Lapanouse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec La Panouse.
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Lapanouse-de-Cernon autre commune de l'Aveyron située sur le causse du Larzac
Page d’aide sur l’homonymie Lapanouse-de-Sévérac redirige ici.
Lapanouse
Image illustrative de l'article Lapanouse
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Aveyron
Arrondissement Millau
Canton Tarn et Causses
Intercommunalité Communauté de communes de Sévérac-le-Château
Maire
Mandat
Alain Gal
2014-2020
Code postal 12150
Code commune 12123
Démographie
Gentilé Lapanousain(e)
Population
municipale
759 hab. (2012)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 20′ 12″ N 3° 01′ 57″ E / 44.3366666667, 3.032544° 20′ 12″ Nord 3° 01′ 57″ Est / 44.3366666667, 3.0325  
Altitude Min. 630 m – Max. 923 m
Superficie 27,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative d'Aveyron
City locator 14.svg
Lapanouse

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique d'Aveyron
City locator 14.svg
Lapanouse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lapanouse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lapanouse

Lapanouse est une commune française située dans le département de l'Aveyron en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Buzeins Saint-Saturnin-de-Lenne Campagnac Rose des vents
Recoules-Prévinquières N
O    Lapanouse    E
S
Lavernhe Sévérac-le-Château

Site[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Officiel de la commune, tel que répertorié par le code officiel géographique de l'INSEE, est Lapanouse. Toutefois, pour distinguer la commune de son homonyme située dans le même département (Lapanouse-de-Cernon, sur le causse du Larzac), il est fait usage, au niveau local, de l'appellation Lapanouse de Sévérac, qui ne présente cependant aucun caractère officiel.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, une congrégation de moines panetiers cultive le blé et fabrique du pain donnant ainsi son nom au village "Panus", puis "Panusia" et enfin "Lapanouse".

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  2001 Paul Samson    
2001 2007 Jeanette Samson DVG  
2007 en cours Alain Gal    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 759 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
821 880 1 702 982 972 965 970 1 012 987
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
889 871 919 904 1 193 1 121 917 928 792
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
758 720 731 666 672 689 627 660 585
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
556 517 577 663 709 692 720 723 758
2012 - - - - - - - -
759 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La fête votive de Lapanouse a lieu le 15 août.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de Loupiac[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Château de Loupiac.

 Inscrit MH (1928)[3]

Le château de Loupiac date du XVIe siècle.

Église Notre-Dame-de-l'Assomption[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Église Notre-Dame-de-l'Assomption.

 Inscrit MH (1927)[4]

De la partie primitive de l'église du IXe siècle, il reste le chœur extérieur avec sa fenêtre axiale, les modillons à grimace et la porte du Midi.

Divers[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc+fr) Christian-Pierre Bedel (préf. Bernard Seillier), Severac : Busens, La Panosa, Recolas-Previnquièras, La Vèrnha / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton de Severac, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton »,‎ , ill., couv. ill. ; 28 cm, 239 p. (ISBN 2-907279-29-7, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF36693000)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]