Anarchist Black Cross

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Anarchist Black Cross
Anarchist Black Cross 1924.jpg

Le n°1 du journal de l'ABC New York, 11 avril 1924 : « To the Workers of America : Save Your Brothers Tortured in the Prisons of Russia / Aux travailleurs américains : sauvez vos frères torturés dans les prisons russes »

Autres informations
Mouvement
Site web
Anarchist black cross logo.svg

Marque ou logotype

L'Anarchist Black Cross est un réseau international anti-carcéral de soutien aux prisonniers politiques et sociaux[1].

Les premiers groupes apparaissent en Russie au début des années 1900, dans le contexte de la révolution russe de 1905. Le réseau international est fondée en été 1907, sous l'appellation Anarchist Red Cross (en rupture avec la Political Red Cross) pour venir en aide aux libertaires et aux socialistes révolutionnaires incarcérés en Russie tsariste[2],[3],[4],[5],[6],[7].

Auto-dissoute après la révolution d'octobre 1917, considérant qu'il n'y avait plus de prisonniers libertaires à soutenir, l'ABC se reconstitue rapidement du fait de la répression du nouveau pouvoir dictatorial bolchévique qui la tolère avant de l'interdire totalement en 1925[4].

L'ABC est reconstituée, en 1924, aux États-Unis[7], et lance cet appel : « To the Workers of America : Save Your Brothers Tortured in the Prisons of Russia / Aux travailleurs américains : sauvez vos frères torturés dans les prisons russes »[4].

En 1967 en Grande-Bretagne, l'ABC est refondée et redynamisée par Albert Meltzer[8] et Stuart Christie[9],[10] récemment libéré des prisons espagnoles franquistes[11].

En 1995, aux États-Unis, une Anarchist Black Cross Federation réunit les collectifs locaux[n 1],[n 2], par exemple à Austin (Texas)[12] ou à New York[13]. L'ABC est intervenue, notamment, dans la campagne internationale pour la libération de Mumia Abu-Jamal[n 3].

Le réseau est connu pour fournir un soutien juridique et matériel aux prisonniers politiques, qu'ils aient ou non commis des actes illégaux, voire des violences dans un but révolutionnaire, mais aussi à tous les prisonniers sociaux incarcérés pour leur action ou leur résistance au capitalisme et aux formes de discriminations.

Partisan de l'abolition de la prison[n 4],[n 5], ABC apporte son soutien aux prisonniers de toutes sortes, à l'exception « des prisonniers incarcérés pour viol ou agression raciste ».

Éléments historiques[modifier | modifier le code]

Première vague (1901-1960)[modifier | modifier le code]

Anarchist Black Cross Federation logo.jpg

L' Anarchist Black Cross apparait sous le nom d' Anarchist Red Cross, une scission de la Political Red Cross, organisme de soutien aux prisonniers politiques dans la Russie tsariste[4].

Pendant des années, les origines du groupe sont un sujet à caution mais de récents documents ont éclairci les faits[2].

En raison du refus du Political Red Cross, alors contrôlée par les sociaux-démocrates, de fournir du soutien aux prisonniers anarchistes et socialistes révolutionnaires, malgré les dons faits à l’organisation par des militants issus de ces deux tendances politiques, des militants russes, dont certains en exil, créent donc l' Anarchist Red Cross pour soutenir leurs camarades incarcérés dans les prisons russes[14]. Chaque branche prenant le nom de la région dans laquelle elle opérait (Latvia, Riga, Odessa, etc.)[4],[5].

Selon Rudolf Rocker, un des trésoriers de l'Anarchist Red Cross de Londres, l'organisation est fondée pendant la période mouvementée de 1900 à 1905. De nombreuses autres sources situent la naissance du premier groupe durant cette période. Il va se développer après la révolution russe de 1905 et la vague de répression qui conduit de nombreux anarchistes derrière les barreaux.

Selon Harry Weinstein, un des deux créateurs de l'organisation, celle-ci commence son activité après son arrestation en juillet ou août 1906. Une fois sorti de prison, Weinstein et d'autres anciens prisonniers envoient des vêtements aux anarchistes condamnés à l'exil en Sibérie. Weinstein affirme que le groupe quitte la Political Red Cross en 1906, alors que Weinstein et d'autres anarchistes ne reçoivent plus de soutien malgré de nombreux dons à la Political Red Cross de la part des anarchistes. Weinstein continue son combat en Russie jusqu'à son départ pour New York en mai 1907. Une fois là-bas, il contribue à créer la New York Anarchist Red Cross, dans laquelle prennent part des contributeurs du Mother Earth, un journal édité par Louise Berger et Emma Goldman[5].

Dans la Russie tsariste, en raison de leur soutien aux prisonniers politiques, nombre de membres de la Croix rouge anarchiste sont arrêtés, torturés et tués par le régime. L’organisation est déclarée illégale, et une simple adhésion justifie l’arrestation, l’emprisonnement et la condamnation aux travaux forcés en Sibérie[5].

Le groupe de Londres (1907)[modifier | modifier le code]

Fondé en 1907, le premier groupe londonien de l'ABC réunit Pierre Kropotkine, Rudolf Rocker, Alexandre Shapiro et Varlam Tcherkezichvili. En 1911-1912, le groupe édite un journal connu sous le nom Hilf-Ruf (L'appel à l' aide) - Organe de la Croix-Rouge Anarchiste, publié pour moitié en yiddish et en russe[7].

En Russie après 1917[modifier | modifier le code]

En Russie, après octobre 1917, pendant un moment, les ABC sont tolérées par les bolcheviks à Moscou et Petrograd. Leurs activités dans ces villes ne sont pas vraiment développées. La Tchéka, police secrète du nouveau régime, infiltre leur organisation. En dehors de Moscou, Petrograd et des territoires contrôlés par l'Armée révolutionnaire insurrectionnelle ukrainienne qui met en place des ABC « de terrain »[15],[16], la répression anti-anarchiste s'intensifie. La littérature libertaire est saisie et les militants de l' Anarchist Black Cross arrêtés et emprisonnés.

Au cours de la guerre civile russe, la Croix Rouge anarchiste change de nom en Anarchist Black Crossafin d'éviter toute confusion, notamment avec la Croix-Rouge[16].

En septembre 1919, une attaque à la grenade contre une réunion du Parti Bolchevik de Moscou sert de prétexte à des arrestations massives d'anarchistes dans toute la Russie. Les militants sont arrêtés et l'insurrection ukrainienne de Nestor Makhno est écrasée sur ordre de Trotski, déterminé à nettoyer au « balai de fer » la Russie de l'anarchisme.

À Moscou, Odessa, Kharkov et beaucoup d'autres villes de nouvelles ABC et groupes similaires, sont fondés afin de permettre d'apporter de la nourriture aux prisonniers, mais aussi à tous les autres opposants de gauche incarcérés. La tâche se révèle difficile.

Après la répression sanglante de la Révolte de Kronstadt (mars 1921), à Moscou et Petrograd de nouvelles vagues de répression frappent les anarchistes, notamment Senya Fleshin et Mollie Steimer. Au fur et à mesure, les ABC d'abord tolérés, son interdits totalement en 1925 et les anarchistes s'enfuient vers l'Europe ou l'Amérique du Nord.

Guerre d'Espagne et Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Lors de la guerre d'Espagne et de la Seconde Guerre mondiale, de nombreux anarchistes vont s’organiser pour soutenir leurs camarades arrêtés et persécutés par le fascisme et le nazisme[2].

Les ABC se retrouvent alors débordés par les besoins de solidarité, tant en Europe qu'en Amérique du Nord. En 1945, les ABC ont presque disparus. Le Berkman Aid Fund de Chicago[16],[14] apporte alors son aide à la reconstitution d'un groupe à Paris, celui-ci tiendra jusqu'en 1958[7].

Seconde vague[modifier | modifier le code]

Giuseppe Pinelli, membre de l'ABC Milan.

Durant les années 1960, l' Anarchist Black Cross se reforme en Grande-Bretagne grâce à Stuart Christie et Albert Meltzer avec comme but premier de soutenir les prisonniers anarchistes du franquisme en Espagne, régime dictatorial que Christie connait bien puisqu'il a été condamné à 20 ans après avoir été accusé de vouloir commettre un attentat contre Franco[17]. Il s'agit du premier groupe international de soutien aux prisonniers anarchistes espagnoles. La première action du groupe est d'exfiltrer Miguel García García (en) d'Espagne.

Le 12 décembre 1969, Giuseppe Pinelli, membre de l'ABC de Milan[18], est arrêté à la suite d'un attentat. Pendant trois jours, Pinelli est interrogé, au troisième jour il meurt après une chute du quatrième étage. Les policiers présents ne seront jamais jugés, la thèse officielle du juge d'Ambrosio étant que Pinelli a été pris d'un malaise, s'est levé de sa chaise et est tombé tout seul du quatrième étage. Il sera par la suite prouvé que l'attentat a été commis par des néo-fascistes, aidé par la CIA dans le cadre de la stratégie de la tension[19].

Proposition d'Ervin[modifier | modifier le code]

En 1979, Lorenzo Kom'boa Ervin, un prisonnier politique adopté par l'ABC[20], publie Draft Proposal for an ABC Network dans l'intention d'initier un mouvement international de soutien aux prisonniers. Il souhaite transformer l'ABC, qui est un ensemble de collectifs, en un mouvement de masse uni. Cette proposition entraîne un nouveau vent pour l' Anarchist Black Cross bien que le souhait d'Ervin de voir un mouvement uni ne sera jamais exaucé.

L'organisation continue son développement en Europe et en Amérique du Nord. En 1995, les ABC des États-Unis se regroupe en Fédération des Anarchist Black Cross.

Idées[modifier | modifier le code]

L'ABC milite pour une abolition définitive des prisons. Elle s'oppose au contrôle et au rôle de la punition dans la société. Elle considère les délits et crimes non pas comme inhérents à l'être humain mais comme des produits de la société capitaliste[21]. De facto, l'Anarchist Black Cross épousent les idées de l'anarchisme.

Moyens[modifier | modifier le code]

Les différents collectifs organisent des soirées de soutien afin de récolter des fonds, comme des débats, des projections de film ainsi que des concerts. Un des moments importants pour l'ABC, tant dans l'optique de récolter de l'argent que pour la rencontre des militants est l'ABC Fest.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Les ABC sont des collectifs autonomes les uns des autres[16]. Hormis aux États-Unis où les ABC sont regroupés dans une fédération, chacun des groupes agit selon le contexte local et ses possibilités. Cependant, il existe des principes fondateurs contre lesquelles les ABC ne peuvent aller, notamment la volonté de ne pas soutenir les prisonniers racistes ou coupables de viol.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Anarchist Black Cross Gand (Belgique), Interview du collectif des prisonniers Action directe, printemps 1999, [lire en ligne].
  • New York City Anarchist Black Cross, Listing des prisonnier-e-s politiques et des prisonnier-e-s de guerre aux États-unis, Reims Medias Libres, 10 décembre 2014, [lire en ligne].

Prisonniers notoires adoptés par l'ABC[modifier | modifier le code]

Adhérents notoires[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) « In 1995, a small group of ABC collectives merged to form the Anarchist Black Cross Federation (ABCF), with the specific intention to support people who are in « prison as a result of conscious political action, for building resistance, building and leading movements and revolution... for making change » », Randall Amster, Anarchism Today, ABC-CLIO, 2012, [lire en ligne].
  2. « Anarchist Black Cross Federation (Fédération Anarchiste de la Croix-Noire). Fondée en 1995 par la réunion de différents groupes et cercles anarchistes, cette fédération professe un anticléricalisme virulent. », Pascal Clément, Les partis politiques minoritaires aux Etats-Unis : la politique américaine comme vous ne l'aviez jamais imaginée, La Palatine, 2000.
  3. (en) « In 1995 the Anarchist Black Cross Federation was established to coordinate anarchist efforts to send mail, money, books, and other resources to political prisoners. The group harkened back to the Anarchist Red Cross of the 1920s, which sent aid to Russian anarchists and social revolutionaries; but the new formation lent assistance to revolutionaries incarcerated in the United States for militant anti-imperialist and black liberationist activities, as well as to class-struggle prisoners around the world. Most visibly, anarchists contributed significantly to the campaign to free the incarcerated journalist and former Black Panther Mumia Abu-Jamal. », Andrew Cornell, Unruly Equality : U.S. Anarchism in the Twentieth Century, University of California Press, 2016, page 297, [lire en ligne].
  4. « Sur les origines de l'abolitionnisme, on pourrait enfin souligner le travail de groupes comme l'Anarchist Black Cross fondée en Russie dans les années 1900, puis son expansion dans différentes parties du monde, qui soutient les prisonniers politiques. », « L’abolitionnisme au présent. Entretien avec Nicolas Carrier et Justin Piché », Mouvements, 2016/4, n° 88, pp. 124-134, DOI:10.3917/mouv.088.0124, lire en ligne.
  5. (en) « [...] the Anarchist Black Cross Federation (ABCF), will continue to be an issue for law enforcement. The stated goals of the ABCF are "the abolishment of prisons, the system of laws, and the Capitalist state". », Robert S. Mueller, III, Director Federal Bureau of Investigation, Senate Committee on Intelligence of the United States Senate, Washington, DC, 16 février 2005, [lire en ligne].

Références[modifier | modifier le code]

  1. William Molinié, Les liens de l’ombre entre l’ultragauche française et les anarchistes italiens, LCI, 27 octobre 2017, [lire en ligne].
  2. a, b et c (en) Matthew Hart, Yalensky’s Fable : A History of the Anarchist Black Cross, Anarchist History Nerd Brigade, 2003, [lire en ligne], [lire en ligne].
  3. Philippe Ryfman, Une histoire de l'humanitaire, La Découverte, 2016, page 51.
  4. a, b, c, d et e Frédéric Joli, L’histoire oubliée de la « Croix-Rouge Anarchiste », cicr.blog.lemonde.fr, 16 septembre 2014, [lire en ligne].
  5. a, b, c et d Anarchist Black Cross Federation, La Croix noire anarchiste, trad. Guillaume Goutte, Le Monde libertaire, 31 mars 2011, [lire en ligne].
  6. Jacques Ghiloni, Michael Schmidt, Cartographie de l'anarchisme révolutionnaire, Lectures, Les comptes rendus, 2012, lire en ligne.
  7. a, b, c et d (en) Boris Yelensky, In The Struggle For Equality : The Story Of The Anarchist Red Cross, (Chicago: Anarchist Red Cross, 1958, ChristieBooks, 2017, [lire en ligne].
  8. L'Éphéméride anarchiste : Albert Meltzer.
  9. Domenico Tarizzo, L'anarchie : histoire des mouvements libertaires dans le monde, Seghers, 1978, page 302.
  10. L'Éphéméride anarchiste, « En 1970, à Londres, avec Albert Meltzer, il crée le journal Black Flag et redonne vie au réseau d'entraide et de solidarité international aux anarchistes victimes de la répression : ABC Anarchist Black Cross (Croix Noire Anarchiste) », Stuart Christie.
  11. (en) Peter Barberis, John McHugh, Mike Tyldesley, Encyclopedia of British and Irish Political Organizations : Parties, Groups and Movements of the 20th Century, A&C Black, 2000, page 140.
  12. (en) Keri Blakinger, « Harvey expenses continue to rise for Texas prison system », sur San Antonio Express-News, .
  13. a, b, c, d, e et f New York City Anarchist Black Cross, Listing des prisonnier-e-s politiques et des prisonnier-e-s de guerre aux États-unis, Reims Medias Libres, 10 décembre 2014, [lire en ligne].
  14. a et b (en) Sam Dolgoff, In The Struggle For Equality : The Story Of The Anarchist Red Cross by Boris Yelensky, A. Berkman Aid Fund, Chicago, Bulletin of the Kate Sharpley Library, n°49, janvier 2007, lire en ligne.
  15. {en} The formation of the Black Cross in the Ukraine in 1918, Bulletin de la Croix noire anarchiste, 1968, lire en ligne.
  16. a, b, c, d et e (en) Albert Meltzer, Ongoing anarchist Movements (1) -The Anarchist Black Cross, Bulletin of the Kate Sharpley Library, n°3, novembre 1992, lire en ligne.
  17. Domenico Tarizzo, L'anarchie : histoire des mouvements libertaires dans le monde, Seghers, 1978, page 280.
  18. Michel Ragon, Dictionnaire de l'anarchie, Albin Michel, 2009, page 330.
  19. L'historien Pierre Milza dans son Histoire de l'Italie (Fayard, 2006, p. 960) précise : « sur les 4 384 actes de violence politique recensés entre 1969 et 1975, 83 % furent le fait des organisations de l'utra-droite nationaliste. »
  20. Lorenzo Kom'boa Ervin, Anarchisme et révolution noire (extrait), 1979, Ballast, 19 décembre 2017, [lire en ligne].
  21. Qu'est ce que l'ABC ?
  22. Jean-Christophe Serafino, Anonymous, Lulu.com, 2017, page 171.
  23. L'Éphéméride anarchiste, « Il participe à la création d'une "Croix-Rouge anarchiste" (1907) », Varlaam Cherkezov.
  24. (en) Nick Health, Taratuta, Olga Ilyinichna 1876 - 1938, Libcom, 7 mai 2009.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie et sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Matthew Hart, Yalensky’s Fable : A History of the Anarchist Black Cross, Anarchist History Nerd Brigade, 2003, [lire en ligne], [lire en ligne].
  • Frédéric Joli, L’histoire oubliée de la « Croix-Rouge Anarchiste », « L'humanitaire dans tous ses états », 16 septembre 2014, [lire en ligne].
  • (en) Peter Barberis, John McHugh, Mike Tyldesley, Encyclopedia of British and Irish Political Organizations : Parties, Groups and Movements of the 20th Century, A&C Black, 2000, page 140.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Anarchist Black Cross.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]