Grève générale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grève générale (homonymie).

La grève générale est une grève interprofessionnelle touchant en principe tous les travailleurs dans un pays. N'étant jamais complète, l'expression a ensuite signifié une grève interprofessionnelle nationale de grande ampleur, voire très étendue au seul niveau d'une région ou d'une ville.

Origines et mythe de la grève générale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Grève générale expropriatrice.

L'expression est née en France à la fin du XIXe siècle dans les milieux du syndicalisme.

Théorisée, entre autres, par Joseph Tortelier et Aristide Briand, elle était synonyme de révolution. La cessation de toute activité productive conduisant obligatoirement à l'effondrement du capitalisme, Georges Sorel en fit l'apologie en 1905-1906 en la présentant sous la forme d'un mythe mobilisateur censé remplacer la théorie marxiste de la catastrophe finale du capitalisme, jugée fataliste (voir ses Réflexions sur la violence).

Elle fut à ce titre au centre de la théorie du syndicalisme révolutionnaire et considérée comme le prolongement de la politique d'action directe. Elle est qualifiée d'« expropriatrice » par les anarchistes et les anarcho-syndicalistes[1].

L'échec des grèves générales lancée par la CGT, notamment le premier mai 1906, contribua au déclin du mythe révolutionnaire qu'elle représentait.

La social-démocratie n'omit pas de discuter dans ses congrès internationaux l'hypothèse de la grève générale comme substitut de la révolution politique. C'est ainsi que Rosa Luxemburg consacra un ouvrage au sujet en 1906.

Grèves générales notables[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Déposséder les possédants : la grève générale aux "temps héroïques" du syndicalisme révolutionnaire, 1895-1906, textes réunis, annotés et présentés par Miguel Chueca, Agone, 2008.
  • Aristide Briand, La Grève générale et la révolution, 1899.
  • Ernest Hurvois, Du caractère juridique de la grève, Paris, Bonvalot-Jouve, 1907.
  • Jack London, Grève générale, Libertalia, 2008.
  • Rosa Luxemburg, Grève de masses, parti et syndicat, 1906.
  • Émile Vandervelde, La Grève générale, 1912.
  • Marco Gervasoni, L'invention du syndicalisme révolutionnaire en France (1903-1907), Mil neuf cent, Revue d'histoire intellectuelle 1/2006, lire en ligne.
  • Robert Brécy, préf. Jean Maitron, La grève générale en France, Études et documentation internationales, 1969.
  • Xavier Vigna : "La grève générale introuvable. France, 1968-1995 » in Anne Morelli et Daniel Zamora [dir.], Grève général, rêve général. Espoir de transformation sociale, Paris, L’Harmattan, 2016, p. 157-168.[1]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Lebrun, Philippe Pelletier, Les anarchistes : le moment terroriste, et après ?, France Inter, 26 novembre 2015, écouter en ligne.
  2. Le rôle des mouvements d'étudiants africains dans l'évolution politique et sociale de l'Afrique de 1900 à 1975, vol. 12, Unesco, coll. « Histoire générale de l'Afrique: Etudes et documents », (ISBN 9782738424273, lire en ligne), p. 19.
  3. « The day the women went on strike  », The Guardian, 18 octobre 2005.