Parpaing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Les pierres A sont des carreaux ; les pierres B, des boutisses parpaignes ; les pierres C, des parpaings.

Un parpaing (du latin perpetaneus, « ininterrompu ») est à l'origine un élément de maçonnerie taillé qui présente deux faces lisses afin de réaliser en même temps les deux faces opposées d'un mur. L'expression « faire parpaing », « traverser le mur de part en part pour en assurer la solidité », vient de là[1].

Le parpaing peut varier en taille, mais est généralement d'un ratio de 5:22.

Le terme s'emploie également comme adjectif (masculin : parpaing, féminin : parpaigne) comme dans « boutisse parpaigne ».

Par analogie, le mot fut employé dès le début du XXe siècle pour désigner le bloc de béton manufacturé que l'industrie produisait de plus en plus massivement à moindre coût: en , le Français Rousselot gagne un premier prix de 100 000 francs pour des machines à bras qui permettent avec trois hommes de fabriquer 400 parpaings artificiels creux de 30 centimètres d'épaisseur par jour[2].[source insuffisante]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Article parpaing, lexique en ligne du CNRTL.
  2. Journal général de l'Algérie et de la Tunisie : affiches algériennes et tunisiennes : organe de la propriété foncière et des intérêts économiques, Syndicat des entrepreneurs de travaux publics de l'Algérie et de la Tunisie, Alger, 25 avril 1920

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]