Serge Audier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Serge Audier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Directeur de thèse
Distinctions
Concours général ()
Prix Raymond-Aron (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Serge Audier est un philosophe français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Ancien élève du lycée Henri-IV, premier prix de composition française au concours général en 1987[1] et premier prix de philosophie au concours général en 1988[2], Serge Audier intègre l’École normale supérieure (promotion L1990)[3], puis est agrégé (1994)[4] et docteur en philosophie (2000)[5] avec une thèse qui obtient le prix Raymond-Aron 2001[6].

Carrière[modifier | modifier le code]

Ancien pensionnaire de la Fondation Thiers, ancien membre junior de l'Institut universitaire de France (IUF)[7], Serge Audier enseigne actuellement à l’UFR de philosophie de Sorbonne Université avec le statut de maître de conférences[8].

Spécialisé en philosophie morale et politique, sa recherche se développe depuis les années 1990 suivant quatre axes, critiques et reconstructeurs : une critique et généalogie du néolibéralisme, du néo-conservatisme et de la pensée conservatrice ; une histoire et philosophie de la démocratie conflictuelle ; une exploration des théories de la République, du socialisme démocratique et républicain, du républicanisme social et des conceptions de la solidarité ; enfin, une philosophie de l’écologie.

À partir de 2017, Serge Audier entreprend en effet un travail important sur l'histoire des idées de l'écologie politique et du productivisme[9],[10] complété par une philosophie de l’« éco-républicanisme » qu'il développe en 2020 dans La Cité écologique : pour un éco-républicanisme[11].

Médias[modifier | modifier le code]

Il fait partie du conseil de rédaction du forum philosophique et littéraire en ligne Raison publique[12].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Les Théories de la République, Paris, La Découverte, coll. « Repères », , 119 p. (ISBN 2-7071-3909-2) ; nouvelle édition augmentée, 125 p. (ISBN 978-2-7071-7850-3)
  • Raymond Aron : la démocratie conflictuelle, Paris, Michalon, coll. « Le bien commun », , 123 p. (ISBN 2-84186-223-2)
  • Tocqueville retrouvé : genèse et enjeux du renouveau tocquevillien français (Ouvrage tiré de la thèse de l'auteur), Paris, J. Vrin / Éditions de l'École des hautes études en sciences sociales, coll. « Contextes », , 319 p. (ISBN 2-7116-1630-4)
  • Machiavel, conflit et liberté, Paris, J. Vrin / Éditions de l'École des hautes études en sciences sociales, coll. « Contextes », , 313 p. (ISBN 2-7132-2075-0)
  • Le Socialisme libéral, Paris, La Découverte, coll. « Repères : sciences politiques, droit », , 121 p. (ISBN 2-7071-4711-7) ; nouvelle édition augmentée, 125 p. (ISBN 978-2-7071-7819-0)
  • Léon Bourgeois : fonder la solidarité, Paris, Michalon, coll. « Le bien commun », , 125 p. (ISBN 978-2-84186-430-0)
  • La Pensée anti-68 : essai sur une restauration intellectuelle, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », , 379 p. (ISBN 978-2-7071-5337-1)
  • Le Colloque Lippmann : aux origines du néo-libéralisme, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Les voies du politique », , 354 p. (ISBN 978-2-915651-94-2) ; nouvelle édition augmentée, précédée de « Penser le "néo-libéralisme" », 495 p. (ISBN 978-2-35687-167-1)
  • La Pensée solidariste. Aux sources du modèle social républicain, PUF, , 340 p. (ISBN 978-2-13-057095-0)
  • Néo-libéralisme(s) : une archéologie intellectuelle, Paris, Grasset, coll. « Mondes vécus », , 628 p. (ISBN 978-2-246-73661-5)
  • Penser le néolibéralisme : le moment néolibéral, Foucault et la crise du socialisme, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Documents », , 563 p. (ISBN 978-2-35687-403-0)
  • (en) Avec Jurgen Reinhoudt, The Walter Lippmann Colloquium: The Birth of Neo-Liberalism, Palgrave, , 212 p. (ISBN 3319658840)
  • La Société écologique et ses ennemis : pour une histoire alternative de l'émancipation, Paris, La Découverte, , 742 p. (ISBN 978-2-7071-9400-8) Prix de la Fondation pour l’écologie politique 2017[13].
  • L'Âge productiviste : hégémonie prométhéenne, brèches et alternatives écologiques, Paris, La Découverte, , 967 p. (ISBN 978-2-7071-9892-1) Prix Paul-Ricœur 2019[14].
  • La Cité écologique : pour un éco-républicanisme, Paris, La Découverte, , 752 p. (ISBN 978-2-348059-80-3)[15]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les résultats du Concours général. Les élèves du privé font leur entrée au palmarès. La primauté scientifique de Louis-le-Grand contestée », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 12 novembre 2020).
  2. « Éducation : Les résultats du Concours général », sur lemonde.fr, .
  3. Recherche sur archicubes.ens.fr.
  4. « Agrégations (par ordre alphabétique) », sur lemonde.fr, .
  5. Thèse sous la dir. de Robert Legros sur sudoc.fr.
  6. Voir sur raymond-aron.ehess.fr.
  7. Voir sur iufrance.fr.
  8. Voir sur paris-sorbonne.fr.
  9. François Jarrige, « Les promesses oubliées de l’écologie politique », La Vie des idées,‎ (lire en ligne, consulté le 15 octobre 2020).
  10. Jean Bérard, « Le productivisme aura-t-il une fin ? », La Vie des idées,‎ (lire en ligne, consulté le 15 octobre 2020).
  11. « Aux Lumières, l'écologie reconnaissante », La transition par Hervé Gardette, Les Matins, France Culture, le .
  12. Voir sur raison-publique.fr.
  13. « Communiqué de la Fondation pour l’écologie politique », sur Twitter (consulté le 12 novembre 2020).
  14. « Le Prix Paul Ricœur 2019 est décerné à Serge Audier », sur fondsricoeur.fr.
  15. Présentation éditeur, dont extrait et sommaire.

Liens externes[modifier | modifier le code]