Entraide (économie politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'entraide est un terme d'économie politique qui désigne le concept économique de l'échange réciproque et volontaire de ressources et de services au profit de tous. C'est un facteur dans l'évolution de l'espèce humaine. Le concept est très important dans la théorie anarchiste.

Étymologie[modifier | modifier le code]

En français, le terme « entr'aide » est créé par le géographe anarchiste Élisée Reclus et repris par Louise Guieysse-Bréal pour traduire le concept de mutual aid dans les écrits de Kropotkine L'Entraide, un facteur de l'évolution paru initialement en anglais (1902)[1].

L'entraide comme facteur de l'évolution[modifier | modifier le code]

Le communiste libertaire et scientifique Pierre Kropotkine oppose en 1902 l'« entr'aide » (mutual aid) aux théories du darwinisme social sur la sélection naturelle. Selon P. Kropotkine, le darwinisme social retient principalement le critère de « la sélection naturelle par le plus fort » (mais Charles Darwin insistait pourtant sur l'importance de l'altruisme). Kropotkine critique cette conception restreinte de l'évolution de l'humanité, en posant en détail des exemples du facteur d'entraide dans l'évolution des espèces, dont l'espèce humaine, mais aussi entre groupes humains.

En 2017, Pablo Servigne et Gauthier Chapelle reprennent le concept et élargissent son application à l'ensemble du vivant : pour eux, l'entraide est à la base des relations entre de très nombreuses espèces, à fortiori quand un milieu est hostile ou que les ressources sont peu nombreuses[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mariane Enckell, « Note sur l'histoire d'un mot », Réfractions, no 23,‎ (lire en ligne)
  2. Pablo Servigne et Gauthier Chapelle, L'entraide: L'autre loi de la jungle, les liens qui libèrent, (ISBN 979-10-209-0450-8, lire en ligne), p. 27

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) « Self-help and Mutual aid », in Francis J. Turner, Encyclopedia of Canadian Social Work, Wilfrid Laurier Univ. Press, 2009, pp.337-338.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]