Mouvement libertaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mouvement libertaire

Cadre
Zone d’influence Espagne - France
Fondation
Origine juillet 1937
Identité

En juillet 1937 en Espagne, le Mouvement libertaire (Movimiento libertario) est une structure de coordination qui réunit la Confédération nationale du travail, la Fédération anarchiste ibérique et la Fédération ibérique des jeunesses libertaires.

Le concept est déjà utilisé par Sébastien Faure dans La synthèse anarchiste en 1928 ou par Jean Grave dans son ouvrage Le mouvement libertaire sous la IIIe République, publié en 1930.

Par extension, le terme désigne dans le langage courant, l'ensemble des individus ou structures collectives qui sont proches du courant anarchiste ainsi que le démontre le Dictionnaire biographique du mouvement libertaire francophone publié en 2014.

Historique[modifier | modifier le code]

En Espagne[modifier | modifier le code]

Une manifestation à Barcelone avec une bannière Solidaridad Obrera, le quotidien de la Révolution sociale espagnole de 1936.

En juillet 1937, suite aux affrontements des journées de mai 1937 à Barcelone, la nécessité de changer en profondeur le schéma organisationnel de l'anarcho-syndicalisme pousse la Confédération nationale du travail, la Fédération anarchiste ibérique et la Fédération ibérique des jeunesses libertaires, à constituer le Mouvement Libertaire[1],[2].

Le terme devint d’usage courant seulement en 1937 et 1938.

En avril 1938, est créé un Comité exécutif du Mouvement libertaire (CEML) qui vise à renforcer la cohérence de l'action des trois composantes considérées comme un tout organique[3]. Selon l'historien Miguel Amorós, ayant capitulé devant l'enjeu révolutionnaire, les principaux dirigeants du Mouvement libertaire se rallient à l'option stalinienne, dont le résultat final est l'enterrement de la révolution et la défaite militaire[4].

En octobre 1938, l'organisation féminine libertaire[5] Mujeres Libres demande sa reconnaissance comme branche autonome du Mouvement libertaire[6]. La proposition des femmes libres est rejetée, sous le prétexte qu' « une organisation spécifique de femmes injecterait un élément de désunion et d’inégalité au sein du mouvement libertaire et aurait des conséquences négatives pour la défense des intérêts de la classe ouvrière »[7]. Les détracteurs de Mujeres Libres clament l'universalisme du mouvement libertaire ; concevoir une lutte des femmes revient à nier la substance vitale du mouvement. De plus, il induit une révolution en une seule et unique étape : la révolution libertaire sera totale et globalisante, l'émancipation des femmes et des hommes y est incluse[8].

Mouvement libertaire en exil[modifier | modifier le code]

Après la défaite et la retirada, le 25 février 1939 à Paris, est constitué le Conseil général du Mouvement libertaire espagnol (MLE)[9] dont font partie notamment Federica Montseny, Juan Garcia Oliver, Juan Manuel Molina Mateo, Germinal de Sousa[10] et Pedro Herrera Camareto[11].

Entre 1939 et 1975, le Mouvement libertaire espagnol organise des filières de passage clandestin utilisées par la guérilla antifranquiste[12].

Lors de son congrès ouvert le 1er mai 1945 à Paris et réunissant 329 délégués représentant 442 fédérations locales et 40 000 adhérents, le MLE réaffirme être « partisan du maintien de l’action directe » sur le terrain immédiat en Espagne franquiste[13].


En France[modifier | modifier le code]

Lors de la Deuxième Guerre mondiale, dans la France occupée, c’est dans la clandestinité, lors d'une conférence organisée en juillet 1943[14], que se constitue le Mouvement Libertaire, fusion de deux organisations d'avant-guerre : l’Union Anarchiste (UA) et la Fédération Anarchiste de langue Française (FAF)[15].

Le 9 octobre 1945, se tiennent les assises du Mouvement libertaire, qui donnent naissance à la nouvelle Fédération anarchiste[16].

Maurice Joyeux précise : « Le Mouvement libertaire, fédérait trois tendances représentées par trois journaux : Ce qu'il faut dire, qui rassemblait Louis Louvet et ses amis ; Le Combat syndicaliste, organe de la minorité anarcho-syndicaliste de la CGT, animé par Pierre Besnard et Le Libertaire, organe de la Fédération anarchiste, créé par une autre motion du Congrès. »[17]

Évolutions contemporaines[modifier | modifier le code]

À la fin du XIXe siècle, les termes anarchiste et libertaire sont utilisés comme des synonymes.

En France, suite aux lois votées dans l'urgence les 11 et 15 décembre 1893 et le 28 juillet 1894, interdisant tout type de propagande, les anarchistes s'emparent du mot libertaire pour s'identifier et poursuivre leurs activités, notamment éditoriales.

Au XXe siècle, un mouvement libertaire spécifique émerge, qui déborde le cadre historique du mouvement anarchiste.

Dans les années 1960-1970, le mouvement libertaire marque une rupture générationnelle et idéologique avec les vieilles traditions anarchistes jugées dépassées, au profit de la mouvance contestatrice. Aujourd'hui, un grand nombre de militants se réclament de l'héritage libertaire tout en refusant l'étiquette anarchiste[18].

Selon l'historien Gaetano Manfredonia, il existe « une histoire conflictuelle [au sein du mouvement] qui ne présente que peu de rapports avec les manifestations de prétendus « principes intangibles » de l’Anarchisme. En bien des points l’image traditionnelle que l’on se fait du mouvement libertaire, sa signification et sa portée, doit être profondément révisée. »[19]

Selon le politologue Simon Luck, le mouvement libertaire actuel se caractérise par des modes d’organisation horizontaux, des modes de délibération basés sur la démocratie directe et des répertoires d’action directe. Par ailleurs, le mouvement libertaire invente une nouvelle articulation entre l’autonomie des individus et la préservation de leur identité au sein du collectif, une transformation globale de l’engagement dans le sens d’une émancipation toujours plus grande des acteurs vis-à-vis des identifications collectives, un dépassement des contraintes du militantisme classique[16].

Pour le sociologue Mimmo Pucciarelli, on assiste, depuis la fin des années 1960, à un renouveau du mouvement libertaire. Il souligne que les « libertaires de l'an 2000, tout en continuant à exprimer leur sensibilité libertaire et une forte solidarité pour le plus démunis, ne sont plus les porteurs du rêve du Grand Soir, ou de celui visant à créer un paradis sur terre. Pourtant, par leurs pratiques quotidiennes et la problématique qui est la leur (quelle liberté et quelle justice pour un monde meilleur ?), ils continuent à parcourir les chemins de l'utopie. »[20]

Un concept protéiforme[modifier | modifier le code]

Débordant le concept strict de mouvement anarchiste, l'expression mouvement libertaire est utilisée dans des cadres extrêmement divers et parfois contradictoires, en voici quelques illustrations :

  • « Ces dernières années surtout, en France tout particulièrement, l'existence de ces trois éléments anarchistes [l'anarcho-syndicalisme, le communisme-libertaire, l'individualisme-anarchiste], loin d'avoir fortifié le mouvement libertaire, [a] eu pour résultat de l'affaiblir. » - Sébastien Faure, La synthèse anarchiste, 1928, texte intégral.
  • « Mais ce n'était pas sans peine que les anarchistes syndicalistes s'efforçaient d'entraîner l'ensemble du mouvement libertaire dans la voie nouvelle qu'ils avaient choisie. » - Daniel Guérin, L'Anarchisme : de la doctrine à l'action, Paris, Gallimard, 1965, [lire en ligne]..
  • « Le besoin se fait sentir d'un mouvement libertaire fort, d'une offensive des organisateurs et des militants qui, par leur exemple et par un travail d'éducation, rendront les ouvriers réceptifs aux idées libertaires. » - Sam Dolgoff, Le néo-archisme américain. Nouvelle gauche et gauche traditionnelle, Le Mouvement Social, n°83, avril-mai 1973, page 12.
  • « Le mouvement féministe se présente, dans l'idéologie comme dans la pratique, comme un mouvement libertaire et anti-institutionnel. » - Tamar Pitch, Violence sexuelle, mouvement féministe et criminologie critique, Déviance et société, 1985, page 260.
  • « La réduction du gauchisme au seul mouvement libertaire est donc un préalable aussi discutable qu'inutile : c'est à tenir compte, en effet, du contexte de la décolonisation que l'on peut avancer l'hypothèse selon laquelle le gauchisme, même dans sa composante léniniste, contribue ainsi à rendre « audible » une critique du totalitarisme. » - Évelyne Pisier, revue Pouvoirs, n°39, 1986, page 19.
  • « Je suis de ceux pour qui la critique du totalitarisme et le grand mouvement libertaire des années soixante et soixante-dix n'auraient pas eu le même sens s'il n'avait été possible de les rapporter au système philosophique de C. Castoriadis. » - Jean-Pierre Dupuy, Individualisme et auto-transcendance, Revue européenne des sciences sociales, Librairie Droz, 1989, page 245.
  • « Anatole France, qui tint souvent des propos antimilitaristes, se rapprocha du mouvement libertaire à plusieurs reprises. » - Thierry Maricourt, Histoire de la littérature libertaire en France, Albin Michel, 1990, page 175.
  • « Des pratiques caractéristiques du mouvement libertaire dans la volonté éducationniste pour une émancipation vis-à-vis des anciennes structures sociales et mentales. » - Christiane Passevant, Claire Auzias, Mémoires libertaires : Lyon 1919-1939, L'Homme et la société, n°1, 1994, page 196.
  • « Dans la culture américaine qui l'a vu naître, [l'hypertexte] a accompagné le mouvement libertaire et servi d'étendard à une contestation de l'ordre littéraire établi. » - Jean Clément, Hypertexte et fiction : la question du lien, Actes du colloque Les défis de la publication sur le Web, 2002-2003, texte intégral.
  • « Mais en parant l'anarchisme d'une aura contestataire et transgressive, ce discours a gagné au mouvement libertaire de nombreuses recrues parmi les avant-gardes artistiques, ainsi que parmi une jeunesse avide de frissons révolutionnaires. » - Sylvie Aprile, Fabrice Bensimon (s/d), La France et l'Angleterre au XIXe siècle : échanges, représentations, comparaisons, Éditions Créaphis, 2006, page 199.
  • « La participation de Camus au mouvement libertaire, fût-elle marginale, sera plus directe et moins littéraire que celle d'André Breton. » - Michel Ragon, Dictionnaire de l'Anarchie, Albin Michel, 2008, lire en ligne.
  • « Au milieu des années trente, Prudhommeaux se rapproche du mouvement anarchiste, soutient la Révolution espagnole, et participe à la reconstruction du mouvement libertaire en France après 1945. » - Philippe Pelletier, L'anarchisme, Le Cavalier Bleu éditions, 2010, page 38.
  • « L'influence culturelle du mouvement libertaire est notoire et les Athénées libertaires deviennent des lieux phares de la culture populaire dans certains quartiers. » - Sophie Baby, Le mythe de la transition pacifique. Violence et politique en Espagne (1975-1982), Bibliothèque de la Casa de Velázquez, 2013, page 112.

Commentaire[modifier | modifier le code]

Depuis un siècle et demi, de ses prémices en 1840 aux années 2000, le mouvement libertaire nourrit l’imaginaire collectif et tient un rôle à part au sein du mouvement social. Ses différents courants témoignent de sa diversité et l’on a vu s'en réclamer aussi bien des « propagandistes par le fait » que des théoriciens, des artistes ou des ouvriers, autant de militants d’origines diverses et aux parcours singuliers[21].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Grave, Le mouvement libertaire sous la IIIe République, Souvenirs d'un révolté, Paris, Les œuvres représentatives, 1930.
  • César M. Lorenzo, Les Anarchistes espagnols et le pouvoir, 1868-1969, Éditions du Seuil, 1969, 429 pages, Stanford University.
  • Rudolf de Jong, Le Mouvement libertaire aux Pays-Bas, in L'Anarchisme ici et là, hier et aujourd'hui, Le Mouvement social, n°83, 1973, pp. 167-180, texte intégral.
  • Georges Fontenis, L'autre communisme : histoire subversive du mouvement libertaire, Éditions Acratie, 1990.
  • Guillaume Goutte, Passeurs d'espoir : réseaux de passage du Mouvement libertaire espagnol (1939-1975), Éditions libertaires, 2013.
  • Claude Pennetier, Hugues Lenoir (s/d), Dictionnaire biographique du mouvement libertaire francophone, Éditions de l'Atelier, 2014.
  • (es) Collectif, El movimiento libertario español. Pasado, presente y futuro, Paris, Éditions Ruedo Ibérico, 1974.
  • (es) Oscar Freán Hernández, « El paso a la acción directa », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine, 19|2017, [lire en ligne], DOI:10.4000/ccec.6780.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Serge Salaün, Carlos Serrano, Autour de la guerre d'Espagne, Presses Sorbonne Nouvelle, 1993, page 43.
  2. François Godicheau, Les mots de la guerre d'Espagne, Presses Universitaires du Mirail, 2003, (ISBN 978-2858166848), page 6.
  3. François Godicheau, La guerre d’Espagne. République et révolution en Catalogne (1936-1939), Paris, Éditions Odile Jacob, 2004, page 359.
  4. Georges Ubbiali, Durruti dans le labyrinthe, revue Dissidences, Bibliothèque de comptes rendus, 4 mai 2011, texte intégral.
  5. Mary Nash, Femmes Libres : Espagne, 1936-1939, La pensée sauvage, 1977, lire en ligne.
  6. Jean-Paul Salles, Mujeres Libres, des femmes libertaires en lutte. Mémoire vive de femmes libertaires dans la Révolution espagnole, revue Dissidences, Bibliothèque de comptes rendus, 11 juin 2011 texte intégral.
  7. Martha A. Ackelsberg, « Séparées et égales » ? Mujeres Libres et la stratégie anarchiste pour l’émancipation des femmes, Feminist studies, vol. 11, n°1, printemps 1985, pp. 63-83, texte intégral
  8. Yannick Ripa, Le genre dans l'anarcho-syndicalisme espagnol (1910-1939), Clio, Histoire‚ femmes et sociétés, n°3, 1996, texte intégral.
  9. Freddy Gomez, « L’exil libertaire espagnol », sur 24 Août 1944, .
  10. Dictionnaire international des militants anarchistes : Germinal de Sousa.
  11. Dictionnaire international des militants anarchistes : Pedro Herrera Camareto.
  12. Guillaume Goutte, Passeurs d'espoir : réseaux de passage du Mouvement libertaire espagnol (1939-1975), Éditions libertaires, 2013, extraits en ligne.
  13. Le Congrès du mouvement libertaire espagnol, Le Libertaire, n°6, juin 1945, texte intégral.
  14. Nicolas Inghels, Le mouvement anarchiste en Belgique francophone de 1945 à 1970, Mémoire de licence en Histoire contemporaine, sous la direction de José Gotovitch, Université libre de Bruxelles, 2002, page 70.
  15. Qu’est-ce que le Mouvement Libertaire ?, Le Libertaire, n°1, 21 décembre 1944, La presse anarchiste, lire en ligne.
  16. a et b Simon Luck, Sociologie de l’engagement libertaire dans la France contemporaine. Socialisations individuelles, expériences collectives, et cultures politiques alternatives, Thèse pour le doctorat de science politique sous la direction d'Yves Déloye, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Département de science politique (UFR11), École doctorale de science politique (ED 119), Centre de recherches politiques de la Sorbonne (UMR 8057), 2008, texte intégral.
  17. Maurice Joyeux, L'Hydre de Lerne, Fédération Anarchiste, 1996, pp. 3-4.
  18. Sylvain Boulouque, La fin du PCF : vers un néo-communisme ?, Communisme, n°72-73, L'Age D'Homme, 2002-2003, page 198.
  19. Gaetano Manfredonia, Études sur le mouvement anarchiste en France : 1848-1914, Thèse de doctorat, Histoire, dir. Raoul Girardet, Institut d’Études Politiques Paris, 1990, résumé en ligne.
  20. Mimmo Pucciarelli, Les libertaires de l'an 2000 sociologie de l'imaginaire libertaire d'aujourd'hui, Thèse de doctorat en sociologie sous la direction de Alain Pessin, Université Pierre-Mendès-France - Grenoble II, 1998, résumé en ligne.
  21. Abdel Samari, « Nimes. Horizons, la féria du livre de la critique sociale et des émancipations », Objectif Gard,‎ (lire en ligne).