #85 - Les Low-Tech Solutions », sur Acteurs du Paris durable (consulté le )
  10. a b c d et e Philippe Bihouix, L'âge des low tech : vers une civilisation techniquement soutenable, Paris, Éditions du Seuil, , 330 p. (ISBN 978-2-02-116072-7), p. 60.
  11. « Low Tech dans la mobilité », sur lafabriquedesmobilites.fr (consulté le )
  12. « L’âge des low tech – Philippe Bihouix [Chronique] », sur deconsommateur.com (consulté le )
  13. Bihouix 2014, p. 30.
  14. a et b Association des centraliens, « Quels choix technologiques pour une société durable ? », Association des centraliens,‎ .
  15. (en) Ernst Friedrich Schumacher, Small is beautiful : economics as if people mattered, New York, HarperPerennia, , 324 p. (ISBN 978-0-06-199776-1).
  16. (en) Murray Bookchin, Post-Scarcity Anarchism, Ramparts Press, , 288 p. (lire en ligne).
  17. Lewis Mumford, Le Mythe de la Machine - Technique et civilisation, Seuil, (lire en ligne).
  18. Ivan Illich, La Convivialité, Seuil, (lire en ligne).
  19. Gilbert Simondon, Sur la Technique, (lire en ligne).
  20. Denis-Clair Lambert, Le mimétisme technologique des tiers mondes - Plaidoyer pour le recours à des techniques intermediaires et differenciees, Seuil, (lire en ligne).
  21. Langdon Winner, « Mythinformation in the high-tech era », Bulletin of Science, Technology & Society, vol. 4, no 6,‎ , p. 582–596 (ISSN 0270-4676, DOI 10.1177/027046768400400609)
  22. Hartmut Hirsch‐Kreinsen, « “Low‐Tech” Innovations », Industry and Innovation, vol. 15, no 1,‎ , p. 19–43 (ISSN 1366-2716, DOI 10.1080/13662710701850691)
  23. William W. Falk et Thomas A. Lyson, High tech, low tech, no tech : recent industrial and occupational change in the South, SUNY Press, , 181 p. (ISBN 978-0-88706-729-7, lire en ligne)
  24. Uri Gordon, « ANARCHISM AND THE POLITICS OF TECHNOLOGY », WorkingUSA, vol. 12, no 3,‎ , p. 489–503 (ISSN 1089-7011, DOI 10.1111/j.1743-4580.2009.00250.x)
  25. Bihouix 2014, p. 14-15.
  26. Bihouix 2014, p. 15-19.
  27. a et b Kris de Decker, « Low-Tech Magazine », sur lowtechmagazine.com (consulté le ).
  28. a et b Emmanuel Grimaud, Yann Philippe Tastevin et Denis Vidal, « Low-tech ? Wild-Tech ! », Techniques & culture, no 67,‎ (ISSN 0248-6016, DOI 10.4000/tc.8260)
  29. (en) « Low tech definition », sur Cambridge International Dictionnary (consulté le ).
  30. « Retrotech and Lowtech - How forgotten patents can shake the future », sur paleo-energetique.org (consulté le )
  31. Cédric Carles, Thomas Ortiz, Éric Dussert et Bertrand Picard, Rétrofutur : une contre-histoire des innovations énergétiques, dl 2018 (ISBN 978-2-283-03191-9 et 2-283-03191-5, OCLC 1062386018, lire en ligne)
  32. « Trois formes d’innovation énergétique à valoriser face à la crise systémique », sur https://theconversation.com/trois-formes-dinnovation-energetique-a-valoriser-face-a-la-crise-systemique-143758 (consulté le ).
  33. Christophe Abrassart, François Jarrige et Dominique Bourg, Introduction : Low-Tech et enjeux écologiques - quels potentiels pour affronter les crises ?, LA PENSÉE ÉCOLOGIQUE, (lire en ligne)
  34. « Passerelle #21 : Low tech : face au tout-numérique, se réapproprier les technologies », (consulté le )
  35. (en) « SlowTech - It is about finding the OFF switch. » (consulté le )
  36. (en) « The Slow Tech Movement. » (consulté le )
  37. « La ville (s)low-tech » (consulté le )
  38. (en) Peter Ginn, Slow Tech : The Perfect Antidote to Today's Digital World, Haynes UK, , 160 p. (ISBN 978-1-78521-616-9, lire en ligne)
  39. Corentin de Chatelperron, Nomade des mers : le tour du monde des innovations, E/P/A, , 240 p. (ISBN 978-2-37671-022-6, lire en ligne)
  40. (en) « No tech reader #7 » (consulté le )
  41. (en) Julia Watson, Lo—TEK. Design by Radical Indigenism, Paris, Taschen, , 420 p. (ISBN 978-3-8365-7818-9, lire en ligne)
  42. (en) Jamie Bartlett,, « Will 2018 be the year of the neo-luddite? », The guardian,‎ (lire en ligne).
  43. « [INTERVIEW] “Les innovations ne sont pas exploitées pour sauver la planète, bien au contraire” », sur Actu-Environnement (consulté le )
  44. « Biosourcés, intelligents, recyclables : les trois mutations des matériaux de construction », sur Leonard, prospective et innovation par VINCI, (consulté le )
  45. contributeur, « Vers des technologies sobres et résilientes - Pourquoi et comment développer l'innovation "low-tech" ? », sur La fabrique écologique, (consulté le )
  46. « Métiers d'avenir 2030 », sur Low-tech Nation (consulté le )
  47. (en) The associal press, « No demand for low-tech skills? Think again », Telegraph-Herald,‎ .
  48. Gilles Toussaint, « Briser le mythe des technologies propres », La libre Belgique,‎ , p. 22-23 (ISSN 1379-6992).
  49. François Jarrige, Techno-critiques. Du refus du machinisme à la contestation des technosciences, Paris, La Découverte, .
  50. Nicolas Eyguesier et Bertrand Louart, Retour sur la Révolution industrielle, Paris, Editions La Lenteur, .
  51. Michel Bourdeau & Béatrice Fink, « De l’industrie à l’industrialisme. Benjamin Constant aux prises avec le Saint-Simonisme », Œuvres et critiques,‎ , t. 33, p. 61-78.
  52. Blaise Mao, « Les ennemis de la machine », Usbek & Rica,‎ n°15 (été 2016).
  53. G. Pitron, La guerre des métaux rares, Les Liens qui Libèrent, (lire en ligne)
  54. Caroline de Malet, « L'innovation «low tech» gagne du terrain », le figaro,‎ (lire en ligne).
  55. « "Low Tech": un pied de nez aux nouvelles technologies au Festival VIA », sur France info, (consulté le ).
  56. Miguel de Serrault, Le low tech au top, .
  57. « Pierre Bastien, maître des automates des musicaux-Luthier/Musiciens Low tech », sur open art, (consulté le ).
  58. « Production », sur Low tech utopia (consulté le ).
  59. Pierre Léonforté, « Low-tech design : retour à l'atelier », sur Cotemaison.fr, (consulté le )
  60. Felix trever et Gaelle Trouvé, « Le coût écologique d’internet est trop lourd », Reporterre,‎ (lire en ligne).
  61. (en) Kris De Decker, « How to Build a Low-tech Internet », Low tech Magazine,‎ (lire en ligne).
  62. a et b « La « low-tech » pour augmenter la résilience de nos bâtiments », sur Révolution Énergétique, (consulté le )
  63. Korana Sutlić et Jutarnji List,, « Architecture modulaire et 'Low-Tech' : ne pas s'improviser prophète », Le courrier de l'architecte,‎ (lire en ligne).
  64. « Une entreprise colombienne fabrique des logements en plastique recyclé », France 24,‎ (lire en ligne).
  65. « L'Increvable – La machine à laver durable, réparable et évolutive. » (consulté le )
  66. En Bretagne, un camp d’été nous apprend à fabriquer des low tech sur reporterre.net, site de Reporterre.
  67. (en) « Low tech lab », sur http://lowtechlab.org (consulté le ).
  68. « Un appel à manifestation d'intérêt dédié au bâtiment « low-tech » », sur Actu-Environnement (consulté le )
  69. « Low-tech Nation - Pour l'Orientation Frugale et Résiliente », sur Low-tech Nation (consulté le )
  70. « Low-Tech Lab », sur lowtechlab.org (consulté le ).
  71. AFP, « Un catamaran-laboratoire pour découvrir les "low tech" autour du monde », Sciences et avenir,‎ (lire en ligne).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • William W. Falk et Thomas A. Lyson, High tech, low tech, no tech : recent industrial and occupational change in the South, SUNY Press, , 181 p. (ISBN 978-0-88706-729-7, lire en ligne)
  • (en) Kris De Decker, Low-tech magazine (tome 1 and 2), , 618 p. (ISBN 978-1-7947-1152-5, lire en ligne)
  • Philippe Bihouix, L'Âge des low tech. Vers une civilisation techniquement soutenable, Paris, Éditions du Seuil, collection Anthropocène, , 330 p. (ISBN 978-2-02-116072-7)
  • Cédric Biagini, David Murray & Pierre Thiesset (éd.), Aux origines de la décroissance – Cinquante penseurs, Paris, L’Echappée ; Vierzon, Le Pas de Côté ; Montréal, Ecosociété, 2017.
  • L'association des centraliens, Quels choix technologiques pour une société durable ?,
  • Collectif, Rétrofutur - Une contre-histoire des innovations énergétiques, Buchet Chastel, 2018
  • François Jarrige, Techno-critiques. Du refus des machines à la contestation des technosciences, Paris, La Découverte, 2014.
  • (en) Peter Ginn, Slow Tech : The Perfect Antidote to Today's Digital World, Haynes UK, , 160 p. (ISBN 978-1-78521-616-9, lire en ligne)
  • L. Samuel et D. Simonnet, « Technologies douces », L'homme et son environnement: De la démographie à l'écologie, Paris, Encyclopédie moderne, 1976
  • S. Fernandez, « Low-Tech : La deuxième voie technologique », Éconovateur (2002)

Documentaires[modifier | modifier le code]

  • « Nomade des mers : les escales de l'innovation », série documentaire 15 × 26 min, FL Concepts, ARTE 2017.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]